Actualités

"Bijoux de Peaux", l'exposition des lycéens graulhétois et toulousains à découvrir au cinéma Vertigo
dimanche 28 mai 2017
Evènement

"Bijoux de Peaux" est l’exposition à venir découvrir jusqu’au 31 août 2017 dans le hall d’entrée du cinéma Le Vertigo de Graulhet. Elle est le fruit d’une collaboration entre le lycée Clément de Pémille de Graulhet et le lycée des Arènes de Toulouse, et propose un pont entre le riche passé industriel de Graulhet et la modernité vers laquelle la commune se tourne.

Lire la suite



Onze bijoux réalisés

C’est l’histoire d’une collaboration entre deux lycées, quatre classes et une quarantaine d’élèves / étudiants au travers d’un projet de création de bijoux de peau que le public pourra retrouver tous les jours de 14h30 à 21h dans le hall d’entrée du cinéma Le Vertigo de Graulhet, jusqu'au 31 août 2017.

"On avait envie de travailler en partenariat sur quelque chose qui n’est pas habituellement liée aux bijoux", témoigne Joanne Grimonprez, professeur d’art appliqué qui a en charge les 1ères années DMA Art du Bijou et du Joyau au lycée Clément de Pémille de Graulhet. Ces derniers ont d’ailleurs coopéré avec leurs camarades de Terminale STD2A du lycée des Arènes de Toulouse pour la réalisation des 11 "Bijoux de Peau" qui font cette exposition unique en son genre, inaugurée le 18 mai dernier.

D’un passé industriel à une valeur actuelle

Le cuir est la matière première de ce projet qui a demandé réflexion, visites, recherches, minutie et expérimentations.

"Nous avons visité en octobre 2016 la maroquinerie Serres de Briatexte", glisse Céline Boiziot, enseignante au lycée des Arènes. Une étape importante qui a permis aux jeunes créateurs de comprendre la richesse du patrimoine industriel et immatériel de la région graulhétoise et d’en faire "une valeur actuelle" de par leurs propositions.

Dans l’optique de la présentation des pièces au public, deux autres formations des deux établissements sont venues se greffer au projet : le BTS "Design graphique" du lycée des Arènes et le Baccalauréat professionnel "Photographie" du lycée Clément de Pémille.

En prenant sous leur responsabilité la communication visuelle de l’événement, les élèves / étudiants ont pu concevoir affiches, flyers et le catalogue de l’exposition qui retrace l’intégralité des pièces présentées. Chacune est d’ailleurs reliée à une expression du type : "A fleur de peau…", "Se mettre dans la peau de…", "Avoir la peau dure…" ou encore la très célèbre "il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué…" !

Parures, bijoux, accessoires, rien n’est laissé au hasard sur chaque partie du corps : poignet, bras, épaules, torse, oreilles, tête.

"Il a fallu faire des choix" expliquent les professeurs qui ont coordonné les différents groupes tout au long des séances de travail.

Malgré la distance qui sépare les deux lycées, les échanges ont été fructueux. "Outre les entrevues, il y a eu aussi une communication par e-mail, on utilisait également la plateforme google drive", précise une enseignante.

L’exposition "Bijoux de Peau" sera donc visible sur Graulhet durant tout l’été, histoire de l’avoir dans la peau !

 

Source : le Tarn Libre - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : les élèves et leurs professeurs lors du vernissage de l'exposition, le 18 mai à Graulhet.

Un marché en l'honneur de la céramique
dimanche 28 mai 2017
Attractivité du territoire

Ce sont les 03, 04 et 05 juin 2017 qu'aura lieu le Marché européen de céramique contemporaine, place du village à Giroussens, organisé par l'association Terre et Terres. Une action phare qui met le territoire en valeur, en lien bien entendu avec le Centre céramique de Giroussens.

Lire la suite



70 potiers, céramistes et sculpteurs ont été sélectionnés de façon à présenter une très large palette de la création céramique contemporaine.

Depuis 26 ans, ce marché en plein air rassemble en moyenne plus de 25.000 visiteurs par an, venus non seulement des départements alentours, mais aussi du reste de la France pour découvrir cet événement incontournable dans son domaine.

Mais ce n'est pas tout. En effet, diverses activités ont été prévues autour du marché, comme une animation terre, une librairie spécialisée , un "café céramique", où il est possible de boire café ou un thé accompagné de petits gâteaux dans une tasse ou un bol à choisir (et à acheter si affinité), ou encore diverses expositions.

