Actualités

Avec l'atelier de couture, un nouveau local commercial trouve preneur à Gaillac
mardi 1 mai 2018
Du nouveau à Gaillac

Elle a été longtemps mécanicienne en confection dans une usine toulousaine. Le textile, Nadine Fonta, qui a grandi dans le quartier des Minimes, connaît sur le bout du dé. Mais elle avait envie d'être indépendante. Cette couturière a saisi l'occasion qui se présentait à Gaillac pour s'installer à son compte.

Lire la suite



Un local commercial était disponible, face au cinéma, sur cette rue Joseph-Rigal très passante, suite à la fermeture de la Petite Cave.

Nadine Fonta s'y est installée le 10 avril 2018, en prenant une antenne du groupe national Rapid Couture, créé à Nantes.

"C'est le groupe qui m'a installé, qui fixe les prix et donne l'accès à la centrale d'achat. J'ai aussi investi, bien sûr". Nadine dispose de cinq machines à coudre, une presse à repasser, une table de coupe, une cabine d'essayage et sa gamme de mercerie.

Bâches et camping aussi

"Uniquement pour mon travail", précise-t-elle, pour ne pas paraître marcher sur les plates-bandes des confrères.

Elle travaille uniquement pour les particuliers. Elle intervient sur les retouches classiques - diminutions, grandissements, ourlets, poignets, doublures, cols et fermetures, poches, accrocs - mais également sur la confection d'ameublement. Les rideaux, le coussinage, les coussins de fauteuils.

Elle a une autre spécialité qui lui vaut une clientèle spécifique : les bâches et le camping-caravaning. "Je répare, par exemple, les chaises longues, les mousses de matelas de piscine, tout ce qui concerne l'intérieur du mobile-home et du bungalow". Un grand angle qui lui donne l'espoir de toucher une clientèle assez vaste.

Ses débuts l'encouragent. Les commerçants du quartier aussi : l'espace vacant - celui-là au moins - a trouvé repreneur. Pour le moral de la ville et son économie, c'est mieux qu'une nouvelle vitrine de peintres.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Nadine Fonta, gérante de l'atelier de couture à Gaillac.

Tchin&Co a réussi son entrée dans les châteaux
lundi 30 avr. 2018
Attractivité du territoire

Reconversion, changement de cap, nouveau départ… Nathalie Deschamps, archétype de la "femme active", laisse aux autres le choix des formules. En janvier 2017, après vingt-cinq ans dans une grande entreprise tarnaise, elle décide de créer son agence réceptive : Tchin&Co. Le titre a l'arôme vif de l'oenotourisme.

Lire la suite



D'emblée, Nathalie Deschamps pêche un gros poisson, Vinovalie.

"Comme la plupart des clients professionnels, ce sont des gens pressés, exigeants. Tout doit être au top, nappe, vaisselle, sono, buffet… Ils doivent faire "ouaahouu" quand ils arrivent".

Tchin&Co vient de prendre en charge l'événementiel du Château Les Bouysses, à Cahors. 24ha de vignes, 14ha de noyers, une salle de réception de 135 m² dans le château (XIIIème siècle), 3 salons de 40m², 24 couchages, une grande terrasse qui donne sur le Lot. De quoi accueillir du beau linge. Déjà, l'agence a décroché vingt dates pour l'été 2018.

Le chic simple

Les lieux comme ça, associant le cadre de prestige, la capacité d'hébergement et les équipements afférents (connexions multiples) ne sont pas nombreux.

"Dans le Gaillacois, on n'est pas encore très sensibilisé à ce réceptif de qualité. Je recherche des sites".

Elle travaille à l'occasion avec le Château Terride (Puycelsi), et joue beaucoup sur les contrastes. "Une belle table nappée au milieu des vignes ou dans le chai de la Cave de Técou, les clients adorent".

