Actualités

La reprise économique se fait sentir dans le Tarn
mercredi 6 déc. 2017
Information

L'économie tarnaise se porte-t-elle bien ? En tout cas, elle se porte mieux. Chiffres et courbes à l'appui, deux regards indépendants le démontrent, celui de l'Urssaf Midi-Pyrénées (site d'Albi) via son directeur Rémi Grau et son responsable du recouvrement Joaquim Barata, et celui de la Banque de France Tarn, par la voix de son directeur Jacques Bonhoure.

Lire la suite



Les indicateurs émanant des deux sources convergent : le baromètre économique du deuxième trimestre 2017 montre que le Tarn, à un rythme voisin de celui de l'Occitanie et souvent au-dessus de la moyenne nationale, crée plus d'emplois salariés (+2,2% sur un an) avec un pic dans le bassin Castres-Mazamet (+3,2%).

"L'ingénierie sur la zone du Causse, la construction de bâtiments industriels, les industries d'équipement en sont le moteur. Les collectivités sont en partie revenues sur le marché comme commanditaires", précise Jacques Bonhoure, le Directeur Tarn de la Banque de France.

Parmi les clignotants verts, l'augmentation de la masse salariale (+3,6%) et les déclarations préalables à l'embauche, que note Rémi Grau, le Directeur de l'Urssaf Midi-Pyrénées.

Des emplois précaires ? "Non, il y a beaucoup de créations en CDI". Résultat, l'argent rentre mieux dans les caisses de l'Urssaf, constate Joaquim Barata. "+2,76%, c'est au-dessus du rythme national, le taux d'impayés a diminué de 0,28 point. Nous avons moins de difficultés à recouvrer les cotisations : les demandes de délais sont en baisse de 21,2%".

Il en reste environ 70 par mois, d'un délai moyen de 4 mois, mais la moitié se solde par un accord. Jacques Bonhoure relève qu'en se tournant vers l'aéronautique (en sous-traitants de rang 2), les industries mécaniques, mais également les services informatiques - et l'hôtellerie-restauration - connaissent un retour de croissance. Pour le bâtiment, la reprise perceptible à l'automne 2014, s'est consolidée.

L'Indicateur du Climat des Affaires révèle une certaine confiance. Les crédits aux entreprises sont en hausse (1,6 fois plus), les dépôts de bilan en baisse (298, surtout des auto-entrepreneurs et artisans).

Les représentants de l'Urssaf et de la Banque de France sont trop rigoureux pour tirer des plans sur la comète, mais leur diagnostic est catégorique : la reprise est une réalité.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Jacques Bonhoure (Banque de France), Rémi Grau et Joaquim Barata (Urssaf) ont des indicateurs positifs : l'économie tarnaise reprend des couleurs.

L'Université s'invite à la Fête de l'Economie Locale du Rabastinois
mardi 5 déc. 2017
Evènement

À l'initiative du collectif citoyen "Rabastinois en transition", collectivités, entreprises et habitants de Rabastens et Couffouleux ont organisé la Fête de l'Economie Locale (FEL) les 24 et 25 novembre 2017. Dans une visée plus pédagogique, il s'agissait aussi de comprendre les enjeux de l'économie réelle.

Lire la suite



Comment fédérer les habitants du territoire en conciliant solidarité, performance économique, mixité des ressources et des compétences et utilité sociale.

Le "remue-méninges" s'est engagé le premier matin de la Fête de l'Economie Locale, très tôt le vendredi 24 novembre 2017, par une intervention de Gabriel Colletis, professeur de sciences économiques à l'université de Toulouse-Capitole.

Cet universitaire de renom, résolument critique, a engagé depuis quelques années une réflexion à contre-courant de l'économie dominante enfermée dans la "modélisation mathématique et déconnectée de la réalité". La thèse qu'il défend est "qu'un autre développement est possible" et suggère d'encourager "l'ancrage local des activités productives afin de mettre en place des circuits courts d'une production de proximité en prise avec les territoires locaux".

