Actualités

Graulhet, territoire zéro chômeur de longue durée ?
jeudi 18 oct. 2018
Emploi

C'est une proposition qui a fait l'unanimité lors de la dernière séance du conseil municipal de Graulhet. La ville a décidé d'adhérer à l'association "Territoires zéro chômeur de longue durée" et de se porter candidate à la deuxième phase de cette expérimentation.

Lire la suite



Lors du dernier conseil municipal de Graulhet, les élus ont validé une délibération ayant trait à l’adhésion de la Ville à l’association "Territoire Zéro Chômage Longue Durée". la commune souhaite ainsi s'inscrire dans la deuxième phase d’expérimentation d’un dispositif visant le retour à l’emploi des personnes en situation de chômage de plus d’un an par la création d’emplois manquants.

Une vraie politique autour de l'insertion

C’est un dispositif qui pourrait bien redonner le sourire à celles et ceux inscrits au chômage depuis plus d’un an. S’il est aujourd’hui encore dans une phase d’expérimentation, le "Territoire Zéro Chômage Longue Durée", initié par le réseau Emploi-Formation d’ATD Quart Monde, en partenariat avec le Secours catholique, Emmaüs France, Le Pacte civique et la Fédération des acteurs de la solidarité, est déjà opérationnel depuis 2016 dans dix territoires de l’Hexagone, mais pas en Occitanie. Une nouvelle vague d'expérimentations a été confirmée pour 2019 avec 50 nouveaux territoires.

La Ville de Graulhet, lors du conseil municipal du 4 octobre 2018, a validé à l’unanimité sa demande d’adhésion à l’association "Territoire Zéro Chômage Longue Durée" et souhaite se porter candidate à la deuxième phase d’expérimentation devant concerner 50 territoires pour 2019.

"Il s'agit d'une véritable volonté politique autour de l'insertion", se félicite Claire Fita, conseillère municipale et conseillère régionale, qui souligne : "Nous sommes déjà porteurs d'innovations sociales et voulons aller plus loin. L'emploi est notre priorité et nous voulons aller plus loin".

"L'idée part d'un triple constat. Personne n'est inemployable. Ce n'est pas le travail qui manque, mais l'emploi car certains besoins n'ont pas trouvé leur modèle de rentabilité. Enfin, ce n'est pas l'argent qui manque. Chaque année le chômage de longue durée entraîne de nombreuses dépenses et du manque à gagner que la collectivité prend en charge", explique l'élue qui poursuit : "Sur une année, cela représente un coût de près de 20.000 euros, ce qui correspond à un SMIC".

200 à 250 personnes concernées

L'idée réside dans la transformation des aides perçues en salaire, mais à l'issue d'un important travail sur le territoire. Une fois le consensus obtenu, la première étape consiste à rencontrer les personnes privées durablement d'emploi, c'est-à-dire depuis plus d'un an et, en parallèle, à recenser les travaux utiles. Une fois les ressources humaines et les emplois attendus identifiés, une EBE (entreprise à but d'emploi) opère la connexion entre les deux. Elle pourra, grâce aux sommes initialement perçues par la personne au chômage, l'employer au SMIC. Il ne s'agit donc plus de CDD aidés, mais de véritables CDI, offrant une nouvelle perspective d'insertion.

Ainsi, l’expérimentation vise à rediriger les coûts attachés à la privation durable d’emploi sur la création "d’emplois manquants", ce qui représente environ 20.000 euros par an et par personne.

"L’objectif est de pouvoir proposer un emploi adapté au savoir-faire de chacun et à temps choisi", a précisé Claire Fita, poursuivant : "le but est aussi de s’appuyer sur une association ou une entreprise de l’économie sociale et solidaire pour créer des CDI au SMIC. En aucun cas, ces emplois ne doivent concurrencer les entreprises déjà présentes".

Et la conseillère municipale de citer plusieurs exemples : l’entretien des rivières, des missions spécifiques dans le bâtiment, du service à la personne pour lutter contre l’isolement, etc.

