Actualités

Miser sur la coopération et les réseaux
lundi 28 janv. 2019
Evènement

Ce sera le troisième carrefour du Club des Dirigeants d'Entreprises (CDE) : la soirée de la coopération des réseaux se tiendra le mercredi 30 janvier au sein de l'espace VIP du Festival des Lanternes et devrait regrouper près d'une centaine de professionnels de la Région.

Lire la suite



L'objectif, selon Jean-Marc Salvador, est la coopération d'affaires au niveau des territoires de la Grande Région Occitanie.

À Gaillac, ce sont surtout des Tarnais, Aveyronnais et quelques Toulousains qui se retrouveront à partir de 18 heures le mercredi 30 janvier 2019 pour le cocktail d'accueil, avant de se répartir sur deux séquences en parallèle, soit vers un "business dating" (tête-à-tête de 10 minutes), soit dans un atelier sur les réseaux sociaux des entreprises, un passage obligé aujourd'hui pour nouer des affaires.

Cette séquence sera animée par la société albigeoise H2G. À 19h30, aura lieu une table ronde sur la coopération des réseaux, "sans prétendre se substituer aux chambres consulaires", précise Jean-Marc Salvador. La soirée des dirigeants d'entreprises se prolongera par une visite du parc illuminé et un repas chinois. Pour ces rencontres, le Club des Dirigeants d'Entreprises s'est adjoint plusieurs partenaires complémentaires, comme Ecoter, dont la compétence est reconnue dans l'innovation et le numérique.

Le rapprochement avec l'Aveyron, dont les problématiques rurales sont voisines de celles du Tarn, est effectif depuis deux ans. Le CDE a noué également des liens avec le réseau aveyronnais SisMic, pour le développement numérique, le club toulousain Réussir, qui a trente ans d'expérience dans la coopération entre les PME et les grandes entreprises, ou encore l'association FACE qui aborde les questions du handicap, des femmes harcelées et la réinsertion des anciens détenus. L'union entre FACE versions tarnaise et aveyronnaise donnera naissance à FACE 812 qui sera officialisée le 7 février 2019.

"Beaucoup de chefs d'entreprises adhérents sont en quête d'innovation dans le digital. Cette dimension sociale ou sociétale est une valeur supplémentaire".

Le CDE a reçu le renfort de la Poste Occitanie et du Comité Départemental du Tourisme du Tarn, qui a organisé la soirée et le repas chinois.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le Club des dirigeants d'entreprise de la région s'était retrouvé les deux années précédentes à Brens. Les réseaux sont au cœur des relations d'affaires.

Vous cherchez un service traiteur de qualité dans le Tarn ?
mardi 22 janv. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Depuis quelques années, l’en K organise vos évènements gastronomiques à travers le Tarn et la Haute-Garonne : mariages, baptêmes, réunions de famille, cocktails dînatoires privés, congrès ou encore repas et séminaires d’entreprises. Dynamique et réactif, Arnaud fait de votre satisfaction sa priorité.

Lire la suite



L'en K est en permanence à l'écoute de ses clients pour que leurs évènements soient réalisés avec excellence. Quel que soit votre projet, nous vous accompagnons dans tous vos besoins de restauration dans le Tarn, sur Toulouse et alentours.

Votre traiteur organise vos repas dans le Tarn et sur Toulouse

Du buffet froid au cocktail, de l’entrée au dessert, l’en K version Traiteur vous propose des plats cuisinés pour tous les goûts et tous les budgets.

Pour tous vos évènements familiaux et professionnels, pour un baptême, un mariage ou toutes les autres réceptions importantes de votre vie, l'en K, avec son expertise doublée de son expérience, met tout en œuvre afin que votre prestation se déroule dans une parfaite harmonie.

Privilégiant les meilleurs produits locaux du terroir, nous mettons tout notre savoir-faire et notre énergie à votre disposition pour que vos réceptions soient une réussite.

