Actualités

Nouveau : un salon de massage ouvre ses portes à Gaillac
lundi 6 févr. 2017
Du nouveau à Gaillac

La praticienne Gabrielle Amalric vous invite, depuis son nouveau salon de massage de Gaillac, à entreprendre votre démarche en santé naturelle avec la méthode Edonis, alliant l'efficacité du massage Edonis et la médecine traditionnelle chinoise. Petit topo ci-après.

Lire la suite



Installée en centre-ville de Gaillac (13 rue des Frères Delga), Gabrielle Amalric a récemment ouvert les portes de son salon de massage Energie Zen.

Dans le cadre de son activité, Gabrielle combine des techniques manuelles en santé naturelle avec celles de la médecine traditionnelle chinoise à travers notamment les massages Edonis.

Les prestations de massage Edonis comportent des manœuvres du massage californien, ayurvédique, balinais et des mouvements de tuina pour réguler le système énergétique. Cette méthode agit sur tout les troubles fonctionnels : stress, concentration, troubles gynéco, insomnies tendinites, douleurs cervicales etc...

Edonis signifie "plaisir" ou "volupté", utilisée par la médecine pour décrire des centres nerveux dans notre cerveau. Ces centres (édonistes ou hédonistes) sont aussi appelés "circuits de récompense". Ils constituent la base du bien-être de chacun. Le protocole de massage Edonis agit sur les centres nerveux pour apporter rapidement un équilibre fondamental pour la santé. Une séance Edonis combine un protocole de massage confort, auriculothérapie, énergétique Chinoise, moxibustion et conseils en santé naturelle. Elle est personnalisée pour chacun.

A noter une offre spéciale Saint Valentin : un massage acheté = -20% sur le 2ème massage jusqu'au 14 février 2017.

Pour profiter des techniques de massage édonis, n'attendez plus !

Pour tout contact : Gabrielle Amalric au 06.42.34.83.83.






A Gaillac, un groupe de commerçants pousse à la fusion des trois associations
mardi 31 janv. 2017
Du nouveau à Gaillac

Après Graulhet, qui a récemment réunit au sein d'une seule et même association commerciale l'ensemble des acteurs économiques de la commune, c'est au tour de Gaillac de se pencher sur cette réflexion. Une réflexion pas simple, mais qui vise l'efficacité et encourage le collectif, en accord avec les axes stratégiques de développement de la commune ou de la Communauté d'Agglomération en matière de commerce.

Lire la suite



C'est une réunion importante, voire décisive, qui se tiendra le jeudi 02 février à 20h, dans la salle Dom Vayssette (rue Cavaillé-Coll). Elle risque en effet de redistribuer les cartes dans le commerce local.

A l'origine, on trouve un groupe d'une quinzaine d'entrepreneurs "de divers horizons commerciaux, artisanaux, industriels et libéraux", sous l'enseigne Gaillac Commerçants, selon les mots de sa porte-parole Marie-Claire Deguilhem.

C'est sans doute la nomination d'une manager de ville, Valérie Poibeau, qui a décidé ces commerçants à prendre l'initiative de cette réunion, ouverte au plus grand nombre. Ils ne veulent pas constituer une "troisième association", après l'historique AGACI et celle des commerces de Piquerouge, mais être le fer de lance du regroupement en une seule entité.

Le maire, qui assistait à la réunion du groupe, y est favorable et a même incité à cette démarche de fusion. "Trois associations, c'est la division probable, ou au moins l'éparpillement. Un seul interlocuteur réunissant le centre et la périphérie, la grande distribution et le petit commerce, pour la ville comme la communauté d'agglomération, c'est préférable".

La municipalité y est favorable

Les premières rencontres avec l'AGACI n'ont rien donné, les commerçants de Piquerouge, autour d'Emmanuelle Bosc semblent mieux disposés.

De toute façon, Marie-Claire Deguilhem ne baisse pas les bras. "Il est temps de mettre fin aux guéguerres qui affaiblissent tout le monde".

