Actualités

Agropoint, promoteur de l’achat local
vendredi 25 déc. 2020
Attractivité du territoire

Créée en 1994, l’association Agropoint fédère plus d’une centaine d’acteurs tarnais de l’agroalimentaire, petits producteurs, industriels, artisans et enseignes de la grande distribution. Sa marque phare, Saveurs du Tarn, destinée à promouvoir l’achat local, regroupe près de 1.500 produits.

Lire la suite



Qu’ont en commun la brasserie du Castel, les conserves du Garrissou, La Bonne énergie, la Vache occitane, Vinovalie et l’Intermarché de Carmaux ? À l’image d’une centaine d’agriculteurs et d’entreprises du Tarn et de vingt points de vente de la grande distribution, ces structures ont adhéré à l’association Agropoint et apposé sur leurs produits, fabriqués ou transformés dans leur territoire, la marque Saveurs du Tarn.

Créé en 1994 à l’initiative du Département du Tarn, de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat et de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn, le réseau a été pensé comme un outil pour fédérer les acteurs de l’agroalimentaire.

Sa première mission est de gérer la marque Saveurs du Tarn, qui regroupe quelque 1.500 produits et sert d’étendard aux filières bien connues du grand public comme l’ail rose de Lautrec, les vins de Gaillac ou les salaisons de Lacaune mais aussi à des structures plus confidentielles.

"Cette marque s’est vraiment développée en 2012, quand des distributeurs ont intégré l’association. Leur arrivée a permis d’améliorer les relations entre les agriculteurs producteurs et les enseignes et d’améliorer la mise en avant des produits locaux. Toutes les entreprises qui apposent cette marque ont une sortie de produit supérieure. Saveurs du Tarn apporte aussi de la sérénité au consommateur qui sait qu’en achetant local, il favorise les circuits courts et agit pour son territoire mais aussi pour l’écologie", explique Bénédicte Olivier-Pacorig, en charge de la communication chez Agropoint.

L’achat local progresse

Saveurs du TarnEn forte progression depuis environ quatre ans, la consommation de produits locaux dans le Tarn augmente chaque année de 20%, estime l’association. Elle fluctue selon les saisons, notamment sur les fruits (pommes, fraises), les produits de fêtes et les chocolats ou encore les bières, davantage consommées en été.

Comme partout ailleurs, l’année 2020, confinement oblige, aura été marquée par un engouement pour les achats directs chez les producteurs ou par drive fermier. Les professionnels, comités d’entreprises ou collectivités, ont aussi suivi cette tendance. "Nous avons vendu cette année quelque 6.000 coffrets cadeaux, composés à 100% de produits tarnais. C’est deux fois plus qu’en 2019", souligne Bénédicte Olivier-Pacorig.

Appui technique

Au-delà de l’animation de la marque et des événements de promotion – des boutiques éphémères seront installées en mars 2021 à Paris – l’association assure aussi des prestations de service pour ses adhérents.

Communication et marketing, formation en droit alimentaire et en hygiène, Agropoint intervient aussi dans l’accompagnement des collectivités pour des études de marché ou de l’appui technique à la rédaction de marchés publics pour la restauration scolaire.

Une diététicienne-nutritionniste du réseau, mandatée par le Département, veille également à l’équilibre alimentaire des repas servis en restauration collective, comme dans les collèges et les Ehpad, et les oriente vers des fournisseurs locaux pour favoriser les circuits courts.

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la marque Saveurs du Tarn regroupe aujourd’hui 1500 produits et une centaine de producteurs, artisans et industriels.

Alphacan fait valoir son savoir-faire sur le plaxage des profilés PVC depuis Gaillac
mercredi 23 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Alphacan vit toujours et travaille, dans le cadre du groupe Alpha Pro, le seul "gamiste" français à proposer une gamme complète de produits PVC, des portes et fenêtre aux serrures, volets, bardages, portails et clôtures, et jusqu'aux profilés à façon.