La qualité est souvent synonyme de simplicité. Même un bon pique-nique, à l'ombre, sur des balles de paille, peut faire l'affaire. "Louer une belle vaisselle ne coûte pas beaucoup plus cher qu'acheter des assiettes jetables en carton et des verres en plastique".

Elle propose des produits locaux, jus de fruits, eaux minérales, vins bien sûr, madeleines, cakes et exclut croissants et chocolatines, Coca et sodas. "Personne ne s'en est plaint. Les clients aiment découvrir, être surpris".

Comme activités, la pétanque ou le molky délassent des consoles et tablettes.

Dans ses prochains séminaires, elle a prévu des ateliers du bien-être et du bien-manger, ainsi qu'une "alchimiste de la joie. Cette artiste fait du yoga par le rire".

Nathalie Deschamps, elle, a le sourire : Tchin&Co a mis le turbo.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Nathalie Deschamps devant le Château Les Bouysses ; un oenotourisme haut de gamme qui n'exclut pas le goût des produits locaux et des activités de nature.

Ce que le label "chambre d'hôte référence" a changé pour La Vigneronne
dimanche 29 avr. 2018
Attractivité du territoire

Depuis le 22 novembre 2017, La Vigneronne, le gîte de Béatrice et de Cyril Le Scornet à Sénouillac, est titulaire du label "Chambre d'hôtes référence", créé et attribué par Offices de Tourisme de France.

Lire la suite



Il lui a été remis par Paul Salvador, président du Comité Départemental de Tourisme du Tarn et de l'Office de tourisme Bastides et Vignoble du Gaillac.

Le Parisien d'origine bretonne, ancien professeur de cuisine, est "tombé amoureux" (la formule devient un classique des nouveaux venus) du Tarn et du Gaillacois en particulier. Après un an de travaux, il a aménagé en 2011 la Vigneronne, une bâtisse disposant de cinq chambres d'hôtes, dont une suite parentale ; il met aussi à profit son expérience du fourneau pour y faire aussi table d'hôtes et y donner à l'occasion des cours de cuisine.

Un nouveau label

Il n'existait pas jusqu'ici de classement national pour les chambres d'hôtes.

"Le nouveau référentiel national est destiné à des propriétaires qui n'adhèrent pas à une marque ou un labe", précise Sabine Brosse, directrice de l'Office de tourisme de pays. Il leur faut respecter certains critères de qualité dans l'ensemble de la prestation (y compris le confort et l'accueil).

"Des critères qui sont définis par Offices de Tourisme de France. Le label Chambre d'hôtes référence est donné pour cinq ans et fait l'objet de contrôles".

Cyril Le Scornet a fait la démarche de qualification de sa maison La Vigneronne (une ancienne exploitation dont il a conservé les chais) au printemps 2017. Six mois après, il obtenait sa qualification.

Il se dit satisfait de l'activité, participe aux animations de l'office, notamment les ateliers numériques et les Eductours. "Il devrait être suivi par d'autres candidats au référencement". La démarche de l'Office de tourisme de pays est en effet en cours pour quelques autres hébergeurs du territoire.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Paul Salvador, président de l'Office de tourisme du pays et du Comité Départemental de Tourisme a remis à Cyril Le Scornet le label "chambre d'hôte référence".

La troisième édition de "Brens Village Etape des Entreprises et des Réseaux en Occitanie", c'est le 28 avril 2018, à Brens
samedi 28 avr. 2018
Evènement

Ca y est, le compte à rebours de la troisième édition de "Brens Village Etape des Entreprises et des Réseaux en Occitanie" est lancé ! Après Alain Navarro en 2016 puis Laurent Cabrol en 2017, c'est le peintre et sculpteur tarnais Casimir Ferrer qui endosse le costume du parrain de la 3° édition, qui se tient le 28 avril 2018 à Brens.