Buffets froids, cocktails pour les entreprises

Toutes nos prestations, nos buffets froids, nos apéritifs et cocktails dînatoires sont préparés avec des produits frais, transformés et cuisinés par nos chefs.

Notre équipe peut également préparer des plats type paëlla ou pizzas, variés et copieux, livrés dans vos entreprises pour tous vos événements.

Quel que soit votre projet, nous sommes à votre écoute. Contactez-nous, nous vous accompagnons avec plaisir pour que votre repas se déroule dans les meilleures conditions.

Arnaud, de par son expérience et sa passion pour l’excellence, fera de votre réception un moment inoubliable grâce à une cuisine mariant produits frais et de qualité.

Nous saurons revivifier les couleurs de votre événement et vous faire découvrir de nouvelles saveurs originales et colorées. Notre créativité ne saura que vous surprendre, car chaque événement est traité avec soin et attention, réalisé sur mesure selon vos envies.

N’hésitez pas à découvrir notre Site internet en cliquant ici

Les prestations

L’en K reste à votre écoute et vous accompagne tout au long de l’organisation de votre événement. Nous vous proposons un service personnalisé et unique pour vos prestations cocktails, repas assis tant pour les particuliers que pour les professionnels. Tous nos produits sont frais et ne laissent au palais qu’une envie de retenter cette expérience.

Les tarifs

Nous saurons répondre à toutes vos demandes et nous adapter à tous les budgets.

L’en K traiteur se met à votre disposition !

Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur nos prestations ? Contactez-nous au 07.82.35.53.54 ! Nous vous écoutons attentivement pour répondre au mieux à vos attentes.

Entreprendre à deux : l’union fait la force
lundi 21 janv. 2019
Local

C’est une particularité avérée des petites entreprises, mais les données sont pourtant peu nombreuses sur le sujet : elles sont plus que les autres dirigées en binôme. Et auraient un taux de survie supérieur à la moyenne quand elles sont créées en tandem. Partage du stress et apport financier plus conséquent obligent. Reportage sur la question sur le rabastinois, en suivant L'écho de la Locale. 

Lire la suite



Si le commerce reste le secteur de prédilection de la gestion en couple, l’entrepreneuriat à deux se conjugue dans tous les secteurs.

Sur Rabastens et Couffouleux, les dirigeants d’entreprise font le même constat qu’ailleurs : ils ne sont pas seuls face à l’administratif, face aux décisions et s’estiment plus efficaces en doublant leur potentiel. Selon les experts, la co-direction exige d’avoir une totale confiance en son acolyte, de se répartir les tâches selon ses compétences et de dialoguer. Sans quoi aux premières difficultés, l’entreprise échoue.

50% des entreprises en duo défaillantes ont été victimes d’une mésentente. La Locale a suivi trois exemples. Ils révèlent aussi une part d’intuitivité dans la réussite à deux. Ainsi qu’une capacité certaine à être autonome et à laisser l’autre l’être. Tous sont pragmatiques quant à l’éventualité d’une séparation.

En fratrie 

Basile et Anaïs Pélamourgues ont repris l’activité de leurs parents. Depuis 2013, ils dirigent ensemble à Rabastens la S.R.C.E, dont le cœur de métier est le recyclage de textile.

Ils dressent un portrait flatteur d’une association facilitée par la proximité des valeurs et un passé commun. Mais restent terre à terre. Et ne parlent jamais boulot lors des réunions familiales. C’est Basile qui témoigne. Il a intégré le premier l’entreprise familiale, plus connue sous la marque Anaïs Friperie, à l’issue de ses études : "Tout s’est fait naturellement. Nous nous sommes répartis les tâches au fil de nos compétences, de nos centres d’intérêt et du retrait progressif de nos parents. Aujourd’hui je m’occupe de la collecte, de l’entretien, des marchés et du fiscal. Anaïs prend en charge le tri, les magasins et le social. La gestion de l’entreprise on la fait au quotidien, à deux, en fonction de l’actualité de l’entreprise et des plannings".

