Actualités

Ma petite mercerie sur TF1
mercredi 3 avr. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Cela en deviendrait presque une success story ! L'entreprise gaillacoise Ma petite mercerie, après avoir été mise à l'honneur en recevant le trophée RMC "Bougeons-nous" 2012 dans la catégorie "Jeune Pousse", vient de faire le 20h de TF1.

Lire la suite



Spécialiste de la vente en ligne, l'entreprise Ma petite mercerie propose sur son site 20.000 références (tissus, rubans, boutons...) avec des basics et beaucoup de nouveautés en s'attachant toujours aux tendances. Du tissu fantaisie au bouton pression, son offre séduit une communauté de plus de vingt mille fans. Avec environ 130.000 visiteurs par mois, mapetitemercerie.com est devenue en deux ans l’un des succès les plus inattendus du commerce en ligne. La réussite de l'entreprise est couronnée en 2012 par un chiffre d’affaires de 1,2 millions d’euros.

Sa créatrice, Christel Anglade-Moncéré, est une entrepreneuse née, qui veille à la croissance de son entreprise. Après un démarrage "à la maison", l'entreprise travaille en ce moment sur un projet d'implantation sur la Zone d'Intérêt Régional du Mas de Rest à Gaillac, projet devant permettre à l'entreprise d'intégrer d'ici fin 2013 un bâtiment correspondant à ses ambitions. 

Lien vers le site de TF1 pour visionner le reportage : cliquez ici.

Illustration ci-dessous : Christel Anglade-Moncéré, gérante de Ma petite mercerie et son équipe. 

Un partenariat en faveur des artisans du territoire
mardi 26 mars 2013
Accompagnement des entreprises

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Tarn et la Communauté de communes Tarn & Dadou ont scellé un accord autour de la signature d’une convention de partenariat, le mardi 13 mars 2013. Celle-ci vise principalement à mettre en commun des moyens et à partager des informations pour faciliter les échanges avec les entreprises artisanales et optimiser leur accompagnement.

Lire la suite



Le projet de mandature (2012-2017) de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat prévoit de renforcer les actions de proximité. De son côté, la Communauté de communes Tarn & Dadou poursuit une politique de développement de ses partenariats avec les acteurs économiques locaux, dont la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Tarn, acteur majeur du développement économique.

Les deux structures ont déjà des habitudes de travail en commun au service des entreprises artisanales. Elles sont ainsi associées depuis plusieurs années au sein de la pépinière d’entreprises Granilia Tarn & Dadou ; elles collaborent également pour mettre en œuvre, dans le cadre de l'Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat conduite par Tarn & Dadou, des formations dédiées aux artisans du bâtiment ; la Chambre de Métiers participe aussi activement depuis son lancement à la manifestation annuelle les Tables Rondes de Tarn & Dadou...

Signature conventionLa convention signée le 13 mars 2013 permet d’aller plus loin, de mettre en commun des moyens et de partager des informations pour faciliter les échanges avec les entreprises artisanales et optimiser leur accompagnement.

En effet, Tarn & Dadou, c’est plus de 1.000 entreprises artisanales pour 2.750 salariés et l'un des territoires les plus dynamiques du Tarn en matière de création d’entreprises artisanales. C'est pourquoi il devenait nécessaire pour ces deux acteurs majeurs du développement économique local de s'engager à travers cette convention spécifique dans le développement de :

    - l’information et l’orientation des porteurs de projets,

    - la valorisation et la structuration des filières de l’Artisanat comme le bois,

    - le développement durable : gestion des déchets, bâtiments basse consommation,

    - la formation d’artisans et d’apprentis,

    - la mise en place d'actions communes au service des artisans du territoire.

La prochaine illustration de la volonté de développement des partenariats économiques locaux consiste dans le lancement de Tarn & Dadou Entrepreneurs, dispositif auquel la Chambre de Métiers est naturellement associée. Plus d'informations prochainement sur cette plate-forme collaborative visant notamment à proposer un accompagnement mutualisé des entreprises de Tarn & Dadou et de leurs projets.

 

Illustration : Pascal Néel, Président de la Communauté de communes Tarn & Dadou, et Jean-Louis Hormière, Président de la Chambre de Métiers, visitent le Centre de Formation des Apprentis le jour de la signature de la convention.

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi
vendredi 22 mars 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

La Préfecture du Tarn organise en avril des réunions départementales d'information et d'échanges avec les entreprises au sujet du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi lancé par le Gouvernement. Une réunion est prévue à Albi le 09 avril 2013 et une à Castres le 17 avril 2013.