Un discours qui devrait emporter l'adhésion. Ce qui est moins évident, c'est la définition des statuts et la répartition des postes au bureau. Le souhait formulé par Marie-Claire Deguilhem et ses amis étant la règle des trois tiers : deux représentants pour l'AGACI, deux pour les commerçants de Piquerouge et deux pour leur propre groupe.

La fréquentation de la réunion sera un premier indice de l'avenir de cette initiative.

Contacts

06 31 07 38 54 ou gaillaccommercants@gmail.com

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Marie-Claire Deguilhem, du groupe Gaillac Commerçants, espère convaincre les deux autres associations antérieures de former une seule entité.

Franck Tayac, de l'infographie à la construction
lundi 30 janv. 2017
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans la famille Tayac, demandez n'importe lequel, vous tombez sur un bosseur. Franck était infographiste, mais les difficultés de son employeur l'ont conduit au chômage. Il n'y est pas resté longtemps. Il a d'abord aidé des maçons, puis s'est installé à son compte en mars 2015, en créant Isonéo Constructions à Gaillac.

Lire la suite



Depuis, il a construit quatre maisons sur le Gaillacois, et son poste de poseur du bloc Isolasup System, un produit exclusif de Chausson Matériaux, l'amène sur un large périmètre, jusque dans le Pays Basque. Le travail ne manquant pas, son père Francis, jeune retraité, s'est associé avec lui. Franck Tayac bâtit des maisons en béton armé, avec des blocs coffrants isolants.

"Ce système permet de construire facilement un bâtiment basse consommation en alliant la rapidité, la simplicité et l'efficacité".

L'exécution prend sept semaines pour mettre hors d'eau hors d'air un pavillon de 160 m², menuiseries comprises. C'est surtout le profil thermique et acoustique qui séduit les acheteurs.

"Je n'ai rien inventé, cela se fait dans d'autres pays. La double isolation par l'intérieur et par l'extérieur permet d'avoir un rendement supérieur au traditionnel, ou le même mais avec des murs moins épais". Franck Tayac propose aux clients deux types de cloisons, avec des performances et des prix différents. "Dans les deux cas, l'économie de chauffage est très sensible".

Le voile de béton, notamment, apporte une étanchéité à l'air. Une fois monté le gros œuvre, l'intérieur se prête à toutes les possibilités : lambris, faïences, plaquo… Franck peut même former les autoconstructeurs, ou proposer son assistance en cours de réalisation.

"C'est comme un Lego : on emboîte les blocs mâles et femelles, avec les entretoises, sans aucun collage. C'est simple, mais il faut quand même être vigilant sur le montage". Dernier avantage du système, le chantier est propre et silencieux : pas de gravats, ni de bruits d'engins. "L'été, on commence à 6h du matin, sans embêter les voisins".

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Franck Tayac et son père, qui s'est associé à l'entreprise. L'exemple d'une reconversion qui réussit.

26 janvier 2017 : Midinnov, les rencontres pour innover en Occitanie
jeudi 26 janv. 2017
Evènement

L’innovation, le transfert de technologies et l’internationalisation sont les clés du développement des entreprises et des territoires. Organisé par Madeeli, Midinnov est devenu en une décennie le rendez-vous incontournable des entreprises de la Région Occitanie pour innover et booster leur développement.

Lire la suite



Le salon Midinnov 2017 se tient le 26 janvier 2017 au Centre de Congrès et d’Exposition Diagora - Labège. Sans être exclusif, il s'adresse en particulier aux entreprises de la Région Occitanie dont l'activité se déploie sur les secteurs d'activités suivants : Aéronautique, Agro-industries, Automobile, Eau, Éco-industries, Énergie, Espace, Evénement, Ferroviaire, Filières émergentes, Industrie du futur, Innovation, Matériaux, Numérique, Robotique, Santé.

L'objectif de Midinnov consiste à faciliter l’innovation dans les entreprises de la grande Région Occitanie, et à les aider à Midinnov éluspasser de l’idée au produit, en accélérant le processus d'innovation, d'accompagnement et de fertilisation croisée.

Avec environ 200 exposants, l'édition 2017, la 10ème, offre un espace privilégié aux entreprises porteuses de projet pour rencontrer tous les partenaires de l’innovation et trouver un accompagnement adapté :

  • des Prédiag Midinnov,
  • 2.000 m² d’exposition et d’animations,
  • un programme d’ateliers "Mer & innovation",
  • la cérémonie de remise des trophées des Inn’Ovations.

