Actualités

Vargas : une famille bien soudée
lundi 20 mai 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans cette rubrique "Zoom sur...", qui évolue, nous vous proposons désormais de retrouver régulièrement des focus sur "Ces entreprises qui font Tarn & Dadou". Cette rubrique est réalisée en partenariat avec Toul'éco Tarn. Aujourd'hui, les établissements Vargas, implantés sur la commune de Lisle-sur-Tarn.

Lire la suite



Une histoire de famille

 À Lisle-sur-Tarn, Jérome et Bruno Vargas ont fortement développé l'entreprise de mécanique de précision créée par leur père. Et si la crise de 2008 est passée par là, la société a retrouvé le chemin de la croissance, investissant dans son parc machine et envisageant de doubler la surface de son usine actuelle sur la ZAC de l'Albarette, à l'horizon de deux ou trois ans.

"C'est sûr que lorsque l'on baigne dedans tout petit, ça se fait naturellement, sans se poser de question". Jérome Vargas est tombé, comme son frère Bruno, tout petit dans la marmite de la mécanique de précision.

C'est en 1981 à Lisle-sur-Tarn que leur papa, Denis, crée son entreprise avec son épouse. Après que les deux frères ont achevé leurs études, BEP usinage suivi d'un bac professionnel pour l'un, BEP et CAP d'usineur ajusteur pour l'autre, la Sarl Vargas & fils voit le jour en 1990, jusqu'au départ à la retraite du père fondateur.

Désormais organisée en SAS, Vargas mécanique de précision a, entre temps, déménagé sur la ZAC de l'Albarette, toujours à Lisle-sur-Tarn. Ici, depuis douze ans, les deux frères ont fortement développé la société, intervenant sur Midi-Pyrénées aussi bien dans les secteurs de l'agroalimentaire, du pétrolier, de l'aéronautique comme du para-médical, de l'automobile ou de la plasturgie pour un chiffre d'affaires de l'ordre du million d'euros.

Autant de domaines de la mécanique de précision que les 13 salariés que compte aujourd'hui la société déclinent de l'usinage de pièce unitaire à la moyenne série en passant par la réalisation de prototypes, le fraisage, tournage ou la mécano-soudure.

"Si l'on avait pas anticipé, aujourd'hui on ne serait plus là"

Alors, bien sûr, la crise est passée par là. En 2008, un grand coup d'arrêt se fait sentir qui oblige les deux frères à réduire la voilure. "Nous avons anticipé et l'on a pu passer le cap en réduisant les budgets et, malheureusement, en se séparant de personnels. Mais si on ne l'avait pas fait, aujourd'hui on ne serait plus là et l'on a pu réembaucher ensuite" souligne Jérome Vargas. L'entreprise a non seulement survécu, mais aujourd'hui se porte plutôt bien selon lui. "L'activité est plutôt bonne, la question est de savoir jusqu'à quand. Le principal problème que l'on rencontre pour l'instant est d'arriver à recruter du personnel qualifié".

Mais de ces difficultés passées, les deux frères ont retenu un enseignement, celui de la gestion toujours plus prudente, au plus près. S'ils ont investi fortement dans leur parc machine, et encore récemment en décembre dernier en faisant l'acquisition d'un tour à commande numérique dernière génération, c'est car ils savent qu'ils pourront élargir ainsi leur offre de services aux clients et garantir la croissance de l'entreprise. A l'étroit d'ailleurs dans leur bâtiment de 700 m², ils ont dans les cartons un projet d'extension pour doubler la surface. Les deux frères espèrent le réaliser, "d'ici deux ou trois ans". 

Logo Vargas

 

Article réalisé dans le cadre d'un partenariat Toul'éco Tarn / Tarn & Dadou - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Bruno (à gauche) et Jérôme Vargas dans l'atelier de la société.

La Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn développe son offre de formation
dimanche 19 mai 2013
Accompagnement des entreprises

Axe majeur du plan de mandature de Michel Bossi, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Tarn, la formation consulaire s’étoffe à la rentrée. Deux Bac + 5 viendront enrichir un catalogue fort déjà de vingt formations en alternance du niveau CAP à Bac + 4. Un développement conséquent qui passe également par le réaménagement du pôle formation de la CCI, aujourd'hui engagé.

Lire la suite



La Chambre de commerce et d’industrie du Tarn a fait de la formation l’une de ses priorités. Dans le plan de mandature qu’il a mis en place avec les élus consulaires, Michel Bossi, le président, le souligne régulièrement, mettant en avant "la nécessité d’être réactifs et efficaces". La stratégie, rappelée récemment à l’occasion d’une conférence de presse, passe ainsi par, avant tout, l’écoute des besoins des entreprises et de leurs besoins spécifiques afin qu’elles puissent trouver localement "une main d’oeuvre polyvalente et qualifiée en capacité de répondre aux enjeux économiques".

Second réseau de formation derrière l’Education Nationale, la CCI se positionne ainsi comme un véritable complément via une offre structurée dans trois domaines principaux : le management d’entreprise et industriel, le commerce / gestion / international et l’automobile.

Formation de haut niveau en alternance

Proposant à son catalogue vingt formations, du CAP au niveau bac + 4 en alternance, l’offre consulaire s’étoffera à la rentrée de deux bac + 5 : l’un afin de former des "managers en stratégie industrielle" (formation dispensé à l’IPI) et l’autre des "négociateurs d’affaires internationales" (formation dispensé à l’IFCI). Une gamme de formation qui devrait, qui plus est, s’étoffer encore en 2014 avec la mise en place d’une licence professionnelle "management" en partenariat avec l’université Jean-François Chapollion.

Un développement conséquent, avec une augmentation des effectifs, qui passe également par l’aménagement de nouveaux locaux. La réorganisation du site de formation actuel, situé au 6 avenue Hoche à Albi, est en effet lancé. L’ensemble du pôle formation entreprises consacré à la formation professionnelle des adultes va être transféré au siège de la CCI, l’espace ainsi libéré devant être consacré en totalité au pôle formation écoles et alternance avec la création d’un centre de ressources complet, un espace e-learning et un important équipement informatique, avec extension des bâtiments existant de quelques 600 m².

 

Source : Toul'éco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l'équipe formation de la CCI du Tarn entourant Michel Bossi son Président (au centre).

Les meubles Delmas ouvrent des boutiques en ligne
dimanche 5 mai 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

L'entreprise gaillacoise JP Delmas, fabricant de meubles sur mesure, reste fidèle à ses valeurs, toujours dans un cadre familial, mais élargit ses modes de vente et d'approche du client. Une adaptation importante et nécessaire.

Lire la suite



Maintenir les 75 emplois au sein de la société, dans un marché national du meuble qui a perdu 9,5% de ses effectifs en 2012, c'est le pari que s'est fixé Jean-Philippe Delmas, aux commandes depuis quelques mois maintenant de l'entreprise familiale créée par son père, Jean-Pierre.

Pour tenir ce pari, la force de vente s'est démultipliée sur 30 foires et salons nationaux et étrangers, notamment en Espagne, en complément des trois magasins existants sur Gaillac (3.000 m²), Bordeaux et Montpellier. La cible parisienne répond aux attentes, avec un camion entier qui livre la région parisienne toutes les semaines. Un secteur où l'entreprise cherche un local de 200 m² à acheter pour en faire un espace de stockage et un show room, avec des ventes ponctuelles. "Ce n'est pas facile de trouver un site pas trop cher et bien placé. Nous cherchons. On est patients" indique Jean-Philippe Delmas. L'équipe de livreurs-monteurs, qui installent les meubles dans toutes les configurations (4e étage sans ascenseur, démontage remontage...) est composée de 10 polymusclés.