Lire la suite



Casimir Ferrer parlera de son parcours artistique, durant lequel il n'a eu cesse de faire évoluer ses créations, souvent innovantes et exportées au quatre coin du monde, des oeuvres que le public aura tout loisir de pouvoir admirer le 28 avril 2018.

La troisième édition de "Brens Village Etape des Entreprises et des Réseaux en Occitanie" est résolument basée sous le signe de l'innovation. Ainsi, une dizaine d'ambassadeurs de l'innovation entrepreneuriaux, startup ou du monde culturel participeront à des démonstrations, et animeront des ateliers de réflexions.

Les objectifs de ce carrefour régional sont de deux ordres.

  1. Faire la promotion dynamique des entreprises présentes, que ce soit en amont de la manifestation (réseaux sociaux, médias...), le jour J avec un salon ouvert au grand public (entrée gratuite), ou à postériori grâce à la restitution d'interviews, de la vidéo etc…
  2. Permettre aux entreprises de faire du Business B to C et B to B, et de sortir de l'isolement par l'échange de cartes ou en participant, par exemple, à des ateliers de réflexion, au cocktail dinatoire du soir, exclusivement réservé aux dirigeants d'entreprises.

Au programme du 28 avril

Salon Brens - Programme 2018

Informations pratiques

Salon ouvert au grand public de 9h30 à 18h.

Soirée business réservée aux entrepreneurs à partir de 18h30.

Logo_CDE-81Evènement organisé par le Club des Dirigeants d'Entreprise Midi Pyrénées et Languedoc Roussillon (CDE), en partenariat avec la commune de Brens, Gaillac - Graulhet Agglomération, la Chambre de Commerce et d'Industrie et la Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Tarn, les réseaux ECOTER, SisMic, Réussir, ainsi que l'ensemble des clubs départementaux du CDE (CDE81, CDE82, CDE31, CDEPO, CDE11, CDE09 et CDE34).

Contact : Jean-Marc Salvador, Vice-Président du CDE, Président du CDE81, Dirigeant du cabinet 2S-CR (Tél: 05 63 57 56 21 / mail : jmarc.salvador@2scr.fr).

Viticost : la première plate-forme comparateur de prix spécialisée dans la vigne
mercredi 25 avr. 2018
Nouveau

Leur démarche risquait de créer un petit tumulte, au moins de la friture sur la ligne, avec les fournisseurs, mais Nicolas Roussillon et Romain Séraphine ont gardé le cap sans dramatiser. Le projet de Viticost, leur start-up, veut en faire des partenaires et pas des adversaires.

Lire la suite



"On a ouvert la première plate-forme comparateur de prix spécialisée dans la vigne. Elle s'appelle Viticost et s'est positionnée sur Internet le 25 janvier 2018".

Nicolas Roussillon a repris l'exploitation familiale à Briatexte il y a moins d'un an, après un BTS viti-oeno à Blanquefort puis des études à l'ESAP (Toulouse-Purpan). Romain, venu de Grenoble, a fait une école de commerce avant de se spécialiser dans le marketing digital au sein d'une agence de communication.

Leur idée part d'une analyse des coûts de production et d'un constat : "Les viticulteurs payent les engrais, les produits phytosanitaires et de palissage cher parce qu'ils paient le conseil en même temps que le produit. Or, tous n'ont pas toujours besoin du conseil". La conclusion est claire : ils peuvent trouver 30% moins cher si, comme le fait Viticost, on sépare conseil et distribution.

Cette pratique permet de ménager les fournisseurs habituels. "On est complémentaires, on ne veut pas les remplacer, d'ailleurs, on va les démarcher". Ce sont même des fournisseurs, en s'abonnant à Viticost, qui consolident son chiffre d'affaires. "C'est logique : on leur amène des clients".

Le comparateur de prix identifie les fournisseurs les plus compétitifs, commence de développer une gamme bio et ne prend pas de commission sur le vigneron.

