Actualités

A Lisle-sur-Tarn, le Musée du Chocolat accueille "La Xocoalt", bière au cacao
lundi 14 déc. 2020
Attractivité du territoire

Le Musée Art du Chocolat de Lisle-sur-Tarn ne manque jamais d’idées en termes de nouveautés et d’idées cadeaux pour cette période de Noël. La preuve...

Lire la suite



Hervé Frézal, aux destinées de cette antre chocolatée depuis 2017, vient de sortir une bière au chocolat, baptisée "La Xocoalt".

Ce nom est celui d’une boisson amère et épicée avec de la vanille, du piment et du cacao créée par les Astèques. Elle est considérée comme un breuvage divin car associé à Xochiquetzal, la déesse de la fertilité.

La Xocoalt a été faite en collaboration avec la Brasserie de la Seillone de Verfeil (31), qui en a assuré le brassage et la mise en bouteille.

Pour cette création de bière, c’est le grué (éclat de la fève de cacao torréfiée puis concassée) qui a infusé dans le brassin. Le cacao choisi provient du nord du Pérou (région de Piura), d’une coopérative équitable veillant à l’amélioration des conditions de vie des familles.

C’est une bière "bio". L’orge, l’avoine et le houblon sont issus aussi de l’agriculture biologique. Cette bière artisanale de type ambrée amène des notes acidulées agrumes et une douce amertume du cacao.

La Xocoalt est tout simplement une harmonie des ingrédients entre douceurs et volupté, comme un sentiment d’évasion, de liberté loin des tumultes et contraintes actuels.

Vous pouvez retrouver cette bière, en format 33 ou 75 cl, à la boutique du Musée Art du Chocolat sous les couverts lislois, aux heures d’ouvertures, du mardi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. 

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Hervé Frézal propose La Xocoalt en 33cl et 75cl.

Une "Seconde vie" s’offre à Mélanie Paulin... et aux Graulhétois
mardi 8 déc. 2020
Du nouveau à Graulhet

Après dix-huit ans dans le secrétariat, Mélanie Paulin vient d’ouvrir une friperie rue du Verdaussou à Graulhet et commence, à l’image des vêtements qu’elle propose, une "Seconde vie"

Lire la suite



Ce sont deux maladies graves successives qui ont conduit l’ancienne salariée à changer de cap. "Cela a d’abord duré un an et demi pour la maladie de Crohn. Lorsque je pensais enfin pouvoir retravailler, on m’a décelé un cancer. Chimiothérapie, rayons, opération… Quoiqu’il arrive au bout de trois ans, avec la sécurité sociale, on n’a plus rien", témoigne-t-elle.

Mais Mélanie se bat. Aussi a-t-elle cherché une activité professionnelle qu’elle pouvait mener compatible avec son état de santé et en étant assez indépendante pour, lorsqu’elle en a besoin, poursuivre ses traitements. La solution lui est apparue comme une évidence. "Je n’aime pas jeter, c’est un véritable gâchis à la fois écologique et économique. Cela peut resservir à quelqu’un avec un petit budget".

C’est au début de l’année 2020 que la réflexion sur ce projet a commencé. Graulhétoise, il était naturel qu’elle s’installe dans le centre-ville où de nombreuses boutiques sont en attente d’activités. La rue du Verdaussou semblait là aussi être une évidence à raison du tarif, mais aussi de l’emplacement. "Il y a du passage et c’est à deux pas du marché de la Place du Jourdain" souligne-t-elle.

Pour constituer son stock, elle a pu bénéficier de dons et de rachats de lots sur internet. "Ça fait six mois que je mets de côté chez moi, que je lave, étiquette et range par taille et par catégorie".

Au final, ce sont des centaines articles "ni abîmés, ni troués, ni tachés" qui ont pris place dans la friperie qui a ouvert ses portes début décembre 2020, du mardi au dimanche, jour de marché, moment clef de la semaine pour les commerces graulhétois situés dans le cœur de ville.

Des commerces de proximité "non essentiels"... qui ont retrouvé avec plaisir leurs clients.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Mélanie Paulin vient d’ouvrir "Seconde vie" en centre-ville de Graulhet.

La tombola de Noël arrive à Lisle-sur-Tarn avec ETC
lundi 7 déc. 2020
Evènement

L’association ETC (Economie/Tourisme/Commerce) en Pays Lislois lance une grande tombola de Noël avec les commerces de Lisle-sur-Tarn participants. Un rayon de soleil.

