Actualités

la Ruche qui dit oui à Graulhet : ce sont les abeilles qui en parlent le mieux
mercredi 8 mars 2017
Du nouveau à Graulhet

Marie-Hélène Rechou, traiteur et chef à domicile graulhétoise, vient de créer la troisième antenne du réseau La Ruche qui dit oui du département. Un mouvement d'ampleur nationale - plus de 700 ruches recensées - voire internationale qui défend les productions raisonnées et de qualité.

Lire la suite



"L'intérêt est de mettre en relation le producteur et le client sans intermédiaire tout en privilégiant les circuits courts. Les 25 petits producteurs inscrits, et qui décident de leurs prix de vente, sont installés dans un rayon de 28 km pour les plus éloignés".

Et on trouve tout sur le catalogue du site de la Ruche qui dit oui graulhétoise : des viandes, des volailles, des fromages, des fruits, des légumes, des farines, des miels, des plats cuisinés, des savons et même des croquettes pour chien. Une offre réellement complète accessible à tous et en vente directe.

Un système que connaît bien Lionel Roger, éleveur de canards et volailles à la Ferme de la Condarié à Lautrec, et qui vient d'adhérer à sa neuvième Ruche. "L'atout avec la Ruche, c'est la planification de la production-vente". Un avis partagé par Véronique Sandelion, productrice d'agneaux de race Romane à Brousse depuis 2009, qui participe à sa quatrième Ruche. "Les ventes ne représentent pour l'instant que 10% de ma production, mais ce système va se développer rapidement". Pour Damien Boudet, producteur de veau traditionnel entre Graulhet et Missècle, c'est une première expérience.

"Nous faisons de la vente directe depuis un an. Nous attendons de cette participation davantage de considération, de reconnaissance du travail bien fait". Pour Guillaume Alby, à la tête d'un troupeau de 60 vaches laitières et d'une fromagerie fermière sur la plaine de Vindrac à Montans, l'investissement appelle quelques aménagements.

"Gros intérêt pour cette formule de vente, mais notre gros souci est de concilier l'heure de la traite et celle de la distribution. Mais on y arrive !". Quatre producteurs parmi tant d'autres qui ont trouvé en tant qu'abeilles une Ruche bourdonnante à Graulhet qui, après celle de Gaillac, essaime désormais partout où il y a de l'intérêt pour une autre forme de commerce.

Le client commande sur Internet, paye et vient retirer ses produits une fois par semaine sur le centre de distribution. En l'occurrence juste à côté du Cellier Di Vin en bordure de rocade, Boulevard Georges Ravari, derrière Jouet Club. Et ce à partir du 16 mars 2017, tous les jeudis, de 17h30 à 19h15.

Les produits frais doivent être commandés deux jours au minimum à l'avance. Les livraisons sont assurées sans rupture de la chaîne du froid par la mutualisation des matériels de conditionnement et de transport. Les personnes intéressées sont invitées à se rendre sur place le 16 mars ou à consulter le site Web graulhétois de La Ruche qui dit oui.

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Quelques producteurs participants aux côtés de Marie Hélène Rechou, à droite.

Conjoncture économique : bilan 2016 dynamique et perspectives 2017 optimistes dans le Tarn
mardi 7 mars 2017
Information

Après Castres, c’est à la Maison de l’Économie à Albi que Michel Bossi, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn, Jean-Louis Hormière, son homologue de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat et Jacques Bonhoure, directeur de la Banque de France, ont fait le point sur l’activité économique des entreprises du Tarn et en région.

Lire la suite



Devant un parterre de quelque quatre-vingt entrepreneurs du département, leurs représentants ont révélé un regain d’activité enregistré en 2016 dans l’Industrie et les Services marchands ainsi que des frémissements de relance dans le BTP.

"L’économie tarnaise résiste, avec un bilan globalement satisfaisant de l’année passée, de bon augure pour 2017 malgré quelques aléas. Les indicateurs sont plutôt positifs", a souligné Jacques Bonhoure de la Banque de France.

Contexte délicat mais favorable

Michel Bossi, le président de la CCI du Tarn fait chorus : "L’année 2016 a confirmé les prémices d’une reprise, tirée vers le haut dans le Tarn par l’industrie et un peu aussi dans le bâtiment".