Une fois retenu, comment se met en œuvre le projet ? Un comité de pilotage mobilisant les acteurs concernés est d’abord créé et présidé par le maire de la commune. Il y a ensuite l’identification et la rencontre des chômeurs volontaires concernés, "un potentiel de 200 à 250 personnes sur Graulhet" selon Claire Fita. L’identification des travaux se fait alors sur le territoire aboutissant à la création et l’identification d’une ou plusieurs associations et entreprises de l’économie sociale et solidaire.

"Pourquoi cela doit marcher à Graulhet ? Parce qu’on est un territoire politique de la ville, on a des habitudes de travail qui font que c’est facile à mettre en œuvre. Nous avons une structure d’insertion expérimentée et motivée, une maison commune emploi formation et un Département et une Région prêts à nous soutenir", a conclu la conseillère municipale, communautaire et régionale lors de la présentation de ce dispositif auquel elle croit fortement.

 

Sources : la Dépêche du Midi et le Tarn Libre - Lire les articles en ligne ici et .

Illustration ci-dessous : Claire Fita, conseillère municipale et régionale.

Vous aussi, osez la création d'entreprises
mardi 16 oct. 2018
Evènement

Vous êtes intéressé par la création d’entreprises ? Vous vous posez des questions et souhaitez démêler le vrai du faux ? Vous souhaitez être conseillé, accompagné ? Participez à la 1/2 journée "Osez la création d’entreprises !" (mardi 16 octobre 2018 à Gaillac à partir de 14h à l’auditorium Dom Vayssette), vous devriez trouver réponses à vos questions, et pourquoi pas vous lancer dans votre projet !

Lire la suite



La Maison Commune Emploi Formation (MCEF) de l’Ouest du Tarn, l’agence de développement économique d’Occitanie Ad’Occ et leurs partenaires organisent une demi-journée d’information, intitulée "Osez la création d’entreprises !".

Cette manifestation se déroule le mardi 16 octobre 2018 à Gaillac à partir de 14h, à l’auditorium Dom Vayssette (1 rue Cavaillé Coll).

Programme et contacts

de 14h à 15h30 : participez à la table ronde "le vrai/faux de la création reprise d’entreprises". Vous trouvez les réponses à vos questions, vous pourrez échanger avec des créateurs d’entreprises qui vous feront partager leurs expériences.

de 15h30 à 16h15 : lors du "Café Rencontres", venez à la rencontre des partenaires qui accompagnent la création d'entreprises afin d’avoir un contact personnalisé.

Entrée gratuite mais inscription obligatoire, par téléphone au 05.63.81.17.97 ou par mail à l'adresse suivante : contact@mcefgaillac.com.

Les principaux partenaires présents le 16 octobre

Ad'Occ - Agence de Développement Economique, de l’Export et de l’Innovation de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée (Ad'Occ) - Orientation et information sur les dispositifs régionaux dédiés à la création, reprise et transmission d’entreprises : conseils, formation, aides au financement.

BGE Tarn - BGE Tarn aide les entrepreneurs à réussir en accompagnant les créateurs / repreneurs d’entreprises pour construire et financer leur projet, se former, tester leur activité en couveuse... Après la création, BGE appuie les dirigeants dans le démarrage et le développement de leur activité.

CCI Tarn - La CCI du Tarn informe, conseille et accompagne les créateurs, les cédants et les repreneurs d’entreprises dans les différentes étapes du processus de création, cession ou de reprise : élaboration d’un plan d’action, aide à la réalisation d’un prévisionnel, réglementation, aide à la réalisation d’une étude de marché, appui au diagnostic de l’entreprise à reprendre ou à transmettre, mise en relation, diffusion d’une annonce, formations, orientation vers les partenaires.

CMA Tarn - De l'idée à la concrétisation du projet, la Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Tarn propose un accompagnement aux porteurs de projet qui repose sur un accompagnement à la création d'entreprise, un accompagnement des futurs repreneurs, une formation des créateurs et des repreneurs. Elle propose en outre un accompagnement complet des cédants dans leur processus de cession.