Filière d'apprentissage

Du côté de la fabrication, l'entreprise mise sur l'expérience des chefs d'atelier : Jean-Claude Calmettes (débit), Daniel Brunet (sur-mesures), Gérald Massol (usinage), Didier Ragaru (montage), Michel Delmas (teinte et finitions), Didier Ichard (expéditions) sous la conduite de Philippe Lagasse, responsable de fabrication et de Patrick Calmettes (coordinateur). Djamel Tebib et Jean-Luc Espérou préparent les commandes.

L'école des métiers du bois de Revel représente toujours le principal bassin de recrutement

"Nous misons toujours sur la filière d'apprentissage". Outre le reloooking de meubles, le prochain objectif est l'ouverture d'une boutique en ligne en juin, sur du meuble de complément (tables basses, meubles TV, vitrines, consoles...), en stylisé comme en contemporain, et sur le marché des sièges, où il y a une place à prendre.

"Internet devrait nous permettre de toucher une clientèle lointaine qui ne vient pas encore chez nous", conclut Jean-Philippe Delmas.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Jean-Pierre et Jean-Philippe Delmas devant l'entreprise.

Zoom national pour l'agence de communication gaillacoise PGCom, nominée aux trophées de la communication
dimanche 5 mai 2013
Evènement

En octobre 2008, Patrice Gausserand a décidé de sauter le pas. De 1986 à 1999, il avait installé Skyrock dans le sud-ouest, puis occupé pendant une dizaine d'années le poste de directeur de la communication et du marketing du groupe Teddy Smith. Mais l'Albigeois, établi aujourd'hui à Gaillac, voulait voler de ses propres ailes. C'est fait, et bien fait : avec PGCom, l'agence de communication qu'il a créée en 2008, il compte en effet parmi les 30 nominés des Trophées de la Communication, qui seront décernés à l'automne 2013 à Nice.

Lire la suite



Une ascension rapide, un regard de professionnel

Créée en 2008, l'agence de communication de Patrice Gausserand, PGcom, s'oriente très rapidement vers le web, son dada. Aujourd'hui, PGCom compte 15 salariés permanents, héberge et anime 110 sites Internet, dont ceux de l'Union des caves coopératives Vinovalie, de l'Institut supérieur de Promotion Industrielle (secteur de la formation), du Sporting Club Albigeois, et compte des clients aussi variés que Saveurs du Tarn, Iter Vitis, Terres de Gaillac ou encore Tarn & Dadou pour sa campagne de communication de sensibilisation à l'environnement...

Aujourd'hui, PGCom est installée au sein d'un vaste atelier sur la ZA de Roumagnac à Gaillac, avec un studio photo intégré, et la jeune équipe s'est établie parmi les agences les plus innovantes du secteur.

"Chaque gain de temps est un gage de réactivité. On se parle, on se voit, ça stimule la créativité et la responsabilité. Si on se loupe, on assume seul" explique Patrice Gausserand qui réussit, et plutôt bien. Les attributions se sont d'ailleurs élargies avec Citémedia, une structure qui a déposé des brevets sur 85 villes françaises pour des magazines et de sites d'infos, dont Gaillac Info et Albi Info.

Une reconnaissance nationale à l'automne ?

PGCom travaille sur tous les supports : enseignes, vitrines, bornes et vient de lancer Cube Events à Marssac, un centre d'affaires autour de la réception et de l'événementiel, où les clients pourront choisir leur traiteur, leurs vins, leur type d'animation, sur le principe "installez-vous, détendez-vous, on s'occupe de tout".

La plus belle reconnaissance pour la jeune agence, c'est d'avoir été parmi les 30 nominés des Trophées de la Communication, décernés à l'automne prochain à Nice, pour la campagne du maroquinier graulhétois Jean-Louis Fourès. "Notre ambition, c'est de mettre en avant le territoire, le dynamisme de ses entreprises et ses collectivités" défend PGCom.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

 

Illustration ci-dessous : la jeune équipe de PGCom, agence de communication gaillacoise créée par Patrice Gausserand (à droite sur la photo).