Avec toutefois un bémol : "En difficulté, le commerce, surtout en centre-ville, est un réel souci car il est lié à plusieurs facteurs dont les nouveaux modes de consommation, tel le e-commerce. En plus, les villes veulent s’embellir en limitant leur accès et le stationnement. Les commerçants doivent apprendre à travailler en meute, à réactiver leurs associations. Pourtant, les Services et le Tourisme ont fait une bonne année, malgré une concurrence Airbnb soutenue. Quant aux difficultés de financement des banques, elles sont souvent liées au manque de qualité des dossiers montés".

L’optimisme des chefs d’entreprises tarnais

De son côté, Jean-Louis Hormière, le président de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Tarn, a confirmé que certains secteurs commencent à sortir la tête de l’eau : "De 7.300 établissement artisanaux en 2005 nous sommes passés à 9.650 aujourd’hui, même si le nombre de salariés est en diminution en raison du nombre croissant de micro-entreprises. Malgré une mauvaise donne comme la grippe aviaire, l’Alimentaire se maintient en rapport avec la qualité des produits. La consommation locale fait le poids, comme le Bio qui représente 44% du marché".

Il poursuit : "Le Bois et l’Ameublement sont maintenant une filière en évolution en Occitanie, une région qui possède une belle réserve de produits qui ne demandent qu’à être transformés sur place. Par contre, le secteur de la réparation est pessimiste. Et les métiers d’art souffrent aussi beaucoup. Hormis de grosses unités, l’Imprimerie galère autant que l’apprentissage. Nous allons d’ailleurs ouvrir une antenne à Sorèze sur ces métiers d’art et la floristerie en 2017".

Dans ce contexte encore délicat mais favorable, qualité et innovation demeurent des valeurs sûres. Les chefs d’entreprises, eux, anticipent un développement de leur activité dans l’Industrie et les Services alors que la reprise dans le Bâtiment et les Travaux publics semble se confirmer ; les budgets d’investissements devraient augmenter. Leur optimisme atteint aujourd’hui un niveau inégalé depuis 2011.

 

En téléchargement ci-dessous : le support de la présentation du bilan 2016 et des perspectives 2017 en termes de conjoncture économique dans le Tarn et en région.

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Michel Bossi, président de la CCI du Tarn, Jean-Louis Hormière, président de la CMA du Tarn et Jacques Bonhoure, directeur de la Banque de France ont fait le point sur l’activité économique des entreprises du Tarn et en région Occitanie.

Une nouvelle entreprise dans les locaux de la Pépinière d'entreprises Granilia, sur son site de Gaillac
dimanche 5 mars 2017
Du nouveau à Gaillac

L’entreprise LR 3.0 (Natacha Lopez et Benoît Roussiale) développe pour les professionnels du bien-être et de la coiffure une offre logicielle globale et modulable, permettant les prises de rendez-vous clients en ligne 24h/24, la gestion de la relation clients et des fournisseurs, ainsi que la gestion de caisse. LR3.0 vient d'intégrer les locaux gaillacois de Granilia, la Pépinière hôtel d'entreprises de la Communauté d'Agglomération Rabastinois, Tarn & Dadou, Vère-Grsigne Pays Salvagnacois. Bienvenu... et bonne route !

Lire la suite



LR 3.0 regroupe 2 enseignes :

* Un Temps Choisi : logiciel en ligne et en temps réel.

"Nous travaillons en vue d’apporter des solutions aux professionnels en organisation et gestion de temps afin de faciliter la centralisation d’informations clientèle, managériale, comptable, marketing et communication… Le logiciel propose différents modules intuitifs et évolutifs : agenda & prise de RDV en ligne, caisse & facturation, produits & stock, communication".

* Evolution web 3.0 : création de sites Internet, Extranet et Intranet.

"Début février 2017, le comité d'agrément de la Pépinière - hôtel d’entreprises Granilia a accepté notre candidature. Fort de leur confiance et accompagnement, nous avons intégré nos bureaux à Gaillac quelques jours plus tard. L’ambiance studieuse mais chaleureuse nous a permis de rencontrer les autres entreprises autour d’un café et de vite nous sentir chez nous".