Granilia Pépinière hôtel d'entreprises de Gaillac Graulhet Agglomération - Granilia accueille les porteurs de projet et les entreprises sur 2 sites : Graulhet et Gaillac. La Pépinière met à leur disposition des locaux (bureaux privatifs, bureaux partagés /espace coworking et ateliers), des services mutualisés et les intègre au sein d'un réseau local d’entreprises. Surtout, Granilia propose gratuitement un accompagnement personnalisé de la jeune entreprise dans son projet de création et son primo développement.

Maison Commune Emploi Formation de l'Ouest du Tarn - La MCEF de l’Ouest du Tarn, c’est la présence en un même lieu des différents partenaires de l’emploi et de la formation : Pôle Emploi, Unité Territoriale de la Région Occitanie, Missions Jeunes, CIBC, Cap Emploi. C’est aussi l’accès à l’information au sein d'un centre de ressources dédié, avec notamment un Pôle Documentaire Création d’Entreprises et des postes informatiques à disposition.

Pôle emploi - Pôle emploi accompagne les demandeurs d’emploi de l’idée jusqu’à la création ou reprise d’entreprises, finance des actions d’accompagnement à la création d’entreprise et mobilise des aides financières pour les demandeurs d’emploi.

 

Illustration ci-dessous : l'affiche de la manifestation "Osez la création d'entreprises".

Plus de 2.500 spectateurs pour le meeting aérien de Graulhet
lundi 15 oct. 2018
Attractivité du territoire

Une organisation parfaite et des bénévoles jamais débordés ont permis la réussite de ce premier meeting aérien, présenté par l'association Replic'Air sur l'aérodrome de Graulhet. En début d‘après-midi, samedi 13 octobre 2018, le parking du forum rapidement plein, les 2.500 spectateurs ont garé parfois loin leur véhicule... Mais ils n'ont pas regretté leur marche forcée.

Lire la suite



Il y avait les stars, le Corsair, le Breguet 14, le T6 de l'US Navy, ou encore le planeur dessinant des arabesques colorées rapidement effacées par le Vent d'Autan, ou encore le Morane 406, seul avion de ce type à voler encore.

Et les autres, une vingtaine d'aéronefs exposés au public le matin, en évolution l'après-midi dans le ciel bleu-gris. Et puis il y avait tous ces passionnés de l'association, venus humer le grand air. Des pilotes de ligne, d'essai, des mécaniciens, des ingénieurs, et des retraités, la plupart Toulousains.

Tels le dynamique Michel Janssen, un ancien ingénieur de chez Dassault, concepteur de systèmes des Mirages. En quittant la vie active en 2000, il a décidé le lendemain de construire son propre avion. "J'ai acheté l'hélice, le moteur et une partie du kit. Après plus de 2.000 heures de travail et les homologations nécessaires, j'ai pu voler sur mon Mcr 01. J'ai 900 heures de vol et 80 ans en janvier prochain".

Ils sont comme ça les 75 membres de l'association Replic'Air et ils sont ravis d'avoir installé leurs activités en bordure de l'aérodrome de Graulhet, au sein du parc d'activités communautaires de l'Aéropôle.

En fin de journée, ils inauguraient le grand hangar qui abrite les avions du club et de particuliers ainsi que l'atelier de montage.

Dans son discours inaugural, en présence de Claude Fita et Florence Belou, le président de Replic'Air, Jérémy Caussade, en remerciant la mairie, la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet et maintenant les Graulhétois pour leur accueil, a confirmé la fin de l'installation de Replic'Air sur le site. "Cette journée était destinée à faire connaître nos activités. Nous n'avons pas d'autre ambition que d'honorer le patrimoine aéronautique. Nous aurons d'autres occasions de manifestations publiques", a-t-il assuré.

À commencer par la sortie du Dewoitine D 551 qui sera assemblé sur place l'an prochain par les passionnés de vieilles ailes, et qui devrait voler début 2020.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Graulhet n'avait pas connu de meeting aérien depuis près de 50 ans.