De plus, pour la 6ème année consécutive, un parcours sculpture est aussi proposé à cette occasion.

Trait d'union entre le marché de Céramique Contemporaine et le Centre Céramique de Giroussens, il offre depuis 2012 aux visiteurs la possibilité de découvrir en plein air des œuvres remarquables.

7 sculpteurs seront à l'honneur cette année. Le Centre Céramique, quant à lui, présentera "Impact", une exposition de Helle Frydenlund.

Travaillant en liaison avec le Collectif national des céramistes (dont elle est un des fondateurs dès 1999), les associations de céramistes et potiers, ainsi que les organismes professionnels et institutionnels, l'association Terre et Terres vise avant tout à donner de la céramique européenne une image valorisant sa créativité et son savoir-faire et comporte une cinquantaine de membres.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le Marché des potiers présentera le travail de 70 céramistes.

Association "Cuir de Graulhet" : Impulser le renouveau de toute une filière
mardi 23 mai 2017
Attractivité du territoire

L'arrivée de nouveaux acteurs a amené la filière cuir à se structurer ces derniers mois via notamment la création d'une association dénommée "Cuir de Graulhet". Objectif pour sa douzaine de membres : développer et faire reconnaître un savoir faire local qui repose sur l'ensemble des composantes du réseau.

Lire la suite



Beaucoup se posent aujourd'hui la question "Y a t-il encore du cuir à Graulhet ?". Pourtant, la réponse est évidente. Avec 69 établissements, la filière – tanneries, mégisseries, maroquineries comprises – pèse 440 emplois sur le bassin graulhétois. L'implantation depuis quelques années de nouveaux acteurs amène le réseau à se structurer via une nouvelle association d'entreprises, appelée "Cuir de Graulhet". Composée pour le moment d'une douzaine de membres, celle-ci, fondée fin 2016, a pour objectifs de fédérer les entreprises de transformation de la peau, de fabrication de produits finis ou semis-finis en cuir et des activités liées, de développer le savoir-faire local et de le pérenniser.

L'ancienne Communauté de communes Tarn & Dadou, aujourd'hui fusionnée avec ses voisines au sein de l'Agglomération Gaillac | Graulhet, apporte son appui dans l'élaboration de cette structuration. "On est bien soutenus par les collectivités" reconnaît la Présidente de l'association, Dominique Picquier, qui est également à la tête d'une entreprise de maroquinerie, la Fabrique.

"Un savoir faire de folie"

CCI, municipalité, Département, Région etc. semblent également faire bloc derrière le cuir dont la filière est actuellement représentée de A à Z sur le bassin graulhétois, cas unique au plan national. "Il y a un savoir faire de folie" rapporte Cédric Donnaint, trésorier de l'association, qui propose sur son site Web marchand "La Rue des Artisans" des produits issus de la filière locale. Basé auparavant sur la commune de Rivières, le spécialiste en e-commerce, qui travaille avec son frère, a déménagé sur Graulhet où il se plaît à travailler. "Il faut montrer qu'il y a de l'emploi qui se créé dans le domaine" poursuit-il. Et dépoussiérer les vieilles images d'un secteur uniquement composé de friches industrielles.

Outre le volet formation, et afin d'avoir une meilleure visibilité sur le plan local, national voire international, "Cuir de Graulhet" réflechit à la confection d'un site Internet et à la création d'un logo. Les membres de l'association ont aussi en tête une appellation du type "Fabriqué à Graulhet" et l'organisation d'un événement annuel qui pourrait se tenir en octobre prochain.

L'association est également partie prenante du vaste projet économique, culturel et patrimonial qui concerne la Maison des Métiers du Cuir, puisqu'elle est désormais entrée au Comité de pilotage, dont le principal pilote est la municipalité. Objectif : inscrire ce lieu dans l'air du temps et le transformer d'ici 2022 en cité internationale du cuir avec des visites guidées plus interactives, des réserves pour les objets, le développement de plusieurs ateliers pour petits et grands, l'organisation de conférences, la création d'espaces événementiels, de formation, de restauration ou encore la mise en place d'une boutique...

Oui, il y a un futur pour le cuir à Graulhet et les professionnels de la filière l'ont bien compris !