"2017, une nouvelle étape pour LR 3.0 : de nouveaux locaux, mais aussi une équipe élargie avec Benoît et Grégoire (développeurs), Natacha (commercial) et Mélanie (communication)".

Contacts

Mobile : 06.80.41.76.64.

Email : melanie@untempschoisi.com.

Site Web : www.untempschoisi.com.

L'entreprise dispose également d'une page Facebook.

 

Source : Entre Tarn & Dadou - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : L'équipe de LR 3.0.

L'ascension fulgurante des drones graulhétois
samedi 4 mars 2017
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Depuis un an pile que Roland Chialvo, Marc Salvayre et un troisième associé ont installé SR Connect à mi-côte qui monte à l'aérodrome de Graulhet et à la Zone d'activités de l'Aéropôle, l'activité de la société a littéralement explosé.

Lire la suite



Phénomène de mode dopé par l'intérêt porté par de nombreux corps de métiers, les drones sont partout, en toute discrétion. À commencer par les particuliers qui trouvent dans le commerce de quoi "voir sans être vu".

"L'utilisateur d'un drone de loisirs doit consulter le site Geoportail avant de voler. Ceci, afin d'être certain de ne survoler que des zones autorisées", prévient Roland Chialvo, le gérant de la société graulhétoise SR Connect, qui a su s'entourer d'une équipe de techniciens, salariés ou consultants à même de répondre à une demande de plus en plus importante.

Un protocole est en cours de finalisation avec la direction générale de l'aviation civile pour utiliser une partie du terrain de l'aérodrome. En attendant, SR Connect, qui fabrique et équipe ses drones, utilise le volume et les hauteurs de l'ancien garage de bus pour ses essais et cours de pilotage. "Ce sont des appareils dont les utilisations sont en plein développement mais l'outil n'est pas infaillible, d'où la nécessité de former les télépilotes".

Parmi les métiers qui font appel aux services de l'entreprise, ceux du bâtiment qui trouvent dans ces appareils de quoi optimiser la conduite des chantiers. Les pompiers sont aussi intéressés pour la prévention, les départs de feu, voire la localisation et la conduite des équipes sur le terrain des incendies. L'agriculture a aussi manifesté son intérêt pour l'analyse des sols, la planification des traitements, la cartographie des zones en culture. Les métiers de la surveillance, de la maintenance des réseaux électriques ou ferroviaires sont aussi sur les rangs.

"Nous avons entre-autres formé un pilote qui a appris à se servir d'une caméra thermique pour observer les déperditions de chaleur dans les habitations", donne en exemple Frédéric Leire, chargé de l'instruction théorique des pilotes. De son côté, Patrice Collier assure le volet pratique. "Nous accueillons aussi les particuliers. Et des représentants du secteur sportif qui trouvent aussi dans les drones de quoi compléter les données techniques de préparation ou de compétition".

Une équipe complétée par Kevin Poulot, chargé de la communication et des connexions. "La société assure outre la recherche et le développement, les réglages, les prises de vues, les éventuels montages, les impressions en 3D". U

ne prestation complète qui donne à SR Connect une place de leader sur le marché régional des drones et de leur utilisation.

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Une équipe qui peut intervenir sur tous les modules liés à l'utilisation des drones.

Soutien affiché au commerce de centre ville
vendredi 3 mars 2017

Renforcer l'attractivité des centres-villes et centres bourgs passera par une redynamisation du commerce. Les élus de l'Agglomération Rabastinois, Tarn & Dadou, Vère-Grésigne Pays Salvagnacois ont décidé de porter une politique volontariste de redynamisation du commerce de centre ville, à travers le Plan d'Actions Commerce Territorial [PACTe]. La mise en oeuvre du Pack Installation commerçant artisan (1ère mesure du PACTe) et le recrutement de deux managers de centre ville et de territoire constituent des signaux forts de cette implication. 

Lire la suite



Comme dans la plupart des villes moyennes, le commerce local situé au cœur des villes souffre au sein de l'Agglomération Rabastinois, Tarn & Dadou, Vère-Grésigne Pays Salvagnacois. Entre l'extension des zones commerciales de périphérie et de nouvelles habitudes de consommations, les commerces vacants sont de plus en plus nombreux.