Proximité de valeurs

Le chercheur en économie politique rappelle que l'attachement à un territoire doit reposer sur un triptyque : "Habiter un espace qui nous soit commun, avoir des compétences et trouver un intérêt à les partager et surtout une proximité en termes de valeurs".

Les étudiants en master 2 de gestion socio-environnementale à l'université Champollion sont venus commenter les premiers éléments de l'audit qu'ils ont mené auprès des habitants et des entrepreneurs de Rabastens et Couffouleux sur "le potentiel d'innovation du territoire".

Très vite s'est imposée la question récurrente de l'attachement au territoire et de ce qui fonde "e vivre ensemble rabastinois", une notion qui reste marginale même si une majorité plébiscite tout ce qui crée du lien au quotidien : le pont, le passe-pont, la rivière et on l'espère la future passerelle.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la géographe Frédérique Blot et les étudiants de l'université Champollion à la Halle.

Inéopole ouvre une nouvelle formation
lundi 4 déc. 2017
Accompagnement des entreprises

C'est une formation attendue par les professionnels qu'Inéopole ouvrira le 11 décembre 2017, avec Jean-Claude Abadie comme responsable et coordinateur. Le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) - de niveau V - "Ouvrier qualifié de l'exploitation agricole", comportera quatre modules d'enseignement général auxquels s'ajouteront trois autres d'enseignements spécifiques.

Lire la suite



Le programme part de la plantation du cep de vigne et du travail du sol et va jusqu'à la vinification et l'élevage du vin, en passant par les intermédiaires : conduite du vignoble, application des produits phytosanitaires, conduite et maintenance du matériel, arrachage et plantation de la vigne, préparation des vendanges.

"Les candidats peuvent prendre la totalité ou seulement un ou quelques modules. Dans ce cas, ils rejoignent la formation pendant le parcours", précise Fabrice Crépieux, le directeur d'Inéopole formation.

Besoin de main-d'œuvre qualifiée

Ce Certificat de Qualification Professionnelle correspond à un besoin en main-d'œuvre qualifiée exprimé par la profession.

Le parcours sera sans doute évolutif avec la perspective de nouveaux partenaires à moyen terme, dans ou hors du réseau.

Cette formation est accessible à divers publics - demandeurs d'emploi, salariés, saisonniers - et sous divers statuts : contrat de professionnalisation, congé individuel de formation, compte personnel de formation ou période de professionnalisation.

Inéopole avait déjà testé le dispositif sur un temps plus long avec les salariés de l'ESAT de Boissel. La durée d'un an (pour la globalité) inclut 553 heures en centre et 854 heures en milieu professionnel.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Fabrice Crépieux et Jean-Claude Abadie sont confiants sur l'avenir de ce CQP. La profession viticole a exprimé le besoin d'une main-d'œuvre qualifiée supplémentaire.

Marché de Noël : 5 semaines pour vous faire plaisir
jeudi 30 nov. 2017
Evènement

Du 1er décembre 2017 au 7 janvier 2018, jour de fin des vacances scolaires, les Gaillacois et les touristes sont invités à découvrir ou redécouvrir les richesses artisanales, gastronomiques et viticoles du territoire, dans le cadre d'un marché de Noël qui se met au diapason du festival international des Lanternes, inauguré ce jeudi 30 novembre au soir au Parc Foucaud à Gaillac.

Lire la suite



44 pagodes d'exposants, 5 semaines de présence, une ouverture au public de 16 heures à 22 heures en semaine, de 11 heures à 22 heures les week-ends : cette année, pour son traditionnel marché de Noël, la Ville de Gaillac a fait les choses en plus grand.

Festival des Lanternes oblige, les services municipaux, les commerçants, les artisans, les restaurateurs et les vignerons ont mis les bouchées doubles pour accueillir les "milliers de visiteurs Français et étrangers" attendus pour assister à la première édition européenne de la Féérie de Chine.

