Actualités

Deux ans d'existence pour le Locavor de Gaillac
vendredi 25 mai 2018
Information

C'est sur le lieu de distribution, devant la cave de Gaillac, que les producteurs et membres du Locavor de Gaillac se sont retrouvés jeudi 24 mai 2018, comme tous les jeudis, pour fêter les deux ans d'existence de ce concept national décliné à l'échelon local. Un système qui prône le "manger local".

Lire la suite



Créé en mai 2016 par Jennifer, une habitante de Sénouillac, le Locavore de Gaillac a trouvé son rythme de croisière.

"Nous avons maintenant 40 producteurs référencés et 950 membres pour une trentaine de commandes par semaine", se félicite la créatrice qui anime le site internet du Locavore de Gaillac, site qui permet de passer les commandes.

Jennifer a rencontré tous les producteurs qui doivent être dans un rayon de 50 km pour proposer leur produit à la vente. "Des producteurs bio ou en agriculture raisonnée qui sont tous dans une démarche éthique".

Isabelle en fait partie depuis les débuts. À Cestayrols, elle produit avec son mari de la viande : le veau de Puech Oré. "On vient une fois par mois. La vente fonctionne bien. C'est un complément aux colis que nous proposons par la vente à la ferme".

Même discours du côté de la productrice de légumes bio, Dorothée. Elle est installée à Lisle-sur-Tarn. "Je ne connaissais pas ce système avant que Jennifer ne vienne nous voir. C'est super. On vend aussi à la ferme et sur les marchés. Le Locavor nous permet de toucher une autre clientèle. Nous ne sommes que deux sur l'exploitation. Nous n'avions pas le temps de démarcher. Là, on centralise toute la clientèle par le biais du Locavor".

Entre deux discussions, on sert les membres. On discute des produits en goûtant les nouveautés.

Marjorie est une cliente venue de Sénouillac avec ses enfants. "e suis également membre d'une Amap. Le locavor est la poursuite d'une démarche pour se nourrir local. Auprès de producteurs que l'on connaît. Je trouve des produits dont je ne dispose pas avec l'Amap".

Marjorie apprécie aussi la souplesse qu'offre le Locavor avec le choix de commander quand on le désire.

Ici, la notion de filière courte prend tout son sens.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Marjorie prend sa commande du jour auprès de Jennifer.

Le financeur solidaire IéS fête ses vingt ans au service de l’innovation sociale et environnementale
jeudi 24 mai 2018
Evènement

L’expert de la finance solidaire régionale IéS a fêté ses ses vingt ans le jeudi 24 mai 2018 à Rabastens. À son actif : 2,3 millions d’euros collectés, 120 entreprises financées et 970 emplois créés. Nous reprenons ici une interview avec Eric Jourdain, Président d’IéS, parue dans Touléco Green.

Lire la suite



Touléco Green - Eric Jourdain, qu’est-ce qui caractérise le financeur solidaire IéS ?

Eric Jourdain - C’est l’engagement de citoyens du territoire sur une activité de financement de projets dans la Scic IéS. 1000 coopérateurs donnent actuellement les fonds nécessaires pour agir auprès de porteurs de projets. 90% des fonds collectés viennent de personnes physiques. Quelques personnes morales nous aident aussi comme le Sicoval, la Région Occitanie, Toulouse Métropole, Muretain agglo et quelques communes et entreprises comme le groupe EDF.

L’autre singularité est que la structure fonctionne avec une majorité de bénévoles actifs - 150 - même si il y a trois salariés.

Enfin, les fonds investis, la part minimale est de 76 euros, le sont en fonds propres. Au-delà du financement, les bénévoles accompagnent le projet pendant la durée du financement, en général sur 5 à 7 ans.

Touléco Green - Quel bilan dressez-vous sur ces 20 ans d’activité ?

Eric Jourdain - Nous avons investi un peu plus de 2,3 millions d’euros en fonds propres. 120 entreprises ont été financées et cela représentent 970 emplois créés.

En général nous accompagnons la création d’emploi en phase d’amorçage car les projets jeunes ont peu de capitaux propres. Ils cherchent à les compléter pour faire effet de levier auprès des banques. C’est ce type de phase qui est la plus importante.