En 2016, la Communauté de communes Tarn & Dadou a lancé le Plan d'Actions Commerce Territorial [PACTe]. Parmi les mesures phares, une aide à l'installation en centre ville (Pack Installation commerçant artisan) et le recrutement de deux managers commerce de centre-ville et de territoire.

Valérie Jove-Poibeau a la charge de Gaillac et Brens ; Marine Vandendorpe doit s'occuper de Graulhet, Lisle-sur-Tarn, Lagrave et Cadalen. Depuis un mois, elles arpentent les rues des villes. "On effectue du porte-à-porte pour découvrir le secteur mais également se présenter et écouter les commerçants", explique Valérie Jove-Poibeau.

Ce poste de manager est encore méconnu. "Ils ont besoin de précisions, reconnaît Marine Vanderdorpe. On ne va pas manager leur commerce à leur place mais définir une politique commerciale plus globale. On sent en tout cas que beaucoup ont envie que les choses changent".

Pour être au plus près du territoire, les deux managers bénéficient d'un bureau dans les mairies des communes concernées. "Notre objectif est d'améliorer l'offre en centre-ville. Nous avons un rôle de mobilisation et d'interface entre les différents acteurs".

Vacance commerciale

Si chacune des villes a ses spécificités, il existe des tendances communes. Le constat d'une vacance commerciale importante, une topographie des lieux assez identique. À Gaillac, le commerce est plus diversifié qu'à Graulhet surtout dirigé sur l'alimentaire.

Mais dans les deux villes, il faut travailler sur les parcours des consommateurs qui ont évolué avec le temps et les nouveaux modes de consommation des clients. Un travail de longue haleine qui passe également par la fédération des associations de commerçants. Ce qui à ce jour est plus facile à Graulhet qu'à Gaillac.

Un interlocuteur unique doit permettre une meilleure mise en place des actions d'animation et de dynamisation lancées par les collectivités. Enfin, avec l'arrivée de la nouvelle agglomération, les actions du PACTe ont vocation à s'étendre sur le rabastinois.

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Marine Vandendorpe (à gauche) et Valérie Jove-Poibeau sont les 2 managers commerce recrutés par Communauté d'Agglomération pour dynamiser l'attractivité des centres-villes.

Le second souffle de Parta'G, l'association des commerçants de Graulhet
jeudi 2 mars 2017
Attractivité du territoire

Malgré la moindre participation de ses adhérents à l'assemblée générale – une petite quinzaine seulement étaient présents – Parta'G, l'association des commerçants et artisans graulhétois, affiche une belle santé et surtout une certaine unité.

Lire la suite



Depuis les changements d'appellation, il y a quelques mois, les commerces de périphérie se sont unis à ceux du centre-ville pour défendre les intérêts qu'ils jugent communs.

A ce jour, 70 vitrines et enseignes prennent la carte et sur 2016, 5 commerces ont ouvert et 2 ont fermé. Au bilan de l'année, un succès du défilé de mode – qui sera refait –, de la tombola de la fête des Mères, du dimanche D'marques et des animations de Noël. "Nous regrettons une mauvaise gestion de la course Dadou Run qui a fermé le centre-ville un samedi après-midi et qui a pénalisé les commerçants", mentionne Daniel Sannou, réélu président en même temps que Florent Calas.

Au rayon départs, Morgane Calmont laisse à pourvoir son poste de secrétaire. Après que Blaise Aznar, adjoint, ait présenté les outils pratiques et pédagogiques mis à disposition par la collectivité, les commerçants ont pu évoquer l'avenir de leur profession, ragaillardis par l'arrivée de Marine Vandendorpe, fraîchement arrivée à la Communauté d'Agglomération Rabastinois, Tarn & Dadou, Vère-Grésigne Pays Salvagnacois en tant que manager de centre-ville, principalement auprès des commerçants du bassin Graulhétois.

"Je vous propose pour les mois à venir de mettre en place une commission animation et de travailler sur la création d'une animation phare et ambitieuse". Accord à l'unisson, appuyé par l'intervention des deux représentantes de la Chambre de COmmerce et d'Industrie du Tarn. "Vous avez la chance d'avoir sur votre territoire une Communauté d'Agglo qui œuvre pour la défense du commerce local. Son appui donne accès par exemple à un accompagnement personnalisé sous forme de diagnostic. La CCI qui est partenaire met à disposition des personnels capables d'aider les commerçants dans l'aménagement de leurs vitrines, élément essentiel".