Une "boutique-école" en cœur de ville à Graulhet : une innovation Gaillac | Graulhet Agglo
samedi 13 oct. 2018
Accompagnement des entreprises

D'ici fin octobre 2018, le magasin situé à l'angle de la place Jean-Moulin et de la rue Jean-Jaurès va accueillir, pour quelques semaines, une boutique éphémère. Cette "boutique-école" aura pour but d'accompagner des personnes portant un projet de création d'entreprise.

Lire la suite



Financé par la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, du travail et de l'emploi), la "boutique-école" est un dispositif d'accompagnement au projet professionnel qui s'adresse à un public connaissant des freins dans la création de leur entreprise commerciale.

Identifiés par les partenaires de la politique de la ville pilotée par l'Agglomération Gaillac | Graulhet – tels que le Pôle Emploi, la Mission locale, le Centre communal d'action sociale, Cap Emploi ou le Conseil départemental – les six candidats bénéficieront d'un suivi personnalisé.

Un roulement du mardi au samedi

C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles cette ancienne boutique d'optique a été choisie. En cœur de ville, elle permettra aussi, outre l'accueil des clients, l'organisation de rencontres et de formations relatives à tout ce qui est indispensable pour la bonne tenue d'un commerce, de la gestion des stocks à l'accueil des clients en passant par la comptabilité.

Cet accompagnement sera réalisé par l'Adefpat, une association qui accompagne des porteurs de projet de création d'activités via la méthode de la formation développement. Enfin, l'espace confortable de la boutique ciblée permettra aux six commerçants d'effectuer un roulement du mardi au samedi, afin de proposer une plus grande amplitude horaire.

Ce projet est ouvert à tous types d'activités commerciales, hors produits alimentaires. Pour l'heure, ce sont essentiellement des projets liés à la couture, créations ou retouches, qui ont été proposés.

L'agglomération prendra en charge la location du lieu jusqu'à la fin de l'année. Il sera ensuite possible aux personnes de poursuivre, à la lumière de cette expérience concrète, leur projet de création de commerce.

Dans ce cas, elles pourront bénéficier des avantages offerts dans le cadre du PACTe, le Plan d'Actions Commerce Territorial proposé par Gaillac | Graulhet Agglomération à tous les porteurs de projets de commerces en cœur de ville.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la boutique sera située à l'angle de la place Jean-Moulin et de la rue Jean-Jaurès.

Opération Cuir dans la peau : les pros du cuir ouvrent leurs portes
jeudi 11 oct. 2018
Attractivité du territoire

A l'occasion de l'opération "Cuir dans la peau" qui se déroule sur deux journées exceptionnelles sur le bassin graulhétois, la Maison des métiers du cuir (MMC) et certaines entreprises de la filière cuir ouvriront leurs portes le mercredi 24 et le jeudi 25 octobre 2018.

Lire la suite



"L'an dernier on a eu un beau succès avec de très belles remontées. Le but de l'opération est de montrer au grand public le savoir-faire de la profession des Graulhétois, comment se fabrique le cuir de l'intérieur", se félicite Claude Fita, maire de la ville, qui compte aujourd'hui 80 entreprises dans cette filière qui emploie 650 personnes.

Comme l'an dernier, les réservations seront indispensables pour visiter les entreprises.

Elles seront cette année plus nombreuses. "Ce programme complet permet de comprendre ce qui se passe sur Graulhet. Cela permettra de se rendre compte que toute la filière est présente, découvrir le traitement des eaux usées, le travail sur la couleur, la création des emporte-pièces. On aura aussi d'anciennes mégisseries reconverties", explique Marie-Zoé Cau, de l'Office de tourisme Bastides et Vignoble du Gaillac.

Lors de la première édition de l'opération en octobre 2017, 815 personnes avaient pu être accueillies dans les entreprises et de nombreux refus avaient été essuyés faute de place. Avec l'augmentation des entreprises ouvrant leurs portes, 1.400 places sont disponibles et proposées cette année.