Lire la suite



Comme un rayon de soleil en plein hiver, cette tombola devrait ravir ceux qui ont pris l’habitude d’utiliser la proximité de ces commerces et ceux qui vont découvrir cette chance d’avoir des commerçants attentionnés avec qui l’on noue des contacts de fidélité.

À Lisle-sur-Tarn, les commerçants savent vous reconnaître et vous êtes loin d’être seulement un numéro tiré sur une file d’attente. Avec toujours cette envie de satisfaire et de faire plaisir à sa clientèle, les commerçants (une trentaine) offrent autant de bons d’achat à dépenser en local dans vos commerces de proximité.

Forcément, il y a une pensée forte pour tous ceux qui n’ont pas toujours pu ouvrir et la plupart ont souhaité participer à cette tombola, car ils savent que les clients n’oublient pas et savent être solidaires et reconnaissants envers les commerces locaux.

Cette tombola de Noël se déroule jusqu’au 20 décembre 2020, jour de tirage sur le marché dominical de Lisle sur Tarn et chaque achat réalisé dans les commerces participants donnera une chance au consommateur de gagner un lot.

Au cœur de la Bastide Lisloise, les commerces de proximité ont toujours rimé avec convivialité, et malgré un contexte tout à fait inédit, l’esprit de Noël est conservé.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la tombola de Noël de l’association ETC va ramener du soleil au cœur de la bastide Lisloise.

A Gaillac, L'Agaci veut faire "bouger" la ville et appelle à la rejoindre
dimanche 6 déc. 2020
Du nouveau à Gaillac

La nouvelle équipe de l’Agaci a fait feu de tout bois pour être réactive dès le déconfinement des commerces. Elle distribue depuis un flyer "Gaillac ça bouge" avec un mot d’ordre : "rejoignez-nous".

Lire la suite



Le "nous" représente le bureau de l'Agaci, l'association des commerçants de Gaillac, qui est en photo sur le document : les co-présidentes Annie Goral et Stéphanie Belaygue, le président délégué Christophe Sucret, les vice-présidents Guillaume Mermet et Dominique Ginestet, les trésoriers Florent Cassé et Valérie Larroque, les secrétaires Marlène Charbonneau et Clémence Chaume.

"Dynamiser Gaillac nous motive". Le propos général est accompagné des actions envisagées ou déjà en cours : un site internet avec "des images, des news, des actus, des promos", un laboratoire d’idées (des responsables de rues à l’écoute), un club d’entrepreneurs, des évènements (animations, salons, foires, marchés) et des échanges avec les élus locaux.

Onze rues ont d'ores et déjà été répertoriées avec, pour chacune, un ou deux responsables.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le flyer "Gaillac ça bouge" annonce les objectifs et présente le bureau de l’association.

De l’artisanat d’art écologique et solidaire à Rabastens
samedi 5 déc. 2020
Du nouveau sur l'Agglo

Le centre-ville de Rabastens, et particulièrement la Promenade, est en pleine effervescence : deux jours après l’ouverture en fanfare du salon de coiffure "By Sabrina", le quai des Escoussières accueille la Botiga del Amor.

Lire la suite



La Botiga del Amor est un espace fondé sur des valeurs sociales, écologiques et solidaires, géré par un collectif d’artistes et d’artisans.

Tous les 3 mois, 5 créateurs exposent leur production dans une forme de dialogue fusionnel de "l’amour, des matériaux et des techniques", de l’aiguille au marteau, en passant par le pinceau, les mains en maître mot.

Sculpture, sérigraphie, couture, métallurgie, céramique, bijouterie, bois, coutellerie, ce petit espace de grandes rencontres met en lumière l’essence de l’objet confectionné de façon manuelle et écologique.

La Botiga navigue aux confins de l’art et du design. Sont exposées des pièces d’art. Ce travail de maîtres n’est pas seulement lié à la transmission des savoir-faire ancestraux. C’est une facture traditionnelle qui s’applique avec un œil contemporain.

Vous pourrez regarder les œuvres de près, vous attacher aux détails de fabrication qui font la spécificité des métiers d’art. Il faut visiter par petites touches ce travail virtuose.

La Botiga - 11 quai des Escoussières. Ouvert du mercredi au samedi, de 10h à 19h.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : un collectif d’artistes et d’artisans "locos et solidaires" comme il se définit.