Avant de poursuivre par un long débat d'idées, les commerçants ont salué les initiatives de trois ou quatre d'entre eux qui organisent – hors Parta'G – des soirées ponctuelles et festives en périphérie. "Un succès qui donne des idées de ce qui pourrait se faire en centre-ville", ont envisagé les intéressés.

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Daniel Sannou et Florent Calas, réélus à la tête de Parta'G.

"La Ruche qui dit Oui" : à Graulhet, producteurs locaux et adeptes du "manger mieux" bientôt réunis
mercredi 1 mars 2017
Information

Lancé en septembre 2011, le réseau national "La Ruche qui dit Oui", qui regroupe plus de 5.000 producteurs et dispose d'une implantation à Gaillac, va bientôt disposer d'une antenne locale à Graulhet. Marie-Hélène Rechou sera la reine de cette ruche qui permettra d’accompagner, via le net, la vente directe à des communautés d’acheteurs du territoire. Un rendez-vous hebdomadaire sera instauré, probablement dès la mi-mars 2017, sur le parking du Cellier Di’Vin, au 28 boulevard Georges Ravary à Graulhet.

Lire la suite



Après le Lieu qui Bouge, la Ruche qui dit Oui !

Un nouveau moyen d’accès à des produits locaux de qualité va voir le jour prochainement sur Graulhet. Et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit là d’un réseau national, lancé en septembre 2011, et qui compte aujourd’hui plus de 800 ruches et 5.000 producteurs.

C’est Marie-Hélène Rechou, traiteur et chef à domicile de "Ep les Gourmands !", qui sera la reine de cette nouvelle ruche tarnaise réunissant d’ores et déjà près d’une vingtaine d’agriculteurs, éleveurs ou artisans dans un périmètre maximal d’une cinquantaine de kilomètres (environ 15km pour la grande majorité des producteurs dans le cadre du projet graulhétois.). Partie du constat "qu'acheter du local sur Graulhet, ce n’est pas évident", l’ancienne commerciale s’est rapprochée de la plateforme jaune et noire pour développer le concept.

Le principe est simple. Via un site en ligne dédié à la "Ruche de Graulhet", les producteurs désireux de trouver un nouveau débouché à leur activité de vente directe, pourront proposer leurs produits à une communauté d’acheteurs sur le territoire. Le responsable de la Ruche sera là pour les accompagner et pour agrandir le bloc-notes clientèle. "Les producteurs sont maîtres de leurs prix", insiste Marie-Hélène Rechou, qui en fait elle aussi partie.

Du pain, des légumes, de la viande, du miel…

Les consommateurs en recherche du "manger mieux et manger juste" pourront commander, eux, en ligne des produits de base tels que pain, légumes, viande (veau, agneau, lapin, volailles…) ou encore laitages.

"A partir du mois d’avril 2017, il devrait y avoir du miel et des confitures", précise la responsable de la ruche.

Le premier rendez-vous devrait être fixé à la mi-mars 2017 sur le parking du Cellier Di’Vin, au 28 boulevard Georges Ravari à Graulhet, chaque jeudi de 17h30 à 19h. En cas de mauvais temps, un local situé derrière la boutique de vins sera à disposition pour venir retirer sa commande et rencontrer les producteurs.

"Je vais essayer de faire quelque chose de convivial", annonce Marie-Hélène Rechou. La ruche graulhétoise compte aujourd’hui 45 membres et espère atteindre le seuil des 100 d’ici peu.

 

Source : Le Tarn Libre - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Un nouveau lieu de rendez-vous pour les amateurs de produits frais.

Salon de l’agriculture de Paris : l’agrotourisme tarnais à la conquête de la capitale
mardi 28 févr. 2017
Evènement

Du 25 février au 5 mars 2017, le Tarn expose au Salon de l’agriculture à Paris la richesse exceptionnelle de ses productions agricoles. Regroupées sous la bannière d’Agropoint, les grandes filières (vins de Gaillac, ail rose de Lautrec, salaisons de Lacaune, fromages tarnais…) seront au rendez-vous, sans oublier les éleveurs et les acteurs du tourisme qui vont faire assaut de séduction auprès des milliers de visiteurs attendus.