Lire la suite



Dans le cadre de la mise en place du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi, la Préfecture du Tarn organise deux réunions d'information et d'échanges à destination des entreprises. Ces réunions se tiendront : 

    - le mardi 09 avril 2013 à 17.30 à l'Ecole des Mines Albi-Carmaux (campus Jarlard - route de Teillet - Albi) ; 

    - le mercredi 17 avril 2013 à 17.30 à la Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn site de Castres (40, allée Alphonse Juin - Castres).

Ces réunions aborderont notamment les thématiques suivantes. 

    - Le crédit d'impôt compétitivité et emploi. 

    - La Banque Publique d'Investissement.

    - Le contrat de génération et les emplois d'avenir. 

Elles permettront également un échange entre les services de l'Etat et les entreprises du Département. 

Si vous souhaitez participer à l'une de ces réunions, merci de bien vouloir confirmer votre présence par mail à l'adresse suivante : philippe.servanton@tarn.gouv.fr.

 

Vous trouverez ci-après en téléchargement le courrier d'invitation de Josiane Chevalier, Préfète du Tarn. 

La Région Midi-Pyrénées lance l'appel à projets ECO'INNOV et ENERGIE 2013
lundi 18 mars 2013
Information

La Région Midi-Pyrénées souhaite participer au développement de l'éco-innovation en soutenant via l'appel à projets ECO'INNOV et ENERGIE 2013 des projets industriels novateurs, rentables et exemplaires ayant pour but le développement de solutions innovantes pour la conception, la fabrication de produits, services, procédés et systèmes dans un certain nombre de domaines prioritaires.

Lire la suite



 

Le contexte et les objectifs

La prise en compte des enjeux énergétiques et environnementaux à un niveau mondial conduit inexorablement à une évolution des modes de production, de consommation, d’habitation ou de déplacement. En effet, la prolongation d’une croissance découplée de son empreinte écologique ne saurait être désormais envisagée sans crise majeure à court terme. La recherche d’une nouvelle sobriété des activités humaines représente donc un indispensable objectif.

De nouveaux produits, services et systèmes, nourris de la recherche et développement, sont à inventer. C’est l’éco-innovation. Au travers de la mise en place de l’appel à projets ECO’INNOV et ENERGIE 2013, la Région Midi-Pyrénées souhaite participer au développement de l’éco-innovation en soutenant des projets industriels novateurs, rentables et exemplaires ayant pour but le développement de solutions innovantes pour la conception, la fabrication de produits, services, procédés et systèmes, dans les domaines prioritaires suivants.

    - L’énergie / efficacité énergétique

    - La construction et l’aménagement durables

    - Les éco-procédés et produits éco-conçus

    - La caractérisation et le traitement des déchets, de l’eau, des sols pollués et émissions polluantes (solides, liquides, gazeuses)

    - Les outils de mesure et d’évaluation environnementale

    - Toute autre thématique technologique pourra être proposée sous réserve que la finalité concerne le développement de l’éco-innovation et des énergies renouvelables.

Le cadre et les financements mobilisés

Cet appel à projets est financé avec le soutien de L’Union européenne, dans le cadre du programme opérationnel Compétitivité régionale et emploi, soutenu par le Fonds européen régional de développement régional (FEDER) et le Conseil Régional Midi-Pyrénées.

Les dates clés

    - Lancement de l’appel à projets : 15 mars 2013.

    - Limite de dépôt des candidatures : 30 juin 2013.

    - Publication des lauréats : novembre ou décembre 2013.

Les projets encouragés

Les bénéficiaires éligibles

Les partenaires éligibles à l’aide régionale sont aussi bien une entreprise, un laboratoire public de recherche ou un CRITT labellisé CRT situé en Midi-Pyrénées, c’est-à-dire pouvant justifier, à la date de dépôt du dossier ou au plus tard à la date du conventionnement, de l’existence d’un établissement en Midi-Pyrénées, cet établissement étant celui où le partenaire réalisera la majorité des travaux relatifs au projet.

Les projets éligibles

Le projet est porté par une PME de Midi-Pyrénées.

Le consortium est composé a minima de deux partenaires (soit deux entreprises, soit une entreprise et un laboratoire public de recherche de Midi-Pyrénées).

Le projet rentre dans le champ d’intervention de l’appel décrit dans les objectifs.

Le projet doit avoir pour objet le développement et la qualification de solutions technologiques innovantes dans le but de répondre à un besoin exprimé du marché.