Fier de perpétuer l’aventure entrepreneuriale de sa famille, Basile n’est cependant pas attaché à tout prix à sa sœur : "personne n’est irremplaçable, je pense que je pourrai bosser avec quelqu’un d’autre aussi".

En couple

Sandrine et Jérôme Laurens dirigent La Maison de la presse à Rabastens.

En couple à la ville également, chacun avait son propre job avant de se lancer dans l’entreprise. Ils ont d’abord géré un hôtel, domaine dans lequel Sandrine avait étudié, avant de faire le choix du tabac et de la presse, domaine dans lequel Jérôme avait grandi : "Quand nous étions jeunes mariés, nous remplacions les parents de Jérôme lorsqu’ils prenaient des congés. C’est comme ça que nous avons acquis de l’expérience dans la distribution de tabac, et que nous avons pu tester le travail ensemble", rapporte Sandrine.

Le secteur oblige Sandrine, comme Jérôme, à avoir la qualité de commerçant. Ils sont donc en SNC (société en nom collectif) et chacun perçoit un salaire identique. Depuis qu’ils se sont installés sur les Lices en 1996 et ont ajouté la presse à leur métier, ils ont redéfini leurs missions. Sandrine dirige le magasin, Jérôme l’administration et la comptabilité ainsi que le commercial : "Chacun a son poste !" précise-t-il.

S’ils n’ont eu de cesse d’articuler qualité de vie familiale et entreprise, ils avouent leur difficulté à se défaire du boulot et parle de leur commerce tout autant au magasin qu’à la maison.

En amies

Caroline Dromard et Aurélie Monty ont mûri CNK Design toute une année avant de s’associer en 2015. De quoi éprouver leur motivation.

Les deux jeunes femmes se sont rencontrées en 2009 quand l’une est allée en formation chez l’autre ! Toujours en lien, elles envisagent de fusionner leurs activités dans une entreprise commune. A l’encontre des préconisations, elles choisissent de s’associer à parts égales : "Bien sûr, c’est quitte ou double de s’associer, mais il n’était pas question pour nous que l’une puisse prendre l’ascendant sur l’autre en étant majoritaire", invoque Caroline.

En duo, elles ont commencé par tout traiter ensemble, les projets comme l’administratif. Mais des périmètres se sont dessinés au sein de l’atelier de création et production de mobilier et accessoires en carton. "Petit à petit, au gré de notre aisance, je me suis concentrée sur le commercial et Aurélie sur la production", poursuit Caroline.

Si elles partagent le même bureau, ce qui permet d’ajuster leur stratégie, elles font un point conséquent tous les lundis : "Jamais je ne reviendrai en arrière ! A deux, c’est mieux, on est dans l’écoute, on se dit les choses".

 

Source : L'écho de la Locale - voir le site de La Locale en cliquant ici.

Jacques Guiral, céréalier de proximité
dimanche 20 janv. 2019
Rencontre

Grignoter un quignon de pain estampillé "Lo Cantèl", c'est manger du blé local. Jacques Guiral n'est pas peu fier de contribuer à une économie de bon sens. Il y a quinze ans, il a fait le choix de cultiver un blé tendre en culture raisonnée et contrôlée : "il s'agissait de produire une céréale dédiée à l'alimentation infantile".

Lire la suite



Depuis, ce blé entre dans les préparations Gerblé, de l'entreprise revéloise Nutrition et Santé. Et dans la farine Lo Cantèl mise au point par la coopérative L'épi salvagnacois, avec qui Jacques Guiral collabore. Une farine exclusivement distribuée dans la région. Laquelle "pousse" en partie ici, aux Mareux, sur les hauteurs de Rabastens.