Des produits de terroir et des jeux

Le marché proposera une gamme de spécialités du territoire, et des idées de cadeaux.

44 pagodes de vente individuelle ont été installées place de la Libération. Dans un décor de guirlandes et d'ampoules colorées, les stands d'exposition s'organisent autour de trois thématiques : un pôle restaurateurs locaux (plats du terroir, produits de qualité), un pôle vigneron avec son bar à vin, et un pôle artisans, créateurs, producteurs locaux.

Ce dernier met à l'honneur des produits du territoire : biscuits, chocolats, foie gras, safran de Grésigne, vin chaud, artisanat du cuir et du bois, bijoux, décorations de Noël, céramiques de Giroussens ou encore bières artisanales (notamment une bière "poivre de Sichuan", clin d'œil à la province d'origine du Festival des Lanternes).

Le Père Noël offrira aux plus jeunes la possibilité de vivre pleinement la Féérie de cette fin d'année, grâce notamment à l'espace ludique "jeux en bois", aux trois représentations quotidiennes du théâtre de polichinelle, ou à la traditionnelle forêt de sapins de l'amphithéâtre de la place de la Libération.

Flyer Marché Noël

 

En téléchargement ci-dessous : dépliant Marché de Noël Gaillac.

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : les services techniques ont mis beaucoup d'énergie à monter les 44 pagodes. La fréquentation devrait être à la hauteur des ambitions du Festival.

6 restaurants et 31 vignerons sur la place pendant 2 mois
mercredi 29 nov. 2017
Evènement

Ils seront finalement 6 restaurants gaillacois et 31 vignerons à s'installer deux mois durant sur la place de la Libération, au sein du Marché de Noël de Gaillac, en compagnie d'artisans d'art, d'artistes et de producteurs locaux. Une touche économie locale dans le cadre du Festival des Lanternes qui ouvre ses portes le 1er décembre 2017.

Lire la suite



"Nous voulons participer à notre manière au Festival des Lanternes et soutenir cette initiative qui est porteuse d'image et d'un volume d'activités pour la ville", résume Jérémy Revallier, au nom des six professionnels restaurateurs gaillacois.

L'Ispiens Port, Au Fil des Saisons, La Table du Sommelier, la Crêperie Saint-Michel, la Verrerie et le Bouchon Gaillacois tiendront table ouverte tous les soirs de la semaine, et même toute la journée les samedis et dimanches. Ils ne vendront pas de vin, vu que leur plus proche voisin sera le Village Vigneron, lequel - en bonne réciprocité - ne vendra pas de nourriture.

Le dispositif initial prévoyait un village vigneron place du Griffoul, pour associer le quartier au festival, mais il a paru plus judicieux à la Maison des Vins de Gaillac qui s'est engagée d'emblée dans le soutien du festival de concentrer les prestataires au nom de la complémentarité : les uns fournissent le solide, les voisins le liquide.

Les vignerons ont été nombreux à répondre présent, 31 au total : les deux caves coopératives ainsi que des caves particulières venues des deux rives.

L'idée de départ, qui envisageait les restaurateurs associés sur un même menu, ou alternant d'un jour sur l'autre, n'a pas été retenue. Ce sont les professionnels qui ont décidé de la formule qui leur semblait la mieux adaptée à leur fonctionnement. La restauration sera composée de denrées de la région, valorisant les producteurs de proximité, notamment ceux de la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet. Les six chapiteaux seront loués par la ville.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : restaurateurs (ici en photo) et vignerons font cause commune : une première dans la vie gaillacoise.

L'originalité a sa vitrine d'avant Noël
mardi 28 nov. 2017
Du nouveau à Graulhet

C'est une vitrine du centre-ville qui s'éclaire et une boutique de l'originalité qui vient d'ouvrir rue Jean Jaurès à Graulhet et qui le restera du mercredi au dimanche jusqu'à Noël. Une boutique éphémère qui voit le jour, notamment dans le cadre de Plan d'Actions Commerce Territorial [PACTe] de Gaillac | Graulhet Agglomération.