Lire la suite



Gaillac est le siège du groupe Alphacan qui compte quatre usines en France. Il a été racheté par Bruno Mousset (PDG) et Gilles de Valincourt (directeur administratif et financier) en novembre 2020. "Désormais, il n'est plus dans les mains d'un fonds d'investissement (Open Gate) mais de deux entrepreneurs actionnaires. Des personnes physiques qui sont là pour développer un plan industriel à long terme" indique Philippe Mestres, directeur du site de Gaillac (35 ans de présence à divers postes chez Alphacan).

Le site de Gaillac compte 38 salariés sur les 520 collaborateurs du groupe. Il est spécialisé dans le plaxage, qui consiste à coller un film décor sur les profilés pour leur donner un aspect bois, ou des couleurs design, selon les attentes des clients, qui vont de l'artisan menuisier aux plus gros commanditaires. Le choix est vaste, avec 32 films différents.

Sur les quatre ligne de finition, l'expérience de l'équipe est déterminante. "Le plaxage est un métier savoir-faire, avec beaucoup de réglages manuels, pour que le produit final ne comporte ni pli, ni bulle. On travaille sans cesse sur le changement des références, la coordination, les mises au point".

En novembre 2020, le site de Gaillac a battu un triple record de productivité en km, tonne et en taux de rebus (moins de 2%). "C'est le segment d'Alpha Pro qui progresse le plus, avec des ventes en hausse de 13%".

Le groupe mise sur un atout de poids : il est un acteur français sur un marché sensible aux normes nationales (qualité, sécurité, environnement) et capitalise sur sa marque "Profils de France". Alpha Pro est son propre fournisseur de matière première, propose des finitions à la carte (laquage, printing) ou adaptées aux styles régionaux. Ce "made in France", avec sa sécurité logistique de responsabilité et de livraison, marque des points ici et même ailleurs.

Le leader français exporte en Italie, Espagne, Balkans, Singapour et l'Indonésie.

Philippe Mestres : "Le PVC est un produit recyclable quasiment à l'infini

AlphacanAlphacan s'inscrit dans le groupe Alpha Pro qui regroupe Profialis, crée en 1952, et Alphacan (1962).

Le groupe se définit comme un "spécialiste de l'ouvrant à la française", mais ses produits s'étendent au-delà des portes et fenêtres. 74% de son activité porte sur les menuiseries, 12% sur les fermetures, 6% sur les bardages (de mobil home, habillage des façades, finition des toitures), 1% sur les portails et clôtures et 7% sur les profilés à façon (en sous-traitance pour l'industrie, comme les chauffe-eau, vérandas, piscines, etc.).

Philippe Mestres, directeur du site de Gaillac, où se trouve le centre de recherche, indique que le PVC est recyclable "quasiment à l'infini" et que la fabrication utilise désormais des stabilisants non toxiques.

"Une porte en PVC comporte moins de produits toxiques qu'une porte en bois traitée chimiquement".

Les métaux lourds, comme le plomb ou le cadmium, ont été bannis. Sur le site de Gaillac, la recherche porte également sur le bien-être au travail, la réduction du bruit sur les lignes de plaxage et des tâches manuelles dans le transport des profilés.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessus : le réglage des lignes est déterminant, pour que l’application du film ne comporte ni plis ni bulles.

Illustration ci-dessous : le plaxage, où l’on colle un film décor sur le profilé PVC, est une technique très fine qui exige des mises au point fréquentes et une expérience à chaque poste de travail.

"Nulle Part Ailleurs", à Gaillac, pour découvrir les artisans locaux
mardi 22 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Nulle Part Ailleurs, rue Portal au coeur du centre vilel de Gaillac, est une des bonnes adresses pour les cadeaux de fin d’année : des pièces uniques, œuvres d’artistes ou artisans d’art de la région, des prix accessibles, et une originalité dans la diversité.