Farine et huile

Quand il a repris l'exploitation agricole de ses parents en 1984, Jacques Guiral disposait de 39 hectares, déjà convertis aux céréales. Aujourd'hui il travaille, seul, 127 hectares, dont 72 lui appartiennent, le reste étant en fermage. 

La moitié de ses parcelles est dédiée au blé tendre donc, l'autre moitié au lin, au tournesol, au colza ou au sorgho, c'est selon.

Ces céréales sont destinées en majeure partie à la filière oléïque. Le tout pour un chiffre d'affaires annuel moyen d'environ 150.000 euros.

Taille de l'exploitation, derniers investissements en matériel et résultat économique devraient permettre désormais à Jacques Guiral d'achever sa carrière sur cette base.

D'ici une décennie, “tous les emprunts liés à l'exploitation seront alors remboursés”. A priori “il n'y a pas de reprise prévue, à moins que ma fille s'oriente vers cela”, envisage-t-il tout haut. Et là, il se verrait bien continuer un peu, pour l'accompagner, parce qu'il "aime ça" !

 

Source : L'écho de la Locale - voir le site de La Locale en cliquant ici.

Illustration ci-dessous : Jacques Guiral, sur son exploitation (photo : Nathalie Malaterre).

Un atelier pour les créateurs en maroquinerie
samedi 19 janv. 2019
Du nouveau sur l'Agglo

La pépinière et hôtel d'entreprises de Gaillac | Graulhet agglomération, Granilia, innove avec la création sur son site graulhétois d'un Fab Cuir proposant aux jeunes créateurs un atelier de maroquinerie clefs en main.

Lire la suite



"Tout est parti de la volonté de la pépinière et des élus de s'adapter aux besoins des créateurs d'entreprise et du territoire, et donc de faire évoluer les services de la pépinière sur le site de Graulhet", explique Dany Maffre Moreau, directrice de la pépinière hôtel d'entreprises Granilia de la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet.

Après une rencontre avec les principales entreprises du secteur du cuir de la ville et une présentation des services proposés par Granilia, l'idée a germé d'un lieu pour que les jeunes talents de la maroquinerie puissent débuter dans des conditions favorables.

Un accompagnement pour créer son entreprise

C'est ainsi que le Fab Cuir a vu le jour, proposant aux jeunes créateurs retenus un accompagnement pour créer leur entreprise, tester leur projet et développer leur activité.

Comme pour les entreprises de la pépinière, les jeunes pousses pourront bénéficier de nombreuses facilités que sont l'accueil, le service courrier, la réception des livraisons ou encore la mise à disposition de salles de réunion.

"Il y a ailleurs des pépinières d'entreprises qui sont thématisées. Nous avons décidé de dédier un atelier de 190 m² au cuir. Une partie restera un atelier mutualisé. Des machines pourront être acquises par la Communauté d'agglomération en fonction des projets", souligne Dany Maffre Moreau.

Cette mutualisation permettra aux jeunes entrepreneurs d'éviter l'investissement onéreux dans ces machines.

Les deux autres parties sont quant à elles dédiées à des bureaux et un showroom.

Les entreprises bénéficieront aussi de tout un "écosystème" dans le secteur d'activités du cuir, la ville comptant 80 entreprises dans le domaine (dont six labellisées "Entreprise du Patrimoine Vivant") pour environ 650 salariés.

Les jeunes entreprises bénéficieront ainsi d'un environnement des plus favorables.

Pour de plus amples informations sur le Fab Cuir ou la pépinière hôtel d'entreprises Granilia : Tél. : 05 63 81 42 21 - Mail : contact@granilia.fr - Site Web : granilia.fr.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Granilia accueille régulièrement des formations pour les jeunes entrepreneurs.

LR Performance : un garage spécialisé dans la conversion au bioéthanol
vendredi 18 janv. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans les entreprises en plein développement, on peut citer LR Performance, implantée à Montans depuis 2014 au sein de la zone d'activités communautaire de Garrigue Longue, après des débuts à Arthès en 2008.

