Actualités

Quand Tarn & Dadou mêle petite enfance et développement économique
jeudi 7 févr. 2013
Du nouveau à Gaillac

En posant le jeudi 31 janvier 2013 le dernier module de la crèche éco-responsable de la Rose des vents à Gaillac, Tarn & Dadou réussit une double opération : d'une part, la collectivité élargie sa capacité d'accueil des jeunes enfants en crèche sur le territoire, d'autre part, elle innove de part le caractère modulable, déplaçable et éco-responsable de sa nouvelle structure. Une opération qui impacte donc le secteur enfance jeunesse et celui du développement économique où, sur la base d'une impulsion de Tarn & Dadou, une collaboration efficace et prometteuse s'est mise en place entre une entreprise Suisse, Batineg, et une société albigeoise, Escaffre production.

Lire la suite



 

Président de la société suisse Batineg, Jean-Jacques Ghelfi s'est payé le luxe d'un petit trait d'humour le jeudi 31 janvier, lors de la pose sur site du dernier module de la crèche de la Rose des vents à Gaillac. "Vous nous connaissez pour nos chocolats, alors je me suis dit que si nous réalisions un bâtiment public en bois, à proximité de Toulouse la ville de la brique, ce serait beau". C'est désormais chose faite.

Une nouvelle structure innovante

 À la demande de Tarn & Dadou, les entreprises Batineg et Escaffre production, associées dans ce projet mais également au travers de la société Ecosy sud qu'elles ont créée ensemble, ont réalisé un équipement public de 360 m² à structure bois. Mais la principale originalité du concept réside dans son caractère modulaire et déplaçable. Construit sous la forme de modules réalisés dans les locaux de production d'Escaffre à Terssac, l'ensemble de 13 modules a été assemblé sur place, sur la zone pavillonnaire de Piquerouge à Gaillac.

Le dernier module est donc parvenu sur site jeudi 31 janvier par camion. Une énorme grue l'a déposé afin de terminer l'assemblage de cet immense mécano, qui constitue une parfaite vitrine pour ce système constructif innovant. Il ne reste plus qu'à aménager l'intérieur avant d'accueillir les enfants dès le mois d'août.

Equipée et norme BBC

 Pascal Néel, le Président de Tarn & Dadou, se dit séduit par ce concept de fabrication. "Aujourd'hui, pour un coût identique aux constructions classiques qui avoisinent 1 million d'euros pour une crèche de ce type, nous avons un bâtiment à la norme BBC avec l'espérance de voir se développer un projet industriel prometteur au niveau local entre les sociétés Batineg et Escaffre production".

Pour peu que les collectivités appréhendent favorablement le concept déplaçable du bâtiment. "En Suisse, nous l'appliquons depuis une douzaine d'années", a souligné Jean-Jacques Ghelfi. "Les élus y ont trouvé un intérêt pour leur bâtiment public en terme de développement durable mais aussi de coût puisque ces équipements peuvent être, par exemple, partagés en deux pour être affectés à une autre utilisation ou installés sur une autre commune. Elle bénéficiera ainsi d'un bâtiment deux fois moins cher et toujours en excellent état."

Pour Jean-Michel Escaffre, dirigeant d’Escaffre production et associé à Jean-Jacques Ghelfi dans Ecosy Sud : "C’est une solution très flexible et à forte valeur ajoutée. C’est un produit hautement qualitatif qui répond aux normes BBC (Bâtiment Basse Consommation) et à la réglementation thermique 2012, ce qui est assez unique pour l’offre modulaire sur le marché. Nous avons une forte demande sur le secteur du tourisme, pour de la résidence hôtelière ou des campings. Le bâtiment individuel possède aussi un réel potentiel de marché".

Un véritable challenge potentiellement porteur en termes d’emplois qui fait d’ores et déjà la démonstration que lorsqu’élus et entreprises s’unissent autour de l’innovation, les perspectives d’un développement harmonieux du territoire sont à l’ordre du jour. 