Nicolas Roussillon et Romain Séraphine livrent à partir de commandes de 5.000€, "ce qui correspond à un budget pour 10 ha de vigne. Notre propos est d'avoir le plus de clients possible, pas de vendre le plus possible à chaque client, car nous sommes dans une démarche de réduction des intrants".

Viticost s'est installé à ce stade au sein de la plate-forme toulousaine de coworking Etincelle, entouré de 50 jeunes entrepreneurs. C'est plutôt bien parti.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Nicolas Roussillon et Romain Séraphine ne se posent pas en concurrents des fournisseurs : ils se jugent plutôt complémentaires en offrant une visibilité sur les gammes et les prix.

La foire du 1er mai et son muguet, c'est à Gaillac et nulle part ailleurs, avec des commerçants engagés !
mardi 24 avr. 2018
Attractivité du territoire

Elevée au rang d’institution sur le territoire, la grande Foire du 1er mai à Gaillac se prépare ! En 2018, la ville de Gaillac vous propose une édition traditionnelle et familiale, pour séduire un large public. Dans le cadre de cette Foire, l'opération "Commerce, Art et Muguet " voit le jour, en partenariat avec les commerçants de la Ville. Où comment combiner convivialité et économie.

Lire la suite



La foire du 1er mai est un rendez-vous incontournable où règne la convivialité d’un marché aux étals surprenants et colorés. Cette foire, qui accueille chaque année dans tout Gaillac des centaines de visiteurs, propose de nombreuses animations dont le très réputé "Car Podium" de la Française des jeux, animé par Roger Breton dès 10h place de la Libération. De nombreux lots divers et variés seront à gagner. N'hésitez pas à tenter votre chance !

Autre point phare de ce rendez-vous, la Place d’Hautpoul sera dédiée aux animations pour les enfants : toboggan, trampoline…

Plébiscitées par les familles, les expositions de tracteurs anciens s’inviteront au sein du Parc Foucaud ; le boulevard Gambetta fera lui place aux véhicules d’occasion des différents concessionnaires gaillacois.

Les maraîchers installeront de leur côté leurs étals rue Jean Jaurès et boulevard Gambetta.

La rue de la Madeleine accueillera des artistes peintres, parrainés par les commerçants de la rue. Ils exposeront leurs œuvres sur les devantures et dans les boutiques.

Mais une foire, c’est aussi les camelots et les démonstrateurs qui proposent des gadgets, des petits bijoux, livres, vêtements ou encore des ustensiles magiques pour la maison. Ils se retrouveront Place de la Libération et dans les rues de l’hyper-centre.

La foire 2018 conserve sa bonne humeur et sa convivialité, avec une note plus authentique et familiale… et toujours ses petits brins à grelots porte-bonheur à emporter !

Gastronomie, produits du terroir, fleurs démonstrateurs vous attendent.

La nouveauté 2018 : "Commerces Art & Muguet", un slogan qui va faire du bruit !

Les commerçants de la rue de la Madeleine et l’association des Peintres du Gaillacois ont décidé pour l'occasion de monter une opération originale : "Un peintre, un commerçant".

L’idée a germé autour de l’envie d’accueillir un peintre dans une boutique pour lui offrir un emplacement où poser son chevalet. Afficher une ou deux œuvres dans les vitrines, créer une ambiance autour de l’artiste et personnaliser une relation avec les commerçants. Si la météo est clémente, les peintres s’installeront également dans la rue, où seront exposées leurs productions à l’occasion d’un vide-atelier et de démonstrations au public.

Les commerces concernés sont les suivants : Jessica Dayde, Lea Lizet, la bijouterie Galou, Chez Germaine, L’Idéal, Annie beauté, Idaline Cipriano.

Pour ce qui est des peintres en expo : Chantal Leclerc, Suzanne Vaucelles, Guylene Vaucelles, Pascal Pistre, Sylvette Boyer, Gilliane Czekanowitch, Elisabeth Sergueeff, Nicole Blanc.