Lire la suite



Marc Lambec, gérant de la société LR Performance, a commencé à travailler sur la reprogrammation électronique de tout moteur à injection (voiture, moto, tracteur, bateau) dans le but d'améliorer leurs performances. Désormais, l'une de ses activités principales consiste en la conversion au bioéthanol SP95/E85.

Alors qu'il avait encore son atelier dans le nord département, il s'est rapproché d'une des premières stations à proposer de l'éthanol et c'est alors qu'ils se sont décidés à travailler dessus.

Cela fait bien cinq ans que cette activité s'est avérée rentable pour lui, mais le boum est vraiment intervenu avec l'arrêté ministériel paru fin 2017 sur les modalités d'installation des kits destinés au passage d'un véhicule essence à l'éthanol.

L'entreprise, qui emploie aujourd'hui dix personnes, a su évoluer, a dû innover et passer de la reprogrammation à la fabrication de boîtiers, sans abandonner pour autant la reprogrammation. Ce passage au bioéthanol se fait uniquement sur les moteurs essence.

L'éthanol provient de la betterave à sucre à la combustion, ce qui représente 60% de CO2 en moins sur la chaîne de production et dans la combustion. Ce carburant issu de la biomasse franco-français est une aubaine aussi pour les agriculteurs car il s'agit d'un produit renouvelable. Il peut y avoir une légère surconsommation due aux caractéristiques chimiques de ce carburant. La certification E2 est là pour la commercialisation et la sécurité des boîtiers.

Par ailleurs, LR Performance vient d'obtenir le trophée Cerfrance 2018 (réseau entreprendre ensemble) distinguant les entreprises innovantes créatives.

Et l'entreprise compte bien s'agrandir avec trois nouvelles embauches.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le travail de LR Performance - ici Marc Lambec le dirigeant - se fait pour tout type d'automobiles.

Inauguration de la légumerie en circuits courts Terra Alter Pays d'Oc
jeudi 17 janv. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Dans cette rubrique "Zoom sur...", nous vous proposons de retrouver régulièrement des focus sur "Ces entreprises qui font Gaillac | Graulhet Agglo". Cette rubrique vise à valoriser les compétences et savoir-faire des entreprises locales. Aujourd'hui, la légumerie Terra Alter Pays d'Oc, implantée à Montans, où le chaînon manquant de la filière maraîchage bio locale.

Lire la suite



Le jeudi 20 décembre 2018 se déroulait l'inauguration de la légumerie Terra Alter Pays d'Oc, à Montans au niveau de la plaine de Vindrac, en présence de nombreux élus, acteurs économiques et agricoles du territoire.

La légumerie Terra Alter Pays d'Oc, portée par Guillaume Manero et Franck Tomaszczyk, est avant tout un projet coopératif, qui évolue en partenariat avec des associations de producteurs locaux, comme OPLA (O Petits Légumes d'Autan), créée avec le soutien de la Chambre d'agriculture du Tarn en décembre 2018.

La légumerie se trouve située sur la commune de Montans, plaine de Vindrac.

Cette nouvelle plateforme a pour vocation la collecte, l'épluchage, la transformation et la commercialisation de légumes bio et locaux, avec en toile de fond permanente cette notion de circuits courts et ce modèle vertueux qui est de manger mieux en garantissant le juste prix pour le consommateur... mais aussi pour le producteur.

Inauguration Terra AlterCette plateforme a aussi pour but de structurer la filière maraîchage bio sur le territoire et d'approvisionner la restauration collective des écoles, collèges, Ehpad, hôpitaux…

On peut aussi trouver ces légumes sous la marque "Farandole" dans les grandes et moyennes surfaces comme l'E.Leclerc Les Portes d'Albi ou de Rouffiac. Ces produits se trouvent sous un conditionnement lavés, pelés et sous vide, directement préparés au sein de la légumerie montanaise qui se trouve donc aussi créatrice d'emplois en local.