 

Source : le Tarn Libre - Télécharger l'article original ci-dessous.

Illustration ci-dessous : Graulhet, un savoir faire unique en maroquinerie, mais pas que...

Le réseau Entreprendre Tarn dresse son bilan et présente ses lauréats 2016
mardi 23 mai 2017
Accompagnement des entreprises

Mardi 23 mai 2017, le réseau Entreprendre Tarn a tenu son Assemblée générale, avant de remettre leurs trophées aux onze lauréats 2016, soutenus par l'association départementale.

Lire la suite



C’est dans les locaux de Pierre Fabre Dermo Cosmétique aux Cauquillous, à Lavaur, que s’est déroulée la soirée à laquelle ont participé trente sept des soixante trois membres du réseau Entreprendre Tarn et une cinquantaine d’invités lauréats, partenaires.

L’association de chefs d’entreprise qui accompagnent créateurs et repreneurs de société dans le but de créer ou pérenniser de l’emploi, a réussi à valider trente-huit installations en 2016.

Plus de 600 emplois créés et sauvegardés en vingt ans

"Cette année, nous fêterons fin octobre les vingt ans de notre réseau fondé par Pierre Fabre en 1997. Depuis cette date, plus de 600 emplois ont été créés et sauvegardés par les lauréats. Nous avons pour objectif d’arriver aux 150 membres d’ici fin 2019 pour aider d’avantage d’entreprises. Nous sommes dans une bonne dynamique*. Plus de membres signifie plus de ressources humaines et financières", ambitionne le Président du conseil d’administration, Jean-Marie Vigroux de Sylob, éditeur et intégrateur de logiciels de gestion à Cambon d’Albi.

L’antenne tarnaise a ainsi permis aux entrepreneurs débutants de recevoir 155.000 euros de prêts d’honneur. Et 1,3 millions d’euros de prêts bancaires ont été accordés sur l’année 2016.

Echanges et accompagnement entre membres du réseau

Membre du réseau depuis quatre ans et tout nouvel administrateur, Jean-François Deprat, gérant de T2P, spécialiste de l’usinage de profilés alu, à la tête de vingt et un salariés, déclare : "Je souhaite accompagner des créateurs ou des repreneurs d’entreprise (ce qui est mon cas) en leur faisant bénéficier de mon expérience. C’est aussi un moyen de sortir de mon univers et de découvrir d’autres secteurs d’activités".

C’est le cas avec Benoit Tollot, fabricant de plans de travail en bois destinés aux cuisinistes et agenceurs sur toute la France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et dans les Dom-tom, un des lauréats 2016 qu’il accompagne. "J’ai repris Flip design à Puycelsi, en forêt de Grésigne, après le départ à la retraite de son fondateur. J’ai trouvé cette opportunité par l’intermédiaire de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Tarn, sur leur site Internet".

Encore en phase de consolidation de cette entreprise (créée en 1979), l’entrepreneur se félicite d’avoir pu déjà embaucher un apprenti ébéniste. Outre le prêt d’honneur, le réseau Entreprendre Tarn lui a fait octroyer 20.000 euros pour démarrer et lui a offert cet échange avec un accompagnateur, ce qui lui permet de se sentir soutenu.

Les onze lauréats 2016** (quatre femmes et sept hommes) ont ainsi assuré deux reprises d’entreprise, six créations et un développement dans le Tarn. Pour 2017, dix nouveaux lauréats sont en lice pour sept projets.

* 100% des lauréats sont accompagnés, 100% des entreprises sont pérennes à trois ans, 87% à cinq ans.

** Flip design, De Neuville chocolat, Astruc Solu Financ, Hospitalidée, Tramontane transports, Start Track, O2 care services, Lets’sGo, Ympact.

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : les onze lauréats 2016 de Entreprendre Tarn .

Gaillac Viandes va s'établir sur un nouveau site plus visible
lundi 22 mai 2017
Du nouveau à Gaillac

Le déménagement est pour bientôt : Thomas Bense espère ouvrir le nouveau Gaillac Viandes en novembre 2017. Le transfert ne sera pas très long, de la zone des Clergous vers le rond-point qui dessert la route de Cordes (Avenue Rhin et Danube) et celle de Castelnau de Montmiral.

Lire la suite



Gaillac Viandes y gagnera en espace, en parking et surtout en visibilité.