Lors de la dernière édition de Midinnov en 2016, plus de 2.000 visiteurs, dont 60% d’entreprises et porteurs de projet, ont participé aux rencontres.

Financé par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et l’Union Européenne, Midinnov est organisé par Madeeli et l’agence Transferts en partenariat avec les membres du RDTI, le réseau pour innover.

Faites avancer votre projet innovant avec le Prédiag Midinnov

NaioPME, PMI, porteurs de projets ou créateurs d’entreprises innovantes, rencontrez le même jour, sur un même lieu, tous les partenaires de vos projets d’innovation : centres de compétences technologiques, laboratoires de recherche, accompagnateurs et financeurs de l’innovation, groupements d’entreprises…

En amont de la journée du 26 janvier, les entreprises peuvent bénéficier d’un Prédiag Midinnov gratuit et personnalisé. Centré sur le projet d’innovation, le Prédiag Midinnov permet au porteur de projet d’optimiser sa journée Midinnov et de prendre rendez-vous à l’avance avec les contacts les plus pertinents pour son projet, au sein du dispositif régional d’appui à l’innovation.

Inscrivez-vous et demandez votre Prédiag en ligne en cliquant ici.

Les inscriptions à l'édition 2017 de Midinnov, le programme détaillé, les actualités sur les exposants et les démonstrations à retrouver en ligne sur le site de la manifestation.

Cicem : la construction industrielle clefs en main
jeudi 12 janv. 2017
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans cette rubrique "Zoom sur...", nous vous proposons de retrouver régulièrement des focus sur "Ces entreprises qui font Tarn & Dadou". Cette rubrique est réalisée en partenariat avec ToulEco Tarn et vise à valoriser les compétences et savoir-faire des entreprises locales. Aujourd'hui, la société CICEM, à Montans, au sein de la zone d'activités de Garrigue Longue : une référence de la construction industrielle clefs en main.

Lire la suite



L’expert tarnais de la construction industrielle clefs en main, Cicem, a de belles références à son actif. L’entreprise vient tout juste de contracter son dernier chantier à Terssac.

Avec des réalisations symboliques à son actif en Midi-Pyrénées, telles la construction de bâtiments pour Alkia et Vitivista à Albias dans le Tarn-et-Garonne, ou encore la restructuration des laboratoires Invivogen Cayla à Toulouse et à l’Union pour Air Plus, Cicem a traversé la crise du bâtiment en progressant régulièrement. Un regain d’activité boosté par un carnet de commandes pour des investisseurs, des chefs d’entreprises, mais pas de particuliers, qui lui donne une visibilité à plus de six mois. L’équipe Cicem a fait passer son chiffre d’affaires de 4 millions d’euros à 5,8 millions d’euros l’an dernier.

Un seul interlocuteur de A à Z sur le chantier

"Nous concevons les bâtiments en interne dans notre bureau d’études de l’idée à la livraison. Ce qui permet aux clients de se libérer et se décharger de toutes les démarches avec un seul interlocuteur", explique Thierry Gros. "Notre atout consiste en ce savoir-faire et une expertise qui comprend 80% des corps de métiers liés à la construction au sein même de l’entreprise."

L’entreprise assure le pilotage en continu de ses projets par six chefs de chantier à la tête des équipes dotées d’un conducteur de travaux et d’ouvriers qualifiés. En témoigne les réalisations à commencer par celle des voisins : Les Ateliers du pain, LR Performance, Métronome technologie ou encore le Pôle Santé de Gaillac, les Ateliers CSD aux Massiès à Couffouleux ou Mitjet à Saint-Sulpice.

Créée en 2010 sur la Zone d’Activités Tarn & Dadou de Garrigue Longue à Montans, l’entreprise vient de passer de 18 à 21 personnes dans les bureaux et les ateliers et prévoit de une à trois embauches supplémentaires en 2017. Guy Flaud a repris la gérance de l’entreprise aujourd’hui avec trois associés, pour sa part à hauteur de 45%, pour Thierry Gros et Nicolas Goin pour 25% chacun et Fabrice Flaud (le fils) avec 5%.