Lire la suite



La couleur pourrait être le point commun des séries proposées par deux artistes locales, Catherine Udino et Isabelle Bouvier-Mahdi.

C'est surtout le sens de la création qui réunit les deux Graulhétoises, qui avaient déjà participé ensemble à d'autres animations, marchés et expos. Mais là, on franchit le pas d'une vraie galerie ou tout un chacun pourra trouver de quoi offrir un objet unique pour les fêtes, de 1,5 € à bien plus. La fourchette moyenne de prix s'établissant entre 10 et 35€.

"Cette boutique éphémère nous donne l'occasion de nous faire connaître et de faire connaître nos réalisations. Elle nous permet de travailler, de créer devant les clients. C'est un atelier permanent, évolutif, dans lequel nous allons aussi, ponctuellement inviter d'autres artistes locaux" assurent les deux femmes.

Mitaines et art japonais

Pour débuter, elles accueillent les œuvres magistrales d'Anna Mano.

De par sa formation de modéliste et ses fonctions précédentes de costumière de spectacle, Catherine Udino peut s'appuyer sur son savoir faire. Elle réalise d'étonnantes mitaines, tours de cous, écharpes courtes en tissus colorés parfois aux motifs ethniques ou ceintures inspirées par l'art japonais.

"Les tissus sont tous fabriqués en France. C'est leur qualité qui fait le plus des créations. Ces mitaines esthétiques qui laissent les doigts libres peuvent être portées par toutes les personnes évoluant dans des activités manuelles, quand il fait froid, en gardant un style chic".

Isabelle Bouvier-Mahdi, qui a suivi une formation de créatrice textile, se fournit en cuir sur Graulhet pour réaliser les pièces uniques de sa collection. Elle va du porte-clef aux colliers en passant par les porte-monnaies. Elle insère parfois une feuille de cuivre sur ses tableaux à la peinture acrylique et présente des sacs sérigraphiés ou d'étonnantes autant qu'uniques peintures sur galets associés sous la marque Le chien de la Lune. Plus une collection de motifs de tissus destinés à l'industrie textile. Le tout, très coloré.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Catherine Udino et Isabelle Bouvier-Mahdi dans leur boutique éphémère qui a ouvert samedi 25 novembre 2017.

Numix à l'honneur !
lundi 27 nov. 2017
Information

La société Numix, hébergée au sein des locaux de la Pépinière d'entreprises Granilia sur son site de Gaillac, fait la Une du 12/13 de France 3, pour la réalisation d'un outil de formation virtuelle des agents d'Enedis, outil qui simule une intervention en site sensible. Un grand bravo à notre start-up gaillacoise !

Lire la suite



Nous vous proposons ci-après un lien pour visualiser le reportage effectué par France 3 sur la technologie développée par l'entreprise gaillacoise Numix, et utilisée chez ENEDIS.

"EMILY" est un simulateur d'intervention immersif utilisé pour la formation et la professionnalisation des techniciens ENEDIS.

Il permet de reproduire les gestes métiers dans un environnement réaliste en réalité virtuelle, et favorisant l'apprentissage.

Voir le reportage en cliquant ici.

 

Illustration ci-dessous : Amélie Raffenaud et Jeff Sebrechts, les co-fondateurs de Numix, entreprise hébergée dans les locaux de la pépinière d'entreprises Granilia, sur son site de Gaillac.

Rabastinois. La fête de l'économie locale rassemble
vendredi 24 nov. 2017
Evènement

Rabastens, 5.394 habitants et Couffouleux, 2.668 habitants, ne sont séparées que par le Tarn et reliés par le pont qui l'enjambe. Les deux communes ne sont pas parvenues à unir leur destinée en fusionnan, mais les habitants forment néanmoins une communauté territoriale fréquentant les mêmes lieux de services, de loisirs ou de consommations. C'est ce territoire qui accueille les 24 et 25 novembre 2017 la première Fête de l'Economie Locale (FEL).