L'opération a été couronnée de succès l'an dernier non seulement par le nombre de visiteurs (et les ventes effectuées dans les boutiques éphémères) mais aussi par la qualité des personnes reçues, qui va bien au-delà des demandeurs d'emploi et des personnes avides de connaissances.

"Des professionnels ont aussi fait les visites et se sont déplacés pour faire affaire avec les entreprises graulhétoises, dont de grandes marques qui fabriquent des fauteuils dans l'aviation ou l'automobile. Cela présente aussi un intérêt sur le long term", confie Claude Fita.

L'opération se déroulant en semaine lorsque les entreprises sont en activité, des visites tardives ont été prévues après 18 heures pour permettre à toutes et tous de prendre part à ces portes ouvertes.

"Cuir dans la peau" est une opération partenariale, organisée par Gaillac | Graulhet Agglomération, en lien avec la Maison des Métiers du Cuir et des entreprises de la filière cuir de Graulhet, dont la plupart sont regroupées au sein de l'association Graulhet le cuir.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : élus et professionnels du tourisme et du cuir réunis pour l'édition 2018 de l'opération "Le cuir dans la peau".

Le mythique Dewoitine D551 bientôt assemblé à Graulhet
mercredi 10 oct. 2018
Attractivité du territoire

L’association Réplic'Air a pour objectif de faire revivre l’esprit des pionniers de l’aviation, de reconstruire et faire voler des avions d’exception et de promouvoir l’aéronautique. Installée depuis deux ans sur la zone d'activités de l'Aéropôle à Graulhet, elle va organiser le samedi 13 octobre 2018 et pour la première fois son propre meeting aérien.

Lire la suite



Une organisation qui va permettre aux 80 adhérents de présenter leurs activités et d’inaugurer officiellement le nouveau hangar de 1.440 m², qui abrite depuis quelques jours les quatre avions de l’association et d’autres appartenant à des particuliers.

Le club a fait le choix d’une toiture en photovoltaïque pour amortir le coût du financement.

Le Dewoitine D551 assemblé sur place volera à Graulhet fin 2019

Ce bâtiment servira d’atelier de montage pour un mythique Dewoitine D551, qui sera entièrement assemblé à Graulhet par les adhérents de l'association Réplic'Air et certains partenaires. Il devrait voler fin 2019.

Une première qui mobilise les passionnés de Replic Air, comme Thierry Bosc. "Une grande partie de nos adhérents sont ingénieurs, concepteurs, mécaniciens ou pilotes d’essais dans leur vie professionnelle. Ce projet est en cela fédérateur". 

Le meeting du samedi 13 octobre sera scindé en deux parties. "Le matin, le public pourra voir les avions de près, au sol, dont la plupart sont des modèles de la Deuxième Guerre mondiale. Parmi eux, un Corsair venu spécialement de la région parisienne ou un Morane Saulnier arrivant de Suisse".

Le 13 octobre, des pilotes seront aussi présents pour répondre à la curiosité des visiteurs. "L’après-midi, les aéronefs seront en évolution. Dans le ciel, le public pourra assister à des patrouilles aériennes, des voltiges et des enchaînements commentés".

Au micro, c’est un écrivain aéronautique, pilote de ligne, résidant à Graulhet, Ian Tutaj, qui fera le commentaire avec des anecdotes sur l’histoire de l’aviation. "Nous avons été très bien accueillis ici par la mairie autant que la Communauté d’agglomération. Nous voulons rendre cette sympathie, par meeting aérien interposé, au public", conclut Thierry Bosch.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Thierry Bosch et Sébastien Henry autour du moteur Hispano-Suiza du Dewoitine D551 qui sera entièrement assemblé à Graulhet.

Sur le bassin graulhétois, Pôle Emploi se rapproche de la maroquinerie
mardi 9 oct. 2018
Accompagnement des entreprises

Chaque agence Pôle Emploi mobilisée organise toutes les semaines un événement ciblé sur un métier ou un secteur en tension. Objectif : rassembler des entreprises du bassin d'emploi local confrontées à des difficultés de recrutement ainsi que des demandeurs d'emploi identifiés pour occuper potentiellement ces postes.