Il se félicite aussi d’un SAV très réactif : "Notre solution clefs en main est adaptée pour soulager le demandeur. Nous maîtrisons totalement le planning ce qui lui permet de planifier le déménagement et de se projeter au plan économique. Du coup nos perspectives sont encourageantes. Tant pour notre activité que pour celle de nos clients".

Les représentants de Cicem attendent ainsi avec impatience la mise à disposition de l’extension de parcelles viabilisées en cours sur la zone Garrigue Longue, afin de pouvoir implanter de futurs clients en répondant aux demandes actuelles.

 

Article réalisé dans le cadre d'un partenariat ToulEco Tarn / Tarn & Dadou - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : de gauche à droite, Guy Flaud, Thierry Gros et Nicolas Goin.

Freyssinet Aero double son usine dans le Tarn
mercredi 11 janv. 2017
Evènement

Implantée sur la Zone d'activités des Massiès à Couffouleux, au sein de la nouvelle Communauté d'Agglomération Rabastinois, Tarn & Dadou, Vère-Grésigne Pays Salvagnacois, Freyssinet Aéro, sous-traitant global en aéronautique, construit une usine robotisée de pièces en titane, pour honorer un contrat de 100 millions d'euros sur le LEAP (le Leading Edge Aviation Propulsion est une nouvelle génération de turboréacteur).

Lire la suite



En robotisant la fabrication pour diminuer le coût, le sous-traitant Freyssinet Aero Equipment, implanté à Couffouleux au sein de la Zone d'activités des Massiès de la nouvelle Communauté d'Agglomération Rabastinois, Tarn & Dadou, Vère-Grésigne Pays Salvagnacois, a obtenu un gros contrat de Safran Aircraft Engines pour la production de pièces critiques en titane du moteur LEAP (le Leading Edge Aviation Propulsion est une nouvelle génération de turboréacteur).

Avec l'accroissement des livraisons du LEAP, l'entreprise estime la valeur du contrat à 100 millions d'euros sur dix ans. Cette commande formera un tiers de son chiffre d'affaires, qui s'est élevé à 16,5 millions d'euros en 2016, en hausse de 15% par rapport à l'année précédente. L'entreprise qui compte 80 salariés va livrer des sous-ensembles équipés.

Pour fabriquer les pièces, elle a construit cette année un atelier high-tech de 3.500 mètres carrés qui double la surface de son usine, en investissant 14 millions d'euros. Les premières machines sont installées et la production de série a commencé en janvier 2017.

Avec la montée en charge du programme, cette usine comptera jusqu'à 12 machines d'usinage sur une ligne flexible et automatisée. La manipulation de la matière première, des pièces et le changement des outillages seront robotisés. "La ligne de fabrication est numérisée de la commande du client à la pièce finie. Tous les systèmes sont interfacés, c'est une vraie usine du futur", se félicite Philippe Parsoire, Président de Freyssinet Aero Equipment.

Les opérations de contrôle sont informatisées, selon la maîtrise statistique des procédés qui consiste à contrôler les process et non plus les pièces. Cette méthode diminue le nombre de pièces non conformes et fait gagner du temps.

Fabrication de série

Avec l'automatisation, l'activité pour le LEAP ne créera que 10 emplois de techniciens très qualifiés. "Mais si l'on n'avait pas robotisé la production, les pièces auraient été fabriquées dans des pays à bas coûts", explique Philippe Parsoire.

Le sous-traitant a d'abord eu un premier contrat sur les prototypes. Puis il a proposé de nouvelles solutions d'usinage des métaux durs qui réduisent les coûts et les délais pour obtenir la fabrication de série. "L'intelligence de Safran a été de nous dire que nous aurions un contrat à long terme si nous proposions une solution performante", raconte le dirigeant.

La nouvelle ligne automatisée, en avance sur son temps, sera utilisable pour d'autres clients et l'entreprise négocie de nouveaux contrats. Elle veut aussi se diversifier.