Les résultats du projet aidé devront être valorisés industriellement sur le territoire Midi-Pyrénées et/ou devront présenter des retombées économiques pour le territoire Midi-Pyrénées.

Le projet aura une durée n’excédant pas 24 mois.

La candidature

Le dossier de candidature doit être déposé en ligne sur le site https://del.midipyrenees.fr/

 

En téléchargement ci-dessous : le cahier des charges de l'appel à projets ECO'INNOV et ENERGIE 2013.

Foire économique d'Albi : des stands pour les artisans
mardi 12 mars 2013
Info région

La foire économique d'Albi se déroule cette année du samedi 13 avril au dimanche 21 avril 2013. Évènement grand public, l'année 2013 est articulée autour des thématiques habitat, bien-être, jardin et auto. La Chambre de métiers et de l'artisanat, partenaire de Tarn & Dadou, propose aux artisans du Tarn des stands pour exposer leurs compétences et savoir-faire dans la rue de l'artisanat. Profitez-en !

Lire la suite



Dernière offre de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat pour exposer dans la rue de l'Artisanat lors de la Foire économique d’Albi, du mercredi 17 au dimanche 21 avril 2013. Un stand de 9 m² (3*3m), avec éclairage, électricité, moquette, enseigne et communication collective, est proposé aux artisans au tarif de 300€ tout compris.

Si cette proposition vous intéresse, n’attendez plus pour retourner le bulletin proposé en téléchargement en fin d'actualité. Vous pouvez également contacter Anne Bon au 05 63 48 42 06 ou par mail à l'adresse suivante : anne.bon@cm-tarn.fr.

Les compagnons du zinc
lundi 11 mars 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans cette rubrique "Zoom sur...", qui évolue, nous vous proposons désormais de retrouver régulièrement des focus sur "Ces entreprises qui font Tarn & Dadou". Cette rubrique est réalisée en partenariat avec Toul'éco Tarn. Aujourd'hui, la société Blick frères, implantée au sein de la Pépinière d'entreprises Granilia Tarn & Dadou, sur le site de Gaillac.

Lire la suite



Les frères Blick ont créé leur entreprise de charpente-couverture-zinguerie il y a deux ans. En sus des particuliers qui ont permis leur succès, ils s'attaquent aujourd'hui à la commande publique.

Depuis un an qu'ils ont intégré la pépinière d'entreprises Granilia Tarn & Dadou sur le site de Gaillac, les frères Blick ont parcouru déjà bien du chemin. L'entreprise de charpente couverture zinguerie qu'ils ont créée en octobre 2010 a tiré son épingle du jeu malgré la crise et un marché assez difficile.

Par les qualités intrinsèques de l'entreprise bien sûr, mais aussi par cet accueil sur la pépinière d'entreprises qui est pour Guillaume et Benjamin Blick "un plus indéniable". Et de souligner : "la proximité et la cohésion avec les autres entreprises permet des échanges d'idées très fructueux en sus des locaux avec parking, de toute la logistique mise à notre disposition. Le suivi trimestriel dont nous disposons ici est également très précieux car il y a une vraie relation entre la collectivité et nous".

Pour Guillaume, après une longue expérience internationale pour l'un des géants du BTP et son frère spécialiste du zinc depuis quinze ans, la création d'entreprise ensemble était un projet de longue date. Leurs compétences techniques ont rapidement alimenté le bouche à oreille auprès des particuliers comme des cabinets d'architectes, leur permettant de remplir un important carnet de commandes en charpente et couverture.

Une nouvelle étape

Equipe BlickForts aujourd'hui d'un salarié ex-compagnon du devoir, d'un autre compagnon qui a fait étape chez eux dans le cadre de son tour de France et d'un apprenti, les deux frères espèrent maintenant franchir une nouvelle étape en concourant à des appels d'offres publics. "L'idée est de se développer à la fois sur le zinc, les ardoises et les produits très techniques via les appels d'offres comme sur la charpente et les couvertures classiques pour les particuliers" souligne Guillaume Blick.

Poursuivant : "Nous ne voulons pas abandonner les particuliers qui ont été les premiers à nous faire confiance, mais y adjoindre des chantiers beaucoup plus importants en volume et en chiffre d'affaires pour à la fois assurer notre développement et bénéficier d'une vitrine conséquente pour montrer notre savoir-faire sur des équipements d'envergure". Il sera temps, ensuite, de quitter la pépinière qui leur aura servi de tremplin pour investir dans des locaux en propre.