Lire la suite



Une opération dénommée #VersUnMétier a été lancée par Pôle Emploi dès le mois de septembre 218, et elle est programmée jusqu'à la fin de l'année, comme les 7.000 actions déjà programmées sur 818 agences Pôle Emploi de France.

Chaque agence Pôle Emploi organise toutes les semaines un évènement ciblé sur un métier ou un secteur en tension avec l'objectif de rassembler des entreprises du bassin d'emploi local confrontées à des difficultés de recrutement ainsi que des demandeurs d'emploi identifiés pour occuper potentiellement ces postes.

En lien avec le bassin de l'emploi local

"Sur notre bassin d'emploi Graulhet-Gaillac, les secteurs identifiés en tension sont notamment les secteurs de l'aide et du soin à la personne, les métiers de bouche comme boulanger, la maçonnerie, les métiers d'usinage et soudure, la menuiserie et la mécanique, avec une particularité sur Graulhet avec le secteur cuir", explique Cathy Cabrit, directrice de l'agence locale.

"Déjà quatre actions ont été réalisées sur le mois de septembre 2018, dont un job dating intérim qui a permis à 55 demandeurs d'emploi de présenter leur candidature à six entreprises d'intérim du territoire qui proposaient un panel diversifié d'offres dans le secteur industrie et logistique. Le lundi 8 octobre 2018, à 9h30, en partenariat avec la MCEF Ouest du Tarn, nous organisons à la MJC de Graulhet un "zoom métiers" consacré aux métiers de l'aide à la personne. Pôle Emploi présentera le marché du travail du secteur et les métiers, des professionnels viendront apporter un éclairage d'expert sur ces métiers, des salariés du secteur seront présents pour parler de leur travail au quotidien, le Bureau territorial de la région Occitanie fera une focale sur les formations du secteur, l'Urssaf interviendra pour apporter des informations sur le CESU".

Le lendemain, mardi 09 octobre, ils pourront au Pôle Emploi de Graulhet se préparer aux entretiens type job dating qu'ils pourront avoir le vendredi 12 octobre, à partir de 9 h, avec les structures d'aides à domicile au sein du Pôle Emploi.

"Le 16 octobre, nous menons une action en direction de la maroquinerie ; chaque conseiller Pôle Emploi va parrainer un demandeur d'emploi intéressé pour travailler dans ce secteur et le demandeur d'emploi aura la possibilité d'être reçu par trois chefs d'entreprise de maroquinerie qui ont accepté de jouer le jeu des portes ouvertes aux recrutements. Aujourd'hui, la maroquinerie offre des opportunités pour toutes personnes qui posséderaient des compétences transférables ou des habiletés adaptées", conclut-elle.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Pôle emploi veut que le hashtag #VersUnMétier soit plus qu'un slogan.

Pôle emploi Occitanie programme plus d’un millier d’actions !
lundi 8 oct. 2018
Accompagnement des entreprises

D’ici à la fin de l’année 2018, les opérations visant à rapprocher les demandeurs d’emploi des recruteurs vont se multiplier en Occitanie. Près de 1.500 sont ainsi programmées, un nombre à la hauteur du défi que doivent relever services publics et collectivités.

Lire la suite



Troisième région la plus créatrice d’emplois, l’Occitanie figure également parmi les trois territoires qui enregistrent les plus forts taux de chômage. Un "casse tête" pour les services publics et les collectivités, qui tentent par tous les moyens de rapprocher les demandeurs d’emploi du marché du travail. Et ce, alors même que les employeurs témoignent de difficultés croissantes de recrutement.

"Pour que le chômage baisse de façon significative en Occitanie, nous devrions créer 15.000 emplois supplémentaires, soit plus de 36.000 par an. Or nous n’y parviendrons qu’en apportant des réponses multiples, les freins étant très différents selon les secteurs d’activités, les métiers, les territoires ou les demandeurs d’emploi", rappelait récemment Pascal Mailhos, préfet de la région, lors du lancement de Oc Jobs.