Les visites d'entreprises Tarn & Dadou : Usitech à Brens
dimanche 21 avr. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans le cadre de la stratégie de développement économique endogène de Tarn & Dadou, les élus du territoire ont souhaité renforcer les liens qui les unissent avec les entreprises de la Communauté de communes. C'est à ce titre que Tarn & Dadou lance un cycle de visites d'entreprises du territoire par les élus de l'intercommunalité, "Les visites d'entreprises Tarn & Dadou". Ces rencontres entre élus et dirigeants d'entreprises ont pour objectifs d'une part de générer des échanges directs permettant de mieux connaitre les savoir faire et compétences économiques locales, d'autre part de mieux appréhender les besoins et attentes des TPE et PME locales. Le 10 avril 2013, les élus ont visité l'entrerpise Usitech, à Brens.

Lire la suite



Mercredi 10 avril 2013, c'est au sein de l'entreprise Usitech, implantée ZA du Douzil en bordure de l'A68 sur la commune de Brens, qu'une douzaine d'élus Tarn & Dadou s'est rendue. Créée en 2000 par Didier Blanc et Christophe Causse, Usitech est une entreprise de mécanique de précision, spécialisée dans la conception et la fabrication de machines outils pour les menuiseries aluminium.

Visite UsitechSes clients principaux sont les gammistes de profilés aluminium tels que Technal, SAPA... Du bureau d'études à la plateforme logistique, en passant par l'atelier de fabrication, l'entreprise peut compter sur le savoir faire et les compétences de sa quinzaine de salariés pour concevoir et produire, dans une démarche volontaire d'éco-conception et d'innovation, des produits répondant aux besoins de clients nationaux et européens. Attaché à l'environnement économique local, Didier Blanc et son associé s'emploient également à développer de nouveaux marchés, parfois de niche, en collaboration avec des entreprises locales, gaillacoises ou lagravoises par exemple.

Après avoir construit sa nouvelle unité de fabrication et s'être installé dans ses nouveaux locaux en 2010, Usitech vient de réceptionner, toujours au sein de la ZA de Douzil, un nouvel immeuble de 1.200 m². Il est destiné à la fois à répondre aux besoins de l'entreprise, à la fois à proposer à la location des solutions immobilières qualitatives de locaux d'activités et/ou de bureaux à des TPE et PME, potentiellement complémentaires d'Usitech ou désireuses de bénéficier d'un accès direct à l'autoroute, le tout dans un environnement privilégié.

La Communauté de communes Tarn & Dadou poursuivra régulièrement cette opération d'échanges et de proximité, la prochaine visite d'entreprise Tarn & Dadou étant programmée courant juin 2013. 

 

Illustration ci-dessous : des élus Tarn & Dadou - Pascal Néel, Gilles Jaurou et Alain Costes - attentifs aux explications de Didier Blanc, l'un des gérant d'Usitech.

RSO offre une nouvelle vie aux palettes
dimanche 21 avr. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans cette rubrique "Zoom sur...", qui évolue, nous vous proposons désormais de retrouver régulièrement des focus sur "Ces entreprises qui font Tarn & Dadou". Cette rubrique est réalisée en partenariat avec Toul'éco Tarn. Aujourd'hui, la société Routiers du Sud-Ouest (RSO), implantée sur la commune de Briatexte.

Lire la suite



A Briatexte, l'entreprise RSO a construit et aménagé un site de reconditionnement de palettes qui fait référence en France, capable de traiter, grâce à une ligne automatisée, 6.500 palettes par jour contre 3.000 en moyenne d'habitude.