 

Article réalisé dans le cadre d'un partenariat Toul'éco Tarn / Tarn & Dadou - Lire l'artcle en ligne ici.

11° trophée de l'économie numérique 2013 ; et si le Grand Prix était VOTRE projet ?
lundi 11 mars 2013
Evènement

Manifestation régionale désormais incontournable, les Trophées de l'Economie Numérique mettent à l'honneur le savoir-faire et les initiatives des entreprises et organisations de Midi-Pyrénées dans le développement de solutions et applications numériques remarquables.

Lire la suite



Ce concours annuel a pour objectifs de mettre en avant les initiatives locales, de valoriser la filière Technologies de l'Information et de la Communication, de favoriser l'intégration du numérique par le plus grand nombre d'entreprises et de contribuer au développement de projets innovants.

Il est co-organisé par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Midi-Pyrénées, La Mêlée et les Chambres de Commerce et d'Industrie départementales.

Du 18 février au 19 avril 2013, les entreprises et organisations de Midi-Pyrénées peuvent concourir en déposant leur projet dans l'une des catégories suivantes.

Territoire Numérique et Citoyenneté : ce trophée récompensera une organisation qui aura développé une initiative et/ou mis en œuvre une solution exploitant les technologies numériques au service du développement économique local et/ou de ses administrés. 

Performance des Systèmes d'Information : ce trophée récompensera une organisation ayant amélioré significativement son fonctionnement interne et sa compétitivité à travers la mise en œuvre d'un système d'information performant. 

Innovation : ce trophée récompensera une organisation ayant développé une solution numérique innovante.

E-business : ce trophée récompensera une organisation qui aura développé une solution technique ou qui aura mis en œuvre une pratique performante en ligne (e-commerce, m-commerce, e-tourisme et usage web).

Développement durable : ce trophée récompensera une organisation ayant développé et/ou mis en œuvre une solution numérique au service du développement durable. 

Les dépôts des candidatures se font en ligne sur le site de La Mêlée (pour postuler, cliquer ici).

 

Illustration ci-dessous : les lauréats, parrains, partenaires et organisateurs des Trophées de l’Economie Numérique 2012.

Formations en Gestion du Personnel et Droit du travail
mercredi 27 févr. 2013
Accompagnement des entreprises

"La force d’une entreprise se concrétise par la bonne gestion de son personnel". MaRH, Missions d’Accompagnement en Ressources Humaines, vous accompagne efficacement vers cette réussite ! Attention, derniers jours pour vous inscrire aux formations suivantes : "Assistant(e) RH" du 18 au 20 mars 2013 et "Optimiser son plan de formation" le 29 mars 2013.

Lire la suite



Formations en Gestion du personnel et Droit du travail

Lieux : Lisle-sur-Tarn, Gaillac ou Albi
Horaires : 9h30 à 17h30


Assistant(e) RH – 3 jours (21h) – 1200€ HT*

Dates des sessions prévues au 1er semestre 2013 : 18 au 20 mars – 17 au 19 juin

• Se positionner dans l’entreprise, le service du Personnel et vis-vis des acteurs externes (Inspecteur du travail, Médecine du travail);
• Maîtriser l’administration du personnel (les formalités d’embauche et de sortie, les contrats de travail, la gestion des absences, les déclarations, le disciplinaire) et les obligations d’affichages ;
• Piloter les dispositifs de la formation professionnelle continue (plan de formation, BC, VAE, DIF, CIF, contrat et période de professionnalisation, entretien professionnel de 2ème partie de carrière,  bilan d’étape professionnel) ;
• Mettre en place les entretiens annuels ;
• Gérer la mise en place des élections professionnelles et les relations sociales (CE, DP, DUP, CHSCT, DS, RSS, RS au CE, RS au CHSCT) : Leurs attributions, vos obligations, votre rôle ;
• Devenir expert de chaque étape du processus de recrutement (du besoin de l’entreprise à l’intégration du collaborateur).


La gestion des relations sociales et des élections professionnelles – 1 jour (7h) – 400€ HT*

Dates des sessions prévues au 1er semestre 2013 : 12 avril – 5 juin

• Connaître le rôle de chaque instance (CE, DP, DUP, CHSCT, DS, RSS, RS au CE, RS au CHSCT) et leur moyen d’action ;
• Maîtriser vos obligations d’information, de consultation et de négociation ;
• Se préparer à présider ou assister aux réunions ;
• Gérer les élections professionnelles (DP, CE, DUP) et la désignation des membres du CHSCT.