Sur l’ensemble du territoire, certaines jeunes pousses en ont bénéficié avec succès comme Autonomia basé à Saint Orens, qui met au service des régies de transport et des particuliers des chauffeurs formés et des véhicules adaptés aux personnes à mobilité réduite. Ils ont démarré en 2013 avec quelques emplois et actuellement compte plus d’une centaine de collaborateurs.

Dans l’Aveyron, Ad Fine est un jeune bureau d’étude sur l’environnement de moins d’un an qui compte déjà cinq salariés.

Nous défendons les valeurs de l’Economie Sociale et Solidaire. Dans notre fonctionnement, nous ne distribuons pas de dividendes. Pour les entreprises qui marchent, cela permet des intérêts qui compensent les entreprises qui ne marchent pas, sachant que 70% des entreprises s’en sortent.

Touléco Green - Comment voyez-vous les 20 ans à venir ?

Eric Jourdain - Historiquement, nous avons démarré dans l’agglomération toulousaine et nous avons essaimé sur les Hautes-Pyrénées, le Tarn et Garonnne, le Tarn, l’Aveyron et Montpellier.

Notre axe est de compléter notre implantation sur la région Occitanie avec un élargissement de l’activité sur la zone montpelliéraine et les Pyrénées Orientales.

Sachant que nous développer, c’est financer des projets certes, et aussi intégrer des bénévoles actifs sur tout le territoire et les aider à se structurer en groupes locaux en lien avec les acteurs locaux et les bassins d’emploi.

Côté vision, je pense que l’épargne citoyenne est une tendance lourde. Les citoyens veulent de plus en plus savoir ce sur quoi ils investissent, le succès du crowdfunding le prouve. Nous leur offrons aussi la possibilité d’être bénévole actif. Enfin, notre défi est de construire des synergies pérennes avec tous les écosystèmes locaux sur le territoire de la région Occitanie.

 

Source : Touléco Green - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : quelques coopérateurs d'IéS lors de la soirée des 20 ans à Rabastens.

Vivez votre passion au centre équestre du Séquoïa à Montans
mercredi 23 mai 2018
Jeunes entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Le centre équestre - Poney Club le Séquoïa se situe sur la commune de Montans, entre Gaillac, Técou et Parisot, sur un terrain de 7 hectares comprenant entre autre un terrain boisé et un petit lac. Venez vivre votre passion équestre au Séquoïa !

Lire la suite



Tous les propriétaires de chevaux qui ont déjà été confrontés à la recherche d'une pension savent comment il est compliqué de trouver un hébergement pour son cheval correspondant à ses attentes. Ceci est en partie dû à la très grande diversité de l'offre.

Malheureusement, vous ne disposez pas d'une propriété bénéficiant d'une pâture d'un minimum de 5.000 m² par cheval, d'un box et/ou d'un abri pour héberger votre compagnon. Vous devez donc vous lancer à la recherche d'un endroit confortable ayant les structures spécialisées et sécurisées pour accueillir et veiller sur votre cheval quotidiennement.

La pension pour chevaux est la solution parfaite pour faire garder votre animal.

En quoi consiste la pension pour chevaux ?

 L'équidé est un animal fragile qui demande beaucoup d'attention. Il devra être hébergé dans un endroit clos et sécurisé. La pension pour chevaux est la structure idéale pour héberger, veiller et s'occuper quotidiennement de votre compagnon. Elle assure la garde de votre cheval.

Le centre équestre du Séquoïa est spécialisé dans l'hébergement et la pension pour chevaux.

Quels sont les différents modes d'hébergement ?

Plusieurs solutions d'hébergement vous sont proposées ; à vous de choisir celle qui conviendra le mieux au mode de vie de votre cheval.

Le box

Il peut être situé à l'intérieur ou à l'extérieur de l'écurie. A l'extérieur :

  • le cheval peut regarder dehors, il s'ennuie moins ;
  • le box est bien aéré ;
  • le cheval est mieux protégé des intempéries de l'hiver ;
  • selon la météo, il est sorti quotidiennement.

La taille du box : les box du centre équestre du Séquoïa sont assez larges pour accueillir un cheval aussi bien qu'un poney ; la surface est de 12 m² (taille réglementaire : minimum 9 m²), la hauteur est d'environ 3 m pour permettre une bonne ventilation.

Le sol du box : il est résistant et imperméable aux urines et à l'humidité ; pour une bonne adhérence et une bonne isolation, le box est recouvert de paille ou de sciure, ce qui permet au cheval d'avoir une bonne litière pour se reposer.

