Actualités

Philippe Lépine, à faire et à défaire, n’est pas sans rien fer
samedi 16 févr. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

En mars 2019, il obtiendra sa certification de féron. Philippe Lépine professionnalise ses savoir-faire depuis 2016, dans l’idée de transmettre, de pérenniser des métiers que l’industrialisation a quasiment tués.

Lire la suite



Perfectionniste et amoureux de son métier. Philippe Lépine travaille et effectue des formations auprès de musées parisiens. Mais c’est à Rabastens, chemin de Rieuvert, qu’on le croise le plus souvent, dans la forge abandonnée il y a une trentaine d’année par Raymond Cahuzac.

"Mon amour pour le métal est un peu la conséquence de mon manque d’engouement pour les études classiques", avoue ce fils d’officier supérieur qui, au fil des affectations de son géniteur, va subir sa scolarité. D’où l’obtention d’un CAP d’ajusteur-fraiseur qui a fait office de détonateur et provoqué le désir de se former aux métiers de la forge.

Las, les compagnons du devoir rencontrés en 1987 lors d’un congrès à Paris, lui font part du déficit de formation dans cette dicipline. Un heureux concours de circonstances l’amène à côtoyer des ouvriers d’état, forgerons de formation employés de l’armée, qui vont lui transmettre leur savoir-faire.

Happé par la vie, désormais quinquagénaire, Philippe explique : "A cette époque, mon désir était de parcourir le monde tout en y exerçant différents boulots, pas directement liés à ma formation". En 2010, le globetrotter revient en France : "c’est un problème de santé en 2014 qui m’a décidé à suivre une formation auprès d’un grand maître mondialement connu au sein de Métallica, une entité ayant pignon sur rue du côté de Réalmont".

Minerai d’origine tarnaise

A l’issue de cette initiation, Philippe qui a repris en 2015 la forge rabastinoise, est en mesure de réaliser tout travail de forge d’outil et de taillant, en partant même de minerai de fer d’origine tarnaise.

L’artisan, fèvres taillandier-féron (forgeron-coutelier) insiste sur la notion de Damas : la technique de feuilletage entre l’acier et le fer qui est un des baromètres du savoir-faire en terme de réalisation de lames. Et de préciser : "les Japonais font effectivement de bons produits, bien qu’ils s’y soient mis mille ans après nous, par la suite ils ont amélioré le concept...".

Son souci de perfection l’amène aujourd’hui à rêver de pouvoir réaliser un jour un katana pour avoir l’habilitation au pays du Soleil levant. Mais sa priorité est de fabriquer une épée mérovingienne de type Damas à chevrons.

Un amoureux du métal

"J’ai débuté très tôt dans les métaux", précise celui qui a parcouru le monde en quête de transformation du fer. Et il se projette encore à l’étranger. Il espère pouvoir aller enseigner notamment au Japon, en Corée du nord ou en Syrie, terres où la tradition de la métallurgie artisanale a pu résister.

En devenant officiellement féron en mars 2019, Philippe Lépine sera reconnu pour ses compétences en matière de transformation du minerai en métal.

Avant cela, il a sanctionné un cursus de fèvre taillandier : il est spécialiste de la fabrication, via une forge manuelle, d’outils de coupe ou de frappe destinés à l’agriculture et à l’artisanat. "J’ai pu m’installer en 2018 dans le local d’une ancienne forge, sur la route de Lisle-sur-Tarn, là j’ai tout rééquipé pour pouvoir exercer", raconte-t-il. Son marché principal sur ce segment étant la forge agricole : les socs de charrue vigneronne, il les refait !

Au-delà de cette activité de forgeron, Philippe Lépine est surtout un artiste. Qui aime tout autant façonner des statues ou des fresques murales. Des pièces d’art uniques qu’il réalise sur commande pour des particuliers comme pour des musées.

Passionné de cet art de fer, il évoque volontiers les origines de la forge à la préhistoire, que la création des gisements de minerai du Tarn lors des glaciations. D’ailleurs, c’est pour ces gisements qu’il est revenu à Rabastens, berceau de sa famille maternelle : "L’idée, c’est de fabriquer des outils avec du minerai local".