Graulhet fera partie des territoires "zéro chômeur de longue durée"
vendredi 4 déc. 2020
Du nouveau à Graulhet

La proposition de loi portée par la députée tarnaise Marie-Christine Verdier-Jouclas, sur l’insertion par l’activité économique et le dispositif "Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée" a été adoptée à l’unanimité par l’assemblée nationale. Et la commune de Graulhet - qui était candidate - est retenue pour mettre en oeuvre ce dispositif. Une bonne nouvelle, qui ouvre des perspectives.

Lire la suite



"C’est, je pense, un texte équilibré qui a fait l’unanimité à l’assemblée, ce que soit sur l’insertion par l’activité économique qui va aider 240.000 personnes, que sur les Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée".

Marie-Christine Verdier-Jouglas, députée du Tarn n’est pas peu fière de ce texte, qu’elle a porté et qui a trouvé un écho plus que favorable auprès des élus de la République. Mais revenons au cœur du projet et plus précisément sur le dispositif "Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée."

L’humain au cœur du système

"Il va s’articuler autour de 10 territoires concernant tout d’abord 900 personnes dans le pays. L’objectif est d’accompagner des gens qui sont sortis de tous les systèmes d’aide. Ce sont des invisibles qui ne sont plus inscrits nulle part, ni à Pôle emploi, ni dans une structure d’insertion. Ils ont lâché prise. Il est de notre devoir de les aider, de trouver des solutions pour qu’ils retrouvent le chemin de la vie professionnelle."

Oui mais comment ?

50 personnes aidées par an à Graulhet

"Soyons clairs. Il y aura toujours des chômeurs de longue durée sur ces territoires. Ce que l’on propose, c’est un suivi spécifique pour des personnes motivées, sinon cela n’aurait aucun sens. Avec à la clé, un CDI et non un stage où un CDD précaire. Cela va permettre qu’ils retrouvent confiance, de ce dire enfin, j’ai un vrai boulot sur le long terme, en créant un emploi qui lui correspond. Il faut mettre l’humain au cœur du dispositif et pas se dire comme ce fut trop longtemps dans le passé, on fait un projet de loi, on donne l’argent et puis voilà."

La députée rajoute : "Cette volonté, on l’applique aussi pour l’apprentissage. On a trop longtemps oublié l’apprenti. Maintenant la chose est claire. S’il n’y a pas de contrat pour les élèves, il n’y a pas d’argent de l’Etat."

Revenons au "territoire zéro chômeur de longue durée." Y aura-t-il une déclinaison tarnaise ?

"Absolument. Graulhet fera partie de ces territoires. Un comité de pilotage est déjà en place. L’objectif est d’aider 50 personnes par an. Je pense que ce dossier devrait être opérationnel en mars-avril 2021. Le comité suit déjà des personnes qui ont cette volonté de retrouver un travail. Je pense à Saïd, 28 ans, au chômage depuis 2 ans ou Brigitte, 54 ans, sans emploi depuis 4 ans. C’est pour eux que ce dispositif est mis en place. Et on va y arriver, car c’est un projet de terrain, de territoires où je le répète, la personne est au cœur du système."

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Marie-Christine Verdier-Jouclas a porté cette proposition de loi sur le dispositif "territoire zéro chômeur de longue durée.

La Ville de Gaillac donne un coup de pouce aux commerces pour les fêtes de fin d’année
mercredi 2 déc. 2020
Accompagnement des entreprises

Si la municipalité de Gaillac a dû annuler toutes les festivités de Noël annoncées avant le deuxième confinement, Martine Souquet la Maire souhaite malgré tout trouver des solutions pour soutenir l’activité de cette fin d’année.

Lire la suite



La maire de Gaillac Martine Souquet doit présenter la semaine prochaine en commission municipale son projet "coup de pouce" pour le commerce local à destination des Gaillacois.

Jusqu’à présent, l’aide de la collectivité s’est traduite par la participation à une lettre ouverte au Premier ministre, avec les autres communes de l’agglomération Gaillac Graulhet, pour demander l’ouverture des commerces non essentiels.

La ville de Gaillac participe également à la plate-forme d’achat en ligne initiée par le département et les chambres consulaires, Achat Tarn.