Lire la suite



"L’agriculture, une passion, des ambitions." Dans le Tarn, ce slogan trouve sa plus belle expression lors du Salon international de l’agriculture, qui permet aux acteurs de territoire d’ouvrir à Paris une magnifique vitrine décorée par les plus beaux produits tarnais. Dans cette immense ruche fourmillante de couleurs et de saveurs qui a accueilli l’année dernière 700.000 visiteurs, le Tarn va s’attacher à marquer son territoire.

Installés depuis trois ans dans le Hall 3, au sein de la Région Occitanie, plus grosse région de France avec 1.736 m² d’espace d’exposition, les produits vitrines sont parfaitement à leur aise.

Le BistO'Tarn faite recette

Salon Agri BistrotA proximité des stands de vente dédiés aux vins de la Cave des trois clochers (Lisle-sur-Tarn), aux salaisons Oberti (Lacaune) et Saint-Georges (Moulin-Mage) et aux produits laitiers de la Laiterie Fabre à Viane (les pulls, écharpes ou couvertures de la Ferme de Missègle à Burlats étant eux, installés dans le Hall 1), se dressera, sur un espace de 50 m², le célèbre BistrO’Tarn, espace de dégustation et de vente de l’ail rose de Lautrec, des Vins de Gaillac, des assiettes de charcuterie et des fromages tarnais.

La formule s’est avérée gagnante en 2016 avec 1.300 assiettes et 8.000 verres de vins vendus, soit une progression de 50% en un an. "On a l’équipe et les produits pour gagner" s’est réjoui Didier Houlès, président d’Agropoint, qui a découvert que "le zinc (celui du bar) est le métal qui conduit le mieux la chaleur humaine" et qui a entraîné avec lui deux cuisiniers, Pascal Sudre de l’Hostellerie des Lauriers à Villeneuve-sur-Tarn et Thierry Bardou de l’Auberge du Garde-Pile à Lautrec pour mettre les produits tarnais (veau du Ségala, agneau fermier des Pays d’Oc, magret de canard, melsat, soupe à l’ail rose…) en habits de fête.

L'offensive de charme des Offices de tourisme

Six vignerons (Domaines Carcenac, Les Grézels, Gayssou, Labarthe, Barreau et Vinovalie) se relaieront à leurs côtés autour du bar. "On est une bande de jeunes et l’ambiance est sympathique" précise Raphaël du Domaine Les Grézels. Une opinion partagée par Nicolas Barriac, producteur d’ail rose, présent sur le salon depuis 1994 et qui va monter à Paris avec 600 kilos d’ail avec l’espoir de faire un aussi bon salon qu’en 2016. Parmi les animations proposées durant la semaine, "le Moment tarnais" du vendredi 3 mars offrira à une délégation de cuisiniers de collèges tarnais l’opportunité d’aller visiter le Marché international de négoce de Rungis.

Mais le Tarn n’a pas que des atouts gastronomiques pour séduire le visiteur. Son histoire, son patrimoine et ses richesses naturelles constituent une invitation à se mettre au vert que trois offices du tourisme (Vignoble de Gaillac, Vallée du Tarn et des monts de l’Albigeois et Parc Naturel du Haut Languedoc) vont s’attacher à transmettre aux visiteurs. Enfin, comme tout salon de l’agriculture digne de ce nom, le Tarn s’attachera à faire bonne figure comme il le fait chaque année lors des concours agricoles. Pour la sixième année, le concours vente de vaches de boucherie de race Blonde d’Aquitaine (le 1er mars à 16h30) mettra en exergue l’exceptionnelle qualité de la viande produite dans des conditions optimales d’élevage.

Des vaches élevées avec amour

Salon agri vache"Frileuse", de l’élevage Planté-Moulet, portera les couleurs tarnaises lors de cette vente aux enchères que se disputent les boucheries de luxe et qui voit le prix au kilo dépasser allègrement les 15€. "C’est une occasion de rétablir une vérité sur l’authenticité et le bon goût de la viande que certains lobbies anti-viande mettent parfois à mal" souligne Damien Blanc, éleveur à Montdurausse. "Ces éleveurs sont souvent plus attentifs au bien-être de leurs vaches que de leurs femmes."