L'entreprise, qui compte dix salariés, a été créée il y a 31 ans par Marc et Sylviane Bense. Marc était auparavant boucher dans la rue de la Grand-Côte et servait les restaurants. Très vite, la boucherie charcuterie des Clergous a pris de l'ampleur et ajouté un rayon traiteur. "C'est un bon complément, qui nous permet de travailler toujours du frais au magasin" indique Thomas, qui a rejoint Gaillac Viandes il y a 8 ans. Son beau-frère David est là depuis 18 ans, et fabrique toute la charcuterie.

Éleveurs à proximité

"Nous ne travaillons qu'avec des bêtes de la région" résume Thomas, qui récite les provenances. Agneau de l'Aveyron ("le plus loin"), veau fermier du Lauragais, porcs de Sorèze, et ces blondes de Brens, Lombers ou Salvagnac qui ont fait la réputation de la maison.

"On se fournit dans le secteur, car on a de très bons éleveurs à proximité".

Parmi les spécialités, les merguez "boeuf-agneau", la saucisse que certains viennent chercher de Toulouse, le steak haché ou - en plats cuisinés - les lasagnes, le moelleux de dinde farcie, le paleron sauce au poivre.

Gaillac Viandes livre également des écoles, des maisons de retraite. Dans son futur local, deux fois et demie plus spacieux, Thomas, David et l'équipe projettent de développer un rayon de produits régionaux.

Le bâtiment sera construit par des entreprises locales. Les Bense, pour les artisans comme pour les animaux de boucherie, ne vont pas chercher bien loin la qualité qu'ils trouvent à portée.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l'équipe de Gaillac Viandes s'est élargie à la deuxième génération, la gamme s'est étendue depuis 31 ans, mais l'esprit reste le même : des produits de qualité et de proximité.

"La Ruche qui dit Oui", deux mois après
dimanche 21 mai 2017
Coopératives

Deux mois après son lancement, "La rûche qui dit oui" graulhétoise se structure et se développe. Cette initiative nationale, reprise localement sur Graulhet, et sur Gaillac, permet de rapprocher producteurs et consommateurs : une sorte de supermarché de la consommation directe et locale ! Nous reprenons ici l'interview dans la Dépêche de Marie-Hélène Réchou, responsable de "La rûche qui dit oui" de Graulhet.

Lire la suite



La Dépêche du Midi - Quelles impressions après 2 mois ?

Marie-Hélène Réchou - "Assez positives. Depuis l'ouverture de la ruche le 16 mars 2017, nous avons eu coup sur coup une période de vacances, de ponts et d'élections. Les prochaines semaines devraient voir une évolution plus graduelle. L'offre proposée est assez complète mais nous sommes à l'écoute de toute nouvelle demande et à la recherche de producteurs de fruits et légumes. Sinon, l'ambiance est conviviale et les producteurs font preuve d'une belle entente et d'une belle entraide.

Les remontées clients sont bonnes et nous avons d'ailleurs un bon nombre qui sont fidèles au rendez-vous chaque semaine. Il y a encore quelques petits réglages à faire mais cela s'améliore de distribution en distribution, il ne faut pas oublier que nos producteurs sont des producteurs à taille humaine, qu'ils dépendent de beaucoup de paramètres extérieurs : la météo, ou une attaque de renard qui explique par exemple que nous manquions d'œufs...".

La Dépêche du Midi - L'offre de "La Ruche qui dit oui" à Graulhet doit-elle être complétée ?

Marie-Hélène Réchou - "L'offre en viande (veau, bœuf, volaille, porc et agneau) et fromage (chèvre, vache , brebis) est complète, l'offre en légumes peut être étoffée notamment en bio, truite, traiteur pain bio, huile et céréales. Notre pâtissière à fait une pause pour des raisons familiales mais nous avons en attente des savons, des chocolats. Chaque producteur à son rythme de présence, semaine, quinzaine, ou mensuelle. J'étudie toute demande".

La Dépêche du Midi - Vous envisagez de changer (modifier) le site de distribution?

Marie-Hélène Réchou - "Pas pour le moment et si le cas se présente nous resterons dans le même périmètre".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Marie-Hélène Réchou et les producteurs de "La rûche qui dit oui" à Graulhet lors de la distribution du jeudi soir.