Lire la suite



Une initiative lancée par le collectif "Rabastens en transition".

Cette fête, explique les membres de l'association, "vise à rassembler les acteurs de l'économie des deux communes ; témoigner de la richesse et de la diversité des compétences des entrepreneurs et des habitants de ce territoire".

Monnaie locale

Dans une visée plus politique au sens noble du terme, il s'agit aussi "d'éduquer à l'économie réelle", celle qui reste sur le territoire, de "sensibiliser à la transition économique, sociale et environnementale".

Une soixantaine d'entreprises ont accepté de participer. Elles émanent de tous les secteurs d'activité et sont de toutes les tailles.

Portraits acteurs écoProche de Toulouse, le Rabastinois a séduit de nombreuses familles dont les activités tournent autour des univers artistiques ou des nouvelles technologies. Ces néoruraux apportent leur dynamisme, mais doivent aussi cohabiter avec un tissu rural plus traditionnel et vieillissant. C'est tout l'intérêt de cette manifestation, comme le souligne Olivier Damez, le maire de Couffouleux, qui soutient la Fête  de l'Economie Locale" : "Je ne peux qu'être favorable à tout ce qui peut permettre aux habitants, aux entrepreneurs issus d'horizons divers de se rencontrer, de mieux se connaître. C'est à l'image d'un territoire qui bouge avec une vie associative importante".

L'élu est en revanche plus sceptique sur l'expérimentation de la Rave. Une monnaie locale et complémentaire qui sera testée avec l'aide de 40 entreprises qui vont jouer le jeu des échanges au moyen de cette monnaie. Des entreprises qui ont accepté d'ouvrir leurs portes durant ces deux jours. Des animations, des débats, des conférences rythmeront ces journées en plusieurs points des deux villes et notamment à la halle de Rabastens.

Des étudiants de l'université de Champollion à Albi ont aussi audité le territoire du Rabastinois. Ils livreront le fruit de leur travail lors d'une restitution le samedi 25 novembre au Cinq, quai des Escoussières (de 9h à 16h). Une initiative intéressante si les habitants se l'approprient.

A noter que dans le cadre de cette première Fête de l'Economie Locale, des portraits visuels et audio d'acteurs économiques du territoire (indépendants, commerçants, artisans, entreprises...) ont été réalisés.

Les portraits visuels sont "accrochés" à différents endroits à Couffouleux et Rabastens, notamment sur les Lices à Rabastens.

Les 37 portraits audio réalisés sont disponibles sur le soundcloud de Radio Octopus, partenaire de la manifestation. Ils sont accessibles en écoute en cliquant ici.

 

En téléchargement ci-dessous : la présentation (dossier de presse) de la Fête de l'Economie Locale.

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessus : vue de quelques portraits d'acteurs économiques du Rabastinois, accrochés en gare de Couffouleux.

Illustration ci-dessous : le collectif "Rabastens en transition", avec le soutien de Couffouleux (ici le Maire Olivier Damez) et Rabastens, organise la Fête de l'Economie Locale.

La Fête de l'Economie Locale à Rabastens - Couffouleux les 24 et 25 novembre 2017
vendredi 24 nov. 2017
Attractivité du territoire

Le collectif Rabastinois en transition organise, les 24 et 25 novembre 2017, la Fête de l'Economie Locale à Rabastens et Couffouleux. Une multitude d'événements et de rendez vous pour ancrer l'économie sur le territoire, avec tous ses acteurs. Une initiative et une manifestation à suivre... et à saluer.

Lire la suite



Une Fête de l’Economie Locale, pourquoi ?

L’événement est inédit en Occitanie. Dans son format et dans son organisation. La Fête de l’Economie Locale a été imaginée par des citoyens, lors d’une réunion où il était question du lancement ou non d'une monnaie locale complémentaire et citoyenne (MLCC) sur le Rabastinois. Le groupe a opté pour un test, histoire de jauger l’acceptation par l’ensemble des habitants d’un tel projet.