Ce concept permet de répondre à une demande grandissante sur la consommation bio et locale au sein des cantines et autres restaurations. Ce projet novateur allie aussi 3 revendications du consommateur : la qualité, la proximité et l'économie, avec la production et transformation en local.

Les cuisiniers des cantines de l'Agglomération Gaillac | Graulhet ont été associés à ce projet et devraient en être les premiers bénéficiaires, à travers une expérimentation qui démarre début 2019.

La création d'un projet de la sorte est une belle évolution de l'agriculture pour permettre le rapprochement entre le producteur et le consommateur où chacun trouvera son compte.

France 3 Tarn a effectué un reportage sur Terra Alter Pays d'Oc dans son édition locale du 15 janvier 2019. A visionner en cliquant ici (à partir de 4'50) ou en recherchant le replay de l'édition Tarn du 19/20 du 15 janvier 2019.

 

Sources : la Dépêche du Midi et France 3 Tarn - Lire l'article de la Dépêche en ligne ici.

Illustration ci-dessus : l'inauguration a réuni élus, acteurs économiques et agricoles du secteur.

Illustration ci-dessous : les premiers légumes sortis pelés, lavés et conditionnés de la légumerie de Montans Terra Alter.

Camille Estivals à l'honneur dans les pages du Figaro
jeudi 17 janv. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Camille Estivals, créatrice de bijoux, est installée depuis quelques mois maintenant dans les locaux graulhétois de la pépinière hôtel d'entreprises Granilia de la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet. Et elle a les honneurs du Figaro, qui lui ouvre ses pages. Reprise ici de l'article du Figaro dédié à "5 jeunes entrepreneurs dans le luxe".

Lire la suite



Bijoux - Camille Estivals, 30 ans, Graulhet

Camille Estivals a toujours été attirée par l'art et l'artisanat. "Après le bac, j'ai suivi une MANAA, puis une première année en graphisme".

Des idées plein la tête, elle s’est mise à créer et à vendre ses premiers bijoux : "J’étais novice, je ne comptais pas mes heures ! Entre temps, j'avais opté pour une école 3D et cinéma d'animation".

Mais son expérience commerçante a pris le dessus. "J’ai abandonné mes études pour passer un CAP puis un BMA Art du bijou et du joyau. J’y ai appris les bases de la bijouterie-joaillerie pour développer mon univers. Tout mon parcours d’étude m’est aujourd’hui très utile !".

Laissant mûrir de nouvelles idées, Camille a fini par trouver son matériau fétiche : "La porcelaine est une matière naturelle, à la fois délicate et robuste. J'aime la mélanger à l'or, au platine, aux pierres et autres matières nobles comme le cuir ou les plumes".

Soutenue par ses proches et par la pépinière d'entreprise Granilia de l'Agglomération Gaillac | Graulhet, elle ne regrette pas l’aventure entrepreneuriale :"Il n'y a pas d'âge pour se lancer. Obtenir des conseils professionnels, disposer de temps et d'un budget de base est indispensable. Les échecs nous permettent de progresser !".

 

Source : Le Figaro - télécharger l'article original ci-dessous.

Illustration ci-dessous : Camille Estivals.

Maroquinerie : Brigitte Pécharman ouvre sa boutique... à Gaillac
lundi 7 janv. 2019
Du nouveau à Gaillac

"C'était maintenant ou jamais". Brigitte Pécharman a ouvert "Ma Besace" sur le haut de la place d'Hautpoul à Gaillac, un site bien en vue et très passant. Après trente années dans la grande distribution toulousaine, à divers postes allant de la gestion au service, elle a fait cinq ans de boutique dans le prêt porter.

Lire la suite



Cette expérience du client lui a donné l'envie d'ouvrir son magasin, mais sur un produit bien spécifique, l'article de cuir. "J'aime la matière, l'odeur, le toucher. le cuir a une belle allure".