Les bases du droit du travail et des RH – 2 jours (14h) – 800€ HT*

Dates des sessions prévues au 1er semestre 2013 : 29 au 30 avril

• Comprendre les sources du droit du travail et le rôle des acteurs externes (Inspecteur du travail, Médecine du travail, etc.);
• Travailler en  collaboration avec le service RH sur les thèmes du recrutement, du disciplinaire et de l’administration du personnel ;
• Connaître les leviers du développement des compétences des collaborateurs ;
• Découvrir les principes de l’obligation de sécurité de résultat.

Optimiser son plan de formation – 1 jour (7h) – 400€ HT*

Dates de sessions prévues au 1er semestre 2013 : 29 mars – 28 mai

• Connaître les différents dispositifs de la formation professionnelle continue (plan, DIF, BC, VAE, CIF, contrat et période de professionnalisation) ;
• Construire le plan de formation ;
• Gérer le budget du plan de formation et les liens avec son OPCA et OPACIF ;
• Animer les deux réunions spécifiques concernant la FPC ;
• Comprendre la déclaration 2483 ;
• Connaître l’entretien professionnel de 2ème partie de carrière, bilan d’étape professionnel.

Votre formation sur-mesure
Nous créons notre offre selon vos besoins. Contactez-nous afin d’avoir un devis personnalisé !

 

*Les frais de repas sont exclus : Rajoutez 15€HT/jour

Inscription : contact@marh.fr ou 05.81.27.18.18

 9 rur Porte Peyrole-81310 Lisle-sur-Tarn

 www.marh.fr

Créatif parement, le spécialiste du béton créatif
mercredi 27 févr. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans cette rubrique "Zoom sur...", qui évolue, nous vous proposons désormais de retrouver régulièrement des focus sur certaines entreprises du territoire Tarn & Dadou. Cette rubrique est réalisée en partenariat avec Toul'éco Tarn. Aujourd'hui : Créatif Parement, entreprise installée sur le parc d'activités communautaire de la Bouissounade à Lagrave, qui réalise tout élément intérieur comme extérieur en béton.

Lire la suite



Jean-Pierre Roubière est un passionné. Par son métier d'abord, par le plaisir qu'il éprouve à fabriquer, réaliser, proposer à ses clients la solution idéale pour répondre à leurs problèmes ensuite. Créateur de la société Créatif Parement, spécialiste du béton décoratif sur mesure pour l'intérieur et l'extérieur, il s'est installé en juillet 2008 sur la zone d'activités de la Bouissounade à Lagrave, une des 9 zones d'activités de la Communauté de communes Tarn & Dadou. Un homme de l'art qui a commencé par passer un diplôme de menuisier, puis de chaudronnier et qui s'est ensuite spécialisé dans le béton.

Lauréat du réseau Tarn entreprendre en 2007, Jean-Pierre Roubière a débuté seul, ciblant dans un premier temps la clientèle particulière pour qui il réalise toute commande spécifique, de l'encadrement de portes en passant par des éléments décoratifs, des tables, blocs de cuisine et autres plans de travail, sur mesure.

Nouvelle étape en cours

Rapidement toutefois, il s'aperçoit qu'il lui faut un certain volume d'activité pour se développer et décide alors de fournir les marchands de matériaux avec ses produits. Aujourd'hui, en sus du travail sur mesure qu'il réalise toujours, on retrouve ainsi ses produits au sein d'une trentaine de dépôts sur la grande région, de Toulouse à Carcassone. Spécialiste de la poutre en béton pour les avancées de terrasse et autres appuis de fenêtres, Créatif Parement a cependant dû faire face à des difficultés malgré une forte activité, obligeant Jean-Pierre Roubière à réorganiser et restructurer l'entreprise. Une nouvelle étape en cours de finalisation qui devrait lui permettre de franchir un cap décisif et de se consacrer pleinement à ce qui est son véritable moteur : la passion du travail bien fait.

 

Article réalisé dans le cadre d'un partenariat Toul'éco Tarn / Tarn & Dadou - Lire l'artcle en ligne ici.

Ces entrepreneurs qui font Tarn & Dadou : Louis Malié
jeudi 21 févr. 2013
Rencontre

De créations en créations, à 73 ans, Louis Malié, l’ingénieux tarnais, a toujours eu une longueur d’avance, tant sur les marchés de la construction innovante que sur les technologies utilisées au quotidien. Père de la célèbre maison transportable, il est à l’origine de plusieurs concepts technologiques remarquables. L’inventeur prolifique a construit un groupe éponyme avec différentes sociétés, inspirées par les besoins émergents de chacune d’elles. Sans avoir cédé au chant des sirènes, alternant les succès et les crises, au delà de son empreinte économique dans le Tarn, la maison Malié reste un symbole d’inventivité et de nouveauté.