Et comme il ne peut y avoir de monnaie locale efficace sans adhésion de tous les acteurs de l’économie du territoire, le groupe a réfléchi à une opération de communication exceptionnelle.

A ainsi émergé l’idée de la Fête de l’Economie Locale (FEL), qui mobiliserait les entrepreneurs comme les collectivités et les habitants. Qui les relieraient tous dans un vaste rendez-vous pédagogique et festif.

Depuis mai 2017, le comité d’organisation s’active pour la réalisation d’un challenge unique en son genre. Il est en passe d'être relevé. 60 entreprises, tous statuts confondus, sont inscrites pour participer à la FEL, dont l’essentiel des manifestations se tiendront les 24 et 25 novembre 2017.

32 bénévoles sont aux préparatifs : réalisation de portraits sonores, de portraits photo, mise en place de Journées Portes Ouvertes en entreprises, organisation d’ateliers d’éducation populaire, de goûters en circuit-court etc.

La FEL vise aujourd’hui à rassembler les acteurs de l’économie des communes de Rabastens et Couffouleux. Si elle ambitionne de tester sa possible monnaie locale, elle va surtout permettre de témoigner de la richesse et de la diversité des compétences des entrepreneurs et des habitants de ces territoires. De leur capacité à se rassembler. D’éduquer à l’économie réelle et de sensibiliser à la transition économique, sociale et environnementale. Car pour accepter un nouveau modèle d’échange, pour s’en emparer, il fallait se compter, se connaître et se faire connaître, se connecter les uns aux autres et partager. De quoi au final se réapproprier les savoirs, les services, la production et la richesse de tout le territoire.

La FEL est portée par le collectif Rabastinois en transition, fort de 79 adhérents.

Parmi les entrepreneurs participants à la Fête de l'Economie Locale, 35 seront partenaires du test de la monnaie locale au cours de ces deux journées, 16 ouvriront, aux collégiens en particulier et à tous les habitants en général, les portes de leur entreprise, 38 s’exposeront en photo et 39 décriront leur activité dans la pastille sonore Les Ecolocaux de Radio Octopus.

Petit-déjeuner des entrepreneurs, pitch de Gabriel Colletis, professeur d’économie à l’Université Toulouse-Capitole 1, échange avec des étudiants en master 2 de l’université Champollion d’Albi qui viennent auditer le territoire, goûter en circuit-court dans les établissements scolaires, conférence gesticulée "Economie mon Amour" par Adrien Chaudot, documentaire "La double face de la monnaie" diffusé à la Halle, débats et bal populaire complètent le programme.

Le Programme

* Du lundi au vendredi, saison 2017 - 2018. Sur Radio Octopus, à 12h20 et 19h20 dans la capsule de 3 minutes Les Ecolocaux, les portraits sonores de ceux qui font l’économie réelle de Rabastens et Couffouleux. Un programme réalisé par des bénévoles et par les écoliers de Rabastens pour découvrir, des métiers et des activités.

* Jusqu'au 16 janvier 2018, 41 "Acteurs de l’économie locale" sont exposés dans Rabastens et Couffouleux. Des portraits polaroïd tirés sur bâches, réalisés par les artistes photographes (bénévoles) Corentine Ch., Sylvie Fontayne et Patina.