 

On en parle dans la presse : 

 

* article dans Toul'éco à lire ici.

* article dans la Dépêche du midi à lire ici.

 

En téléchargement ci-dessous : le dossier de presse de la crèche la Rose des vents à Gaillac élaboré à l'occasion de la pose du dernier module. 

Les agriculteurs graulhétois s'emparent du sujet de la méthanisation
lundi 4 févr. 2013
Du nouveau à Graulhet

En parallèle de l'étude de faisabilité autour de la méthanisation menée par Tarn & Dadou en partenariat avec la Chambre d'Agriculture du Tarn, des agriculteurs du bassin graulhétois se mobilisent pour porter un projet collectif et agricole de méthanisation. Appuyés par la Chambre d'agriculture et Tarn & Dadou, motivés dans leur entreprise collective, ils souhaitent participer d'une création de richesses par le territoire et pour le territoire. Extrait ci-dessous du Paysan tarnais avec la reprise d'une interview de Jean-Pierre Dilé.

Lire la suite



 

En tant que porteur de projet, vous avez participé à la table ronde énergie / méthanisation du mardi 20 novembre dans les locaux de Tarn & Dadou à Técou. Pouvez-vous nous présenter ce projet ?

J.-P. Dilé : L’idée est partie de la Communauté de communes Tarn & Dadou. Ils ont lancé sur le territoire une étude de gisement. En parallèle, la chambre d’agriculture se penchait également sur toutes les questions d’énergie. Le comité de développement du Gaillacois s’intéressait aussi aux nouveaux débouchés possibles pour les agriculteurs du secteur. Toutes ces démarches se sont rejointes et des réunions d’information sur la méthanisation ont été organisées sur le secteur. Autour de Graulhet, nous sommes un noyau d’une petite dizaine d’éleveurs à poursuivre cette réflexion. Nous souhaitons créer une unité collective de méthanisation. Bovins viande, bovins lait, ovins viande, ovins lait… toutes les grandes productions sont représentées dans ce groupe. Le volume d’effluents a été estimé à 18/20 000 tonnes. Cette unité de méthanisation pourrait couvrir les besoins en énergie de 150 à 180 familles.

Comment comptez-vous valoriser l'énergie produite par cette unité collective de méthanisation ?

 J.-P. Dilé : Pour l’instant, nous démarrons tout juste le projet. Nous étudions plein de pistes. Si nous partons sur la production d’électricité, il faudra valoriser la chaleur produite. Pour cela, les idées ne manquent pas. Toutes à des échelles très différentes. On peut envisager de sécher des plaquettes forestières, des céréales, de la luzerne et des fourrages. La chaleur pourrait aussi servir à des serristes ou à d’autres entreprises du secteur. On pourrait aussi envisager de chauffer des logements. Le biogaz peut aussi être épuré et directement réinjecté dans le réseau. La fabrication de carburant à partir du biogaz n’est pas non plus exclue. Rien n’est arrêté, tout reste encore à réfléchir !

Quelles sont les prochaines grandes étapes du projet ?

 J.-P. Dilé : Nous avons commencé à nous former sur le sujet, notamment sur les enjeux de la méthanisation et les principes de fonctionnement. Nous allons maintenant nous pencher un peu plus en détails sur les modalités pratiques avec une visite d’unité collective. Et puis, nous allons créer une structure de "préfiguration", une association sûrement, qui va nous permettre de commencer les démarches auprès des bureaux d’études, des collectivités, des banques… La chambre d’agriculture nous accompagne dans toutes ces étapes, Tarn & Dadou devrait également soutenir le projet d’une manière ou d’une autre. Ce sont des démarches importantes pour l’agriculture et pour le territoire. Notre objectif est bien de créer de la valeur ajoutée pour nos exploitations mais aussi pour le secteur !