De revenir au fondement et au bon sens de sa filière : "Autrefois, il y avait plusieurs forgerons dans ce village, comme dans tous les villages. On leur achetait entre autres couteaux et ciseaux qu’on pouvait affûter régulièrement. C’était durable, au contraire d’outils en inox qu’on finit par jeter parce qu’ils ne tranchent plus ou ne coupent plus !".

Nostalgique d’une forme d’économie circulaire, Philippe Lépine ambitionne de populariser son artisanat, entre deux escapades à travers la planète pour ramener toujours davantage de savoir en fer.

 

Sources : L'écho de la Locale et le Journal d'ici - voir le site de La Locale en cliquant ici et l'article sur le site du Journal d'ici en cliquant là.

Illustration ci-dessous : Philippe Lépine avec en main un couteau d’office, cent pour cent tarnais.

Les fleurs d’Élyse events magnifie tous vos événements
mardi 12 févr. 2019
Du nouveau à Gaillac

Entreprises et particuliers, confiez la décoration florale de vos événements à une fleuriste professionnelle afin de rendre cet événement inoubliable. Les fleurs d’Élyse events réalise la création florale de tous vos événements. Nous mettons à votre disposition toute notre créativité pour réaliser des compositions florales originales et uniques. De la conception à la décoration sur site, Les fleurs d'Élyse events vous accompagne pleinement dans votre projet.

Lire la suite



Des créations florales sur mesure pour un événement unique

Les fleurs d'Élyse events vous accompagne dans le choix des fleurs afin de réaliser des compositions florales qui soient en accord avec votre thème et votre image. En harmonie de l’architecture du lieu et de vos goûts, Les fleurs d'Élyse events réalise une décoration florale exclusive. Chaque demande de décoration florale d’événement fait l’objet d’une prestation sur mesure, accompagnée de propositions et croquis.

Des décorations florales pour tous vos événements

Les fleurs d'Élyse events réalise la mise en scène florale de tous types d’événements. Nous avons l’expérience de décoration florale événementielle et saurons adapter nos propositions pour répondre à vos attentes. Voici quelques exemples d’événements pour lesquels nous pouvons intervenir.

  • Evénements privés.
  • Cocktails et diners.
  • Meetings – Inaugurations.
  • Soirées d’entreprises.
  • Lancement de produits.
  • Réceptions.
  • Décoration de stand pour les salons.
  • Bar Mitzvah, baptêmes.
  • Remise de trophées.
  • Anniversaires.

Les grands moments de la vie, comme le baptême, le mariage ou encore le moment du sommeil éternel, sont ponctués de fleurs. Les fleurs d’Élyse events vous conseille, vous accompagne dans ces grands moments et décore vos lieux de réceptions de façon unique et originale.

Envie d’une déco inoubliable pour votre conférence, séminaire, évènement d'entreprise : votre fleuriste est là !

Les fleurs d'Elyse eventsVotre mariage approche et la grande question de la décoration se pose. Que faire ? Quelles fleurs choisir ? Quelles plantes sélectionner ? Comment faire pour tout décorer à temps ? La tâche vous semble insurmontable. Et bien, facilitez-vous la vie avec notre aide.

"Nous nous occupons de tout : décoration de l’église, de la mairie, de la salle de réception, personnalisation de la voiture, des boutonnières du marié, panier de pétales de roses, bouquets des demoiselles d’honneur, et le fameux bouquet de la mariée, tant convoité. Nous nous adaptons bien entendu aux demandes des mariées, et nous les conseillons par rapport au choix des fleurs selon la saison".

Vous pourrez ainsi partir serein pour vivre intensément le plus beau jour de votre vie. Des créations de bijoux ou de chapeaux fleuris sont également envisageables pour un effet bœuf garanti.

Location de plantes

Les fleurs d’Élyse events fleurit aussi tous vos événements, soirée d’anniversaire ou même fête de départ à la retraite, tout est envisageable.

Vous avez besoin de plantes d’intérieurs ou d’extérieurs, le temps d’une soirée, pour parfaire votre décoration. Cependant, vous ne voulez pas investir ou n’avez simplement pas la place chez vous pour les garder. Votre besoin de plantes est alors ponctuel. Sachez qu’une solution existe et vous est proposée par votre fleuriste. "Nous louons des plantes ainsi que des vases. De cette manière, vous pouvez vous faire plaisir et imaginer tous styles de décoration".