Infos pratiques

Accès libre sur toute la foire de 8h à 19h.

Car podium FDJ de 10h à 18h.

Expo de tracteurs anciens.

Véhicules d’occasion.

Jeux pour enfants.

Artistes rue de la Madeleine.

Le mardi 1er mai, le stationnement et la circulation seront interdits de 5h à 20h30 dans les rues de l’hyper-centre. Possibilité de stationner sur les parkings périphériques : La Clavelle, Rives Thomas, Pichery.

Voir en cliquant ici un article de la Dépêche du Midi sur le sujet.

"Mutation digitale dans nos entreprises : quelle place pour l'humain ?" - L'esprit Tarnais vous invite à son séminaire de printemps le 24 avril 2018
mardi 24 avr. 2018
Evènement

L'Esprit Tarnais présente son premier séminaire de printemps, organisé le mardi 24 avril 2018, sur la thématique de la place de l'humain dans les bouleversements apportés par la digitalisation dans les entreprises. L’Esprit tarnais explore une thématique actuelle et stratégique pour les organisations, quelles qu’elles soient. Dirigeants et acteurs des entreprises, venez réfléchir à votre positionnement !

Lire la suite



Mutation digitale : Je freine, je suis, ou j'anticipe ? Comment préparer son management des Ressources Humaines 3.0 ? L’Esprit tarnais, réseau social, économique et solidaire, explore pour son premier séminaire de printemps une thématique d'actualité, qui apporte de nombreux bouleversements dans la vie et l'organisation des entreprises.

La thématique de la place de l'humain à l'heure de la digitalisation des entreprises sera portée par Vincent Dutot, professeur associé et co-responsable de la chaire D-Cube à Paris school Business, et consultant formateur depuis plus de 10 ans. Les thématiques du business model, de la performance des réseaux sociaux, de l’e-réputation et de la transformation numérique des organisations sont au cœur de ses préoccupations.

Au programme

La journée du 24 avril se déroule en deux temps forts à l’Ecole des Mines d’Albi, partenaire de l’évènement.

Partie Atelier

8h et 13h30 - Café d’accueil

8h30 et 14h - Atelier prospective : "Tirer profit de la transformation digitale de votre secteur d’activité". Découvrez les outils utiles pour répondre aux enjeux qui se présentent à votre entreprise. Cet atelier est notamment ouvert aux dirigeants d'entreprises et aux responsables Ressources Humaines.

Sur inscription uniquement. Tarif : 100€ TTC par entreprise, 2 participants par entreprise au maximum. Attention, nombre de place limité à 10 entreprises par atelier.

Partie Conférence

18h30 - Accueil

19h - Conférence : "Et si la technologie redonnait sa place à l’homme : une réflexion sur le futur de nos entreprises…". Cette conférence est ouverte à tout public.

Sur inscription uniquement. Tarif : 15€ TTC par personne, gratuit pour les adhérents.

Partie détente, échanges et rencontres

A partir de 21h30, un cocktail dinatoire est proposé sur place.

Sur inscription uniquement. Tarif unique adhérent ou non adhérent : 25€ TTC.

L'intervenant

Vincent DutotVincent Dutot, professeur associé et co-responsable de la chaire D-Cube à Paris school Business, s’intéresse notamment au social media, l’e-réputation, les business model, l’alignement stratégique des technologies de l’information et la diffusion des connaissances au sein des PME.

Il agit en tant que consultant et formateur en technologies de l’information pour les PME, le gouvernement et dans le secteur privé depuis plus de 10 ans.

Les thématiques du business modèle, de la performance des réseaux sociaux, de l’e-réputation et de la transformation numérique des organisations sont au coeur de ses actions.

Informations pratiques

En téléchargement ci-dessous : le programme de la journée.

Lieu du séminaire de printemps : Ecole Nationale Supérieure des Mines Albi-Carmaux, Allée des sciences, 81000 Albi.