Organisée par Pôle emploi Occitanie pour la 2ème année consécutive, cette manifestation proposera tout au long du mois d’octobre 2018 plus de 700 jobs dating, ateliers, rencontres… dans les 77 agences de la région. "Des actions thématiques ou multi-sectorielles, élaborées par les conseilleurs en fonction des besoins spécifiques de chaque territoire et en concertation avec les entreprises", précise son directeur.

Serge Lemaître ajoute qu’environ 70% d’entre elles seront accessibles sur invitation, par des personnes préalablement informées et préparées. Les autres seront ouvertes à tous les candidats, les évènements étant relayés sur le site de l’opérateur. Une mobilisation deux fois plus importante qu’en 2017, Oc Jobs ayant alors était programmée sur deux semaines. Une mobilisation qui se prolongera également bien au-delà… jusqu’à la fin de l’année 2018.

#VersUnMétier… en tension

Comme sur l’ensemble du territoire, Pôle emploi Occitanie décline aussi l’opération #VersUnMétier.

Elle tend également à répondre aux difficultés de recrutement des entreprises, mais plus particulièrement sur les métiers et secteurs en tension. "15.000 recrutements ont été abandonnés l’année dernière dans la région faute de candidats, un phénomène qui s’accentue", regrette Serge Lemaître.

Environ 700 actions supplémentaires seront donc proposées dans ce cadre, par les agences d’ici décembre 2018. Elles aussi là encore ciblées en fonction du contexte local, mais deux sur trois seront cependant concentrées sur les dix secteurs d’activité traditionnellement considérés en tension en Occitanie : l’industrie, la construction, l’hôtellerie restauration, les services à la personne, le numérique…

Favoriser la rencontre et l’échange, informer des opportunités, lutter contre les idées reçues… sont donc les ambitions de cette importante vague d’évènements à venir. Elle s’inscrit par ailleurs dans le Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) lancé par le gouvernement, qui prévoit de consacrer 15 milliards d’euros à la formation d’ici à 2022.

"En 2018, cela s’est traduit par 13.000 entrées en formation supplémentaires en Occitanie, et pour les quatre ans à venir, un pacte régional sera prochainement conclu avec la Région afin d’investir 568 millions d’euros dans la formation des demandeurs d’emploi peu qualités, ou dont les compétences sont aujourd’hui menacées d’obsolescence", a affirmé le préfet de la région.

 

Source : Toulemploi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la restauration demeure le secteur le plus concerné par les tensions en matière de recrutement en Occitanie.

L’Adie fête ses trente ans !
mardi 2 oct. 2018
Info région

L’Adie (Association pour le droit à l'initiative économique) fête ses trente ans ! Et organise début octobre 2018 de nombreux rendez-vous en Occitanie. L’occasion de faire connaître ses offres et de recruter de nouveaux bénévoles.

Lire la suite



Quatorze antennes. 1.400 personnes accompagnées en 2017, environ 800 sur le premier semestre 2018. Près de 600 entreprises créées, 350 développées et quelques 450 financements de mobilité pour l’emploi. Une petite centaine de bénévoles...

... Des chiffres qui illustrent l’importance de la présence de l’Adie, organisme de micro-crédit, en Occitanie, l’association œuvrant à destination des personnes éloignées du marché du travail et du système bancaire. Une association qui fête en 2018 ses trente ans.

Trente ans d’accompagnement à la création d’entreprise, à la mobilité et au développement de l’employabilité des salariés, grâce à son système innovant de microcrédits.

Une offre qui évolue au gré des besoins. Ce sera par exemple bientôt le cas du dispositif CréaJeunes, programme d’accompagnement gratuit à la création d’entreprise pour les 18/32 ans. "Nous avons développé des pédagogies alternatives aux démarches classiques telle l’étude de marché, plus axée terrain. Les bénéficiaires valideront aussi des compétences entrepreneuriales désormais, ce qui leur permettra, si leur projet relève de l’artisanat, d’être exonérés du stage d’installation", indique Séverine Ragu, responsable du programme à Toulouse.