Qui pourrait penser qu'ici, en plein cœur de la campagne tarnaise, se niche une entreprise pilote dans son genre ? A Briatexte, village d'environ 2.000 habitants, c'est pourtant le cas. RSO, Routiers du Sud Ouest, a en effet ouvert ici un site dédié au reconditionnement de palettes et à la logistique regardé de près par les acteurs du secteur.

Réparation palettesUne plate forme de 19.000 m² entièrement construite et aménagée pour stocker et expédier divers matériels pour les multiples clients de ce groupe de transport qui a vu le jour en 1947 ;  équipée aussi, et surtout, d'une ligne de production unique pour traiter et réparer des palettes pour le compte de la société CHEP, le leader mondial de la location de cet équipement incontournable de la chaîne logistique (1).

Un équipement qui place Briatexte au cœur de cette activité en France. En effet, s'il existe dans l'hexagone une vingtaine de sites de reconditionnement de palettes, celui-ci est réellement pilote, pouvant traiter peu ou prou 6.500 palettes par jour contre 3.000 environ pour les sites les plus performants existant ailleurs.

Une démarche responsable

Chaque palette est d'abord contrôlée puis orientée vers l'un ou l'autre des tapis roulants équipant la chaîne, triant celles qui sont en bon état de celles qui doivent être réparées. Les opérateurs changent les parties abîmées - environ 2.000 réparations par jour – avant que les palettes ne soient entièrement repeintes et  strictement contrôlées tant sur leurs qualités mécaniques qu'en terme d'hygrométrie par exemple.

Chaque jour, entrent et sortent ainsi, à proximité de gigantesques empilement de palettes soigneusement rangées, une vingtaine de camions équipés d'ordinateurs embarqués pour gérer ces flux de palettes comme de marchandises divers. Un investissement responsable pour RSO, par la démarche et les équipements respectueux de l'environnement, mais aussi par la démarche sociale. Si RSO s'est installé ici plutôt que sur l'agglomération toulousaine, c'est aussi pour préserver l'emploi local, afin de pouvoir proposer une continuïté aux salariés qu'il employait sur un précédent site à Albi qu'il a du fermer.

Un investissement lourd au total pour l'entreprise, de l'ordre de 2 millions d'euros, qui a réalisé près de 9 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012 avec 90 salariés.

(1) Chaque année, CHEP France met à disposition, ramasse et entretient 27 millions de palettes et 7 millions de bacs.

 

Article réalisé dans le cadre d'un partenariat Toul'éco Tarn / Tarn & Dadou - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Jean François Brou (à droite), directeur général de RSO et Fabrice Valentin, responsable du site de Briatexte.

Tarn & Dadou Entrepreneurs : un dispositif innovant de soutien aux entrepreneurs du territoire
jeudi 18 avr. 2013
Accompagnement des entreprises

Tarn & Dadou Entrepreneurs est un nouveau dispositif innovant d’accompagnement des entreprises, qu'elles soient en phase de création, de développement, de cession, ou qu'elles traversent une période délicate. Unique sur le territoire, ce dispositif réunit les principaux acteurs économiques locaux agissant auprès des entreprises afin d’optimiser l'accompagnement de leurs projets et de faciliter les démarches des entrepreneurs.

Lire la suite



L’accompagnement au bout du fil

Tous les porteurs de projet peuvent être accompagnés - gratuitement - dans leur démarche à partir du moment où ils utilisent le numéro unique : 0 960 028 571, déjà actif. Dès le premier appel, le projet est pris en charge. La plate-forme Tarn & Dadou Entrepreneurs offre alors un accompagnement personnalisé et mutualisé, visant à apporter des conseils, une orientation et un soutien aux projets en étant le plus transparent possible pour l'entrepreneur.

Un concept unique sur le territoire

Tarn & Dadou Entrepreneurs est un dispositif partenarial qui centralise la gestion des projets d’entreprises sur le plan économique. Depuis avril 2013, ce réseau permet aux partenaires d’optimiser et de valoriser leur action autour d’une plate-forme de traitement des dossiers. Ce travail collaboratif, unique sur le territoire, facilite le partage d’informations et donc la communication afin de répondre au mieux aux besoins des porteurs de projet.