Horaires : Accueil Ateliers prospective : 8h et 13h30 / Accueil Conférence : 18h30.

Plus d'informations, inscriptions et réservations en ligne sur le site de l'Esprit Tarnais.

"La Bonne Échappée" a pignon sous arcades
mardi 17 avr. 2018
Du nouveau sur l'Agglo

Une nouvelle boutique ouvre ses portes mi-avril 2018, sous les arcades de la magnifique place Paul Saissac de Lisle sur Tarn. "La Bonne Échappée", c'est son nom, propose tous les services d'un magasin de vélo en ville : location, réparation et entretien, vente de pièces neuves et d'occasion, vente de vélos d'occasion révisés, mais aussi les spécificités d'un commerce à la campagne : ballades vigneronnes... et café !  

Lire la suite



La Bonne Échappée est avant tout une société de logistique spécialisée dans le voyage et le vélo, aux destinées de laquelle on trouve deux passionnés impliqués dans le milieu cycliste : Philippe Sauvage, ancien coureur amateur sur piste et sur route, et Siméon Green, coureur semi-pro, manager de l'équipe CMI (semi-professionnelle) ainsi qu'ancien champion du Tarn de cyclisme sur route.

Jusqu'à présent et depuis cinq ans, l'activité était avant tout centrée sur Internet, avec un service de location de vélos qui s'adressait notamment à une forte clientèle étrangère (USA, Royaume-Uni). Suite à de nombreuses demandes, ils ont choisi d'ouvrir enfin une boutique avec pignon sur rue.

Lisle-sur-Tarn a séduit le duo par sa beauté et ses arcades, mais aussi par une position géographique idéale entre Toulouse et Albi, au cœur du vignoble et de ses nombreux circuits touristiques.

Aujourd'hui, ils ont choisi de mettre en avant le service de proximité avec entretien, réparations de tous types de vélos, la location de vélo à la demande pour groupe, en individuel, même à la demi-journée.

Comme ils aiment dire : "Nous souhaitons faire du lien social, un travail de proximité, de service personnalisé auprès des Lislois et de toutes personnes venant de plus loin".

Ils ont comme projet de lancer un café vélo avec cette notion d'échanges et de partage.

Leur boutique, où l'on trouve tout pour le vélo et le cycliste, est ouverte 7 jours sur 7, de 10 heures à 18 heures, et le dimanche de 7 heures à 18 heures, pour être en connexion avec le cycliste du matin.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Philippe Sauvage, un service de proximité pour tous les cyclistes.

"La tendance est bonne sur le marché de l'emploi" pour le Directeur Tarn-Aveyron de Pôle emploi
lundi 16 avr. 2018
Information

Le directeur Tarn-Aveyron de Pôle emploi, Thierry Couve, vient de mettre en lumière les chiffres de l'enquête sur les besoins de main-d'œuvre des entreprises tarnaises. La tendance est bonne, même s'il est toujours aussi difficile de recruter.

Lire la suite



"Nous sommes dans une inversion de tendance majeure. Les chiffres, pour une grande partie des secteurs d'activité du département, sont à la hausse. Même l'industrie se remet à créer de l'emploi. La croissance est là. Ce sont des signaux forts pour les 20.814 chômeurs tarnais de catégorie A (sans aucune activité)". Thierry Couve, le nouveau directeur de Pôle emploi Tarn-Aveyron, a de l'optimisme à revendre. Et ce n'est pas un sentiment de façade.

"Juste deux chiffres. Il y a 10.700 prévisions de recrutement en 2018 dans le département contre 8.976 en 2017. Et ce sont 24% des entreprises qui envisagent une embauche contre 19,1% l'an dernier". Un petit soleil de croissance après des années de nuages noirs sur l'emploi.

"Autre bonne nouvelle, une partie des sociétés se projette sur du CCI et du CCD et minore l'emploi saisonnier. Enfin, il y a des secteurs très porteurs comme la construction, le bâtiment et les services, qui ont une croissance supérieure à 4%" appuie le directeur de Pôle emploi.