Bon d’achat

On sait depuis mardi 24 novembre et le discours du président de la République que les commerces peuvent rouvrir dès le samedi 28 novembre. "L’action municipale que nous allons engager pour les fêtes devrait prendre la forme d’un bon d’achat pour les Gaillacois à utiliser dans les commerces locaux", indique Martine Souquet, qui présentera le dispositif aux élus dans quelques jours.

La mairie a également pris la décision d’octroyer des subventions exceptionnelles au centre communal d’action sociale et aux associations caritatives. Une délibération en ce sens devrait figurer à l’ordre du jour du prochain conseil municipal qui se tiendra le 15 décembre 2020.

Nouveaux masques pour les enfants

La maire de Gaillac a par ailleurs indiqué que de nouveaux masques pour les enfants étaient en cours de distribution. La commune avait offert des masques à tous les enfants scolarisés dans le public et le privé, mais leur taille n’était pas adaptée aux élèves de CM1 et CM2. Aujourd'hui, le problème est résolu.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la mairie veut soutenir le commerce local avant les fêtes de Noël.

De la haute couture à la confection de masques
mercredi 2 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Idaline Cipriano, plus habituée aux robes coktail et aux tailleurs, s’est mise à fabriquer des masques, tout en attachant une importance à l’élégance de ces protections.

Lire la suite



Elle a beau avoir été patronnière puis modéliste chez Nina Ricci, Chloé et Mugler, concevoir et réaliser dans son atelier ouvert sur la rue de la Madeleine à Gaillac des robes de cocktails ou des jupes et tailleurs sur mesures, Idaline Cipriano a dû s’adapter aux interdits sanitaires. "Je ne peux pas faire d’essayages dans la boutique, ni marquer une jupe ou un pantalon. Je ne peux faire des retouches que si le client m’apporte le vêtement déjà marqué". Autant dire une fois sur cent.

Le masque n’échappe pas à la mode

Mais elle a réagi en fabriquant des masques, avec son expérience et ses idées créatrices. Tous respectent la norme AFNOR, avec deux couches de coton et un minimum de grammage, qui permet un lavage illimité.

Le masque est devenu un accessoire de première nécessité, mais avec le temps, il intègre aussi le style, voire la mode. "Des clients, hommes et femmes, aiment qu’il ait une touche d’élégance, qu’il soit assorti à leur vêtement, et surtout qu’il soit confortable".

Idaline Cipriano choisit des cotons "Okeo Tex", européens exclusivement, garantis sans produits chimiques et sans apprêts, en coton 100% bio. "Une matière respirante et anti-allergies que je règle selon le visage".

Modèle pour les enfants

Elle a opté pour des élastiques souples, en jersey de coton doux (qui ne transforment pas les oreilles en antennes paraboliques), et des modèles pour les enfants, un pour les 6-9 ans, avec un élastique plus ou moins ajusté, l’autre pour les plus grands.

Avec le concours de deux élèves de Bac Pro "Mode et Vêtement" du lycée Toulouse-Lautrec (Albi), Noémie et Ashanta, qu’elle forme à la taille et à la couture, elle fabrique aussi des pochettes de Noël, dans lesquelles on peut insérer des lingettes démaquillantes bio.

Quand le confinement sera levé, Idaline Cipriano s’attend à faire pas mal de retouches sur des jupes et robes, suite à des prises de poids. Elle proposera aussi dans l’hiver des modèles de prêt à porter, car pour les grands mariages et les soirées mondaines, 2020 et sans doute 2021 seront des années en berne.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Idaline Cipriano, dans son atelier de la rue de la Madeleine à Gaillac. Elle forme aussi Noémie et Ashanta, qui préparent un Bac Pro.

Le Domaine Sarrabelle lance le "Call and Collect" depuis Lisle-sur-Tarn
mardi 1 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Lors du premier confinement, Laurent et Fabien Caussé du Domaine Sarrabelle à Lisle sur Tarn avaient déjà imaginé un reconfinement. Ils souhaitaient être prêts pour proposer un nouveau service pour leurs clients. Ils ont eu l’idée de créer un "Call and Collect". Original !

Lire la suite



Pour cela, Laurent et Fabien Caussé ont créé un système sur la base de consignes SNCF. Ils ont récupéré 2 lots de 6 consignes à la gare de Saint-Charles à Marseille. Lors de la récupération, ils étaient bruts et équipés pour les pièces avec impression ticket... Ils ont alors monté un système avec clavier électronique distinct pour chaque consigne.

