Actualités

Le cafetier reprend le tabac-presse à Graulhet
dimanche 4 avr. 2021
Du nouveau à Graulhet

Le fonds de commerce du tabac-presse des époux Michot, rue Villebois-Mareuil à Graulhet, était à vendre. Raymond Jau, le cafetier situé quelques numéros plus loin à l’angle de la rue et de la place Bosquet, a récupéré le commerce et ouvert en mars 2021, après travaux.

Lire la suite



"Nous avons transformé notre salle de restaurant et réalisé une ouverture sur la rue. Le tabac-presse est mitoyen du bar, tout en étant indépendant. Pour ce faire, nous avons réduit forcément l’offre de restauration" reconnaît Raymond Jau, le cafetier, à l’enseigne Chez Patate en coeur de ville à Graulhet.

Tabac-presse donc, mais aussi PMU et dépôt de pain. "Nous avons aussi étoffé le rayon d’en-cas sucrés et salés."

Une demi-reconversion qui est passée par une formation obligatoire. "Nous avons surtout eu du mal à nous familiariser avec les marques de cigarettes, peu visibles sur les paquets" témoignent les nouveaux buralistes.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Marlène et Raymond Jau derrière leur nouveau et second comptoir.

L'OCCAL: Gaillac | Graulhet soutient les acteurs de l'économie de proximité
mardi 30 mars 2021
Accompagnement des entreprises

L'Agglomération Gaillac | Graulhet, en mobilisant 220 k€ dans le fonds L’OCCAL, s'investit fortement aux côtés de la Région Occitanie et de la Banque des territoires pour soutenir, à travers un dispositif financier adapté et évolutif, les acteurs de l'économie de proximité. Commerçants, artisans, acteurs du tourisme, de l'événementiel ou de la culture, demandez le fonds L'OCCAL !

Lire la suite



Affaiblies par une crise inédite qui touche tous les secteurs économiques, les entreprises cherchent à s'adapter, à évoluer, à entrer dans l'ère du digital, mais aussi et surtout à relancer leur activité.

C’est particulièrement vrai pour les acteurs de l'économie de proximité, qu'il soit question de commerce, d'artisanat, de tourisme, de culture, de sport, d'événementiel... Ces secteurs, parmi les plus touchés avec une perte durable de chiffre d’affaires due aux confinements successifs, sont fortement représentés et structurants localement, essentiels à la dynamique économique, à la vitalité des territoires et à leur attractivité.

Le fonds L'OCCAL kézaco ?

Le fonds L’OCCAL est un dispositif d’accompagnement unique en France. Appui à la trésorerie, soutien aux investissements de relance, prise en charge d'un mois de loyer, avec L’OCCAL, les acteurs de l'économie de proximité bénéficient d’un fonds spécifique, adapté, évolutif, et dédié à la reprise de leur activité.

L’OCCAL propose un soutien sur mesure à travers 2 volets complémentaires.

- Volet 1 : avances remboursables à 0% pour conforter la trésorerie et permettre le redémarrage.

- Volet 2 : subventions d’investissement pour soutenir les investissements de relance.

Votre Agglomération vous soutient

L’OCCAL est doté d’une enveloppe de 80 M€, financée à hauteur de 19,3 M€ par la Région et 17,8 M€ par la Banque des Territoires. Ces financements sont complétés par la participation des Départements et des Intercommunalités d'Occitanie. L'Agglomération Gaillac | Graulhet abonde le fonds L'OCCAL à hauteur de 220 k€.

Contact et demande


 

En téléchargement ci-dessous : présentation détaillée des 2 volets du fonds L'OCCAL.

Illustration ci-dessous : Gaillac | Graulhet soutient les acteurs de l'économie de proximité à travers le fonds L'OCCAL.

Gaillac. Julien Larmignat rêve de torréfier et d’embaumer la ville
lundi 29 mars 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Cela a fait un an en janvier 2021 que Julien Larmignat, parisien établi à Gaillac depuis six ans, a ouvert place d’Hautpoul "Les Brumes du Yunnan". Et la covid n’a pas fait obstacle à une croissance linéaire de la clientèle et du chiffre d’affaires. "Je ne vais pas me plaindre, j’ai dépassé les plafonds prévisionnels. Ça va de mieux en mieux".