La finalité du dispositif est d'être le plus efficient possible pour les entrepreneurs afin de générer de l'activité, de l’emploi et des synergies sur le territoire de la Communauté de communes Tarn & Dadou.

Des partenaires diversifiés dévoués aux porteurs de projets

Tarn & Dadou Entrepreneurs est issu d’un partenariat entre le Conseil général, la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, la Chambre d’Agriculture et la Communauté de communes Tarn & Dadou. Grâce à leurs compétences diversifiées, ils se complètent et optimisent la réussite des projets pris en charge.  

Méthode Carré, Carré Products, One to One : de l'énergie à revendre...
dimanche 14 avr. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Olivier Carré est un jeune chef-d'entreprise Tarn & Dadou issu de l'Ecole des Mines d'Albi Carmaux. Après un passage au sein de la Pépinière d'entreprises Granilia Tarn & Dadou au cours duquel il a mis sur les rails l'entreprise Méthode Carré (bureau d'études techniques en énergies renouvelables), il a pris son envol et a su diversifier ses activités, au départ exclusivement centrée autour du photovoltaïque, au fil des ans. Aujourd'hui, il gère et développe 3 sociétés : Méthode Carré, One to One et la petite dernière, Carré Products, qui propose du mobilier urbain solaire (candélabres et bornes). Zoom ici sur Carré Products.

Lire la suite



Carré Products est une entreprise créée par le bureau d’études techniques tarnais Méthode Carré, spécialiste en énergies renouvelables. Carré Products est spécialisée dans l’éclairage solaire professionnel. Son positionnement est simple : le mariage intelligent de solutions techniques de pointe et du design de produits, intégré en amont, comme élément de conception.

L'entreprise créé et développe plusieurs gammes de produits sur l’éclairage autonome en apportant une forte valeur ajoutée aux produits à travers la gestion intelligente de l’énergie. En effet, la jeune société a entièrement développé en interne ses propres systèmes électroniques de gestion de l’énergie afin d’obtenir un maximum d’autonomie même en période hivernale.

Tous les produits sont conçus avec une dimension écologique, des matériaux utilisés à l’analyse du cycle de vie du produit.

Aujourd’hui, Carré Products commercialise deux produits de sa gamme d’éclairage autonome.

Solaled- SOLALED (illustration ci-contre) : un candélabre solaire intelligent, composé d’un luminaire haute performance qui permet d’obtenir une interdistance entre chaque lampadaire de 30m. SOLALED permet d’avoir les mêmes caractéristiques techniques qu’un candélabre dernier cri raccordé au réseau.

SOLALED est visible dans l’allée du Restaurant L’Ispiens port route de Lisle sur Tarn à Gaillac.

- LUSOLA (illustration ci-dessous) : une borne solaire en bois fabriqué dans le Tarn, qui apporte une solution de vrai éclairage sans fil même en hiver. Très pratique pour l’éclairage d’allées privées ou publiques, ou pour apporter un éclairage d’ambiance à des jardins ou des piscines.

D’autres produits vont sortir pour la fin d’année 2013 qui viendront encore étoffer la gamme.

 

Sites des entreprises (cliquez sur les liens).

Méthode Carré

Carré Products

One to One

 

Illustration ci-dessous : borne solaire nouvelle génération Lusola.

En téléchargement ci-dessous : fiche produit Solaled (candélabre solaire nouvelle génération). Vous pouvez également retrouver cette fiche produit, ainsi que la fiche produit Lusola (borne solaire nouvelle génération), en téléchargement dans l'espace ressources du site éco de Tarn & Dadou, accessible en cliquant ici.