Lire la suite



Nulle Part Ailleurs met aussi en exergue un "coin écoresponsable", qui donne ses premiers résultats commerciaux : sacs en jeans recyclables, lingettes et carrés démaquillants lavables, emballages alimentaires réutilisables.

L’association, créée le 1er mai 2017, a été référencée en juillet 2019 par la Chambre Régionale des Métiers pour être inscrite sur la "Route des Métiers d’Art d’Occitanie".

Dix-huit artisans d’art exposés

Elle est toujours gérée et tenue en alternance par les cinq fondateurs, Roland (tourneur sur bois), Florence et Iza (bijoutières), Virginie (céramiste) et Paki (couturière). Dix-huit artisans d’art y sont exposés, la liste changeant tous les six mois.

Le partage des charges locatives a fait de "Nulle Part Ailleurs" un modèle économique viable.

On peut opter pour les éléments floraux de Laure (Grandeur Nature), poésie suspendue avec des pensées, anémones, géraniums inclus sous verre serti à l’étain. Ou bien les bibis gracieux et les mitaines de la chapelière Ada Zor.

Virginie Delepierre (céramiste) présente des bols aux tons bis encrés de bleus diaphanes, et des boîtes rondes, petites citrouilles d’un noir mat où ruisselle un rouge brillant. Le troupeau de moutons de Claudine Raku (céramiste) affiche une bouille débonnaire. Élégantes et relax, ses longues silhouettes féminines où le mat des membres contraste avec la brillance des robes chatoyantes.

"Les pots d’Anne" (céramiste) déclinent une gamme de verts d’eau, légers comme une aquarelle, nervurés, pareils à la peau de la terre. Gaby Sauvage crée dans la terre des "trognes" expressives, boudeuses, grincheuses ou ahuries : une galerie de portraits affectueux et insolents.

On peut trouver à Nulle Part Ailleurs les dessous de verres d’Arty, semblables à des vitraux, la gamme Raconte-moi un savon, de Julie, cosmétiques naturels en petits bocaux, des mini-tableaux à expédier en cartes postales et, pour la première fois, la boutique accueille une peintre, Nataelle Sissoko. 

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la vitrine de Nulle part Ailleurs est déjà une création en soi : l’intérieur recèle le talent de dix-huit artistes et artisans d’art qui proposent des pièces uniques. Une mine d’idées cadeaux pour les fêtes.

Gaillac met en vente 1.000 bons d’achat supplémentaires
mercredi 16 déc. 2020
Du nouveau à Gaillac

Devant le succès de l’opération "Bons d’achat gaillacois", la ville a décidé d’abonder son aide directe au commerce : 1.000 bons supplémentaires seront mis en vente, notamment vendredi 18 décembre 2020.

Lire la suite



L’idée était de concilier une aide directe aux commerces locaux avec un coup de pouce au pouvoir d’achat des Gaillacois.

L’opération "Bons d’achat gaillacois" a été lancée par la municipalité dès l’annonce de la réouverture de tous les commerces.

"Il fallait trouver un moyen d’aider concrètement les commerces très impactés par la crise et de diriger les consommateurs vers les commerces de centre-ville pour leurs achats de fin d’année. Avec ces bons d’achat, nous espérons limiter les achats en ligne et établir un nouveau lien entre les Gaillacois et leurs commerçants", souligne la maire Martine Souquet.

Le principe est simple : les Gaillacois achètent un bon d’achat de 10€ et la ville remet un bon de 20€, valable chez les commerçants participants, et prend en charge la différence.

La municipalité a ainsi mis en vente 1.000 bons d’achat (pour un budget de 10.000€.) dès le 5 décembre 2020. "Devant les témoignages reçus de la part des Gaillacois mais aussi des commerçants, nous avons programmé une nouvelle vente ce vendredi 18 décembre."

Vente à l’espace culture

Mille bons supplémentaires sont donc mis en vente à l’espace culture, situé 80, place Hautpoul, ce vendredi 18 décembre 2020 de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30.

80 commerçants sont inscrits à ce jour à l’opération, toutes activités confondues, y compris la Maison des vins.