Selon Damien Blanc, le bien-être des vaches, c’est notamment un calcul précis des rations pour un parfait équilibre alimentaire ; la qualité de l’alimentation exclusivement composée d’herbe, sauf lors des quatre derniers mois où un complément de céréales est fourni pour le côté "gustatif" ; une attention apportée au logement en évitant la concurrence entre les animaux dont pourraient pâtir les plus faibles ; une propreté impeccable de la litière ; et enfin l’œil de l’éleveur qui veille sans cesse au grain, "ce qui n’est pas possible dans les gros ateliers d’engraissement." Un bichonnage de tous les instants qui pourrait effectivement rendre jalouses certaines dames…

 

Source : Le Tarn Libre - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Une partie de la délégation tarnaise.

Micheline, cordonnier, se bat pour vivre de son métier
lundi 27 févr. 2017
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Micheline Conseil - c'est son nom et elle y tient - s'est installée comme cordonnier il y a un an et demi, dans le Passage de la Madeleine à Gaillac. Un peu plus qu'à mi-temps, mais le lundi et le jeudi, elle travaille ailleurs, dans un autre multi-services.

Lire la suite



Même si elle trouve que le passage est "un peu mort", elle y voit tout de même des avantages : elle peut souvent travailler la porte ouverte, voire prendre le café dans le passage, avec les commerçants voisins, ce qui augmente la visibilité de son atelier.

Micheline, qui habite Gaillac depuis 2003, avait ouvert une enseigne "Bleu Minute" il y a sept ans dans la galerie marchande du Centre Leclerc, où elle faisait déjà de la cordonnerie et des clés.

Les clés aussi

Elle a conservé sur son nouveau site ces deux activité majeures, mais y ajoute d'autres services. "Je fais la clé plate et à gorge. J'espère développer cette activité. Pour des clés plus comlPexes, il me faudrait investir dans des machines. Je n'en ai pas les moyens".

En cordonnerie, Micheline fait tous les travaux classiques de remise en état. "Bien sûr, l'apparition de surfaces de ventes de chaussures bon marché fait du tort au métier, mais il y a encore à Gaillac de beaux magasins de chaussures, heureusement".

Elle répare également les sacs, les fermetures Eclair (sa grande spécialité), les bâches, les blousons de cuir et tissus, et même les toiles des transats et chaises longues. Elle fait aussi des petits travaux de coutures : ourlets, boutons, pressions, ravaudage…

Et même les piles et tampons de bureau. Tout, bout à bout, lui permet de se maintenir. Micheline, c'est son mérite, a redonné vie à un espace fermé depuis un an. Elle espérait quelques commandes de la collectivité publique sur les clés. "Je n'en ai pas eu, mais je m'accroche". Micheline est combattive, pas amère.

 

Source : La Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Micheline Conseil ne regrette pas son installation dans le passage de la Madeleine à Gaillac.

Le salon Midinvest s’ouvre à toute la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée
mercredi 22 févr. 2017
Evènement

Créé en 2004, le salon Midinvest propose aux entreprises d'Occitanie sa 13° édition, les 22 et 23 février 2017. Midinvest, l’un des événements majeurs de France pour rencontrer les investisseurs, s’ouvre cette année à la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Organisé par Madeeli, en partenariat avec Synersud, ce sont 20 à 25 entreprises de croissance (contre 13 pour 2016) qui pourront bénéficier d’un coaching à la levée de fonds pour les préparer aux rencontres avec les investisseurs.

Lire la suite



Midinvest, pour qui, pourquoi ?

Depuis 2004, Midinvest est la place de marché incontournable pour le financement haut de bilan des entreprises de croissance en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Midinvest, c’est à la fois des pitches entreprises, des rencontres d’affaires entre dirigeants en recherche de fonds et investisseurs en capital, des ateliers autour du financement, mais aussi, au sein du Salon de l’Entreprise, un village des investisseurs réunissant tout l’écosystème du financement.