Les Cuirs du futur : sauvés par une innovation extensible
mardi 9 avr. 2013
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans cette rubrique "Zoom sur...", qui évolue, nous vous proposons désormais de retrouver régulièrement des focus sur "Ces entreprises qui font Tarn & Dadou". Cette rubrique est réalisée en partenariat avec Toul'éco Tarn. Aujourd'hui, la société Cuirs du futur, implantée sur la commune de Graulhet.

Lire la suite



Depuis la zone industrielle du Rieutord à Graulhet, les Cuirs du Futur comblent les plus grandes marques du luxe dans le monde. Sauvée par l’innovation, la mégisserie tarnaise vient de faire passer son chiffre d’affaires de 10 à 16 millions d’euros, dont 60% à l’export.

Après Jean-Claude Jitrois, Chanel, Balenciaga, Gucci, Givenchy, Prada s’habillent en cuirs tarnais ! Finement travaillés par 43 salariés et 29 intérimaires, aux savoir-faire remarquables et reconnus, les Cuirs du Futur ont sauvé leur activité de mégisserie traditionnelle en mettant au point une peau d’agneau stretch. Exclusivement doublée d’une toile élastique, cette matière souple, baptisée "Magisco", a vraiment quelque chose de magique. Une innovation née à Graulhet voici une vingtaine d’années, qui fait aujourd’hui fureur dans la haute-couture et permet aux petites mégisseries tarnaises de sauvegarder leur activité et les emplois qui vont avec.

3.000 peaux d’agneau stretch par jour

Cuirs du futurAchetées chez des négociants semi-tannées, les ateliers de la maison expédient quotidiennement 3.000 peaux finalisées, en Europe aux Etats-Unis ou en Chine. Après les avoir re-tannées, elles sont sciées dans l’épaisseur afin de gagner en légèreté et collées sur une toile en coton élastique. "Aujourd’hui, c’est un produit abouti. En pleine mode dont la demande croissante génère notre croissance exponentielle", explique Laurent Bové, responsable commercial et associé via LBC holding dont il est dirigeant.

Denis Saussol, le gérant, mégissier de père en fils, souligne : "Cuirs du Futur reste la seule entreprise capable de traiter le produit de A à Z, depuis la peau d’agneau originale. Ce process avant-gardiste est le fruit d’une R&D de groupe interne qui évolue au fil des tendances, toujours en amont des collections". Boosté par un carnet de commandes bien rempli, le chef d’entreprise espère pouvoir pousser les murs prochainement pour agrandir ses locaux afin d’être fin prêt pour la saison prochaine.

 

 

Article réalisé dans le cadre d'un partenariat Toul'éco Tarn / Tarn & Dadou - Lire l'article en ligne ici.

1° salon de la bière et du vin : c'est à Graulhet, avec la Brasserie des Vignes
mardi 9 avr. 2013
Evènement

Il aurait pu voir le jour place du Capitole à Toulouse ou bien dans la rue des Brasseurs… Mais c'est finalement à Graulhet, dans un lieu atypique, que se déroulera le premier Salon de la bière et du vin ce week-end (13 et 14 avril 2013) dans la bien nommée Brasserie des Vignes de Stéphane Dumeynieu.

Lire la suite



"On a parfois du mal à le croire, mais il y a toujours des brasseurs à Graulhet. Certains se souviennent qu'on venait chercher chez eux les pains de glace avant les réfrigérateurs domestiques. Nous avons même retrouvé des bouteilles de bière estampillées du nom de la ville où se faisait l'embouteillage", commence Stéphane Dumeynieu, gérant de la Brasserie des Vignes. Après l'ère du monopole des brasseries industrielles, c'est une véritable culture qui est en train de renaître, comme en attestera la conférence de Gilbert Delos, dimanche 14 avril à 15 heures, sur le thème des microbrasseries de 1985 à nos jours.

