Actualités

La boutique solidaire "Véti plus" ouvre ses portes à Graulhet
mardi 5 janv. 2021
Du nouveau à Graulhet

C’est le mercredi 6 janvier 2021 qu’une boutique particulière a ouvert ses portes avenue Marcel-Pagnol à Graulhet. "Véti plus" a pour objet la collecte de vêtements et accessoires de seconde main (ou neufs) pour les proposer à la vente à des prix très attractifs et accessibles à tous, avec en ligne de mire un coup de pouce aux associations locales d’aide aux animaux.

Lire la suite



"Je travaille dans une discothèque. Je ne pouvais pas rester depuis le mois de mars 2020 sans rien faire. On a déménagé dans le coin et j’ai vu que j’avais énormément de vêtements de mes enfants, de moi et de mon mari. C’était dommage de les jeter" explique Sandrine Boudet. L’idée de proposer quelque chose "entre la fripe et la boutique" s’est tout naturellement imposée à elle.

Le panneau "à louer" sur le magasin avenue Marcel-Pagnol à Graulhet a été l’élément déclencheur qui a permis au projet de voir le jour. Si la surface est importante, elle semble déjà trop petite. "J’ai tellement de dons depuis qu’on s'est lancé, ça n’a pas pas arrêté, c’est impressionnant" témoigne Sandrine Boudet, entre les mains de qui passent tous les vêtements collectés.

Il lui faut veiller à ce qu’il n’y ait aucun défaut. "Des gens donnent aussi du neuf avec encore des étiquettes" souligne-t-elle, ravie de ce début. Tout ce qui ne peut pas être proposé est placé dans des sacs en vu d’un recyclage au relais.

"Une fois que sera déduit tout ce qu’il y a à payer, les bénéfices seront reversés à des associations de protection animale du département qui n’ont pas d’aide de l’Etat comme le refuge de Mazamet qui ne vit qu’avec des dons" explique Sandrine Boudet. D’autres associations doivent aussi être contactées. Ce choix n’est pas anodin pour celle qui œuvre depuis vingt ans dans la protection animale et qui a déjà chez elle beaucoup d’animaux venant tous de sauvetage.

"Veti plus" lui permettra, en cette période de fermeture administrative l’empêchant de travailler, de faire d’une pierre deux coups.   

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Sandrine Boudet dans sa boutique lors des derniers préparatifs avant l'ouverture.

Book Prunelle : une plateforme gaillacoise d’ebooks jeunesse... à soutenir sur Ulule !
lundi 4 janv. 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Book Prunelle développe depuis la pépinière d'entreprises Granilia à Gaillac la première bibliothèque bienveillante numérique pour les enfants. Blandine Carsalade, aux commandes de cette jeune maison d'édition, vient de lancer sa campagne de financement participatif sur Ulule. Une plateforme d’ebooks jeunesse pour les 4-11 ans à soutenir absolument !

Lire la suite



Book Prunelle, ce sont des histoires d’aujourd’hui qui racontent le monde de demain. Des livres engagés pour faire rêver et réfléchir. Des livres interactifs pour les enfants de 4 à 11 ans avec des histoires sur la protection de l'environnement, la solidarité, l'amour de soi et l'ouverture au monde, mais aussi la culture, l'art et la créativité. Toutes les histoires que Blandine Carsalade avait envie de raconter à ses deux enfants et qu'elle a fini par écrire...

C’est ainsi que se présente cette jeune maison d’édition jeunesse, créée à Gaillac et soutenue par la pépinière d'entreprise Granilia et l'Agglo Gaillac - Graulhet.

Autre particularité, ses titres sont diffusés sur une plateforme numérique, par abonnement, un peu à la manière de Netflix pour les séries et les films.

De nombreux titres en version bilingue sont en anglais. L’espagnol est également annoncé. Une occasion rêvée pour les enfants d’améliorer très jeune leur niveau en langue étrangère.