Lire la suite



Les nouveaux venus franchissent la porte du magasin les Brumes du Yunnan surtout pour sa gamme de cafés et, depuis novembre 2020, pour ses machines à grains.

"Je suis revendeur officiel de la marque De Longhi, et j’assure le service après vente. Mais je ne pousse pas à l’achat. Pourtant, c’est sûr qu’avec un café en grains, on a un arôme plus intense". Son rêve serait de les torréfier lui-même, d’"embaumer Gaillac. Si un jour, je peux…".

Mais pareille installation supposerait de gros travaux. En attendant, il a recours à un torréfacteur périgourdin qui ne travaille qu’avec des cafés bio. Julien Larmignat est dans une démarche "zéro déchet", avec des sacs réutilisables. Les habitués du café en capsules, il les convertit au "vrai" café avec des crus très aromatiques. Un autre segment d’amateurs est composé de clients qui aiment un café épais, corsé, mais ne veulent pas entendre parler de robusta.

Trouver le meilleur compromis

Julien a charge de trouver le compromis qui leur conviendra.

La covid a-t-elle dopé la consommation ? Pas impossible. "J’ai des clients qui boivent deux kilos de café en dix jours".

Pour les thés, la tendance est aux aromatisés : fleurs, fruits ou plantes, tous sans produits. En général, les amateurs changent de parfums, pour le plaisir de découvrir, ou pour ne pas se lasser. Sur l’étiquette, il y a toujours indiqué le temps et la température d’infusion. "C’est important, surtout pour les thés verts. Si l’on attend trop ou si l’eau est trop chaude, on tombe vite dans l’amertume".

Julien Larmignat met la dernière touche à son site internet. Il assure la vente en clic and collect, mais aussi des livraisons sur Gaillac et ses environs, voire en colissimo au-delà. "Mon objectif est de proposer l’offre la plus complète possible".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la clientèle du magasin de thés et cafés de Julien Larmignat est en hausse constante ; la covid et le travail à domicile semblent avoir une incidence sur la hausse de consommation.

Arnaud Elgoyhen - Cave de Labastide : "Coller aux attentes du moment"
lundi 29 mars 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

La Cave de Labastide tient bon face à la crise. Arnaud Elgoyhen, son directeur du développement commercial et marketing, nous détaille la stratégie de la coopérative tarnaise. Entretien.

Lire la suite



Touléco Tarn - La Cave de Labastide a bien résisté à la crise sanitaire et économique, avec une hausse de votre chiffre d’affaires de 26% entre juin et septembre 2020. Comment l’expliquez-vous ?

Arnaud Elgoyhen - Tout d’abord, nous ne sommes pas dépendants d’un circuit. Nous avons la chance d’être sur tous les secteurs d’activités (grande distribution, restauration, export, vente en magasin, vente à distance, etc.).

Les restaurants et cafés, très impactés par la crise, représentent par exemple 22% de notre chiffre d’affaires d’ordinaire, ce qui est conséquent. Mais ce n’est pas 80%, comme certains de nos concurrents. Nous sommes aussi assez présents chez les cavistes, qui ont pas mal tiré leur épingle du jeu quand la réouverture des commerces a pu se faire.

Touléco Tarn - Pouvez-vous en dire plus sur votre stratégie commerciale ?

Arnaud Elgoyhen - Notre plan commercial et stratégique actuel, qui a été mis en place il y a deux ans et réadapté à l’occasion de la crise du Covid, commence à porter ses fruits.

Nous avons mis en place une refonte profonde de notre gamme de produits, en proposant notamment des vins avec des profils aromatiques dans l’air du temps. Nous collons aux attentes sociétales qui sont liées notamment au locavorisme, en proposant des cépages autochtones. Nous accélérons le développement du bio avec l’obtention de certifications comme la HVE (Haute Valeur Environnementale). 98% de nos exploitations sont certifiées. Avec le boom du bio, ce label particulièrement exigeant permet de se différencier. Nos exploitations sont également les seules certifiées IFS (International Food Standard) dans le Tarn. C’est une norme de sécurité très exigeante qui ouvre des portes à l’export.