La participation est réservée aux commerces gaillacois de moins de 10 salariés.

Les bons d’achat, valables jusqu’au 31 mars 2021, sont réservés aux habitants majeurs de Gaillac (sur présentation d’un justificatif de domicile), avec trois bons maximum par foyer. Les foyers ayant déjà acheté trois bons sur la vente précédente ne peuvent profiter de la deuxième offre.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l’objectif de la municipalité : donner un coup de pouce aux petits commerces impactés par les deux confinements et soutenir le pouvoir d’achat des habitants de la commune.

Graulhet : les interdits coupent aussi l’appétit des restaurateurs
mercredi 16 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Comme leurs semblables de toute la France, les restaurateurs graulhétois souffrent de la situation et des interdits liés à l’épidémie, qui les oblige de s’adapter. C’est ainsi que la plupart a mis en place une alternative de drive ou de livraison à domicile.

Lire la suite



Sébastien Arruffat, du restaurant Côté place à Graulhet, a opté pour la première solution. "Je fais de l’emporter avec un menu du jour, le midi et le soir. Mais ce système n’assure que 30% de mon chiffre d’affaires d’avant la Covid. J’ai pu bénéficier d’aides de l’Etat lors du premier confinement. Elles m’ont permis juste de couvrir les frais."

Une baisse significative que confirme Gisèle Prosodio, du restaurant Chez Gisèle de spécialités portugaises ouvert en juin 2020, place du Jourdain : "Je fais parfois deux repas par jour, des fois zéro !" D’autres ont opté pour le stand de marché, comme Le Flamboyant, lui aussi ouvert récemment.

Trouver la bonne formule

La majorité a déjà, via les réseaux sociaux, établi une carte de repas de Noël et du premier de l’An à emporter.

Quelques-uns, comme le Saint-Pierre ou L’Aviation, en ont profité pour revisiter des classiques de la cuisine française, revus ou adaptés aux circonstances et aux exigences de nouveaux types de clients.

Pour Swan Naudy, de la Coloc, l’heure est à la recherche de la bonne formule : "Nous, nous avons mis du temps à la trouver. En période normale, nous faisions 30 couverts en moyenne tous les midis, en semaine et les soirs, et les week-ends entre 15 et 20 couverts. Lorsque nous avons mis en place les livraisons le soir et le week-end, nous faisions 5 ou 6 couverts les bons services. Nous avons donc décidé d’ouvrir uniquement les midis en semaine. Maintenant, nous assurons 30 couverts en moyenne par service, notamment grâce aux entreprises qui commandent en nombre et souhaitent être livrées sur leur lieu de travail. Nous avons réussi à trouver un rythme quasiment équivalent à une période normale. Mais il a fallu démarcher quelques entreprises par mail et mettre un service de livraison en place." Cependant, le compte n’y est pas : "Il faut retenir que le panier moyen est beaucoup plus bas, 13€ contre 18€ en période normale, et qu’il n’y a aucune boisson qui rentre dans l’addition."

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : des salles de restaurant désespérément vides. Ici, à Côté place.

A Lisle-sur-Tarn, le Musée du Chocolat accueille "La Xocoalt", bière au cacao
lundi 14 déc. 2020
Attractivité du territoire

Le Musée Art du Chocolat de Lisle-sur-Tarn ne manque jamais d’idées en termes de nouveautés et d’idées cadeaux pour cette période de Noël. La preuve...

Lire la suite



Hervé Frézal, aux destinées de cette antre chocolatée depuis 2017, vient de sortir une bière au chocolat, baptisée "La Xocoalt".

Ce nom est celui d’une boisson amère et épicée avec de la vanille, du piment et du cacao créée par les Astèques. Elle est considérée comme un breuvage divin car associé à Xochiquetzal, la déesse de la fertilité.

La Xocoalt a été faite en collaboration avec la Brasserie de la Seillone de Verfeil (31), qui en a assuré le brassage et la mise en bouteille.