Lire la suite



Fils d’un forgeron-paysan aveyronnais, Louis Malié est arrivé à Graulhet à l’âge de 11 ans et s’emploie comme manoeuvre durant cinq ans. Maçon à son compte dans le Tarn, dès 1963, il y a créé sa première entreprise artisanale traditionnelle, tout seul. En 1971 il fonde STAVEMAC (Société Tarnaise de Vente de Matériaux de Construction). A la suite de l’octroi de l’adjudication de la construction de l’hôpital, trois ans plus tard, il a été "obligé" de passer à la vitesse supérieure. L’activité devient alors tellement diversifiée que Louis Malié monte AéroTarn, une société d’avions taxi, bimoteurs, avec deux autres passionnés d’aviation et pilotes amateurs : Jean-Luc Jolimaître, PDG des Gélatines Weishardt et Alain Macé, à ce moment là, directeur des établissements Quin-Peyrache( produits chimiques), à l’aéro-club de Graulhet. Les trois compères embauchent un pilote professionnel, pour se rendre sur leurs différentes filiales et chantiers. "Nous allions aussi chercher les clients importants… quand ils ne voulaient pas venir !", plaisante t-il. Et Louis de se souvenir d’un retour mouvementé de Genève, un vol de nuit dans les orages, où il a "apprécié" les compétences de Jean-Luc Jolimaître qui était aux manettes.

Contre vents et marées

D’une société à l’autre, en 1990, il en dirige cinq, dans cinq départements d’activités et va jusqu’à embaucher 200 personnes sur la zone industrielle de Rieutord. En misant sur la complémentarité, l’entrepreneur avance, parfois contre vents et marées. A l’égal de sa santé de fer, il a forgé son éternel optimisme sur l’enclume des vicissitudes parfois malheureuses de sa vie. "Je me suis entre autre aguerri pendant la guerre d’Algérie dont je suis revenu plus fort qu’avant, après avoir connu l’horreur". Le 18 septembre 1961 reste la date douloureuse,d’une effroyable fusillade pour l’ex-sergent Malié, des Chasseurs Alpins. "C’est trop con de se faire tuer à 20 ans pour une guerre stupide qui a fait 30.000 morts et n’aurait pas du être, sous couvert… de pacification !", s’émeut-il encore. De ce triste épisode, malgré les meurtrissures, il tire encore une fois sa philosophie de voir toujours le verre à moitié plein. Président fondateur de la FNACA de Graulhet, il en a assuré la mémoire pendant dix ans.

Aussi, pendant 20 ans, l’ embellie commerciale le grise et stimule son imagination. Sa panoplie s’étoffe avec un abribus monobloc qu’il multiplie à 1.000 exemplaires pour le Conseil général de l’Aude, puis un mur de stockage mobile Stomo. Hélas en 1975, le secteur du Bâtiment connaît une crise sévère et son activité chute de moitié. Les finances ne suivent pas. La trésorerie est affaiblie par les frais financiers et les impayés fréquents. L’entrepreneur doit réduire l’effectif ou forcer son imagination pour se diversifier. Il développe alors 25 licences de fabrication pour Bloc Baie, des systèmes pour Compomeca avec lesquels il construit 500 logements HLM dans le Sud de la France. Comme il n’a pas assez de choses à faire, il s’engage dans les mouvements syndicaux, jusqu’à devenir président régional de celui de l’Industrie et du béton.

En 1986, il rachète Marley Betopan, une usine de tuiles béton et ses 20 salariés avant de céder la branche pré-fabrication lourde de l’usine, à certains de ses cadres et chefs d’équipe, qui devient Midi Préfa Industrie (MPIndustrie) à la faveur d’un marché. Cette filiale et 40 salariés, construit 70% des hôtels Campanile en France pendant 15 ans. Deux ans plus tard, il créée Compobaie, cette fois-ci avec ses cadres et ouvriers. Vient ensuite Malié Transports et Euromontage oeuvrant avec vingt spécialistes avant de se lancer dans les franchises avec Maisons N°1. Pendant ce temps il ouvre une carrière et centrale à béton, celle dite de Busque, qui sort à l’époque 600 tonnes de gravier par jour. Plus tard il partagera ses parts avec un groupe de cimentier suisse, afin de créer Tarnaise Agrégats Béton (TAB), que rachètera ensuite l’entreprise Cougot de Lavaur.