Touléco Tarn - Où en êtes-vous par rapport à la digitalisation de vos activités ?

Arnaud Elgoyhen - Depuis la fin des années 1990, nous faisons plus de trois millions d’euros de chiffre d’affaires sur la vente à distance. Environ 150.000 clients reçoivent un catalogue avec nos produits. Nous avons lancé, en décembre 2019, un site internet qui retranscrit ces offres papier.

La peur du Covid a fait que ces clients se sont tournés plus rapidement que prévus vers le web. Ils ont vu l’utilité aussi en termes de réactivité. En un an, nous avons fait un bond de dix ans sur le numérique.

Cave Labastide visiteInfos clés

Le chiffre d’affaires de la Cave de Labastide s’est élevé à 11,7 millions d’euros en 2020. "D’habitude, nous sommes plus autour des 12,5 millions", avoue Arnaud Elgoyhen. Une cinquantaine de personnes travaille pour la coopérative viticole. Une trentaine de personnes supplémentaires est embauchée durant la saison des vendanges. 95 vignerons sont coopérateurs de la Cave de Labastide.

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessus : (avant-Covid) visites organisées au sein de la coopérative.

Illustration ci-dessous : Arnaud Elgoyhen, directeur du développement commercial et marketing de La Cave de Labastide.

Les chantiers d’insertion : une solution d’avenir pour Graulhet
dimanche 28 mars 2021
Information

Les chantiers d’insertion de l’association Léo Lagrange à Graulhet interviennent depuis 2014 au service des habitants de la commune. Ces chantiers ont pour objectif de mettre en situation professionnelle des personnes privées d’emploi depuis plus d’un an et de redéfinir une stratégie partagée de retour à l’emploi.

Lire la suite



Le support de travail proposé par la ville vise à répondre aux enjeux de transition écologique en lien avec la prescription "Zéro Phyto" sur les espaces publics communaux. Cet entretien des espaces verts et des espaces publics permet aussi de renouer une relation de proximité avec les habitants qui expriment régulièrement leur satisfaction et leurs encouragements aux salariés.

"Mettre du participatif faisait partie de nos promesses de campagne. Mais le contexte sanitaire complique la mise en place de référents par bureau de vote ou par quartier" concède Blaise Aznar, maire de commune en visite sur un chantier dans le quartier d’En Gach. La "remontée" des besoins peut se faire par le biais du numéro unique (05 63 42 87 28) qui permet aux usagers de signaler l’ensemble des soucis que les habitants constatent dans les services de la ville.

L’enjeu de demain pour l’association Léo-Lagrange est de se mettre au service des besoins en ressources humaines des entreprises du territoire. C’est ce que Léo Lagrange expérimente avec Acthar et le Domaine viticole René Rieux, sur le secteur de la viticulture gaillacoise, et c’est ce qui sera expérimenté avec territoire Zéro Chômeur de Longue Durée si la ville est retenue pour la seconde phase de cette expérimentation.

L’association Léo Lagrange devrait, si le territoire est retenu, transformer ses chantiers d’insertion en "Entreprise à But d’Emploi", lui permettant en outre de proposer des contrats à durée indéterminée aux salariés accueillis, ouvrant de nouvelles perspectives professionnelles aux personnes privées d’emploi du territoire.

Les chiffres clés

  • 35 salariés (dont 45% de femmes)
  • 386 salariés depuis 2014
  • taux de sortie dynamique en 2019 : 50%

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : discussion entre le maire de Graulhet et des salariés lors d’une visite d'un chantier d'insertion.

Elles cousent des pochettes pour des pompes à chimiothérapie depuis Gaillac
mardi 23 mars 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

"En avril, ne vous découvrez pas d’un fil, mais venez le dérouler bien au chaud à l’Atelier des Bouclettes" indique Adèle Dornier. Les ateliers, qui se dérouleront tous les mercredis du mois d’avril 2021, de 14 heures à 17 heures, sont gratuits et ouverts à tous (débutants et initiés).