 

 

Source : la Paysan tarnais - lire l'article en ligne ici.

Le pôle de compétitivité Agrimip Sud-Ouest Innovation déjoue la crise
mardi 22 janv. 2013
Attractivité du territoire

Agrimip Sud-Ouest Innovation constitue le pôle de compétitivité du grand Sud-Ouest pour le secteur agricole et agro-industriel. Il est porté par une association de loi 1901, qui a pour but d'identifier, d'accompagner et de faire instruire les projets régionaux de recherche-développement dans les domaines de l'agriculture, de l'agroalimentaire et des agro-ressources. Dans un contexte économique tendu, les résultats d'Agrimip sont à saluer !

Lire la suite



Les experts de la Banque de France se sont penchés sur Agrimip Sud-Ouest Innovation. Le but était de confirmer le bien-fondé des actions engagées par le pôle de compétitivité agricole et agro-industriel du Sud-Ouest, présidé par Alain Chatillon.

Démarrée en 2010 sur la période 2007/2009, l'enquête a fait l'objet d'une actualisation en 2012, notamment en raison de l'élargissement du périmètre du pôle à la région Aquitaine. Cette croissance du périmètre a en effet modifié la dynamique du pôle et la structure de l'échantillon analysé.

Chiffre d'affaires en hausse

Portant sur 101 des 292 adhérents, soit 27 de plus que lors de la première enquête, l'enquête est claire : malgré une conjoncture économique morose, la taille des entreprises adhérentes est en nette augmentation. En effet, la part des entreprises réalisant moins d'1,5 millions d'euros de chiffre d'affaires est tombée de 42 à 15 %. En clair, les PME de l'agroalimentaire grandissent malgré une conjoncture globale au ralenti.

C'est aussi la bonne santé économique du pôle de compétitivité et de ses membres qui est confirmée, le chiffre d'affaires global du panel est en croissance de 13% et les effectifs salariés progressent de 2%. Au final, l'étude montre également une amélioration de la rentabilité d'exploitation.

Autre bonne nouvelle, l'indépendance financière des entreprises agroalimentaire reste préservée avec des taux d'endettement moyens de 56 %.

Un pôle structuré et structurant

Fondé en 2007 pour fédérer les acteurs des secteurs agricole et agro-industriel, Agrimip Sud-Ouest Innovation, à fin décembre 2012, compte 292 adhérents (dont plus de 180 entreprises et une quarantaine de laboratoires et centres de recherche) et a labellisé 33 projets sur l'année. Ce dernier chiffre, en baisse par rapport à 2011 (48 projets labellisés en 2011) traduit l'effet de la plus grande attention apportée au volet de retour économique et financier des opérations accompagnées. Son président Alain Chatillon a fait de sa théorie des agro-chaînes un vrai vecteur de succès. L'idée est simple : partir des besoins du consommateur pour développer des produits "agro" à fort débouchés (voir une description des agro-chaînes en cliquant ici).

 

Source : la Dépêche du Midi - lire l'article en ligne ici.

Illustration : Alain Chatillon, Président du pôle de compétitivité Agrimip innovation.

Albert Oenologie investit et innove
lundi 21 janv. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

L'entreprise gaillacoise Albert Oenologie se développe : elle investit dans un nouvel atelier de cartonnage et une nouvelle machine d'impression ; elle recrute aussi, notamment pour maintenir ses positions sur le marché viticole.

Lire la suite



Une entreprise tournée vers l'investissement et le collectif

La société Albert Oenologie, implantée à Gaillac, se développe : après l'agrandissement du dépôt pour augmenter son stock, Thibaut Albert - troisième du nom après son grand-père, le fondateur, et son père, le développeur - va installer un nouvel atelier de cartonnage et une machine d'impression plus rapide sur son site.

"La clientèle, notamment la grande distribution et l'export, est pressée. Nous fondons notre performance commerciale sur le service et la réactivité. À nous de nous adapter aux exigences du marché".