Fabricant de pièces mécaniques pour Stelia, Safran, Airbus Safran Launchers, UTC et Daher, le sous-traitant veut s'étendre à la chaudronnerie et aux matériaux composites en rachetant des entreprises. Son objectif est d'atteindre un chiffre d'affaires de 42 millions d'euros en 2022, dont un tiers avec le contrat LEAP.

 

Source : Les Echos - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : vue du projet de développement de Freyssinet Aero.

Le marché du réemploi des pièces automobiles passe aussi par le Tarn
lundi 9 janv. 2017
Information

Depuis le 1er janvier 2017, les garagistes sont obligés de proposer des pièces d’occasion à leurs clients. C’est une opportunité pour les spécialistes du recyclage automobile, comme Careco qui ouvre - en complément de son site de production régional implanté sur la Zone d'Intérêt Régional du Mas de Rest à Gaillac - Careco Express à Montpellier, lundi 09 janvier 2017.

Lire la suite



Depuis ce premier janvier 2017, les professionnels de l’entretien automobile sont obligés de proposer à leurs clients des pièces de réemploi.

Une disposition prévue par un amendement à la loi sur la transition énergétique pour limiter la surconsommation de pièces détachées, prolonger la durée de vie de celles en bon état et ainsi réduire les émissions de CO2.

Chez Careco, le leader de la vente de pièces auto d’occasion, on se réjouit. "Les pièces d’occasion sont jusqu’à 70% moins chères que les pièces neuves, donc les particuliers comme les garagistes ont tout à gagner au réemploi. C’est aussi un marché réglementé avec des professionnels agréés ce qui limite les risques pour le consommateur", indique Laurent Hérail, responsable du site Surplus Auto (Careco) à l’Union, près de Toulouse. Ce décret peut aussi alléger les facture d’entretien automobile. Un poste de dépense qui pèse près de 700 euros par an, soit un quart du budget automobile des particuliers.

Qualité et garanties

Le spécialiste du recyclage automobile compte actuellement cinq centres Surplus Auto en ex-Midi-Pyrénées et ouvre lundi son premier "Careco Express" à Montpellier. Les deux plus importants, à Gaillac et à l’Union, sont équipés d’une unité de déconstruction automobile.

"Le site de Gaillac est tout neuf avec des processus à la pointe des technologies. Nous y traitons 12.000 véhicules par an et 3.500 à l’Union", précise Laurent Hérail. Les deux autres sites, situés à Castres et Albi, sont alimentés en pièces d’occasion et proposent de l’entretien et de la réparation. Ce sera également la vocation du Careco Express de Montpellier.

"Nous ne gardons que les pièces de très bonne qualité et recherchées par le marché. Nous avons des experts carrossiers et mécaniciens dans les centres et des procédés informatisés pour sélectionner les pièces. Elles sont nettoyées, informatisées avec une traçabilité totale avant d’être stockées", insiste Laurent Hérail. L’entreprise propose également une garantie d’un an sur le matériel vendu.

Le défi de la confiance

Si le secteur s’est totalement professionnalisé, le réemploi automobile n’a pas bonne presse. "Le particulier a encore l’image d’une casse où rien est contrôlé. Il faut l’inciter à faire le premier pas et le décret devrait nous y aider", assure le dirigeant.

Du côté des professionnels de la réparation, la filière réemploi pourra compter sur l’appui des concessionnaires et des assurances dont les intérêts économiques sont évidents. "Beaucoup d’assureurs ont mis en place des incitations financières au réemploi aussi bien pour les garagistes que les particuliers qui peuvent voir leur quote-part annuelle baisser".

Selon Laurent Hérail, l’alternative du réemploi va développer, à terme, un nouveau marché : "Aujourd’hui, c’est 2% du marché de la pièce auto en France contre 20% en Espagne et 15% dans les pays nordiques. Nous espérons rapidement doubler ce chiffre".

 

Source : Touléco Green - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : vue d'une partie du stock de pièces de réemploi de l'entreprise Surplus Auto 81 à Gaillac.