L'affaire a été tout prêt de se faire sur une autre boutique gaillacoise. Brigitte Pécharman ne s'est pas découragée. Une autre opportunité s'est présentée, sur un espace disponible occupé auparavant par un restaurant. "Je me suis dit : faisons une autre maroquinerie, avec d'autres marques. La clientèle aura plus de choix".

La réalisation a été confiée entièrement à des entreprises gaillacoises et le résultat est concluant : une devanture élégante (peinture anthracite de Thierry Boddi, enseigne de Magali Lassalle, flocage d'Amandine).

Confiance aux entreprises locales

L'intérieur épuré, clair (Martial électricité) où Patrick, le compagnon de Brigitte, a largement participé, met en face-à-face un mur de briquettes rosées et un autre de panneaux blancs laqués cernés de noir. Les sacs sont bien en vue, avec des marques exclusives sur le secteur, comme Gérard Darel ou Loxwood ("on ne les trouve qu'à Toulouse"), mais aussi Marc Douglas, Malfroy pour les foulards de soie et Vaud pour les parapluies de Saint-Claude.

En janvier 2019, Brigitte Pécharman ira au salon de Paris pour compléter son offre avec une entrée de gamme.

Son autre objectif immédiat est la mise en place d'un mur de bagagerie. Depuis l'ouverture de Ma Besace, le 7 décembre 2018, elle s'estime "très contente". De son nouveau statut, de son cadre de travail comme de son chiffre d'affaires.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Brigitte Pécharman attendait une opportunité pour réaliser son projet : elle s'est présentée place de la Libération. Un site bien en vue et très passant. Ma Besace a bien démarré.

Christian Bacanov lance le brûleur universel sur le marché français
lundi 7 janv. 2019
Du nouveau à Graulhet

C'est, aux dires de Christian Bacanov, le seul type de brûleur jamais inventé, capable d'accepter en chaudière ou en générateur absolument tous les types de granulés, des végétaux, mais aussi des déchets agricoles ou ménagers, de paille, de boues de station d'épuration ou mixtes issus de la biomasse.

Lire la suite



Il aura fallu dix ans de recherches et de tests à Iuliean Horent, un ingénieur roumain, pour le mettre au point. Lui qui avait jadis inventé un système d'armes automatiques adopté sur les chars de l'armée roumaine avant de revenir dans le civil.

Et cet homme, élu meilleur homme d'affaires en 2012 à Bucarest, dont l'entreprise Eco Hornet a été primée en 2014 à Oxford, n'est autre que le parrain de Christian Bacanov, qui vient d'ouvrir une succursale (Eco Hornet France) rue Verdaussou à Graulhet et est chargé par la société de faire connaître la marque et le système en France et de le développer chez les particuliers comme dans les entreprises.

"Il a déjà été lancé avec succès dans neuf autres pays européens. Nous disposons déjà de trois sous-traitants en Midi-Pyrénées capables de travailler nos produits. Ce brûleur de 18 à 600 kW de puissance, comme les tubes radiants qui sont aussi une première mondiale, ont été développés avec la responsabilité sociale, de sorte qu'aucune activité impliquant cette technologie n'affecte la population ou l'environnement. Il permet l'accès à une énergie peu coûteuse et écologique", assure ce jeune graulhétois titulaire d'un bac pro commerce et actuellement militaire en fin de contrat.

"Un système d'autant plus intéressant qu'il peut s'adapter à soixante-dix modèles de chaudières qui sont commercialisés ici".

En parallèle, Christian Bacanov envisage la création sur le sol tarnais d'une unité de granulation de toutes origines issues de la biomasse, d'ici quelques mois.

Contact

Christian Bacanov : 06 09 36 28 36 / ecohornetfrance@gmail.com.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Christian Bacanov dans son atelier de Graulhet.