L'entreprise Uniconcept, venue de Chine, concrétise son implantation à Gaillac
lundi 15 mai 2017
Du nouveau à Gaillac

"C'est une bonne nouvelle pour l'industrie gaillacoise", se félicite Patrice Gausserand, le Maire de Gaillac et Vice-Président de l'Agglomération en charge de l'Attractivité. L'annonce de l'installation de la société Uniconcept France à Gaillac a été faite le 17 mai en Mairie, en présence du Président de la société, Eddy Belefdil.

Lire la suite



Eddy Belefdil, Président d'Uniconcept, était ce mercredi 17 mai en mairie de Gaillac aux côtés du maire Patrice Gausserand et de Jean-Philippe Delmas de la société meubles Delmas pour concrétiser l'implantation de la société chinoise à Gaillac.

Spécialisée dans la conception d'accessoires et de pièces pour téléphones mobiles (sous la marque Swiss Charger), Uniconcept entend recruter : 30 emplois seront ainsi à pourvoir dans un premier temps, dont une vingtaine pour des ouvriers. Les autres étant des postes de direction et des postes administratifs. Les salariés d'Alphacan, victimes d'un plan de licenciement, pourraient bénéficier de cette nouvelle activité.

Le démarrage de la production du site français (étuis de téléphones portables) devrait avoir lieu courant août 2017 pour être au rendez-vous "du business de Noël", comme l’a précisé le dirigeant. L'installation de cette entreprise, dont le siège est basé à Shenzhen, est le fruit de discussions et d'une rencontre entre le maire de Gaillac et le chef d'entreprise à Hong-Kong, ces derniers mois. Dans un premier temps, Uniconcept posera ses valises dans les locaux des Meubles Delmas, en tant que locataire, sur la zone d'activités des Clergous à Gaillac, avant de s'implanter durablement sur la ZIR du Mas de Rest. Le bail a d'ailleurs été signé, le 17 mai, entre les deux parties.  

Une production en France plus rentable qu'en Chine

Pourquoi une implantation France pour une société chinoise ? Pour capitaliser sur le "made in France" explique Eddy Belefdil. Alors que la production est essentiellement basée en Asie, l'entrepreneur se démarque de la concurrence en jouant la carte du local.

Il assure avoir la capacité de fabriquer 20% moins cher qu'en Chine en réduisant notamment les coûts de transport et les intermédiaires. Uniconcept maîtrise également toute la chaîne, de la conception à la commercialisation.

Pour démarrer, EddyBelfedil commencera par fabriquer des étuis de téléphone. Il y a aura également un secteur emballage pour les produits arrivant de Chine.

 

Sources : le Tarn Libre et la Dépêche du Midi - Lire les articles en ligne ici et .

Illustration ci-dessous : Eddy Belefdil, dirigeant d'Uniconcept (chemise rose), entouré de Jean-Philippe Delmas (Meubles Delmas), de Franck Russel son collaborateur et du maire de Gaillac Patrice Gausserand.

L'Atelier occitan du bois partage ses savoirs
dimanche 14 mai 2017
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Sans tapage, l'Atelier Occitan du Bois continue ses activités dans son local de 500 m² situé à Longueville à Gaillac, à côté de l'Aérodrome. "Ses" activités car au sein de la structure, les 50 adhérents s'occupent à la menuiserie le lundi après-midi, à la lutherie le mercredi, au tournage voire à la marqueterie le samedi, et à une activité déterminée par l'animateur du jour le jeudi (ils interviennent à tour de rôle).

Lire la suite



L'esprit ne change pas.

"L'Atelier Occitan du Bois (l'AOB), c'est l'échange des savoirs. On ne garde pas pour soi, on partage : si, un jour, l'élève nous dépasse, c'est tant mieux" indique le Président Jean Van Puymbroeke, spécialiste du tournage.

L'AOB est bien équipé, avec des tours, dont une dernière acquisition pour de grosses pièces d'une cinquantaine de centimètres, des raboteuses dégauchisseuses, scies à rubans, mortaiseuses, scie à onglet, perceuse à colonne.

L'Atelier ne fait pas de formation, mais de l'initiation. "Nous montrons comment on procède. Si la personne reste, elle garde sa liberté de choix, elle vient avec ses projets. Nous l'aidons le cas échéant" ajoute Didier Cassanhol, le trésorier. Si l'on trouve une majorité de retraités et d'hommes, l'AOB compte aussi des actifs et quelques femmes.