Les fleurs d’Élyse évents vous accompagne également dans les moments plus tristes de la vie. Si vous rencontrez un deuil, nous saurons vous éclairer et vous aidez à choisir la couronne ou composition florale la plus adaptée durant ce moment douloureux.

Contactez-nous pour tout renseignement complémentaire (06 23 07 46 06 / elyse.bny.creation@gmail.com).

"2 Bonne Heure" : une nouvelle épicerie parisotaine
mardi 12 févr. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Carole et Yvan Schaffner sont les nouveaux gérants de l'épicerie de Parisot, ouverte le lundi 04 février 2019, qu'ils ont baptisé "2 Bonne Heure".

Lire la suite



Ils sont originaires du Nord et cherchaient tous les deux une affaire pour s'installer dans le Sud. Ils sont tombés sous le charme du département tarnais et ont été séduits par la proposition de l'épicerie parisotaine.

Ils étaient tous les deux dans le commerce et ont choisi ce type d'affaire pour continuer à garder ce contact direct avec la clientèle, pour ce "côté humain". L'épicerie est ouverte du mardi au samedi de 7 heures à 19h30 non-stop et le dimanche de 7h30 à 13h30.

On trouve quasiment de tout à "2 Bonne Heure", épicerie salée, sucrée. Un travail est effectué avec les producteurs locaux comme La Ferme des Bouviers, les Biscuits de Pascale Cendres, les Pains de Lissou, mais aussi des fromages du Buisson Blanc ou de la viande et charcuterie.

Un endroit chaleureux pour se retrouver, boire un café

On peut aussi boire son café sur place car Carole et Yvan ont choisi de mettre en avant cet échange de proximité qui a toujours rythmé la vie des villages, notamment en milieu rural. Ils veulent en faire un lieu où l'on se retrouve pour discuter et refaire le monde.

Ils ont même mis en place un coin bibliothèque. Le gaz est en cours d'acheminement et le relais Poste sera effectif ces jours-ci.

L'épicerie est bien placée, avec pas moins de 2.500 voitures qui circulent devant chaque jour.

Bon nombre de Parisotains pousseront la porte de leur épiserie puisque la vie d'un village passe aussi par la présence d'une boutique comme celle-ci.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Carole et Yvan Schaffner aux destinées de l'épicerie "2 Bonne Heure".

Ils inventent un sécateur qui s'ouvre au contact de la peau pour éviter les accidents
lundi 11 févr. 2019
Nouveau

L'entreprise Infaco est basée dans le Tarn, à Cahuzac sur Vère au sein de la zone d'activités communautaire des Roziès, et vient de gagner un prix au salon Occitanie Innov de Labège, grâce à une innovation qui va éviter bien des accidents !

Lire la suite



A l'occasion du salon Occitanie Innov, qui se déroulait jeudi 31 janvier 2019 à Labège, la société Infaco a remporté le prix "Innovation dans les territoires" grâce à son tout nouveau système de sécurité pour sécateur.

Cette société est née dans le Tarn, à Cahuzac-sur-Vère. Elle emploie 110 personnes et vend ses produits dans 45 pays du monde. Son fondateur, Daniel Delmas, a inventé et commercialisé le tout premier sécateur électrique au monde.  Et il ne s'est pas arrêté là.

Des lames qui s'ouvrent seules

Ainsi, Infaco vient tout juste de mettre sur le marché, le système DSES WIRELESS (dispositif supplémentaire électronique de sécurité sans fil). Il protège des coupures toute partie du corps de l’utilisateur qui pourrait être en contact avec la tête de coupe du sécateur.

Christophe Gout, directeur recherche et développement explique : "On a rendu le sécateur capable de détecter le corps humain. L'utilisateur n'est plus obligé de porter notre ancien système : un gant de sécurité avec des fibres inox à l'intérieur reliées à l'électronique du sécateur. On n'en a plus besoin car une gachette conductrice fait le lien avec le corps humain, à la place d'une gachette en plastique. Si la tête de coupe [du sécateur] vient en contact avec une autre partie du corps, c'est détecté immédiatement les lames s'ouvrent pour éviter l'accident".

Et pas de risque de prendre le jus avec ce sécateur puisqu'ils ont mis en place une technologie capacitive pour ce dispositif, celle là même que l'on retrouve sur les téléphones portables tactiles.

"0" accident ?