Le fonctionnement est simple, vous prenez connaissance des produits, vous appelez ensuite au 05 63 40 47 78, vous faites un paiement à distance et on vous donne le numéro du casier ainsi que son code. Il ne vous reste plus alors qu'à venir récupérer vos bouteilles quand vous le désirez, sans contact au sein de la cabane dédiée aux consignes. Chaque nouvel utilisateur à son propre code et chaque consigne peut contenir plusieurs cartons.

Comme le mentionne Laurent Caussé, "cela commence à prendre, ce système n’est avant tout qu’un complément du caveau du Domaine Sarabelle qui reste ouvert aux heures habituelles d’ouverture, c’est un service en plus pour notre clientèle".

L’idée de ce "Call and Collect" montre que les moyens de ventes évoluent pour essayer de s’adapter aux différentes contraintes actuelles en tenant toujours compte des besoins de la clientèle.

Le week-end du primeur aura eu une saveur particulière avec l’absence d’animations, mais les clients habituels ont vraiment joué la proximité et sont venus chercher ce produit qui se veut avant tout vecteur de convivialité.

Dans une année calendaire, pour les vignerons, il y a d’habitude deux grands moments conviviaux qui permettent cette proximité et ces échanges avec les clients. Ce sont la fête des Vins de Gaillac et les portes ouvertes du week-end primeur. Cette année 2020 aura vu l’annulation de ces grandes animations. N’oublions pas que les caveaux restent ouverts et qu’une bouteille ouverte sur la table, qu’elle soit rouge, blanc, rosé ou de bulles a toujours amené du plaisir, de la sociabilité aux personnes bien mieux que les réseaux sociaux avec toujours une modération responsable.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le "Call and Collect" du Domaine Sarrabelle a déjà ses premiers adeptes.

Miss France : 29 candidates en cuir de Graulhet... et pas que...
lundi 30 nov. 2020
Attractivité du territoire

Les tenues de scène de Johnny Halliday, c’était du cuir de Graulhet ; les pantalons pattes d’éléphant de Céline Dion, c’était encore du cuir de Graulhet, les mini-jupes en lamé des Miss France 2007, c’était toujours du cuir de Graulhet. Et en ce mois de novembre 2020, le cuir-stretch "Magisco "de la mégisserie majuscule Cuirs du Futur fait la une de Gala, en présentant quatre candidates à l’élection de Miss France 2020 en ensemble noir du plus bel effet. Une mise en avant éclatante pour la filière Cuir de Graulhet.

Lire la suite



Les peaux sortent de la mégisserie de l’impasse Lavoisier. Une société, Cuirs du futur, conduite par Denis Saussol associé à Laurent Bové, créée en 2000, émanation de l’ancienne mégisserie Socop, qui est devenue la référence du cuir-stretch dans le Monde.

De prestigieux façonniers

Le carnet de commandes mentionne les noms de prestigieux façonniers tels Du Jitrois – habilleur des stars – Givenchy, Dior, Vuitton, Chanel, Gucci, Prada et autres marques de luxe.

"Le cuir-stretch, c’est 100% de notre fabrication. Ce produit qui utilise des peaux d’agneau originaires d’Aveyron, d’Espagne et de Hongrie, refendues et collées à du coton Lycra, a été mis au point par mon père à partir de ses essais dans les années 1990. Nous avons accompagné son apogée dans les années 2007-2010. En étant partis tôt et en ayant pris de l’avance, tout en ciblant notre production sur le luxe, nous ne sommes pas encore concurrencés par les pays d’Asie qui n’ont pas encore acquis la technique" témoigne Denis Saussol.

Des années de recherche

Il ajoute : "Les années de recherche et de développement nécessaires à l’invention du cuir stretch dans nos locaux, jusqu’à l’aboutissement qualité de l’article Magisco, sont autant d’années d’expérience nous permettant aujourd’hui une maîtrise et une connaissance parfaite de cet article si technique. Le cuir stretch conserve tous les avantages du cuir traditionnel tout en étant souple et élastique. Il a la particularité de coller à la peau !".

Un atout pour les 29 candidates à l’élection de Miss France qui devrait se dérouler mi-décembre 2020. Mais aussi une fierté pour cette entreprise qui emploie 54 personnes et qui sort tous les jours de ses ateliers 3.000 peaux finies de cuir-stretch que magnifient les designers, stylistes et façonniers de belles marques internationales.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Denis Saussol, journal Gala en main, avec quelques échantillons de cuir stretch.