L'incubateur Catalis recrute sa nouvelle promotion de projets d'innovation sociale !
mercredi 4 janv. 2017
Information

Vous avez une idée, un projet mais vous auriez bien besoin d'un petit coup de pouce pour le développer et le mettre en place ? A l'occasion de son 6ème appel à candidature, l'incubateur Catalis organise des réunions d'information un peu partout sur le territoire, notamment dans le Tarn à Castres le jeudi 19 janvier 2017. A la clé, si votre projet est retenu, un accompagnement personnalisé et sur mesure pour vous aider à concrétiser votre idée.

Lire la suite



Catalis, Incubateur Régional d’Innovation Sociale porté par l’Union Régionale des SCOP Midi-Pyrénées, avec le soutien de la Région Occitanie et de l’Europe, est un dispositif d’accompagnement à l’émergence et la création d’entreprises socialement innovantes en Occitanie.

Catalis lance son 6ème appel à candidatures pour recruter ses nouveaux projets 2017 ! Entrepreneurs, porteurs de projets, candidatez !

Le processus de sélection

Qui peut candidater ? Catalis s’adresse à toutes les personnes ou groupes qui ont une idée ou un projet répondant à une
problématique de société et qui souhaitent mettre en œuvre une solution innovante sur le territoire régional.

Comment candidater ? le dossier de candidature est proposé ci-dessous en téléchargement ; il est aussi à retrouver sur le site Web de Catalis, tout comme le cahier des charges de l'appel à candidatures. Le dossier de candidature est à compléter selon la présentation indiquée, puis à envoyer par mail uniquement à : catalis@scop.coop avant le 29 janvier 2017, sous la forme d’un seul document (annexes à intégrer au document), sous format électronique (Word ou Pdf), avec un maximum de 10 pages pour le dossier de candidature (hors annexes).

Les critères d’éligibilité

Les projets seront évalués selon les critères suivants.

  • Implantation sur l’un des 8 départements de l’ex-Midi-Pyrénées.
  • Caractère innovant : solution nouvelle, non existante sur le territoire d’implantation.
  • Valeur ajoutée sociale : solution proposant une réponse à des besoins sociaux nouveaux ou non / mal satisfaits sur le territoire.
  • Dimension collective : projet réunissant différentes parties prenantes dans une logique de co-construction.
  • Faisabilité économique : modèle économique marchand et à lucrativité limitée ou encadrée.
  • Cohérence de l’équipe projet : porteurs de projets compétents et expérimentés, potentiel entrepreneurial.

Processus de sélection

  • Pré-sélection interne des projets entre le 30 janvier et le 03 février 2017.
  • Audition des porteurs de projets par les Comités Techniques Départementaux entre le 13 et le 24 février 2017.
  • Accompagnement en pré-incubation (mars – mai 2017).
  • Validation de la poursuite de l’accompagnement en comité interne (mai 2017).
  • Démarrage de la phase d’incubation (juin 2017).

Réunions d'information

Elles se déroulent sur l'ensemble du territoire de Midi-Pyrénées, à partir du 03 janvier 2017, comme présenté sur la carte ci-dessous.

Réunions Catalis

Pour le Tarn, cette réunion se tient à Castres le jeudi 19 janvier 2017 de 9h à 12h, au sein des Ateliers (voir plan d'accès en suivant le lien ici).

Accompagnement Catalis

Catalis accompagne les porteurs de projet durant toutes les étapes clés du montage et de la concrétisation de leur idée : d’une durée de 9 à 15 mois, l’accompagnement est entièrement personnalisé selon les besoins et le niveau de maturité des projets. Il prend la forme :

- d’un accompagnement individuel : rencontres régulières de suivi et d’accompagnement avec les chargées de mission Catalis et des professionnels et experts du secteur ;

- de  temps  collectifs de partage et de formation : sessions d’animation collectives afin de monter en compétences sur les thématiques clés de la création d’entreprises sociales : modèle économique, gestion, management, communication, impact social... ;

- d’une connexion privilégiée avec le réseau régional de l’innovation sociale : Catalis mobilise tous les acteurs de l’écosystème régional de l’innovation et de l’économie sociale et solidaire afin d’apporter visibilité et ressources aux projets.

L’accompagnement se déroule en 2 phases distinctes.

Phase de Pré-incubation (3 mois) - Passer de l’idée au projet.