Thibaut Albert mise aussi sur le guichet unique : l'entreprise ne sous-traite pas, elle sert aussi de relais sur des séries courtes et des commandes spécifiques. Albert Oenologie, après avoir prospéré sur le palissage et le matériel de cave, s'est diversifié vers la bouteille, à l'échelon régional, les emballages (Bag In Box notamment) et, depuis trois ans, sur le marquage des cartons, en imprimant aux couleurs et logos des vignerons indépendants et des caves coopératives.

12 salariés

Si le cœur du marché d'Albert oenologie reste régional, l'entreprise pousse aussi vers la Dordogne (Bergerac) et le Languedoc. Son expansion l'a conduite à recruter : ainsi, un graphiste, un technicien d'impression et des commerciaux sont venus renforcer l'équipe en place, pour porter l'effectif total à 12 salariés.

Thibaut Albert constate d'une part l'augmentation du niveau d'exigence, avec des cahiers des charges de plus en plus précis, d'autre part la portée de l'oenotourisme, une véritable bouffée d'oxygène pour le vignoble.

Albert Oenologie rime aussi avec écologie : elle s'est engagée sur les papiers recyclés, les cartons français, l'encre à l'eau. Thibaut Albert, ancien rugbyman, croit aussi à la force du collectif et du joué groupé. Il est gérant de la SARL Viniforce, dont le siège social est à Gaillac, qui, forte de 60 magasins en France, achète groupé et référence sous la marque Vinifrance. L'entreprise, qui a su prendre les bons virages dans le bon timing, garde une longueur d'avance sur ses marchés et ses concurrents.

 

Illustration : Thibaut Albert, troisième génération de la famille, a pris les commandes d'Albert oenologie, entreprise qui s'est diversifiée et qui dispute de nouveaux marchés loin de ses bases gaillacoise.

Cerner ses enjeux stratégiques pour mieux piloter ses Ressources Humaines
vendredi 18 janv. 2013
Accompagnement des entreprises

Dans le cadre de ses actions d’accompagnement des entreprises, l’APEC - Association Pour l'Emploi des Cadres - propose aux TPE et aux PME/PMI un diagnostic gratuit ressources humaines : Repères RH.

Lire la suite



 

Repères RH est un service de diagnostic flash qui a pour vocation de permettre aux dirigeants d’entreprises d'avoir une photographie globale de leur situation, de repérer leurs priorités, d'identifier leurs leviers d'action et d'en mesurer les impacts RH pour accroitre leur performance. Ce service est entièrement gratuit pour les entreprises, financé par leurs cotisations.

Si vous êtes intéressés par le service Repères RH proposé par l'APEC, vous pouvez contacter Corinne SAURAT (corinne.saurat@apec.fr / 06.66.51.18.13), interlocutrice privilégiée des entreprises tarnaises.

 

La 2° édition de la JECO programmée à Entiore le jeudi 17 janvier 2013
jeudi 17 janv. 2013
Evènement

La 2° journée des éco-entreprises de Midi-Pyrénées (JECO), organisée par le club Midi-Pyrénées des éco-entreprises, se tient à Quint-Fonsegrives (cité de l'entreprise Entiore) le jeudi 17 janvier 2013. Forte du succès de la première édition qui a réuni plus de 500 participants, les Eco-entreprises de Midi-Pyrénées proposent cette année une thématique d’actualité sur la transition environnementale comme facteur de compétitivité pour les entreprises et les industriels.

Lire la suite



Une manifestation qui prend sa place dans le paysage économique régional

Cette 2ème édition de la JECO vise à répondre aux interrogations des entreprises et industriels de Midi-Pyrénées : comment renforcer durablement la compétitivité des entreprises pour mieux faire face à la crise, préparer l'avenir, contribuer à la préservation de l'environnement et au progrès social et sociétal ?