* 24 novembre 2017

  • 7h30 - Petit-déjeuner des entrepreneurs locaux.
  • 8h - Pitch de Gabriel Colletis : Qu’est-ce que l’économie ?
  • 9h - Lancement du test de la monnaie locale, la RAVE. Comptoir de change à La Halle de Rabastens. 35 commerces partenaires.
  • 9h30 - Lancement des Journées Portes Ouvertes (dans 16 entreprises du territoire et 2 espaces de coworking). Visite de CNK Design, Guy Dengasc et fils, Le Banc Sonore, L’Officine, et Le Verger de Foncoussières par les élus.
  • 11h30 - Echanges radiodiffusés sur Radio Octopus entre les étudiants du Master 2 GSE-VRT de l’Université Champollion d’Albi et Gabriel Colletis.
  • 16h30 - Goûter circuit-court dans les écoles.
  • 20h - Conférence gesticulée "Economie mon amour" par Adrien Chaudot, Scop Le Contrepied.
  • 21h30 - Débat avec Gabriel Colletis.

* 25 novembre 2017

  • 7h-13h - Marché de Rabastens : déambulation artistique de la Cie Le Tourbillon.
  • 9h-16h - Marché de créateurs locaux à la Halle de Rabastens.
  • 9h-16h - Ateliers d’éducation populaire : MLCC (monnaie locale complémentaire et citoyenne), réduction des déchets, énergies alternatives, confection de sacs à vrac, consommation de saison et locale, carte personnalisée du territoire à la galerie Le Cinq, salle 1 de la mairie, à l’atelier d’architectes, chez Pas Sage, au Verger de Foncoussières, aux Délices de l’Histoire, au Banc sonore.
  • 15h - Atelier "Le photovoltaïque : Y croire, enfin ?" par Nicolas Lenoël, Atelier des architectes.
  • 16h - Goûter table-ronde : "Monnaie Locale Complémentaire et citoyenne : quels enjeux pour un territoire ?", avec les représentants de la Rave du Rabastinois, du Sol Violette de Toulouse et du Cep de Cordes.
  • 18h30 - Documentaire "La Double face de la monnaie" de Jérôme Polidor et Vincent Gaillard au cinéma La Halle.
  • 20h - Concert à danser avec le groupe Bowling Cat et snack maison.

* 16 janvier 2018

  • 19h30 - Décrochage de l’exposition "Acteurs de l’Economie Locale" et restitution de l’audit "Potentiel d’innovation du territoire" par les étudiants du master GSE-VRT de l’université Champollion d’Albi, à La Fourmilière à Couffouleux.

Zoom sur les Rabastinois en transition, le collectif des possibles

Il a suffi d’un film pour que la transition s’installe en Rabastinois. A l’issue de la projection de Demain au cinéma La Halle de Rabastens, les spectateurs débattent puis échangent leurs coordonnées. Ils conviennent de se retrouver au Banc Sonore, le café culturel et solidaire de Rabastens.

Début 2016 était ainsi créé le collectif citoyen Rabastinois en transition. L’association, basée à Couffouleux, s’inscrit dans un mouvement mondial mais aussi dans une dynamique locale. A Albi, Gaillac ou Montrastruc, des groupes citoyens ont également fondé des collectifs de transition.

L’objectif est partout le même : se mobiliser et avancer des solutions pour anticiper les mutations à venir en termes économiques, sociaux et environnementaux. Pour ce faire, le collectif Rabastinois en transition propose de l’information et des actions pour réduire la pollution, pour relocaliser l’économie, pour intensifier les liens entre habitants, acteurs économiques et politiques.

Le collectif est constitué en 5 pôles d’action : agriculture, économie, éducation, énergie / habitat et démocratie.

Dasn le cadre de ses actions, le collectif a ainsi mis en place 5 bacs d’Incroyables comestibles répartis sur le territoire, fait de la pédagogie autour de l’utilisation de sacs à vrac et de la réduction des déchets, imaginé le test de la monnaie locale et la Fête de l’Economie Locale, porté un projet d’habitat participatif ou organisé des projections débat.

Chaque année, en septembre, il organise la Fête des possibles (ou Journée de la transition).

Les Rabastinois en transition, ce sont 79 adhérents et une centaine de sympathisants inscrits à sa mailing liste.