Les accessoires : le box est équipé d'une mangeoire, d'un panier ou d'un endroit propre pour déposer le foin, d'un abreuvoir.

La pâture ou le pré

Ce type de pension est plus adapté aux chevaux vivant en liberté.

Sa surface est de 3.000 m² par cheval, toujours avec beaucoup d'herbes. Les prés, clos et sécurisés, sont équipés d'un grand abri pour protéger le cheval des intempéries et des fortes chaleurs de l'été.

Le cheval est un animal grégaire supportant difficilement la solitude ; aussi, la situation de deux chevaux vivant ensemble au pré est idéale pour leur moral.

Un endroit est aménagé pour recevoir le foin et de l'eau est disponible à volonté pour que le cheval puisse boire.

Le centre équestre du Séquoïa propose des conditions et des tarifs remarquables pour héberger les chevaux en pension. Pension au pré ou pension en box, vous trouverez le logement adapté à votre cheval ou à votre poney au centre équestre du Séquoïa.

Un nouveau commerce ouvre ses portes au coeur de Lisle sur Tarn
mercredi 23 mai 2018
Du nouveau sur l'Agglo

La commune de Lisle sur Tarn voit son offre commerciale s'étoffer avec l'implantation de la boutique Proxymité PC rue Saint Louis. Bienvenus à Rémi et Bastien Daffos, et bonne route !

Lire la suite



A Lisle sur Tarn, la rue Saint-Louis accueille une nouvelle enseigne depuis la première semaine de mai 2018 ; la boutique Proxymité PC vient en effet d'ouvrir ses portes.

Rémi Daffos pilote à la destinée de cette enseigne entièrement dédiée à l'environnement informatique PC.

Fort d'une expérience de 5 ans au sein d'une entreprise dans le même domaine informatique, il a décidé de franchir le pas de la création d'entreprise. Et son choix s'est porté sur la bastide lisloise car, après études, il y avait un manque de services dans ce domaine, et donc de nombreuses demandes.

En cogérance avec son frère Bastien, qui l'a suivi dans ce projet, il propose réparation, vente, conseil et accessoires dans ce domaine, qui, bien qu'il fasse partie de notre quotidien, est un monde parfois complexe.

La boutique est située 8 rue Saint-Louis, elle est ouverte du lundi au vendredi de 9h30 à 19h30 et le samedi de 11h à 18h. Pour tout contact, un seul numéro : 05 63 77 52 22.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Rémi et Bastien Daffos jouent la proximité informatique.

Maison Janin, l’artisan boulanger bio en open space sur la ZA des Massiès à Couffouleux
lundi 21 mai 2018
Du nouveau sur l'Agglo

Mercredi 16 mai 2018 a ouvert un fournil bio sur la zone d'activités des Massiès à Couffouleux. Un quatrième site en six ans d’activité pour la maison Janin, une entreprise familiale de boulangerie artisanale... qui tourne à pelin régime !

Lire la suite



"Nous sommes arrivés là par hasard !", lance en souriant François Janin. "Nous souhaitions nous agrandir à Giroussens, et sommes venus voir Modul’Innov pour une solution". 

Avec les boutiques de Lavaur et d’Albi, le fournil de Giroussens n’y suffisait plus. Le projet a évolué au gré de l’opportunité d’installer de ce côté-ci de l’autoroute un nouveau local qui serait entièrement dévolu au bio. Un segment qui représente 80% de la production de Maison Janin.

"Ce n’est pas courant qu’un artisan boulanger s’installe dans une telle zone d'activités, mais l’idée c’est aussi de proposer du snacking pour les salariés des différentes entreprises à proximité".

80.000€ ont été investis. En juin 2018, outre le fournil, le comptoir de vente et les bureaux administratifs, s’ajoutera une terrasse pour les pauses déjeuner. Une cuisinière renforcera l’équipe pour cela. De fait, l’entreprise comptera alors 25 collaborateurs, dont la fille et le neveu de François et Christelle.

Amateurs de bio et locavores pour clients

L’histoire est peu banale.

En 2012, François et Christelle Janin quittent Nantes, leur commerce et leurs 10 salariés pour reprendre "tous les deux seulement une petite affaire". Cap donc sur Giroussens, "pour se retrouver"…

En 2018, ils ont finalement plus que multiplier les pains.