Nettoyage mensuel

Les uns vont vers l'utilitaire, d'autres vers l'artistique ou le décoratif, surtout au tour. Le bois est acheté à des scieurs de la région (Valence d'Albi, Graulhet) et l'on travaille toutes les essences : les bois durs au tournage (noyer, if, buis frêne, érable).

"Même le platane, qui a une belle maille. Le chêne également, mais il est plus fibreux, donc plus difficile à traiter au tour". Au chantournage, on travaille des bois tendres, comme le peuplier, le bouleau, plus rarement le pin, assez complexe avec ses fibres blanches molles et les sombres plus dures.

L'équipe de l'AOB convie des intervenants extérieurs de renom, comme le tourneur Paul Texier ou le sculpteur Thierry Brignac qui travaille des bois de récupération. Le samedi, une fois par mois, l'équipe se retrouve pour une journée de nettoyage des locaux, marquée par une pause casse-croûte en commun.

La porte de l'AOB, signe d'accueil, est toujours ouverte, et le climat est celui des copains.

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : une partie de l'équipe des tourneurs : l'AOB entretient un climat amical, amateur, et cherche à initier les néophytes à la découverte du bois et des gestes de travail.

Une entreprise gaillacoise fait la Une du journal de France 2 !
dimanche 14 mai 2017
Video

Quand l'industrie rencontre l'économie circulaire sur Gaillac, il est question de recyclage, de respect de l'environnement, de pièces de réemploi ou de circuits de proximité. Surplus Autos, entreprise leader dans le secteur de la déconstruction automobile, est un acteur majeur du territoire. Alors quand il fait la Une du journal télévisé, on relaie l'information.

Lire la suite



Mécanique de précision : Adrien Négrier crée sa société à Gaillac
vendredi 12 mai 2017
Création d'entreprise

C'est au Carrefour des Métiers, en troisième, qu'Adrien Négrier, qui ne savait pas trop où s'orienter, a eu son premier contact avec la mécanique de précision. Son choix était fait : il n'est jamais revenu dessus. Aujourd'hui, il a choisi de voler de ses propres ailes. Bienvenu et bon courage !

Lire la suite



Un Bac Pro à Rascol, une formation en alternance, un emploi de programmeur pendant dix ans chez Usitech à Brens… Et puis l'envie de franchir le Rubicon de l'entreprise.

Le temps de trouver deux partenaires financiers (Boudes et Candelon) et BCN naît sous forme d'une SAS, dans un atelier de 250 m² loué dans l'enceinte des Meubles Delmas, au sein de la Zone d'activités des Clergous à Gaillac.

Adrien est seul aux commandes du logiciel de conception et du centre d'usinage "5 axes". Le travail ne manque pas, avec des donneurs d'ordre venant de l'aéronautique, de la mécanique générale et agricole et même d'entreprises fabriquant des machines servant à monter les satellites. Adrien Négrier conçoit les pièces en 3 D (de 10 à 600 mm) sur son ordinateur, le centre d'usinage les réalise, en pièce unitaire, petites séries (5 à 10 pièces) ou plus longues (500 à 1.000 pièces).

Les commandes arrivent

BCN a connu un démarrage turbo dès l'ouverture en janvier 2017 : des entrepreneurs tarnais, mais aussi toulousains, venus par le bouche-à-oreille puis la qualité du travail, aussi bien sur les aciers, que l'inox ou l'aluminium.

Adrien Négrier est à l'atelier dès 5 heures du matin, quelquefois 4 heures. "C'est un métier ou l'on travaille au centième de millimètre. II faut être concentré et méthodique sinon c'est l'échec". Le petit matin lui va bien : le silence est propice à la conception. Pas le moindre copeau métallique dans l'atelier qu'il a aménagé avec sa famille : tout est clean.

A 28 ans, Adrien ne veut pas brûler les étapes. Une deuxième machine ? Il y pense, mais chaque chose en son temps : satisfaire les clients reste la priorité. La pièce qu'il conçoit est complexe, avec des parallélismes à 3 centièmes. "Là, c'est bon, on y est".

Le téléphone sonne : BCN a son tableau de commandes garni jusqu'en juin.

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la conception sur un logiciel spécialisé, la réalisation aux commandes du centre d'usinage "5 axes" : Adrien Négrier a réussi son démarrage.