Lire la suite



"En échange, vous donnerez votre première pochette au Fil d’agapè et remporterez un nouveau savoir-faire, patron à l’appui, pour réaliser vous-même de futurs modèles, pochettes de soirée, pochette cadeau…"

C’est le message de solidarité et l’invitation à participer à cette action solidaire que lancent Adèle Dornier et une amie, passionnée comme elle de couture et désireuse d’apporter un réconfort aux personnes hospitalisées pour une chimiothérapie.

Chacun et chacune pourra réaliser une pochette destinée à contenir la pompe à chimiothérapie d’une personne soignée pour un cancer. Cette pochette pratique et esthétique viendra adoucir les jours de traitement. Il n’y aura aucun échange d’argent. Cette action sera menée sans aide financière de sponsors, et sans publicité. "Elle repose sur des dons matériels et sur le bénévolat", précise Adèle Dornier.

Les pochettes, de 15 centimètres sur 16 centimètres et uniquement en coton, sont dotées d’une bandoulière et peuvent être décorée d’une broderie ou d’un bouton.

Elles sont empaquetées par les soins du Fil d’agapè, et remises au service chimiothérapie de la clinique Claude-Bernard à Albi, pour y être offertes aux patients. Elles sont accompagnées d’une carte, don d’un artiste, d’un graphiste ou d’un poète et d’une présentation du concept Le fil d’agapè. Une façon de dérouler le fil de sa créativité et de coudre avec le cœur. On peut réserver dès maintenant auprès de l’atelier "Au Fil des Bouclettes".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l’Atelier des Bouclettes et Le fil d’agapè font cause commune pour les personnes soignées en chimiothérapie à la clinique Claude-Bernard.

Granilia à Graulhet : une pépinière et un hôtel pour les entreprises
samedi 20 mars 2021
Accompagnement des entreprises

La pépinière - hôtel d’entreprises Granilia sur Graulhet, portée par Gaillac Graulhet agglomération, comprend trois ateliers d’une surface de 187 m², deux bureaux d’une surface totale de 60 m², un atelier-bureau partagé et des locaux communs (salle de réunion équipée, salle de convivialité, accueil, secrétariat). Au total, le site compte une surface totale de près de 1.000 m².

Lire la suite



Mais au-delà des locaux mis à disposition, c’est surtout l’accompagnement des entreprises qui est le point fort de la structure. "Dans la situation actuelle, les entreprises résidentes se sont adaptées et continuent leurs activités. La principale limitation que nous avons est dans le domaine de l’accueil de formations et de réunions, qui a une jauge diminuée en raison des protocoles sanitaires. L’activité d’accompagnement des porteurs de projets se poursuit", explique Laurence Bousquet, directrice de Granilia, qui comprend deux sites d'implantation situés à Gaillac et à Graulhet.

Accompagnement des porteurs de projets

Les porteurs de projets du territoire accompagnés qui créent leurs entreprises ont ainsi la possibilité d’accéder à des locaux fonctionnels pour une période de 24 à 48 mois avec un statut pépinière, de bénéficier d’un accompagnement personnalisé et de services partagés. "Notre cœur de métier est avant tout l’accompagnement de porteurs de projets, notamment pour éviter leur isolement dans le démarrage de leur entreprise", souligne Laurence Bousquet.

L’hébergement des jeunes entreprises est soumis à la validation du projet par le comité d’agrément de la pépinière et bien entendu au respect du règlement intérieur.

Outre les entreprises résidentes, l’espace peut aussi accueillir des entreprises de façon ponctuelle. "On reste ouvert et disponible dans l’étude des besoins des entreprises locales. Si elles ont besoin d’un lieu de réunion ou d’un bureau occasionnellement pour avoir un rendez-vous, le site est là pour les accueillir", rappelle Laurence Bousquet.

Zoom sur... Acisp Santé : une des "pousses "de la pépinière

Acisp SantéCréée en 2019 par une professionnelle du secteur depuis de nombreuses années, la société Acisp Santé (Accompagnement coordination innovation en soins primaires) est une des deux nouvelles entreprises arrivées dans la pépinière d’entreprises.

"Avant, j’étais salariée d’une entreprise nationale. Lors du licenciement, j’ai décidé de garder cette activité à laquelle je suis attachée en créant mon entreprise", explique Magalie Bessière, gérante de la société, consultante et coordinatrice en soins primaires, c’est-à-dire le premier contact de la population avec les soins.