Sur fond de conjoncture difficile

Du composant d’ouverture au système constructif en béton entièrement boulonné, il s’oriente ainsi, vers, ce qui va devenir un fleuron de l’industrie tarnaise, son usine de maison monobloc, sous la marque de Maison Transportable en 1982. De ces années prospères, il garde un souvenir amusé et se félicite d’avoir rebondi, après certaines dures chutes. Son secret ? "J’ai toujours essayé de transformer un pépin en avantage", assure t-il. "C’est à cause ou plutôt grâce au vent d’Autan, que j’ai eu l’idée de la maison transportable. Nous avions un mobil-home en bordure du Lac de Damiatte pour aller se détendre avec les enfants. Un jour de grand vent, il a roulé 200 mètres plus loin, complètement disloqué. Un vrai paquet d’allumettes. De rage, j’ai mis le feu à ce qu’il en restait. Il n’a pas mis un quart d’heure pour brûler entièrement… Si on avait été dedans !", se souvient t-il. Le lendemain il planchait sur une maisonnette de loisir en béton, plus solide, avec un toit à deux pentes. Pour soulever ses énormes monoblocs des camions qui les transportent, dans la foulée, il peaufine un chenillard sorte de gros robot radio commandé. Avec une humilité désarmante, l’inventeur de ce process précise : "C’est juste de la mécanique. Un système rustique, pas sophistiqué mais indispensable". Des jeux de vérins à la conception des moules, il fabrique 80% des composants dans ses ateliers de Graulhet.

Plus de 3.000 maisons transportées

Exposée au salon du Bourget en 1985, il vend ses premières réalisations, comme maisonnette de loisir, en bord de mer. A Gruissan, c’est un village de 95 de ces modules en béton qu’il monte, puis 150 en Vendée, pour la Mutuelle des agents des impôts. Un gros chantier grâce auquel il peut, à ce moment là, redresser ses difficultés rencontrées dans les années 90. C’est là qu’il repart, en transformant l’entreprise avec sa fille Myriam et son fils Richard. Le frère et la soeur reprennent cette branche qui aujourd’hui propose un modèle, à nul autre pareil, dont ils ont produit et monté plus de 3000 exemplaires, différents, partout en France.

Seule la crise de 2008 empêchera la famille de franchiser le concept. Aujourd’hui, plus de cinquante modèles de base sont adaptables au goût du client. Des ateliers actuels viennent de sortir onze modules, pour fabriquer les locaux du stade de Tournefeuille. "Les enfants ont repris une affaire passionnante, mais difficile à gérer", s’enorgueillit-il. En emboîtant, néanmoins, les pas du fondateur, ils ont, en tout cas, su garder le cap.

Petit à petit vendu, le groupe est aujourd’hui revenue à Malié Constructions, une sarl qui malgré de nouvelles difficultés, liées à la dernière crise du secteur, a pu préserver 50 salariés. Pour Myriam : « Nous avons à coeur de développer son concept de maison modulaire. Nous sommes depuis toujours, les seuls à y croire autant que lui ! Avec le personnel qui est fier de travailler pour un produit si innovant. Et ils peuvent l’être, parce qu’ils font tous du travail de qualité », confie sa fille, à bonne école, avec cette énergie intellectuelle insufflée. « Il est impossible. Il ne s’arrête jamais. C’est une mitraillette à idée et il faut avoir une sacrée santé pour le suivre ». Mais c’est un visionnaire, qu’elle admire sans restriction.

De ces fastes années, cinq entreprises sont toujours dans la course : Midi-Préf avec une trentaine de salariés, Compobaie avec 150 personnes dispatchées en France, Euromontage avec une vingtaine de salariés, TAB. Malié Transport a été racheté par les Transports Maurel. "J’ai connu trois crises économiques graves : du choc pétrolier de 75 à la dernière de 2008, en passant par la crise du bâtiment de 90. C’est le jeu des affaires. Nous avons un métier à gros chiffre d’affaires, mais à faible marge donc les droits à l’erreur sont très limités", évalue t-il, avec le recul. En toute pudeur, il passe sous silence des drames personnels qui l’ont blessé en chemin. Si désormais Louis Malié a cédé toutes ses parts dans ces diverses sociétés, il n’a pu se résoudre à prendre sa retraite. En janvier 2011, le septuagénaire s’est lancé dans une nouvelle aventure.