Le taux de chômage dans le Tarn

"Aujourd'hui le taux de chômage dans le Tarn est de 9,6% de la population active. La baisse perdure. C'est très encourageant".

Alors, c'est où que l'on recrute le plus dans le département ?

Quand on regarde les chiffres, ce sont les services aux particuliers (santé, action sociale, services, administration publique, enseignement) qui ont le plus fort taux de projets d'embauche (31% du total) ; ils sont suivis par l'agriculture (dont l'agroalimentaire, 26%). "Reste que dans ce secteur, il y a beaucoup d'emplois saisonniers", renchérit Thierry Couve. Puis on trouve les services aux entreprises (12%), l'hébergement et la restauration (11%), le commerce (9%), l'industrie (6%) et la construction (5%).

Toujours de gros problèmes pour recruter

La machine économique repart sur de bonnes bases et espérons-le sur plusieurs années, donnant ainsi une vraie lisibilité aux entreprises. Mais le gros point noir reste le recrutement.

"Il faut trouver rapidement des solutions. C'est vrai que l'économie va mieux. Que les entreprises retrouvent des parts de marchés. Mais pour évoluer et grandir, il faut embaucher. Et c'est très difficile aujourd'hui comme hier" s'inquiète Raymond Blanc, responsable administratif et financier de l'entreprise castraise Colombié cadet, grossiste en fourniture industrielle. "Si rien n'est fait, cette croissance économique ne servira à rien".

Même constat pour Myriam Parat, DRH de la société albigeoise, la Safra. "Nous sommes en pleine croissance. On prévoit une forte augmentation de la production de notre bus hybride, le businova. C'est vrai que pour nous aussi, il est très difficile de trouver le bon profil".

Mieux faire connaître le monde économique

"Il faut que l'on aille tous dans le même sens. La société évolue à une vitesse folle. On doit se projeter vers l'avenir, pour répondre au mieux aux besoins des entreprises. Il faut valoriser le monde économique, faire découvrir aux jeunes et à leurs parents l'intérêt de ces entreprises qui manquent de lisibilité aux yeux du plus grand nombre" rappelle Thierry Couve.

"C'est comme l'apprentissage. Aujourd'hui, ces métiers sont valorisants, avec de vraies évolutions de carrière. Il faut que les gens le sachent. Le gouvernement a décidé de lancer un grand plan sur l'apprentissage et la formation. C'est une formidable opportunité à ne surtout pas louper", renchérit le directeur.

"Une chose est sûre, conclut Raymond Blanc. Si on ne remet pas l'humain avec ses inspirations, ses envies, sa volonté au cœur du dispositif, tout cela ne servira à rien".

L'économie va mieux, ça, c'est la bonne nouvelle. Plus problématique, c'est l'inadéquation entre l'offre et la demande, ce mal français, ce mal tarnais qui fait que trop d'emplois restent vacants, faute de candidats qualifiés.

En chiffres

39.780 chômeurs dans le Tarn. Le département compte 39.780 chômeurs. Ils sont divisés en 3 catégories. 20.814 catégorie A (sans aucune activité) ; 4.869 catégorie B (moins de 78 heures mensuelles de travail salarié) ; 8.669 catégorie C (+ de 78 heures d'emplois salariés par mois).

24,5% de propension à embaucher. 24,5% des entreprises envisagent au moins une embauche pour l'année 2018. Ce chiffre était de 19,1% en 2017.

10.700. C'est le chiffre de prévision d'embauche par les entreprises tarnaises en 2018. Il était de 8.976 en 2017.

35%.C'est le pourcentage de recrutement difficile à réaliser pour les entreprises par manque de candidats formés pour le poste.

54%. Les services représentent 54% des embauches tarnaises en 2018.