Mais le risque 0 n'existe pas, insiste Christophe Gout  : "On ne peut pas s'engager sur un accident 0 car on ne veut pas que de mauvaises habitudes apparaissent. C'est un dispositif supplémentaire de sécurité, qui ne se substitue pas aux préconisations de sécurité habituelles comme éloigner la main du sécateur quand on travaille. Le fait d'avoir une détection du corps humain nous permet de repousser les limites de la sécurité mais il faut vraiment garder à l'esprit que le sécateur est un outil qui présente des dangers, il y a des accidents tous les ans, et il faut faire attention quoi qu'il arrive."

Une dernière étude de la MSA (Mutualité sociale agricole) classe le sécateur électrique comme le 3ème outil portatif le plus dangereux en agriculture, derrière la tronçonneuse et le taille-haie.

Vers un pack "0 phyto"

Zéro accident peut être pas, mais zéro phyto oui.

Infaco prépare un pack d'outils "zéro phyto", qui sera commercialisé courant deuxième semestre 2019. Il s'inscrit dans l'interdiction des produits phytosanitaires pour l'entretien des espaces verts, à destination des collectivités locales. Une gamme d'outils qui permet de désherber, de travailler les sols le tout sur batterie pour limiter la pénibilité du travail.

 

Source : 100% Radio - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Davy Delmas, gérant d'Infaco.

Un tiers lieu prend forme à l'ancien hôtel du Pré Vert à Rabastens
lundi 11 févr. 2019
Du nouveau sur l'Agglo

Dans la journée de mardi 05 février 2019, nous étions nombreux à avoir reçu un SMS nous conviant pour le soir même à l'ouverture "officieuse" de l'espace de coworking du Pré Vert à Rabastens. Dès 18h, nous voilà une bonne centaine, un condensé de notre Rabastinois curieux et vibrant, impatients de découvrir ce qui allait redonner vie au cœur emblématique de Rabastens.

Lire la suite



Cette présentation informelle s'apparentait à une prise de marque pour "tester la machine" et fait suite aux deux jours de tournage de France 3 effectué dans le cadre de l'émission nationale "Ensemble c'est mieux" dédiée aux initiatives solidaires et citoyennes locales et mettant à l'honneur le savoir-faire dans les territoires.

L'objectif étant de filmer les travaux de transformation du rez-de-chaussée de cet ancien hôtel pour y aménager un espace collaboratif et partagé.

Pour relever le défi de cet étonnant chantier, la Locale, le collectif d'entrepreneurs qui porte le projet de ce tiers lieu, a réussi à mobiliser habitants, artisans, entrepreneurs, chacun apportant ses compétences dans tous les corps de métier. Le feuilleton de ce chantier participatif de relooking sera diffusé pendant 5 jours au mois de février 2019.

À terme, ce pôle "entreprenant et créatif", dédié au "faire ensemble" (1.000 m² sur 3 niveaux), permettra d'accueillir plusieurs dizaines de porteurs d'activités.

Il hébergera l"espace de coworking où pourront se croiser des travailleurs indépendants, des salariés en télétravail, des artistes, des associations..., des ateliers, un studio (radio Octopus), une boutique de créateurs et producteurs locaux, un bar associatif…

Avec ce pôle associatif regroupant des gens qui ont envie de travailler ensemble, l'hyper centre-ville de Rabastens inaugure les temps modernes et solidaires.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la joie des bénévoles au chantier participatif du Pré Vert.

Des "coups de pouce" aux commerces de centre-ville
dimanche 10 févr. 2019
Attractivité du territoire

À Graulhet comme ailleurs, la santé des commerces du centre-ville, ou plus exactement du "cœur de ville", est l'objet de nombreuses attentions. Plusieurs dispositifs, dont certains mis en place par Gaillac | Graulhet Agglomération, viennent en aide à l'installation des commerces dans ce secteur.

Lire la suite



Il est impossible, en marchant dans le centre-ville de Graulhet, d'échapper aux vitrines fermées.

En 2007, ce "taux de vacances" était de 44%. Il était l'an dernier (2018) estimé à 39%. Si on regarde le verre à moitié vide, c'est un chiffre bien au-dessus de la moyenne. Si on regarde le verre à moitié plein, ce chiffre diminue. Il est cependant à pondérer avec des locaux professionnels parfois aménagés en garages ou en habitations.