Elle œuvre au quotidien auprès de groupements de professionnels libéraux qui partagent un projet de santé sur un territoire – dans le cadre d’une maison de santé pluriprofessionnelle ou d’une communauté professionnelle territoriale de santé – pour écrire les projets et leur donner vie.

"Je trouvais intéressant d’avoir un accompagnement par la pépinière, rencontrer d’autres professionnels et de bénéficier d’un accompagnement de qualité", remarque Magalie Bessière.

La société œuvre principalement dans le Tarn et la Haute-Garonne, mais aussi hors Occitanie. Acisp Santé emploie aujourd’hui trois personnes.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire les articles en ligne ici et .

Illustration ci-dessus : Magalie Bessière, créatrice d’Acisp santé.

Illustration ci-dessous : Granilia Graulhet est situé route de Réalmont.

Deux sœurs vont ouvrir une épicerie de vrac au centre-ville de Gaillac
vendredi 19 mars 2021
Du nouveau à Gaillac

Les deux sœurs font pour la deuxième fois cause commune. Les Toulousaines, qui ont passé une partie de leur enfance dans le Sidobre, avaient déjà monté une agence de communication en 2018. Food and Com servait les intérêts des restaurants et des producteurs. Les consultantes travaillaient sur toute l’Occitanie.

Lire la suite



Puis le confinement est arrivé, avec la fermeture de leur principal client, les restaurateurs.

Mathilde et Morgane Bouterre ont donc décidé de rebondir, mais sur une activité qu’elles voulaient plus concrète : une épicerie de vrac – sans emballage – avec une base de produits locaux. "80% de la gamme sera fabriquée en Occitanie, dont 50% dans le Tarn. 60% seront consacrés à l’alimentaire, le reste à l’hygiène de la personne et de la maison. 75% des produits seront labellisés bio."

On retrouve dans ce goût des chiffres et des pourcentages leurs études commerciales pas si lointaines : Morgane, l’aînée, n’a pas encore 30 ans. Le choix de Gaillac tient à l’opportunité d’un espace disponible, rue Jean-Jaurès en coeur de ville, où le turn over a été rapide (galeries d’art, magasin de vêtements d’occasion), mais aussi à leur étude de marché. "On recherchait une ville où il n’y avait pas d’épicerie de vrac au centre. On a donc exclu Albi et Lavaur. On a un temps pensé à Castres. La proximité de la famille a joué en faveur Gaillac."

Écologiques et locaux

Elles vont repeindre les murs, monter une cloison (un travail des week-ends), puis installer les étagères, les silos de vrac et les petits meubles.

Le réseau des producteurs est bien en place, d’autres s’y rajouteront sans doute. On trouvera à Semo les bières de la Berlue, les farines et légumineuses des Trois Moineaux, les conserves et sauces des Jardins de la Vère, etc.

Jusqu’au 3 avril 2021, on peut faire un don dans le cadre du financement participatif, qui vaudra une contrepartie en produits de l’épicerie : bières, vins, savons, gâteaux ou encore des accessoires zéro déchet. "Des produits locaux et écologiques", précisent-elles. Deux mots qui seront la marque de fabrique de Semo. Pour participer, rendez-vous sur Miimosa en cliquant ici.

L’ouverture de l'épicerie vrac est prévue en mai 2021.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Morgane et Mathilde Bouterre ont déjà été associées. Elles prolongent leur trajectoire commune dans une épicerie de vrac, rue Jean-Jaurès. Les produits viendront du Tarn et d’Occitanie.

Floryan Varennes ou l’art en entreprise (du Cuir de Graulhet)
jeudi 18 mars 2021
Evènement

Floryan Varennes travaille actuellement avec quatre entreprises graulhétoises du secteur cuir dans le cadre de l’opération "Artiste en entreprise", dispositif inédit attribué par le ministère de la Culture et soutenu par la Drac Occitanie Site de Toulouse, dans le cadre d’un partenariat avec l’AFIAC et la commune de Graulhet.

Lire la suite



C’est la troisième fois que l’artiste Floryan Varennes, d’une renommée désormais européenne, travaille au cœur de plusieurs entreprises innovantes locales du secteur du cuir.