Leur savoir-faire et leur spécialité étant particulièrement en adéquation avec la demande du marché tarnais en bio et local. Leur aspiration a rencontré son public. Au point d’être finalistes de l’émission La Meilleure boulangerie de France sur M6. Et de pousser les murs pour faire de la place au succès. D’ouvrir de nouveaux points de vente et d’embaucher. Tout en privilégiant des fournisseurs en circuit-court.

Les résultats progressent au même rythme. L’exercice en cours prévoit une augmentation de 30% du chiffre d’affaires. Le précédent s’était établi à 1,2 millions d’euros.

A Couffouleux, la Maison Janin se distinguera, en n’ouvrant à la vente que de 5h30 à 14h, du lundi au vendredi. De quoi jeter un œil sur les boulangers affairés au pétrin ou au four. La boutique est dans le fournil !

 

Source : l'écho de La Locale.

Illustration ci-dessous : François et Christelle Janin, photo de Nathan Raynal.

Une pizza artisanale tarnaise, avec une farine 100% tarnaise ? C'est l'en K pizza à Gaillac !
mardi 15 mai 2018
Jeunes entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

L'exigence de la qualité, une pizza faite avec une farine 100% tarnaise... jouer le local et la proximité avec l'en K pizza à Gaillac, ce sera toujours gagnant pour les amateurs !!!

Lire la suite



L'en K pizza travaille avec des partenaires locaux de proximité et des composants en circuits courts.

Ici, pas de pâtes congelées déjà prêtes, nous travaillons nos pâtes à pizza avec une farine tarnaise, avec une charte ne laissant pas la place à la mauvaise qualité.

Vous voulez en savoir plus...

l'en KC'est un groupement qualité regroupant des meuniers et des boulangers, reconnu en tant qu'ODG (Organisme de Défense et de Gestion) par l'INAO (Institut National des Appellations d'Origine).

Leurs objectifs : développer leurs compétences, oeuvrer ensemble à la promotion du pain de Tradition Française et au renouveau de l'image de la boulangerie artisanale.

Ni chaîne de boulangerie, ni enseigne de groupe industriel, Club Le Boulanger rassemble les artisans passionnés et dynamiques, désireux de promouvoir et de développer leurs talents. Ils partagent la même éthique du travail et panifient, sans additif, pour retrouver l'authenticité du pain.

Les meuniers du Club sont en relation constante avec l'Institut National de la Boulangerie Patisserie (INBP).

Le Moulin Maury, l'un des meuniers du Club, fournisseur de l'en K pizza, s'engage ainsi à respecter une qualité permanente et à opérer des évaluations mensuelles de sa production sous le contrôle rationnel et exigeant du laboratoire LEMPA de l'INBP qui veille au respect du "Cahier des Charges Farines".

Cette démarche qualitative et éco-responsable prouve une fois de plus que travailler en osmose avec des fournisseurs proches assure une qualité des matières premières sans pareille, et garantit également la satisfaction des consommateurs et des clients, ceci sans avoir des prix excessifs, bien au contraire.

Les pizzas de l'en k à Gaillac sont issues de cette exigence, il n'y a pas de secret !!!

Une cave à vins sur Gaillac... mais pas que !!
lundi 14 mai 2018
Du nouveau à Gaillac

La cave à vins Ô petit bouchon, située 2 rue Jean Jaurès à Gaillac, vous accueille du mardi au samedi ; retrouvez des vins de qualité, originaux, à des prix abordables, le tout dans un cadre original et convivial.

Lire la suite



Ô petit bouchon est une cave à vin et spiritueux, ouverte depuis le 16 décembre 2017, et située à l’angle des rues Jean-Jaurès et du Château-du-Roi à Gaillac. Sa gérante, Virginie Gomez, “baigne” dans le monde du vin depuis toujours.

A la suite d'une formation très complète à l’Ecole du Vin de Suze-la-Rousse (Drôme), elle a développé sa connaissance des vins et alcools tout au long de ses expériences professionnelles, en plus de son diplôme de sommelier - conseil - caviste.

Après six années passées auprès de cavistes parisiens, Virginie a occupé le poste de sommelier dans un étoilé au Michelin du XVIIIème arrondissement parisien, puis elle a pris en charge la carte du bar à vin qui y était associé. Deux maisons complémentaires. "Au restaurant, j’étais au contact des grands crus, au bar à tapas, je travaillais plutôt des glouglous, des vins de soif".