Pour inciter les propriétaires à louer, ces derniers se voient exonérés de la taxe foncière et leurs locaux commerciaux sont loués. Côté commerçants, des exonérations de la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) sont prévues pour certains secteurs géographiques.

Cependant, malgré cette mesure incitative, la majorité des locaux aujourd'hui disponibles sont vétustes, plus destinés à une vente éventuelle (avec des travaux à prévoir) qu'à la mise en location.

En 2018, dix commerces graulhétois ont bénéficié du Pack installation commerçants artisans mis en place par la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet pour soutenir les créations ou les reprises de commerces, comprenant une dotation (1.500€) et un accompagnement. S'il s'agit d'un bon indicateur, il ne concerne cependant pas l'ensemble de la ville mais uniquement un "périmètre défini de centre-ville", ni tous les secteurs d'activités.

Outre cette action de l'agglomération, certains quartiers classés QPV (quartiers prioritaires de la politique de la ville) bénéficient d'aides spécifiques alors que l'ensemble de la ville est classé en ZRR (zone de revitalisation rurale). Grâce à ce dispositif, les entreprises qui souhaitent s'implanter bénéficient d'exonérations fiscales sous certaines conditions liées notamment à l'effectif et à la nature de l'activité.

Aujourd'hui les "managers de centre-ville" de Gaillac | Graulhet Agglomération permettent aux créateurs et repreneurs d'entreprises d'avoir une vue d'ensemble sur les différents dispositifs qui s'offrent à eux.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le centre-ville de Graulhet bénéficie de deux dispositifs.

Gaillac | Graulhet Agglo redonne un nouveau souffle économique aux centre-villes
samedi 9 févr. 2019
Attractivité du territoire

Lancés fin 2016, les Packs installation commerçants artisans ont pour objectif de redonner une nouvelle vitalité économique dans les cœurs de ville de l'Agglomération Gaillac | Graulhet. Au bout de deux ans, le premier bilan est positif.

Lire la suite



"Dynamiser les cœurs de villes, y compris dans le secteur rural".

Tel est l’objectif du Pack installation commerçants et artisans lancé en octobre 2016 sur le territoire de la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet et qui aujourd’hui enregistre soixante quatorze lauréats. Tous se sont vus remettre lundi 04 février 2019 au soir, dans le cadre du festival des Lanternes à Gaillac, des mains de Paul Salvador, président de la Communauté d’agglomération et de Patrice Gausserand, maire de Gaillac, le macaron officiel de l’opération.

"Notre objectif est qualitatif, l’idée est de d’occuper les espaces vides dans les centre-villes", souligne Francis Ruffel, vice-président de Gaillac | Graulhet Agglo en charge de la politique de la ville. Ce dernier souligne que 80% des dossiers concernant des créations.

De son côté, Valérie Jove-Poibeau, l'une des deux managers de centre-ville et territoire de l'Agglo qui officie notamment sur la commune de Gaillac, se félicite de voir revenir des commerces jusqu’à présent absents sur le territoire et capables d’attirer une nouvelle clientèle. Des magasins de décoration, des barbiers pour hommes, des épiceries fines ou des caves à vin ont fait leur apparition. "Mais il manque encore des magasins de vêtements ou de prêt à porter jeunes et enfants, nous y travaillons", promet Valérie Jove-Poibeau. D’ailleurs, une ou deux enseignes nationales et spécialisées dans le prêt-à-porter pourraient s’installer sur le territoire.

Solidarité entre commerçants

Installée rue des Frères Delga à Gaillac, Clémence Chaume a ouvert sa boutique d’optique L’atelier Loubin il y a quatre mois. "Travailler en centre-ville et développer un commerce de proximité est très confortable", se félicite la jeune femme originaire de Gaillac. En plus de développer une activité qui a le vent en poupe, la commercante apprécie la convivialité qui existe dans le secteur et la solidarité entre commerçants.

Même son de cloche pour Florent Casse qui a inauguré en avril 2018 dans la même rue sa boutique Sauve ton smartphone. "Cela permet de conjuguer qualité de vie et activité professionnelle basée sur le service au client", explique le jeune entrepreneur. Au point que l’embellie commerciale de son commerce l’a poussé à ouvrir une deuxième boutique à Saint-Sulpice.