"Au départ, il y avait une résidence en deux volets qui s’est déroulée en 2018, "Straight battlefield", et en 2019 pour "Armor armada". La DRAC a sollicité le ministère et je suis de retour pour une troisième année après un an de césure. Ce sera la troisième et dernière partie de cette aventure", explique Floryan Varennes.

Après une première année de découverte du cuir puis un approfondissement de ces techniques, cette troisième étape témoigne de l’évolution de son travail vers la santé, le "care" et l’univers du soin. "Cette exposition viendra amener de nombreuses nouvelles recherches", confie l’artiste. En s’appuyant sur leur savoir-faire en matière de cuirs, Floryan Varennes agit comme un pivot du territoire, créant une synergie autour de cette matière noble et emblématique, de la tradition séculaire du territoire et des entreprises actuelles, tournées vers l’avenir, l’innovation, le luxe et l’art.

Quatre entreprises partenaires

Pour cette résidence, l’artiste travaille avec le Comptoir mégissier Icart, qui fournit les peaux et les maroquineries La Fabrique et Philippe Serres. Hors du dispositif, l’entreprise FGM fournit les matériaux dans le cadre d’un partenariat.

Lorsque ce sera possible, le fruit de ce travail sera visible à la Maison des métiers du cuir.

Cette résidence ancrée sur le territoire, le savoir-faire et l’innovation locale est axée autour du cuir. Elle offre une belle occasion pour les entreprises engagées dans le projet de promouvoir leur technicité et d’accompagner des projets créatifs inédits et uniques. Pour l’artiste, c’est un des moyens d’apprendre, de parfaire son art et de trouver des solutions techniques et de pointe répondant aux défis de son projet artistique.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Jean-Charles Icart et Floryan Varennes au Comptoir mégissier.

Lisle-sur-Tarn. Jimmy garde espoir pour l’organisation évènementielle
mercredi 17 mars 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

On le dit bien assez, l’espoir revient avec les beaux jours, le soleil. Cette notion d’espoir, de voir plus loin reste, malgré tout, bien ancrée chez Jimmy Vellarino. Il a lancé son entreprise "By Jimmy", spécialisée dans l’évènementiel, à une époque où nous découvrions le confinement. Cette année 2020 a changé la donne dans beaucoup d’agendas et notamment chez ceux qui avaient prévu de se marier ou d’organiser des soirées festives.

Lire la suite



A l’aube de ce printemps 2021, Jimmy Vellarino veut y croire, se tient prêt pour l’organisation d’événements.

Dans la plupart des contacts, des devis qu’il propose, il a choisi l’optimisme avec une pré-organisation de sortie de covid. "Je prévois mes événements sur une base comme avant avec l’intégration des protocoles sanitaires et des contraintes du moment qu’on ne peut malheureusement connaître ce jour. J’ai confiance en cet été 2021 et l’avenir. Les gens ont envie, ont besoin de ce retour à la convivialité, aux soirées animées. Comme pour le rugby, le contact est "essentiel" dans notre société".

Il constate que les demandes d’organisations événementielles reprennent.

"By Jimmy" officie dans l’organisation de mariages (il possède une formation qualifiante de Wedding Planer) et de plus en plus pour des événements professionnels (journée cohésion and co…) et aussi privés.

Il a profité de ces pauses imposées pour se fabriquer tout un panel de décorations chics et natures. Il possède de quoi s’adapter à tout lieu, toutes demandes avec entr’autres des tentes nomades Stretch pouvant couvrir jusqu’à 4.000 m², des infrastructures techniques, sonorisations et lumières de grande qualité. Il possède aussi un joli stock de tables, de chaises avec cet esprit nature, champêtre chic, avec lui pas de tables en plastiques. Il amène la personnalisation pour tous les événements, mariages, journées cohésion d’entreprise, lancements de produits ou meetings.

Il est possible de venir rencontrer Jimmy Vellarino et de découvrir son nouveau showroom au 16 avenue Jean Jaurès à Lisle sur Tarn, ou de le contacter par téléphone au 06 31 19 57 62.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Jimmy vous attend à son Show Room pour préparer vos événements.