V’innopôle, l'innovation au service de la vigne et du vin

Lieu :
Peyrole

Dans cette rubrique "Zoom sur...", qui évolue, nous vous proposons désormais de retrouver régulièrement des focus sur "Ces entreprises qui font Tarn & Dadou". Cette rubrique est réalisée en partenariat avec Toul'éco Tarn. Aujourd'hui, le pôle Sud-Ouest de l'Institut Français de la Vigne et du Vin, implanté sur la commune de Peyrole.

Perché sur des coteaux nappés de vignes surplombant l'autoroute Toulouse-Albi, V’innopôle est l'un des principaux centres d’expérimentation de l’Institut Français de la Vigne et du Vin. Dans ces locaux, construits par la Communauté de Communes Tarn & Dadou, treize ingénieurs et techniciens planchent sur les grands enjeux scientifiques de la filière viticole. 35 à 40 programmes de recherche sont engagés ici chaque année.

Installé sur 15 hectares de vignes de la commune de Peyrole depuis dix ans, V’innopôle est "l’outil de travail" du pôle Sud-Ouest de l’Institut Français de la Vigne et du Vin, un institut de recherche sur la vigne et le vin au service de la filière régionale. Issu des instituts techniques agricoles initiés après guerre, ce centre technique industriel est sous tutelle des ministères de l’agriculture et des finances.

Dans les locaux de l’entité tarnaise, financés par Tarn & Dadou (le foncier appartient au Conseil général du Tarn), treize ingénieurs et techniciens planchent sur les grands enjeux scientifiques de la filière viticole. En plus d’un travail pour des enjeux nationaux, ils s’attellent aux problématiques plus locales au service de l’inter-profession des Vins du Sud-Ouest, des syndicats du terroir, entreprises de la région comme Vinovalie ou des fournisseurs de la filière. Tests grandeur nature à l’appui, du pied de vigne à la mise en bouteille, ces chercheurs étudient tous les aspects de la culture du raisin. De la création de variétés à la conservation de leur patrimoine génétique.

Eric SerranoAgro, techno, oeno, dans le même bateau

Ici, plus de 350 cépages différents sont cultivés. Cinq pieds de chaque sont gardés vivants, analysés au fur et à mesure en vinification avec les techniques les plus modernes pour en évaluer le potentiel. Agronomie du sol, techniques, matériels viticoles et œnologiques, limitation de l’usage de produits phytosanitaires, non content de traquer les ennemis Mildiou et Oïdium, l’équipe effectue un gros travail sur les arômes des vins du Sud-Ouest. Car, si ces derniers ne constituent que 5% du vignoble national planté, ils représentent 20% de la diversité génétique de l’hexagone. Sur 600 cépages identifiés français, 150 sont en effet originaires du Sud-Ouest. Des cépages méconnus du grand public, comme le negret punjut, mais qui peuvent intéresser les vignerons d’aujourd’hui ou de demain.

"Nous mettons l’innovation au service de la tradition de ces terroirs. L’objectif restant la rentabilité et la viabilité des exploitations viticoles du Sud-Ouest", explique Eric Serrano, directeur du pôle Sud-Ouest de l’IFV, qui gère un budget d’1,8 millions d’euros pour ce faire sur le site tarnais. Celui de l’IFV étant de 13 millions d’euros au global, dont environ 40% est financé par la taxe Casdar, payée par les exploitants agricoles.

Une parcelle agro-environnementale unique en France

Ainsi, entre autre, depuis 2010, l'IFV Sud-Ouest étudie l'intérêt technico-économique d'engrais verts en viticulture pour différentes productions du Sud-Ouest. Cette technique héritée des Grandes Cultures connaît un intérêt grandissant auprès des viticulteurs. Une parcelle de 4 ha a été aménagée pour étudier le transfert des pesticides dans les eaux de drainage, suivant le mode d’entretien du sol : désherbage, travail du sol, enherbement. Il s’agit d’une parcelle agro-environnementale unique en France : chaque bloc a été drainé isolément et les eaux de drainage sont acheminées séparément vers un équipement automatique qui mesure le débit, et prélève automatiquement des échantillons d’eau. Cette étude est réalisée par l’IFV Sud-Ouest en collaboration avec l’Université Champollion d’Albi.

Aujourd’hui, V’innopôle développe de 35 à 40 programmes de recherche qui génèrent 600 mini-vinifications d’essai, chaque année. Le plus grand nombre en France parmi les huit autres centres de l’hexagone. Le reste du raisin, collecté sur le site par le Domaine Expérimental Viticole Tarnais, part dans les cuves des caves de Rabastens pour sa commercialisation.

 

Article réalisé dans le cadre d'un partenariat Toul'éco Tarn / Tarn & Dadou - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le site du pôle Sud-Ouest de l’Institut Français de la Vigne et du Vin.



Site :


Typologie d'actualité
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet
Domaine
Entreprises
Date
lundi, 1 juillet 2013
+ d'actualités Voir agenda