  • Diagnostic du projet : identification des besoins, points forts et points faibles du projet.
  • Plan d’actions autour du projet : identification des axes de travail à privilégier, des acteurs à mobiliser, définition des objectifs et du calendrier d’actions, etc.
  • Pistes d’amélioration dans la définition et la présentation du projet : identification du potentiel d’innovation, étude de faisabilité, structuration des partenariats, etc.

Phase d'Incubation (6 mois renouvelable) - Passer du projet au démarrage de l’activité.

  • Mise  en  œuvre  opérationnelle  du  plan  d’actions : structuration économique et juridique, accompagnement à la recherche de financements, démarche commerciale, communication, ressources humaines, etc.
  • Mise  en  réseau et visibilité auprès des acteurs de l’innovation, du développement territorial et de l’Economie Sociale et Solidaire.

L’innovation sociale

Replacer l'humain au cœur de l'innovation, proposer des solutions qui conjuguent efficacité économique et utilité sociale, créer de véritables projets de territoire, c'est le pari que fait Catalis en accompagnant les projets d'entreprises qui apportent des réponses simples et innovantes aux besoins des populations.

Face à la difficulté des politiques publiques de répondre à des besoins sociaux croissants (environnement, accès à l’emploi, lutte contre la précarité et l’exclusion sociale, santé...), l’innovation sociale invente en permanence de nouvelles réponses, adaptées aux particularités des territoires et de leurs habitants.

L’innovation sociale repose sur 3 principes fondamentaux.

  1. Un projet économique reposant sur un modèle économique viable, créateur d’activités et d’emplois, et s’inscrivant dans une logique de partage des richesses et de lucrativité encadrée.
  2. Une finalité sociale, sociétale et/ou environnementale visant à répondre aux problématiques majeures qui touchent nos sociétés (vieillissement, petite enfance, logement, santé,  lutte  contre  les  discriminations...), à développer le lien social et à valoriser les territoires.
  3. Une gouvernance collective et démocratique, impliquant les parties prenantes et les bénéficiaires dans une logique de co-construction et de partagedes décisions.

Les secteurs privilégiés de l'innovation sociale sont les suivants.

  • Aménagement, habitat, transport : co-voiturage, éco-construction, habitat coopératif...
  • Consommation : commerce équitable, circuit court de consommation, éco-tourisme...
  • Culture : projets favorisant l'accès à la culture, les formes innovantes decréation artistique...
  • Environnement : énergies renouvelables, recyclage, gestion de l'eau...
  • Santé : maintien à domicile, accès aux soins, prise en charge des personnes âgées...

Pour tout contact

catalis@scop.coop / 05 61 00 15 50.

 

En téléchargement ci-dessous : le dossier de candidature pour le 6ème appel à candidatures Catalis.

Le gaillacois tire la démographie tarnaise
mardi 3 janv. 2017
Info région

Entre 2009 et 2014, Gaillac, la troisième commune du département du Tarn, a vu sa population augmenter de 14,5 %. Un record. Son pouvoir de séduction, la capitale tarnaise du vin le tire bien sûr de sa proximité avec Toulouse depuis que l'autoroute l'a mise à moins de 35 minutes de la Ville rose.

Lire la suite



D'autres communes, de Lisle-sur-Tarn à Saint-Sulpice, profitent du phénomène d'aspiration, mais pas au point de dépasser les 15.000 habitants comme Gaillac.

Le maire veut donc croire que d'autres raisons expliquent "le phénomène".

En premier lieu, Patrice Gausserand cite ce qu'il a appelé en 2015 la "happy mobilité" en faisant de sa ville l'une des trente, en France, à offrir à ses administrés des transports en commun entièrement gratuits. "Avant, la taxe transport nous rapportait 400.000€ par an et les billets 17.000€. Nous avons décidé de passer à la gratuité pour que le fait de prendre le bus devienne un réflexe. La taxe transport payée par les entreprises est passée à 420.000 €. Mais la fréquentation a augmenté de 59% en 2015 et de 74% en 2016. À côté de ça, il faut savoir que le stationnement est entièrement gratuit lui aussi, avec une zone bleue qui va passer de 1h30 à 2 heures en février 2016. Et nous avons investi près de 2 millions d'euros dans la réhabilitation de la gare SNCF devant laquelle nous avons créé un parking de 220 places, à quelques centaines de mètres de la nouvelle gare routière, dans le quartier de La Clavelle."