Ô petit bouchon est un espace agréable, conçu et décoré avec des artisans locaux : un peintre albigeois, un ferronnier de Marssac, une amie, Jordane, pour les vitraux, les ceps de vigne et les deux tonneaux cédés par Antoine Ferretti du Château Adélaïde en sont les témoignages.

Grâce à ses décors, à la châleur de son accueil, Ô petit bouchon créé une ambiance prompt à découvrir et à goûter les vins de France et d’ailleurs... Voyez plutôt  la diversité des appellations : un tour de France, quelques fugues plus lointaines et une belle carte de spiritueux, un domaine que Virginie affectionne. "J’ai eu comme professeur le propriétaire des Caves du Roy, qui a été le premier à vendre l’absinthe après sa légalisation en 2001. Il en a 60 variétés".

Elle promeut aussi les bières locales de brasseurs, les whiskys de Castan ou le Black Mountain tarnais, les rhums de propriétaires.

Virginie Gomez projette des soirées de dégustation, en petits comités, avec des intervenants et des casse-croûte sur le pouce faits de produits espagnols qu’elle propose déjà, de l’Iberico aux chipirones et petits poulpes.

Ô petit bouchon présente une gamme de vins allant du Saint-Chinian bio au Corbières et au Minervois, en passant par les subtiles bouteilles bourguignonnes, les vins fins alsaciens, d’Anjou, du Sud de la France, et bien sûr, les Gaillac... Mais nous faisons aussi un tour au Chili, en Argentine, au Maroc, en Australie, Nouvelle-Zélande... un voyage dans le mondovino.

Une idée, un concept, une cave à vins

Le concept de cave est basé sur 3 fonctionnalités complémentaires.

1. Nous vous proposons un choix de vins pour votre cave, qui vont ravir vos convives et vos papilles, nous allions la cuisine et les vins au cours de nos dégustations et cours d’oenologie.

2. Dans un cadre très sympathique, à deux pas du marché de Gaillac, nous vous recevons pour des discussions passionnées autour des vins et alcools, leurs origines, leurs services, leurs histoires.

3. Nous vous proposons également avec nos partenaires des services personnalisés à la carte en fonction de vos besoins et de vos envies.

Découvrez les !

– Whiskies japonais, irlandais, écossais et tarnais (black montain, Castan).

– Rhum de Jamaïque, d’Amérique du Sud, de la Réunion, de Martinique.

– Gin tarnais (Castan), français, anglais, à consommer avec le Tonic Water pour des cocktails parfaits.

– Vermouth, le Cassis noir de Bourgogne, le Noilly Prat de Marseillan, la Vodka au miel.

– Eaux de vie de Muscat, prune de chez Castan.

– Bas Armagnac, Cognac, Absinthe.

– Bière artisanale (Berlue de Gaillac, Kipett de Bayonne).

– Jus de fruit (Alain Millet).

Le tout avec une énergie volubile et souriante !

François Desombre fabrique des maisons écologiques révolutionnaires depuis Graulhet
dimanche 13 mai 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Pendant la grande manifestation Biocybèle, qui se tient à Graulhet les 20 et 21 mai 2018, un atelier de fabrication de maisons en bois "L'Ecoquille", situé à côté du site de la Bousquétarié, ouvre ses portes au public. Reprise ici d'une interview avec François Desombre, le concepteur de ces maisons, parue dans la Dépêche du Midi.

Lire la suite



La Dépêche du Midi - Comment devient-on concepteur de maisons écologiques ?

François Desombre. C'est une longue histoire... J'ai toujours eu la fibre écologique et comme mon père était architecte dans la région parisienne, j'ai baigné dans la construction de maisons. Mais je n'ai pas épousé ce métier tout de suite, j'ai bourlingué et démarré ma vie professionnelle comme conférencier-cinéaste à Connaissances du Monde. D'ailleurs, cette activité m'a fait remporter le premier prix du Festival international du film de voyage qui était parrainé par La Dépêche du Midi.

La Dépêche du Midi - On est loin de la maison écologique ?