Transition énergétique, règlementaire, management environnemental, biodiversité, préservation des ressources et optimisation des consommations, risques environnementaux, eco-conception... tels sont quelques exemples de thèmes qui seront abordés au cours de la 2° édition de la JECO.

En ce sens, JECO 2, la Journée des Eco-entreprises, devient maintenant un important rendez-vous annuel pour répondre aux problématiques environnementales que rencontrent les entreprises régionales. Cette journée s’inscrit dans le cadre d'une plate-forme de réflexion, d’innovation et d’expertise sur les nouvelles directives et les nouveaux enjeux en matière d’environnement et de développement durable en Midi-Pyrénées, regardés via le prisme des entreprises.

La JECO 2, un programme et des intervenants de qualité

Au-delà des systèmes et des solutions présentés, JECO2 organise un cycle d’ateliers thématiques pour faire le point sur les grands sujets d’actualités et les problématiques du marché, une conférence et une table-ronde permettant notamment de rassembler les meilleurs experts autour du thème de la transition environnementale.

Voir le programme complet de la manifestation en cliquant ici.

A noter également qu'une convention d’affaires et un espace réunissant environ 25 exposants seront également à la disposition des entreprises pour répondre à leurs besoins immédiats.

Zoom sur le club Midi-Pyrénées des éco-entreprises

Le club Midi-Pyrénées éco-entreprises est un réseau de professionnels de l’environnement régionaux. Il est porté par la CCI de Région Midi-Pyrénées et le réseau des CCI départementales et bénéficie du soutien de l’ADEME. Il a été lancé en 2009 et compte aujourd’hui 75 entreprises adhérentes.

Par éco-entreprises, il est entendu les "entreprises qui produisent des biens et services capables de mesurer, prévenir, limiter ou corriger les impacts environnementaux tels que la pollution de l’eau, de l’air, du sol ainsi que les problèmes liés aux déchets, au bruit et aux écosystèmes".

Le club Midi-Pyrénées des éco-entreprises s’organise autour de 2 objectifs clés.

1. Les échanges et le travail en réseau sur des sujets techniques. 5 thèmes ont ainsi été définis : Eau – Air – Odeurs ; Déchets – Sites et Sols pollués ; Energie – Bruit ; Eco-conception ; Prestations de Conseil.

2. La mise en place d’actions d’accompagnement et de soutien adaptées pour favoriser le développement des entreprises adhérentes : visites de sites, rencontres avec des donneurs d’ordre, organisation de journées techniques, participation à des salons, informations sur des évènements, missions de prospection à l’étranger...

Le club propose par ailleurs un certain nombre de services, parmis lesquels : un annuaire en ligne pour rechercher une prestation, un appui technique pour toutes les questions des entreprises en matière d’environnement, une veille technologique, normative et réglementaire, l’organisation de rencontres thématiques et techniques.

Le club, c'est aussi une charte et des valeurs. 

     - Une charte d’engagement : le partage des savoirs et des expériences dans un esprit constructif de collaboration, le respect des entreprises adhérentes et la mise en œuvre de bonnes pratiques commerciales.

     - Des valeurs : une bonne connaissance entre adhérents pour une meilleure complémentarité des entreprises et une offre de prestations la plus complète possible ; du professionnalisme et de la réactivité ; la proximité.

Le club des éco-entreprises de Midi-Pyrénées est enfin membre du réseau PEXE (club des éco-entreprises de France) depuis début 2011.