La coopération et l'entraide comme fils conducteur

Activité économique, la brasserie artisanale se veut pour autant un peu à la marge des raisonnements classiques. "Dans notre monde il n'y a pas de concurrence. Un brasseur se monte à Rabastens, mais loin d'y voir un concurrent, au contraire, on l'encourage", explique Stéphane Dumeynieu.

Yann Gagneron, de la brasserie Joli Rouge, peut témoigner de cet état d'esprit : "C'est dans un salon du club des amis de la bière que j'ai acheté mon premier matériel de brasseur amateur. C'est encore dans ce cadre que j'ai vendu la première fois au Sisqa (Salon de la Qualité Alimentaire de Midi-Pyrénées). Tout au long de mon travail, les autres brasseurs m'ont accompagné et cette participation comme professionnel aujourd'hui a pour moi une saveur particulière", explique-t-il. Un monde à part on vous dit...

Salon de la bière ET du vin

Le vin aura aussi la part belle au salon organisé par l'Association des "faiseurs de bière" qui regroupe une trentaine de brasseurs de Midi-Pyrénées. Car si on connaît au moins de nom l'œnologie, les bonnes bières se dégustent, se savourent de la même façon. "Cet aspect de la dégustation de bière est unique en Midi-Pyrénées. Nous avons constaté un réel intérêt des touristes pour cet aspect", explique Mathilde Delmas, de Gaillac Visit, agence réceptive spécialiste du vignoble gaillacois et de son patrimoine qui participera au salon.

Les portes du salon de la bière et du vin seront ouvertes samedi de 15 heures à minuit et dimanche de 10 heures à 18 heures. L'entrée est libre et gratuite et de nombreuses animations sont au programme.

 

Entretien avec Stéphane Dumeynieu, gérant de la Brasserie des Vignes et à l'initiative du salon de la bière et du vin

Stéphane Dumeynieu

 

Comment est née l'idée de cette manifestation ?

Le club des amis de la bière, dont j'étais le président, a vu le jour à Toulouseen 2003. On a réédité l'opération en 2004, 2005, 2006 et 2008. Puis, comme dans beaucoup d'associations, le bénévolat s'est épuisé au fil des ans. Au cours de conversations avec d'autres brasseurs, l'idée est venue de recréer un salon sur la bière et le vin. 

Combien d'exposants sont prévus ?

Une quarantaine d'exposants prendront part à la manifestation. Il y aura des professionnels comme des brasseurs, des fournisseurs de matières premières, d'emballages. Il y aura aussi une partie découverte des bières : Robert Dutin, qui a créé l'annuaire des brasseurs de France, présentera son nouveau livre ; Gilbert Delos, journaliste à bière magazine, ou Elizabeth Pierre, feront un atelier de dégustation bière et fromage. Il y aura aussi le petit musée de la bière qui porte la manifestation, Graine de jeu qui propose des jeux traditionnels en bois, Culture occitane qui représentera un ancrage régional ou encore des tégestophiles qui collectionnent les objet relatifs à la bière. 

Quels sont les principaux temps forts ?

Plusieurs conférence auront lieu dont une sur le thème "Grandeurs et misères de la création d'une microbrasserie". Gilbert Delos interviendra sur l'économie brassicole et Robert Dutin sur la bière et gastronomie. Plusieurs concerts auront également lieu avec Sylviane Blanquart et son orgue de barbarie, une fanfare de guitare, le groupe de rock Control C. Le cirque Pistil proposera aussi des animations.

Quels sont les objectifs de cette première édition ?

D'abord se faire plaisir. Ce sera avant tout un moment pour se retrouver et faire connaître cette dynamique économique et sociale qui se déroule dans une convivialité assez rare dans le monde économique. Le salon permettra aussi de faire découvrir une véritable diversité culturelle, sociale et gustative, un arc-en-ciel des saveurs et des couleurs des bières de Midi-Pyrénées et d'ailleurs.

 

Source : la Dépêche du midi - Lire les articles en ligne ici et .

Illustration : affiche du salon de la bière et du vin.