François Desombre. On y arrive... A Toulouse, je me suis reconverti dans la photo composition (PAO) et suis devenu militant écologique très actif dans plusieurs mouvements : les Verts, les Amis de la Terre, Robin des Toits, Planète en Danger, j'ai milité contre la centrale de Golfech.

Puis un jour, avec un ami, Pierre-Elie Vergne, spécialiste de construction à ossature bois, nous avons développé le concept d'une maison ronde en bois "L'Ecoquille". Le premier prototype est sorti en mai 2007.

La Dépêche du Midi - Avec une forme aussi peu classique, comment avez-vous fait connaître votre projet ?

François Desombre. Comme je savais aussi écrire, j'ai fait un livre "J'attends une maison" (Éditions La Pierre Verte), qui est un guide de l'habitat écologique. Sa vente m'a aussi permis de financer la fabrication des matériaux nécessaires à la construction d'Ecoquille en kit.

La Dépêche du Midi - Vous proposez des maisons non polluantes, autonomes, n'ayant pas besoin de chauffage, toute en rondeur et qu'on peut monter soi-même, expliquez ?

François Desombre. Brièvement, les angles sont des dévoreurs d'énergie inutile. La maison ronde est un bien-être énergétique, les portes sont coulissantes. Nous proposons la meilleure isolation du marché ; pour la ventilation des toitures, nous nous inspirons des termitières, mais bien sûr nous proposons une assistance de montage. Nos matériaux sont à 85% occitans et 100% français. Il faut venir nous voir ou se renseigner sur notre site Internet.

La Dépêche du Midi - Quel recul avez-vous de ce concept ?

François Desombre. Depuis 11 ans, le concept est au point, nous avons construit une quarantaine de maisons en France du nord au sud, nos clients sont nos meilleurs vendeurs.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : François Desombre, l'imagination écologique.

A Rabastens et Couffouleux, l'ACARC propose le "Jeu du 50%" aux clients du commerce local
samedi 12 mai 2018
Evènement

L'ACARC, l'Association des Commerçants et Artisans de Rabastens et Couffouleux, propose une animation commerciale aux clients du commerce local, du 12 mai au 07 juillet 2018, à travers le "Jeu du 50%". Vous participez en consommant local au sein d'un commerce partenaire de l'opération sur les communes de Rabastens et Couffouleux, et si vous gagnez, c'est 50% de votre ticket de caisse qui est remboursé ! 

Lire la suite



"Le Jeu du 50%" est organisé du 12 mai au 07 juillet 2018 par l'Association des Commerçants et Artisans de Rabastens et Couffouleux (ACARC).

Le principe du jeu est simple :​ durant la période de référence, un membre de l'association des commerçants et artisans partenaire de l'opération est tiré au sort tous les samedis matins. Une fois le commerce connu, un responsable de l'ACARC se rend chez ce commerçant et rembourse 50% du ticket au client qui se trouve en caisse à ce moment là.

Le remboursement est pratiqué pour un ticket d'une valeur maximum de 140€, soit un remboursement maximal de 70€.

Liste des membres participants au "Jeu du 50%"

Sur Couffouleux

  • Entretien Espace Vert SARL Amiel Maurel
  • Les Délices de l'Hitoirex
  • Vialard Cedric
  • Ammandine Coiffure
  • Jardinerie Jaman
  • Bardou Meca Auto
  • Bati Planet
  • Wadd épicerie
  • Secret de Pains
  • Pile et Face
  • CF Conception

Sur Rabastens

  • Pâtisserie Mauduit
  • Bar Marido
  • Eve Diffusion
  • La Panetière
  • Pinprenelle
  • Branchée Fleurs
  • Tarn Optic
  • LNOR
  • Chris Coiffure
  • Domaine Mas de Grouze
  • Les Délices de la Boucherie
  • Domaine Opus Venti
  • Maison de la Presse
  • Le Grand Magasin
  • Aromes et Beauté
  • Optique des Promenades
  • Ovalie Immo
  • Pianeta Pizza
  • Imprimerie Rabastinoise
  • Rue des Pains

L'ACARC
ACARC Image

A travers son action, l'ACARC vise 4 objectifs prioritaires : promouvoir le commerce de proximité ; mettre en avant le savoir-faire, le service des artisans commerçants ; dynamiser les centres villes de Rabastens et Couffouleux ; faire revenir la clientèle dans les commerces.