De nombreux rendez-vous en Occitanie

Une évolution également portée par la multiplication des partenariats de l’Adie, à l’instar de l’espace d’accueil instauré avec le bailleur social Promologis, à Muret, ou des actions qui seront mises en place avec la Métropole de Montpellier. "Nous avons été retenus dans le cadre de l’appel du Projet pour le développement de l’emploi métropolitain (Podem)", informe Christophe Nicaud, président de l’association en Occitanie. Autant de collaborations qui seront mises en lumière début octobre, lors des "Rendez-vous de l’Adie".

Organisées du 08 au 12 octobre 2018, plusieurs manifestations sont en effet programmées sur l’ensemble du territoire afin de promouvoir son offre, tant en matière d’accompagnement que de microcrédit. Ateliers, rencontres, réunions d’information… l’Adie souhaite aller ainsi au devant de ceux qui ont besoin de soutien, mais aussi des bénévoles, essentiels à son fonctionnement.

"Nous cherchons des personnes qui ont une bonne connaissance du monde de l’entreprise, envie de transmettre et de contribuer à la réussite des personnes que nous accompagnons. Et disponibles au moins deux heures par semaine", conclut Christophe Nicaud.

 

Source : Toulemploi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Gabriel Gomez Mendez (à gauche), restaurateur ambulant de tacos, avec le Premier ministre, Edouard Philippe lors de sa visite à Toulouse, en juin 2018, et le Maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

La serrurerie Durand a 100 ans : les clefs de la longévité
lundi 1 oct. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Quinze jours après les 100 ans de la société Weishardt, le forum de Graulhet fêtait vendredi 28 septembre 2018 l'anniversaire d'une autre entreprise graulhétoise qui a traversé un siècle : Jean Durand serrurerie-ferronnerie-menuiseries.

Lire la suite



Clients, fournisseurs, amis, et personnalités étaient conviées à une soirée haute en couleurs qui a débuté par le discours du dernier des Durand, Cyril, à la tête aujourd'hui de la douzaine d'employés de la société Jean Durand.

Un court mais intense cours d'histoire familiale, qui débute en 1918, avec l'installation de Honoré Durand, venu de Cordes, dans la rue des Peseignes, et dans son atelier de serrurerie-ferronnerie. "Avec son savoir-faire, sa volonté de fer et son moral d'acier". En 1936, il remit solennellement, à ses fils Léo et Alcide, les clefs de son affaire. "Léo s'était forgé un caractère aussi souple et trempé que le fer qu'il façonnait, c'est dire !". Et c'est en 1975 que Jean reprit la suite, donnant un nouvel élan à l'entreprise en créant un atelier de fabrication de menuiseries aluminium, tout en gardant la partie traditionnelle.

Tradition et innovation

Avec une équipe dans laquelle Cesar Zumerle et José Aldosa se faisaient une belle réputation sur les chantiers tarnais, Jean, qui pouvait compter sur son épouse Michèle pour la partie comptabilité, créa en 1984 un nouvel atelier de PVC, dirigé par Christophe Escudié, toujours dans l'entreprise.

En 2000, au terme de brillantes études d'économie à Egletons, Cyril entra à son tour dans la saga familiale. "Etant tombé dans la marmite tout petit déjà avec des étés passés à mettre des joints aux fenêtres toute la journée".

Il a été assisté jusqu'en 2015 par ses parents. "La plus grande valeur d'une entreprise, c'est avant tout les personnes qui la composent" conclut-il avant de passer la parole à Guy Peyre, représentant la municipalité, qui a salué l'esprit de modernité insufflé par Jean Durand, avant de remettre au père et au fils la médaille d'Honneur de Graulhet.

Après la séquence cadeaux, les invités ont pu partager un sympathique buffet animé et musical, prolongé tard dans la nuit.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Cyril et Jean Durand ont salué la fidélité de la majorité de leurs employés.