 

Pour toute information liée à la JECO 2 du 17 janvier 2013

Laurence Guillat - Chargée de mission Sécurité - Environnement - CCI Midi-Pyrénées

Mail : laurence.guillat@midi-pyrenees.cci.fr

Tél : 05 62 74 20 00 

Karine Giannitrapani - CCI Midi-Pyrénées

Mail : karine.giannitrapani@midi-pyrenees.cci.fr

Tél : 05 62 74 20 19

 

En téléchargement ci dessous : la plaquette du club des éco-entreprises de Midi Pyrénées

L'APEC au service des entreprises tarnaises
jeudi 17 janv. 2013
Accompagnement des entreprises

L'APEC est une association partenaire de Tarn & Dadou qui oeuvre pour les entreprises et les cadres. Elle propose ainsi aux entreprises et aux cadres des services afin de les accompagner dans leurs démarches RH : recrutements, dispositifs et pratiques RH, évolutions professionnelles... Les entreprises tarnaises bénéficient en outre d'un contact identifié et privilégié au sein de l'APEC en la personne de Corinne Saurat.

Lire la suite



L’APEC est une association à laquelle cotisent les cadres et les entreprises du secteur privé. A ce titre, l’APEC développe et propose des services préfinancés à destination des TPE et des PME pour accompagner les dirigeants et les opérationnels RH dans leurs recrutements et la gestion des compétences des collaborateurs.

Par ailleurs, observatoire du marché de l’emploi cadre, l’Apec analyse et anticipe les évolutions grâce notamment à ses grandes enquêtes annuelles : prévisions de recrutement des entreprises (mobilité des cadres, insertion des jeunes diplômés, salaires) et des études spécifiques auprès des cadres et des entreprises sur des thématiques clés.

Pour en savoir plus, suivre le lien vers les pages entreprises du site de l'APEC en cliquant ici ou en bas de cette page.

Pour tout contact : Corinne SAURAT – corinne.saurat@apec.fr / 06.66.51.18.13.

 

En téléchargement ci-dessous : une présentation des services proposés par l'APEC aux entreprises. Cette présentation se retrouve également dans la partie Espace ressources du site éco de Tarn & Dadou

La diversité des âges : un levier stratégique pour l'entreprise
mardi 15 janv. 2013
Accompagnement des entreprises

L'APEC, partenaire de Tarn & Dadou, invite les entreprises de la Région Midi-Pyrénées à sa prochaine matinale, qui se tient le mardi 22 janvier 22013 de 8.30 à 10.30 à Toulouse, sur le thème : "La diversité des âges : un levier stratégique pour l'entreprise."

Lire la suite



 

A l'occasion de la mise en place du Contrat de Génération, l'Apec invite les entreprises de la Région Midi-Pyrénées à échanger sur l'impact de ce dispositif, qui concerne les entreprises de toute taille en matière de gestion des âges et transmission des compétences cadres. 

La première matinale 2013 de l'Apec se déroule le mardi 22 janvier 2013, de 8h30 à 10h30, au sein du centre Apec de Toulouse - 1 place Occitane - Le Sully. Un café d'accueil attentd les entreprises à partir de 8h15. 

Au cours de cette matinale, Patricia Foltyn, consultante entreprises, abordera avec les participants les points suivants.

  • Pourquoi s'intéresser à l'intergénérationnel ? En quoi la gestion des âges est-elle un facteur de performance pour votre entreprise ? 
  • La loi de 2013 : une opportunité pour intégrer des jeunes et maintenir les seniors dans l'emploi.
  • Les différentes étapes pour négocier votre accord intergénérationnel.
  • Des partages de bonnes pratiques dans les différents domaines d'action et les leviers pour harmoniser vos actions Seniors, Egalité, Pénibilité, Handicap. 

Les résultats de l'étude Apec "Les seniors en entreprise : état des lieux" seront également remis à l'issue de cette première matinale de l'année. 

Pour l'inscription à cette matinale ou toute demande d'information complémentaire, vous pouvez contacter Yolande Bijeire par mail (yolande.bijeire@apec.fr).