De 5 membres à sa création en 2016, l’association compte quelques 33 membres en 2018 et travaille, au delà du "Jeu du 50%", sur plusieurs projets d'animations qui verront le jour en 2018, parmi lesquels :

  • la Chasse aux trésors (en mars et avril), avec 8 bons d’achats de 50€ à gagner,
  • la 2ème édition de la Couffoulésienne Estivale le 1er septembre,
  • la 2ème édition de la Rabastinoise Hivernale le 15 décembre,
  • les 5 tampons (en novembre et décembre), avec 5 lots à gagner.
"Trésors du Musée d'art de Pékin" : une exposition exceptionnelle au Musée des Beaux-Arts de Gaillac à compter du 07 juillet 2018
samedi 12 mai 2018
Attractivité du territoire

"Trésors du Musée d'art de Pékin", tel est le nom de cette exposition, à caractère exceptionnel, qui réunit quelques 140 peintures et objets allant du XVIIème au début du XXe siècle, et dont la plupart sortent de Chine pour la première fois. Un des grand rendez-vous culturels et économiques de l’été 2018, un événement qui met en lumière le territoire, dont l'attractivité grandit !

Lire la suite



C'est un des grand rendez-vous de l’été 2018 en Occitanie ! Ce sont en effet des chefs d’œuvres de l’art chinois qui seront présentés à Gaillac du 07 juillet au 31 octobre 2018, dans un musée ayant entièrement fait peau neuve pour l’occasion. Qu’il s’agisse des calligraphies, des peintures, ou des objets d’art exceptionnels par leur rareté et leurs dimensions, ces œuvres ont toutes été réalisées par des peintres de grande renommée, tels les empereurs eux-mêmes.

Cet événement trouve naturellement ses racines dans la cité millénaire de Gaillac  grâce à la personnalité éminente Oeuvre Chined’Antoine Gaubil, qui rappelle les liens que Gaillac a entretenus avec la Chine depuis le XVIIIème siècle. Antoine Gaubil, né à Gaillac en 1689, fut ainsi l’un des grands scientifiques français au service de la Chine au XVIIIème siècle. Jésuite, mathématicien, géographe, astronome, linguiste, il fut l’un des premiers sinologues et laissa de très nombreux ouvrages sur l’histoire des peuples et des dynasties chinoises qui firent connaître cette civilisation en Occident. Familier des princes et des empereurs à la cour impériale, curieux de toutes les sciences et de tous les arts de la Chine, il fréquenta de nombreux artistes et lettrés durant son long séjour à Pékin, où il s’éteint en 1759.

140 oeuvres sur 10.000 disponibles

Le choix, parmi 10.000 œuvres disponibles, s'est centré sur la période comprise entre la présence en Chine du jésuite gaillacois Antoine Gaubil (XVIIème siècle) et le XXème siècle.

Le thème fédérateur de l'exposition est "L'art des lettrés de la dynastie des Qing".

Calligraphie, peinture, céramique, soie, papier… Toutes les techniques et supports retraceront cet univers raffiné qui vénérait les paysages, "la montagne et l'eau", où naissent et vivent les nuages, les sources et les dieux. Les artistes, venus des élites mandarinales, ne vendaient pas : ils avaient "la culture de soi", faite de rigueur dans le trait et de sobriété.

"Leur propos était de rendre l'ambiance avec un minimum de moyens : l'encre, l'eau, le pinceau", explique Bertrand de Viviès, le conservateur des musées et du patrimoine de Gaillac.

Scènes de pavillons, de lecture, de pêche, bambous et rochers, grenadiers, pruniers et cerisiers en fleurs ou dénudés, animaux que les principes taoistes associent à la préservation de la vie… Tout y est légèreté, délicatesse. Y compris ces figures féminines que l'Empire du Milieu appelait "les beautés".

L’exposition, à travers les thématiques de la calligraphie, des paysages, de la présence humaine dans le paysage et de l’évocation de l’univers de la nature… s’attache à montrer comment cet art s’inscrivait dans un univers intellectuel très riche où la philosophie, la religion et la culture occupaient une place essentielle.

Ainsi, "Trésors du Musée d’art de Pékin" se veut une évocation de la peinture et de l’art de ces artistes au travers d’œuvres et d’objets qui peuplaient leurs ateliers et qui étaient en eux-mêmes plutôt des supports de réflexion que de représentation.