Sortie du Gaillac primeur : un millésime 2017 généreux
mercredi 22 nov. 2017
Information

Le jour de la sortie du Gaillac primeur, quelques semaines après la fin des vendanges dans le vignoble gaillacois, Christophe Ramond et Paul Salvador ont symboliquement visité le laboratoire oenologique départemental à Gaillac.

Lire la suite



Accueillis par Sabine Garda, directrice du laboratoire d’œnologie du Tarn depuis 1993, le président du département et celui de la communauté d’agglo Gaillac | Graulhet sont venus déguster le primeur du vignoble gaillacois le jour même de sa sortie sur le marché.

Dans ces locaux, l’équipe - qui compte aussi deux œnologues - travaille avec tous les vignerons de Gaillac dont elle assure pour une cinquantaine d’entre eux, des contrats de suivi du raisin à la cave. "Nous avons 300 clients particuliers, coopérateurs, négociants et des organismes de gestion des vins en voie de labellisation", explique la directrice qui gère un budget de 300.000 euros.

Accrédité Cofrac, ce laboratoire joue la carte de la proximité pour les viticulteurs, mais également de la valorisation du vin via des stages proposés aux professionnels. L’outillage dernière génération, comme l’automate d’analyses, permet d’analyser soixante échantillons à l’heure d’après sept paramètres, en scannant les vins par infrarouges. L’analyseur séquentiel automatique effectue des mesures enzymatiques et colorimétries. 22.000 échantillons par an passent dans ses éprouvettes.

Un primeur précoce et généreux

Et Sabine Garda de certifier que "le millésime 2017 est précoce, généreux et gras. Très fruité, très floral, très fruits rouges, il a un caractère aromatique très intense. C’est un vin à boire rapidement. Mais cette belle qualité n’équivaut pas cette année à la quantité. Car les gelées ont réduit les récoltes de moins 20 à moins 40%".

Gilles Malric, un des trois techniciens du labo d’expliquer : "Cette année chaude, les primeurs sont très bien dans l’ensemble. La climatologie a donné une hétérogénéité sur la production notamment. Certains orages ont été bénéfiques sur certains vignobles de l’appellation".

Pour Christophe Ramond, président du Département du Tarn : "Ce laboratoire est un levier important pour la filière viticole. Malgré un contexte financier compliqué, le Conseil départemental a la volonté de rester aux côtés de cette filière. L’agriculture, et particulièrement la viticulture de demain, doit s’appuyer sur ces organismes pour davantage de performance. Les caves coopératives relèvent le défi de la modernité, quant aux vignerons indépendants, ils ont su prendre le virage de la R&D : c’est un enjeu fort par rapport à l’évolution des goûts des consommateurs. Le vignoble est un outil de développement du territoire".

Et Paul Salvador de conclure : "Si le labo a fait débat à ses débuts en 1965, il a permis au vin local d’évoluer. Sa diversité lui a permis de prendre sa place à l’export. Aujourd’hui, l’oenotourisme est une réalité économique. Les caves sont au rendez-vous et répondent aux enjeux du tourisme et de la viticulture".

Election du meilleur primeur

Jeudi 16 novembre 2017, jour de sortie du Gaillac primeur, la société Gaillac visit a co-organisé la cinquième élection du Meilleur Gaillac Primeur de l’année, avec les Z’elles gallacoises (association de vigneronnes) et l'association TAG (Tourisme Animations en Gaillacois).

Une centaine de dégustateurs dont 90% de consommateurs ont évalué les qualités de quarante primeurs de Gaillac. En se mettant, le temps d’une soirée, dans le bec d’un œnologue. Et les gagnants sont : les domaines d’Escausses à Sainte-Croix, du Mas d’Aurel à Donnazac et de Sarabelle à Lisle-sur-Tarn (pour les rouges), les domaines Calmet à Lagrave, Gayrel et Mas des Combes à Gaillac (pour les blancs).

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Paul Salvador, président de Gaillac | Grauhet Agglomération, et Christophe Ramond, président du Départemental du Tarn, en visite au laboratoire d’œnologie à Gaillac.