Bassins d'emplois. Le bassin Albi-Carmaux propose 3.590 recrutements dont 45% de saisonniers. Le bassin graulhétois 3.620 emplois dont 62% de saisonniers. Enfin Castres-mazamet, 3.500 postes, dont 42 % de saisonniers.

Une nouvelle façon de recruter

Face à la pénurie de main-d'œuvre qualifiée, particulièrement dans l'industrie, Pôle emploi en collaboration avec certaines entreprises dont la Safra, a lancé un nouvel outil pour recruter.

"Quand on ne trouve personne pour certains métiers, on fait quoi ? On laisse faire ? Non. On trouve des solutions rapides et efficaces" confirme le directeur de Pôle emploi Thierry Couve. C'est-à-dire ?

"On a mis en place des tests de potentiel et d'aptitude ouverts à tous, sans distinction de diplôme. L'essentiel est de mettre en lumière la volonté, l'envie, l'humain. Quand ils sont sélectionnés, ils suivent une formation, puis sont intégrés dans l'entreprise. Et cela fonctionne. Plus de deux tiers d'entre eux trouvent un emploi" confirme Paul Couve, qui lance un appel aux petites et moyennes entreprises.

"Il est évident que nous ne pouvons pas lancer ces tests d'aptitude pour un seul poste. Mais que les chefs d'entreprise nous appellent. Dès qu'ils seront plusieurs à faire la demande, on mutualisera les appels à recrutement pour lancer ces tests d'aptitude. Et cela dans les plus courts délais" conclut le directeur.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le BTP et la construction ont retrouvé la croissance en cette année 2018.

La boulangerie rend la vie au village
dimanche 15 avr. 2018
Du nouveau sur l'Agglo

Ouverte depuis mi-avril 2018, la nouvelle boulangerie de Sénouillac, "Le Pain de la Foi", connaît une activité intense. A l'intérieur, le client est tout de suite séduit par le cadre : un espace ouvert où il assiste à la confection des pains et des pâtisseries.

Lire la suite



L'accueil est des plus chaleureux ; d'entrée Véronique vous interpelle et en quelques minutes, elle déballe tous les produits de la boutique.

Patrick Ourtal, le boulanger, termine la mise en place des baguettes, prêtes pour la dernière fournée en fin d'après-midi, s'approche et explique son mode de fonctionnement. Plus que la foi, ce métier est une passion : il est tombé dans le pétrin à l'âge de 14 ans, il en est ressorti empreint de cette volonté de faire du bon pain à l'ancienne (dit-il), "l'authentique" de Marcel Pagnol.

Issu d'une famille de quatre générations de boulangers, il a grandi dans le respect de la matière première et de sa qualité. Il souhaitait s'installer à la campagne, loin du bruit de la ville et de l'agitation.

Il se plaît à souligner : "Je suis à 2 heures du matin dans mon fournil, au calme, aucun bruit extérieur, seul à savourer ce lien entre la matière et l'homme".

Patrick Ourtal n'utilise que des farines meulées à la pierre, aucun adjuvant, un levain naturel , "le chef", des produits de proximité tels les fruits, les œufs ... Pas de laminoir pour étirer la pâte, tout du travail à la force des bras et du dos, donc très physique.

Les farines sont issues de la réputée minoterie Batigne à Réalmont. Meuniers depuis 1650 c'est la 11e génération qui exerce aujourd'hui. En 2007, le prix du meilleur meunier de France lui est attribué. Christian Batigne est comme un frère pour Patrick Ourtal, ensemble ils ont monté le projet d'installation à Sénouillac.

L'attente a été longue, six mois avant de voir la concrétisation de l'ouverture de la boulangerie. Deux spécialités locales sont à découvrir : le pavé païsou, un pain savoureux qui flaire bon le levain, et la briquette sénouillacoise, gâteau aux pommes à partager en famille.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Véronique et Patrick Ourtal, un tandem motivé.