Une exposition diversifiée, technique... et fragile

Le programme de l'exposition a fait l'objet d'une présentation par Bertrand de Viviès.

Une exposition qualifiée dde Viviers'exceptionnelle par son volume (140 œuvres), sa diversité (laques, jades, pierre, ébène, rouleaux de papiers et de soie, certains jusqu'à 17m de longueur), la plupart des oeuvres présentées sortant de Chine pour la première fois.

L'opportunité s'est présentée grâce à la médiation d'Alain Jouffrey, spécialiste de l'art chinois, notamment du campanaire.

Le Musée d'Art de Pékin fermant pour au moins deux ans pour cause de travaux, il était prêt à prêter des oeuvres parmi les 10.000 qui y sont exposés pour une exposition temporaire et à les faire voyager !

Mais une telle exposition nécessite une logistique et surtout des exigences environnementales que Patrice Gausserand, le Maire de Gaillac, a présenté lors du conseil municipal du 12 avril 2018. Les salles du Musée des Beaux-Arts qui accueilleront l’exposition devront être équipées d’un contrôle de la température, température qui devra être maintenue à 20° C, et la fluctuation journalière de cette température ne devra pas dépasser 2° C. En outre, un dispositif de contrôle de l’humidité devra assurer une humidité relative entre 40 et 65% selon les différentes oeuvres.

Pour ce qui concerne l’illumination de l’exposition, une source de lumière froide devra être utilisée, avec des variations selon la catégorie des oeuvres, certaines étant particulièrement sensibles à la lumière et d’autres totalement insensibles...

Enfin, en ce qui concerne les limites de concentration de la fumée et des gaz dangereux comme notamment le monoxyde de carbone ou encore le dioxyde de soufre, les salles devront être équipées d’un système de ventilation ou de climatisation, afin de filtrer et de purifier l’air ambiant.

Un nouveau partenariat sino-gaillacois

Le contrat de l’exposition passé entre le Musée d’Art de Pékin et le Musée des Beaux-Arts de Gaillac stipule que cette Oeuvre Chine 2exposition nécessitera une superficie de 447 mètres carrés et 180 mètres linéaires. La scénographie de l’exposition et son montage seront confiés au Musée des Beaux-Arts de Gaillac et les deux musées effectueront un constat d’état de départ des œuvres à Pékin entre le 1er et le 7 juin 2018. Une délégation chinoise de montage et de démontage effectuera également le déplacement, tandis qu’un officiel et un conservateur ou vice-conservateur assisteront à l’inauguration de l’exposition, à Gaillac.

A signaler que des produits dérivés de l’exposition (théières, tasses, sceaux, marque-pages en bois, foulards, cartes postales, anneaux de portables...) seront mis en vente durant l’exposition et que le produit de ces ventes sera réparti de la façon suivante : 70% pour la partie chinoise et 30% pour la partie française. Un catalogue d’exposition sera également imprimé pour l’occasion par le Musée des Beaux-Arts de Gaillac et vendu. 30% des bénéfices générés iront à la partie chinoise et 70% à la partie française !

Gageons qu’à l’instar du succès du Festival des Lanternes et au vu de la grande richesse des oeuvres et de ses exigences environnementales, cette exposition exceptionnelle attirera de nombreux Gaillacois, mais aussi des Tarnais et des passionnés d’art chinois, venus d’ailleurs, et parfois même de très loin...

Informations pratiques

Coordonnées et contact

Mairie de Gaillac service du Patrimoine - Avenue Dom Vayssette - Musées des Beaux-Arts - Gaillac.

Téléphone : 05 63 81 20 26.

Ouverture

Du 07 juillet au 30 septembre 2018, de 10h à 19h (fermé le lundi) - Nocturne le jeudi jusqu'à 22h.

Du 01 au 31 octobre 2018, de 14h à 18h (fermé le lundi).

Tarifs

  • Plein tarif : 9€.
  • Tarif réduit : 7€.
  • Gratuit pour les moins de 12 ans.

 

Sources : notamment la Dépêche du Midi et le Tarn Libre - Lire les articles en ligne ici et .

Illustration ci-dessus : le conservateur des musées et du patrimoine de Gaillac, Bertrand de Viviès, et des oeuvres qui seront présentées au cours de l'exposition.

Illustration ci-dessous : l'affiche de l'exposition "Trésors du Musée d'art de Pékin".