Où l'on parle (encore) de l'entreprise gaillacoise Ma petite mercerie
vendredi 11 janv. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Depuis qu'elle est sur le devant de la scène - notamment en devenant lauréate du trophée RMC "Bougeons-nous" 2012 dans la catégorie "Jeune Pousse" -, l'entreprise de Christel Anglade-Moncéré, mapetitemerie.com, continue son bonhomme de chemin. Un bonhomme de chemin qui doit entre autres la conduire courant 2013 à recruter de nouvelles forces vives et à s'implanter au sein de la Zone d'Intérêt Régional du Mas de Rest à Gaillac. Nous vous proposons ci-dessous un article paru dans la Gazette du Midi.

Lire la suite



Article ma petite mercerie gazette midi

 

En téléchargement ci-dessous : l'article de la Gazette du Midi.

L'imprimerie Escourbiac investit dans un esprit éco-responsable
lundi 7 janv. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Chez Escourbiac, le mot éco-responsable a du sens. De tout temps, cette entreprise graulhétoise a avancé, progressé, investit en gardant comme ligne de conduite un développement le plus éco-responsable possible. Ou la qualité, l'amour du travail bien fait et le respect de l'environnement comme gages d'un développement pérenne. Chapeau !

Lire la suite



Une entreprise de tout temps éco-responsable

Le superbe calendrier 2013 de l'imprimerie Escourbiac vient de sortir ; sur du papier de design Munken Lynx, il a été réalisé en partenariat avec un papetier suédois, un designer albigeois et deux photographes professionnels passionnés de faune africaine, Christine et Michel Denis-Huot. "Il est une initiation à un voyage pictural de qualité, associé à une réflexion sur notre place dans l'écosystème et sur notre responsabilité à le préserver".

Ce thème de notre responsabilité face à l'environnement est cher à Philippe Escourbiac, dont l'entreprise s'efforce depuis plus de 40 ans, de conjuguer excellence, performance et créativité tout en restant à l'écoute du monde et de son environnement. Lauréate par deux fois du Cadrat d'Or, qui récompense la meilleure imprimerie de France, l'entreprise graulhétoise utilise des encres végétales, du papier Pefc ou Fcs, recycle ses eaux, ses chutes de matière et dispose d'une certification Imprim'Vert.

C'est aussi et toujours dans cet esprit qu'elle vient d'investir 500.000€ dans l'achat d'une machine de brochage Muller-Martini Pantera, pour réaliser les couvertures souples de livres. Un travail que l'imprimerie faisait jusqu'à présent sous-traiter à Bordeaux, et qu'elle pourra donc désormais internaliser.

Seule entreprise en Midi Pyrénées

L'imprimerie Escourbiac sera la seule en Midi-Pyrénées à posséder ce type de matériel. Son installation prochaine a nécessité l'agrandissement des ateliers de Graulhet, situés Route de Lavaur.

Un local, intégralement bois pour respecter l'éthique, a été construit en prolongement des bâtiments actuels. "C'est un investissement lourd, mais du côté du livre qui représente seulement 30% de notre production, on ne ressent pas la crise qui nous pénalise dans le secteur de la publicité - plaquettes d'entreprise, catalogues, calendriers ou cartes - qui occupe 70% de notre fabrication".

L'imprimerie Escourbiac emploie 40 personnes dont deux commerciaux sur Paris. De la compétence à la réactivité en passant par l'engagement responsable, l'imprimerie a désormais tous les atouts en mains pour affronter une concurrence des pays de l'Est vers laquelle se tournent de plus en plus les grands éditeurs pour faire fabriquer le plus gros de leurs livres.

 

Source : article de la Dépêche - lire l'article en ligne ici.

Illustration : Philippe Escourbiac, gérant de l'imprimerie Escourbiac, lors de la remise du Cadrat d'or 2008, récompensant la meilleure qualité d'impression. Le Cadrat d'or est décerné par un jury indépendant composé d’anciens lauréats, des personnalités et des professeurs des Industries Graphiques, encadré par les membres du Conseil d’Administration de la C.C.F.I (Compagnie des Chefs de Fabrication de l'Imprimerie).