Les jardinous de Louis : une idée en or

Médaille d’or au concours Lépine 2009, le Jardinou, un potager nomade est fabriqué et commercialisé à Graulhet, depuis le début de l’année. Louis Malié a déjà vendu un millier d’ exemplaires de ses Jardinous dont 30 % à des particuliers et 70% dans des maisons de Retraite. Soit en moyenne deux par jour. Pour potager ou jardin d’agrément, les quatre différents modèles de jardins transportables de la société Malié Innovation (créée pour l’occasion) sont le fruit de cinq années de cogitation et d’essais menés par leur génial concepteur. Si les jardins suspendus de Babylone ont été construits, par Nabuchdonosor II, pour rappeler à son épouse ses forêts natales, ceux de Louis donnent la possibilité, à chacun, d’avoir un lopin de terre, à entretenir avec le moindre effort, dans un minimum d’espace.

Louis Malié"L’idée m’est venue en ramassant des haricots verts dans mon jardin. J’ai mis quinze jours à m’en remettre, tant j’ai eu mal au dos. La terre est trop basse. Le ciel trop haut. Seul le Jardinou est au bon niveau", plaisante l’astucieux inventeur dont les créations multiples partent d’un constat. "Je cherche toujours à solutionner les galères, la pénibilité, sur les chantiers autant qu’au jardin. Puisque la terre est trop basse, je la remonte à portée de main", s’amuse t-il.

Après plusieurs projets et tentatives en béton "pas bon, trop lourd, trop moche", il a pensé à utiliser le bois en rondins. Quelques maquettes et prototypes lui ont été nécessaires pour aboutir au modèle d’aujourd’hui dont il a déposé le brevet et la marque, il y a trois ans. Juste avant la Foire internationale de Paris, dans le but de s’inscrire au fameux concours Lépine. Quelle ne fût pas sa joie de voir ses efforts couronnés par une médaille d’or du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche.

L’as des trucs et astuces

De 1,50 mètre à 4 mètres d’envergure, ses jardins nomades sont réalisés en rondins de pin de 12 cm de diamètre, traités à coeur aux sels non nocifs, venus de Haute-Loire. "Les escargots et les limaces n’appréciant pas du tout ce traitement, ils n’accèdent jamais au plantations. Ce n’était pas prévu, mais c’est une heureuse coïncidence", jubile t-il. Afin de pouvoir proposer un produit complet, clef en main, en kit, Louis Malié va jusqu’à fournir du compost maison et un terreau universel bio… tarnais, en provenance de Jardivie à Saint-Affrique-Les-Montagnes.

Entaillés recto-verso aux extrémités, les rondins sont emboîtés pour constituer un bac auto-stable, prêt à recevoir une tonne de terre (ou une vingtaine de sacs de 50 kg). Il a même été jusqu’à inventer une machine à fraiser, spéciale, pour réaliser les encoches au millimètre près. Les croisillons destinés à assembler les pieds en pyramides n’existent pas sur le marché. Qu’à cela ne tienne, il les fabrique lui -même en ondulant des lamelles de fer avec…les pignons d’engrenage d’une rouleuse mécanique de cerclage de roue de charrette, bi-centenaire, ayant appartenu à son grand-père charron. Equipés d’une serre à enrouleur très facile d’usage, les Jardinous permettent de faire des semis, des plants plus longtemps dans la saison. Abordables sans efforts, ils font également la joie des seniors ou des personnes en fauteuil roulant pour lesquelles, Louis Malié a fabriqué un modèle spécial circulaire leur facilitant encore plus l’accès. Un des tous premiers a été offert à la maison de retraite de Graulhet. Utilisé comme aide à la mémoire par les thérapeutes, le Rotary Gaillacois en a également offert un, à l’unité d’Alzheimer de l’hôpital de Gaillac.

Sa toute dernière création : un jardinou métallique circulaire est encore plus adapté aux "jardiniers" en fauteuil roulant et son jumeau doté de rondins tressés ravit les adeptes de la Déco. Ce qui lui a permis de créer un emploi spécifique et de travailler avec deux artisans du coin.

A 73 ans, Louis Trouvetout a encore plus d’une innovation dans son sac.

Mais là, c’est encore top secret… jusqu’au prochain dépôt de brevet !

 

Source : Toul'éco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Richard Malié, le fils de Louis Malié et gérant de Malié constructions, devant une maison transportable Malié... et un jardinou.