Depuis son lacement en octobre 2016, le Pack installation commerçants artisan a mobilisé 122.000 euros de budget auprès des soixante-quatorze commerces ou artisans qui ont postulé pour les aides financières. Le dispositif prévoit un soutien financier de 1.500 euros par commerce et 500 euros par emploi créé.

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Francis Ruffel, vice-président de l’agglomération Gaillac Graulhet en charge de la politique de la ville et Valérie Jove-Poibeau, manager de centre-ville et territoire affectée notamment sur la commune de Gaillac.

LR Performance transforme les moteurs pour rouler au bioéthanol depuis Montans
samedi 2 févr. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Après un an de mise au point et de développement, LR Performance, entreprise Gaillac | Graulhet Agglomération implantée sur la zone d'activités de Garrigue Longue à Montans, commercialise dans les semaines à venir un boitier permettant aux voitures de rouler aussi au bioéthanol. La reconnaissance d'une innovation.

Lire la suite



Consommer moins de carburant tout en évitant de polluer en émettant trop de particules fines et du CO². c’est ce que propose LR Performance, un garage innovant installé à Montans au sein de la zone d'activités de Garrigue Longue, qui commercialise un boitier permettant de rouler indifféremment au sans plomb ou au bioéthanol.

Homologué par l’Etat depuis le 21 décembre 2018, celui-ci, une fois installé dans le moteur du véhicule, permet à son conducteur de faire son plein avec du carburant à base de betterave. Celle-ci est produite dans le nord de la France et coûte trois fois moins cher à la pompe, entre 0,40 et 0,70 euros le litre.

Comment Marc Lambenc, à la tête du garage LR Performance, en est-il arrivé à cette solution ?

"Depuis 2008, dans le cadre du garage, nous préparons les moteurs leur permettant de rouler au bioéthanol afin de booster leurs performances ; quand le cadre juridique a été posé en 2016, nous avons développé ce boitier afin de répondre à la demande qui était importante", confie le chef d’entreprise.

Vendu entre 900 et 1.400 euros selon le modèle du véhicule, le boitier a déjà été produit à une centaine d’exemplaires. Les premières installations devraient intervenir en février 2019. "C’est une des solutions pour passer du moteur thermique à une solution plus écolo et plus économe", ajoute Marc Lambec.

Douze salariés et 3 millions de chiffre d’affaires

ARM (trois salariés), la holding pilotée par Marc Lambec et en charge de la fabrication des boitiers, chapeaute LR Performance (six salariés) en charge de l’installation des boitiers et Alientech (trois salariés) qui propose du matériel pour reprogrammer des moteurs pouvant rouler au bioéthanol comme avant la loi de 2016.

Au total, la structure installée dans des locaux modernes sur la commune de Montans au bord de l’A68, affiche une douzaine de salariés et un chiffre d’affaires de presque 3 millions d’euros en 2018.

En cours de certification ISO 9001, l’entreprise prévoit désormais d’agrandir ses locaux en 2019, pour passer de 600 à 1.000 m², afin d’absorber le surplus d’activité, même si le chef d’entreprise se refuse à donner une prévision de boitiers vendus.

La mise en place d’un réseau d’une vingtaine d’installateurs en France est également prévue. Pour Marc Lambec, l’objectif est de "ne travailler qu’avec des professionnels de la reprogrammation".

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Marc Lambec, PDG de LR Performance dans les ateliers de Montans.

Salvateur, l'entreprise graulhétoise qui redonne vie au bois
vendredi 1 févr. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Logée à la pépinière d’entreprises Granilia, la jeune société « Salvateur » d’Olivier Pinel sélectionne et sauve un bois hors normes, habituellement inexploité, pour en faire de véritables plateaux tendances et uniques.   

Lire la suite



"Cette idée me trottait dans la tête depuis longtemps. On a aujourd’hui une industrie qui uniformise, je voulais répondre à un besoin de bien-être intérieur, partir sur des matériaux naturels et simples pour produire des choses atypiques et singulières".

Olivier Pinel, 30 ans, est en quelque sorte un sauveteur en forêt.

Le jeune entrepreneur, qui œuvre sous le nom de Salvateur, s’est spécialisé dans le travail d’un bois volumineux, non désiré pour le magnifier en de beaux plateaux destinés à être utilisés chez soi sous la forme de tables, consoles et autres plans de travail design.