Pour cette création de bière, c’est le grué (éclat de la fève de cacao torréfiée puis concassée) qui a infusé dans le brassin. Le cacao choisi provient du nord du Pérou (région de Piura), d’une coopérative équitable veillant à l’amélioration des conditions de vie des familles.

C’est une bière "bio". L’orge, l’avoine et le houblon sont issus aussi de l’agriculture biologique. Cette bière artisanale de type ambrée amène des notes acidulées agrumes et une douce amertume du cacao.

La Xocoalt est tout simplement une harmonie des ingrédients entre douceurs et volupté, comme un sentiment d’évasion, de liberté loin des tumultes et contraintes actuels.

Vous pouvez retrouver cette bière, en format 33 ou 75 cl, à la boutique du Musée Art du Chocolat sous les couverts lislois, aux heures d’ouvertures, du mardi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. 

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Hervé Frézal propose La Xocoalt en 33cl et 75cl.

Une "Seconde vie" s’offre à Mélanie Paulin... et aux Graulhétois
mardi 8 déc. 2020
Du nouveau à Graulhet

Après dix-huit ans dans le secrétariat, Mélanie Paulin vient d’ouvrir une friperie rue du Verdaussou à Graulhet et commence, à l’image des vêtements qu’elle propose, une "Seconde vie"

Lire la suite



Ce sont deux maladies graves successives qui ont conduit l’ancienne salariée à changer de cap. "Cela a d’abord duré un an et demi pour la maladie de Crohn. Lorsque je pensais enfin pouvoir retravailler, on m’a décelé un cancer. Chimiothérapie, rayons, opération… Quoiqu’il arrive au bout de trois ans, avec la sécurité sociale, on n’a plus rien", témoigne-t-elle.

Mais Mélanie se bat. Aussi a-t-elle cherché une activité professionnelle qu’elle pouvait mener compatible avec son état de santé et en étant assez indépendante pour, lorsqu’elle en a besoin, poursuivre ses traitements. La solution lui est apparue comme une évidence. "Je n’aime pas jeter, c’est un véritable gâchis à la fois écologique et économique. Cela peut resservir à quelqu’un avec un petit budget".

C’est au début de l’année 2020 que la réflexion sur ce projet a commencé. Graulhétoise, il était naturel qu’elle s’installe dans le centre-ville où de nombreuses boutiques sont en attente d’activités. La rue du Verdaussou semblait là aussi être une évidence à raison du tarif, mais aussi de l’emplacement. "Il y a du passage et c’est à deux pas du marché de la Place du Jourdain" souligne-t-elle.

Pour constituer son stock, elle a pu bénéficier de dons et de rachats de lots sur internet. "Ça fait six mois que je mets de côté chez moi, que je lave, étiquette et range par taille et par catégorie".

Au final, ce sont des centaines articles "ni abîmés, ni troués, ni tachés" qui ont pris place dans la friperie qui a ouvert ses portes début décembre 2020, du mardi au dimanche, jour de marché, moment clef de la semaine pour les commerces graulhétois situés dans le cœur de ville.

Des commerces de proximité "non essentiels"... qui ont retrouvé avec plaisir leurs clients.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Mélanie Paulin vient d’ouvrir "Seconde vie" en centre-ville de Graulhet.

La tombola de Noël arrive à Lisle-sur-Tarn avec ETC
lundi 7 déc. 2020
Evènement

L’association ETC (Economie/Tourisme/Commerce) en Pays Lislois lance une grande tombola de Noël avec les commerces de Lisle-sur-Tarn participants. Un rayon de soleil.

Lire la suite



Comme un rayon de soleil en plein hiver, cette tombola devrait ravir ceux qui ont pris l’habitude d’utiliser la proximité de ces commerces et ceux qui vont découvrir cette chance d’avoir des commerçants attentionnés avec qui l’on noue des contacts de fidélité.