Midinvest Diagora- Avec les pitchs entreprises, Midinvest propose aux investisseurs une sélection de 25 entreprises innovantes, issues de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, sélectionnées pour l’excellence de leur dossier et accompagnées par nos experts en levée de fonds. Les dirigeants auront 6 minutes chacun pour présenter leur entreprise et convaincre des financeurs potentiels de l’opportunité d’investir !

- Avec les rendez-vous d’affaires, Midinvest cherche à répondre de manière toujours plus ciblée aux attentes des entrepreneurs et des investisseurs. Les prestations d’accompagnement à forte valeur ajoutée garantissent aux investisseurs la présentation d’un panel d’entreprises qualifiées et préparées.

- Avec les ateliers, Midinvest permet de mieux comprendre le monde du financement et ses acteurs et d’appréhender les tendances et perspectives de l’investissement haut de bilan. C’est aussi le lieu pour échanger avec des experts sur des thématiques précises du parcours de la levée de fonds.

- Avec les sessions "Vision d’investisseur", Midinvest permet de prendre connaissance des stratégies d’investissement des fonds.

- Avec le village des investisseurs au cœur du Salon de l’Entreprise, Midinvest ouvre encore plus largement aux entrepreneurs les portes du financement des entreprises et notamment du capital-investissement.

Une formule qui a fait ses preuves

- Des cibles d’entreprises allant de la start-up aux entreprises en développement ou en transmission reprise.

- Une sélection des meilleures entreprises de croissance de la nouvelle grande région et un coaching pour les préparer aux rendez-vous avec les investisseurs.

- Le recours au financement citoyen avec la participation de plusieurs organismes de crowdfunding.

Depuis 2007, 122 entreprises ont été accompagnées par Madeeli dans le cadre de Midinvest. 34,9 M€ ont été levés par ces entreprises.

Programme Midinvest

22 février 2017 : Impact Investing Day

Organisé par le MOUVES, cette journée est dédiée au financement haut de bilan, avec un focus sur l’Economie Sociale et Solidaire.

Jeudi 23 février 2017, de 9h à 17h30 : Les rencontres investisseurs - entreprises en Occitanie.

* De 9h à 12h30 : La matinale des pitchs entreprises (salle de l’hémicyle, Diagora). 25 entreprises de la Sélection Midinvest se présentent aux investisseurs en 6 mn chacune. Ces entreprises sélectionnées pour l’excellence de leur dossier ont été préparées pendant un mois par nos experts en levée de fonds, elles cherchent entre 300k€ et 4M€.

* De 12h30 à 13h45 : Déjeuner de networking (salle de la Rotonde, Diagora). Réservé aux investisseurs et aux entreprises de la Sélection Midinvest. Parmi les fonds présents à Midinvest cette année : Calao Finance, CM-CIC Innovation, Demeter Partners, Entrepreneur Venture, Fa Dièse, Generis Capital Partners, Inter Invest Capital, Phitrust Partenaires, Safran Corporate Venture, Siparex, Galia Gestion, Hi Inov, Pléiade Venture, Emertec, Cap Horn Invest, Fonds Ambition Numérique, ACE Management, M Capital Partners, Starquest Capital, Alto Invest, Newfund, Omnes Capital…

* De 14h à 17h30 : Rendez vous d'affaires & Ateliers Midinvest en parallèle (espace Agora)

- Rendez-vous d’affaires entreprises / investisseurs (espace RDV). Ces rendez vous se déroulent par tranche d’une demi-heure. Ils sont réservés aux investisseurs et aux entreprises sélectionnées. Investisseurs, pour vous inscrire et programmer des rendez vous avec les participants de votre choix, c’est ici !

- Les ateliers et conférences Midinvest (salle Agora Orange). Midinvest propose un programme d’ateliers et conférences autour du financement et de la croissance des jeunes entreprises. A 14h, présentation de Toulouse Place Financière ; à 14h30, sessions "Vision d’investisseurs".

Les chiffres clés l'édition 2016

  • 700 rendez-vous d’affaires organisés dont 145 entre lauréats et investisseurs
  • 92 investisseurs dont 16 de rang national
  • 263 représentants d’entreprises
  • 52 conseils en investissements
  • 25 structures d’appui aux entreprises