Autant d'infrastructures qui font de Gaillac une plaque tournante dans le Tarn, avec en prime deux bornes de recharge - gratuites elles aussi - pour les voitures électriques. De quoi attirer les gens qui travaillent en banlieue toulousaine ou les couples dont l'un des conjoints travaille à Albi et l'autre à Toulouse.

Dans ce contexte évidemment, le maître mot est "anticiper". Avec sept écoles, trois collèges et un lycée agrandi récemment pour accueillir 300 élèves supplémentaires, Gaillac peut voir venir.

La vie culturelle, elle non plus, n'est pas oubliée. Mais à quel prix pour les administrés ? Patrice Gausserand s'empresse d'ajouter que l'endettement par habitant (910€) est le plus faible des villes de la région entre 10.000 et 15.000 habitants et que les taux d'imposition n'ont pas augmenté depuis 2013.

Voilà qui expliquerait la dernière cuvée de l'Insee. Pas question de se laisser griser pour autant. Car le taux de pauvreté n'est pas inférieur à d'autres villes de France. Mais à Gaillac, malgré tout, on savoure.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le quartier La Clavelle en pleine expansion avec son pôle transport multimodal.

La zone commerciale de Piquerouge à Gaillac a décollé
mardi 3 janv. 2017
Information

Les promoteurs de la zone commerciale de Piquerouge à Gaillac, Jean-Marc et Sylvain Laclau, n'en avaient jamais douté, même s'ils savaient que le démarrage prendrait du temps. Cette fois, les pronostics semblent leur donner raison : la fréquentation de l'espace commercial situé à l'entrée ouest de la ville, pendant l'approche de Noël, a été important et ils s'en félicitent.

Lire la suite



Deux éléments complémentaires ont été déterminants dans le décollage commercial des Espaces de Piquerouge : l'installation du Pôle Santé et celui, plus récent, d'une pharmacie importante.

L'ouverture, dans l'été 2012, du Pôle Santé sur 1.280 m², avec ses 120 places de parking et sa vingtaine de prestataires, des professions médicales aux paramédicales et au "bien-être" (soins esthétiques), a attiré une nouvelle population.

Le transfert de la pharmacie du boulevard Gambetta vers les Espaces de Piquerouge a par ailleurs enfoncé le clou, d'autant qu'il suffit de traverser l'avenue Saint Exupéry pour rejoindre la nouvelle parapharmacie ouverte en novembre 2016, dans la galerie marchande de l'hypermarché Leclerc, par Hubert Mauillon.

Ces "locomotives" fixent une clientèle qui trouve dans ce quartier une offre très vaste (alimentaire notamment) et un stationnement facile.

Emmanuelle Bosc, présidente des commerçants de l'espace Piquerouge, a développé un programme d'animations saisonnières pour donner une vie et créer une synergie entre les occupants des commerces. Sans rechercher le conflit avec ses homologues du centre-ville, puisque les relations, depuis la présidence de Didier Hautier, se sont apaisées avec l'AGACI, l'association des commerçants de Gaillac. Emmanuelle Bosc indique que les deux associations ont des intérêts communs, "surtout lutter contre l'évasion commerciale vers Albi et Toulouse".

Après une période de turn over, les enseignes se sont stabilisées dans les Espaces de Piquerouge où les modules sont tous occupés : la complémentarité avec l'hypermarché Leclerc et sa galerie marchande fonctionne bien. L'axe nord, route d'Albi, est lui aussi dynamique. C'est plutôt le centre-ville qui a du mal à conserver ses positions commerciales : le chantier de la future manager de ville, qui entrera en fonction le 16 janvier 2016, sera bien là.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : des parkings mieux remplis, et pas seulement pendant la période des fêtes : la zone commerciale de Piquerouge capte maintenant une clientèle régulière. Le Pôle Santé a été un élément déterminant dans son décollage.