Leur prix varie de 700 à 4.500 euros. "Ce bois, hier, on ne savait pas quoi en faire. Dès qu’il y avait un défaut, on le purgeait, on le broyait, on le brûlait. Nous, on l’achète, on le scie, on le sèche, si possible naturellement, parfois on aide la nature (avec un séchoir qui peut faire monter la température jusqu’à 70°C)", explique Olivier Pinel, qui ajoute : "C’est parce qu’on maîtrise cette étape de séchage qu’on peut envisager de travailler des produits d’exception".

Frêne, aulne, chêne…

Concernant les essences utilisées, le jeune entrepreneur, qui a aussi une formation de juriste, privilégie le local : frêne, chêne, aulne, noyer, châtaigner.

Olivier Pinel possède également un équipement spécifique qui lui permet d’atteindre un niveau de finition de ses produits à la hauteur des besoins de sa clientèle. Chaque plateau est unique et tout ce qui présente habituellement des défauts se transforme avec lui en atout.

"Le bois est un matériau vivant, qui bouge, il faut le respecter". Logée dans un atelier de la pépinière-hôtel d'entreprises Granilia sur son site de Graulhet, la société Salvateur traite aussi bien avec les particuliers que les professionnels (décorateurs, architectes d’intérieur, ferronniers…).

Son responsable ne regrette pas aujourd’hui de s’être installé à Graulhet, une ville à fort potentiel, selon lui. A Granilia, Olivier Pinel bénéficie aujourd’hui d’un équipement adéquat à son activité.

 

Source : le Tarn libre - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Olivier Pinel dans son atelier "bois" à la pépinière d'enteprises Granilia.

Bon bilan pour la première "boutique école"
mardi 29 janv. 2019
Evènement

Expérience unique en Occitanie, la "boutique école" de Graulhet a permis pendant un mois à six créatrices d'être accompagnées dans leur entreprise, avec une mise en situation réelle pour examiner la faisabilité de leurs projets. Des créatrices motivées, un partenariat institutionnel qui fait sens et qui transcende les compétences des uns et des autres, deux ingrédients importants de cette réussite, qui on l'espère ne sera pas "éphémère".

Lire la suite



Sur ces six personnes, une a déjà ouvert une boutique dans le centre-ville de Graulhet dans le secteur de la retouche.

"Une autre ouvrira une boutique sur une autre ville du territoire au printemps 2019 dans le domaine du bien-être, une autre va terminer sa formation en poterie et travaille à une installation avec un autre artisan dans le domaine de la céramique à Giroussens", se félicite Marie-Laure Ricard-Goguery, chargée de mission politique de la ville de la Communauté d'Agglomération Gaillac | Graulhet.

Une autre participante continue d'affiner son projet et devrait rejoindre une boutique de créateurs et développer des actions de formation en lien avec sa pratique.

Une seconde session prévue

"Une autre a constaté que, pour le moment, il était préférable de continuer sa pratique en loisirs avec peut-être du dépôt-vente", explique Marie-Laure Ricard-Goguery, qui souligne : "une autre participante testait un produit. L'expérience lui a permis de comprendre qu'il était de qualité, mais que son prix était un facteur de frein, qu'elle ne toucherait pas une clientèle en face à face et devait créer des produits d'appel".

L'action a ainsi permis d'accompagner les créatrices d'objets vers des créations d'entreprises mais aussi d'éviter un échec annoncé en mettant en lumière des faiblesses pour, éventuellement, se donner du temps pour parfaire ou revoir leurs projets.

La boutique, qui était fermée jusque-là, a déjà trouvé de nouveaux locataires, dynamisant le centre-ville.

"Le comité de pilotage* a mis en évidence que les objectifs ont été largement atteints", se félicite Marie-Laure Ricard-Goguery. À court terme, l'accompagnement se poursuit avec deux sessions de formation sur les différents statuts et l'utilisation des réseaux sociaux.

À la lumière de ce succès, une seconde session d'accompagnement sur le même modèle est d'ores et déjà prévue.

*Un partenariat fort a été mis en place pour la réalisation de cette boutique école, entre Gaillac | Graulhet Agglomération 'politique de la ville, économie et commerce), la Direccte (financement), Regate, l'Adefpat (formation-développement auprès des créatrices).

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : les six créatrices dans la boutique école.