À Lisle-sur-Tarn, les commerçants savent vous reconnaître et vous êtes loin d’être seulement un numéro tiré sur une file d’attente. Avec toujours cette envie de satisfaire et de faire plaisir à sa clientèle, les commerçants (une trentaine) offrent autant de bons d’achat à dépenser en local dans vos commerces de proximité.

Forcément, il y a une pensée forte pour tous ceux qui n’ont pas toujours pu ouvrir et la plupart ont souhaité participer à cette tombola, car ils savent que les clients n’oublient pas et savent être solidaires et reconnaissants envers les commerces locaux.

Cette tombola de Noël se déroule jusqu’au 20 décembre 2020, jour de tirage sur le marché dominical de Lisle sur Tarn et chaque achat réalisé dans les commerces participants donnera une chance au consommateur de gagner un lot.

Au cœur de la Bastide Lisloise, les commerces de proximité ont toujours rimé avec convivialité, et malgré un contexte tout à fait inédit, l’esprit de Noël est conservé.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la tombola de Noël de l’association ETC va ramener du soleil au cœur de la bastide Lisloise.

A Gaillac, L'Agaci veut faire "bouger" la ville et appelle à la rejoindre
dimanche 6 déc. 2020
Du nouveau à Gaillac

La nouvelle équipe de l’Agaci a fait feu de tout bois pour être réactive dès le déconfinement des commerces. Elle distribue depuis un flyer "Gaillac ça bouge" avec un mot d’ordre : "rejoignez-nous".

Lire la suite



Le "nous" représente le bureau de l'Agaci, l'association des commerçants de Gaillac, qui est en photo sur le document : les co-présidentes Annie Goral et Stéphanie Belaygue, le président délégué Christophe Sucret, les vice-présidents Guillaume Mermet et Dominique Ginestet, les trésoriers Florent Cassé et Valérie Larroque, les secrétaires Marlène Charbonneau et Clémence Chaume.

"Dynamiser Gaillac nous motive". Le propos général est accompagné des actions envisagées ou déjà en cours : un site internet avec "des images, des news, des actus, des promos", un laboratoire d’idées (des responsables de rues à l’écoute), un club d’entrepreneurs, des évènements (animations, salons, foires, marchés) et des échanges avec les élus locaux.

Onze rues ont d'ores et déjà été répertoriées avec, pour chacune, un ou deux responsables.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le flyer "Gaillac ça bouge" annonce les objectifs et présente le bureau de l’association.

De l’artisanat d’art écologique et solidaire à Rabastens
samedi 5 déc. 2020
Du nouveau sur l'Agglo

Le centre-ville de Rabastens, et particulièrement la Promenade, est en pleine effervescence : deux jours après l’ouverture en fanfare du salon de coiffure "By Sabrina", le quai des Escoussières accueille la Botiga del Amor.

Lire la suite



La Botiga del Amor est un espace fondé sur des valeurs sociales, écologiques et solidaires, géré par un collectif d’artistes et d’artisans.

Tous les 3 mois, 5 créateurs exposent leur production dans une forme de dialogue fusionnel de "l’amour, des matériaux et des techniques", de l’aiguille au marteau, en passant par le pinceau, les mains en maître mot.

Sculpture, sérigraphie, couture, métallurgie, céramique, bijouterie, bois, coutellerie, ce petit espace de grandes rencontres met en lumière l’essence de l’objet confectionné de façon manuelle et écologique.

La Botiga navigue aux confins de l’art et du design. Sont exposées des pièces d’art. Ce travail de maîtres n’est pas seulement lié à la transmission des savoir-faire ancestraux. C’est une facture traditionnelle qui s’applique avec un œil contemporain.

Vous pourrez regarder les œuvres de près, vous attacher aux détails de fabrication qui font la spécificité des métiers d’art. Il faut visiter par petites touches ce travail virtuose.

La Botiga - 11 quai des Escoussières. Ouvert du mercredi au samedi, de 10h à 19h.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : un collectif d’artistes et d’artisans "locos et solidaires" comme il se définit.