Book Prunelle écran

Book Prunelle vise les enfants de 4 à 11 ans. Ce qui la distingue, ce sont notamment les thèmes abordés dans les histoires, très actuels. Par exemple, dans "Kinto, la peluche orang-outan", on nous raconte l’histoire d’une espère menacée par la production d’huile de palme. Dans "Princesse Ellya va à l’école", c’est la question du handicap qui est traitée.

Certains titres revisitent des contes classiques pour qu’ils soient mieux compris par des enfants d’aujourd’hui. Enfin, la plateforme numérique offre de la narration audio avec des acteurs natifs de chaque langue, des jeux et des activités à imprimer.

Disponible sur tous les écrans, Book Prunelle veut se développer et cherche de nouveaux abonnés. Sa campagne participative sur Ulule est lancée, et bien lancée.

Vous pouvez soutenir Book Prunelle sur Ulule en cliquant ici.

Avec Book Prunelle et Geek junior, le gaillacois bouge, innove et se met dans la lumière sur l'édition jeunesse !

A voir sur le sujet

Les toutes dernières lectures vous attendent à l'Etoile Scintillante
dimanche 3 janv. 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Depuis qu’il a ouvert sa librairie l'Etoile Scintillante en juin 2019 sous les arcades du Griffoul au coeur du centre ville de Gaillac, Jean-Marc Bélard a connu les deux confinements propres à tous les confrères plus anciens que lui.

Lire la suite



Le chiffre d’affaires y a laissé des plumes (-55% en mars 2020, -80% en avril), mais le libraire indépendant s’est adapté, a livré sur la ville, a donné rendez-vous à ses clients pour fournir leurs commandes entre 10 heures et midi. Il a fait le gros dos et a passé le cap.

Les lecteurs qui ont découvert sa librairie ont apprécié son accueil affable, la liberté dont ils jouissent entre les rayons, et les conseils du libraire, qui a la particularité de lire une bonne partie de ce qu’il vend. Il a invité des auteurs, organisé des dédicaces, et fidélisé ainsi un lectorat.

Au palmarès des ventes de fin d’année 2020, Barack Obama (Une terre promise) et un auteur beaucoup moins médiatisé, Vassili Golovanov. Son ouvrage (Espace et Labyrinthe), sorti en 2012, mêle des mythes et des récits d’Asie centrale, parcourt l’univers des steppes et des chamans.

Le Churchill d’Andrew Roberts, avec ses 1.200 pages, est un pavé qui permet de traverser un confinement. Jean-Marc Bélard conseille aussi la nouvelle traduction de Dune, de Franck Herbert, pour les amateurs de science-fiction.

En polar, le leader est Olivier Norek (Aveyronnais comme Bélard) et son Impact (prix Maison de la Presse).

Parmi les plus demandés L’aube des temps, de Ken Follett, la réédition du Voyage au bout de la Nuit (Denoel, en version "beau livre"), en BD le numéro 5 de L’Arabe du Futur (Riad Sattouf) et Magasin général, de Loisel et Tripp, rassemblant plusieurs albums.

En "littérature jeunesse", Tomi Ungerer, Claude Ponti, et Ensemble, un livre sur la bienveillance illustré par Axel Scheffler. En couverture, un lion offre une fleur à un agneau. J.K. Rowling frappe à nouveau avec L’Ikabog.

Le coup de cœur de Jean-Marc Bélard va aux contes russes pour enfants de Ludmila Oulitskaïa. "Il est superbement illustré, pour des jeunes de 8 à 10 ans ou un peu plus". Et pour les habitants attachés à découvrir l’épopée napoléonienne au prisme de sept soldats gaillacois, Le Rendez-vous d’Eylau, de Charles Pistre.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : depuis juin 2019, où il a ouvert sa librairie indépendante, Jean-Marc Bélard a su créer un climat à Etoile Scintillante et fidéliser des lecteurs.

Du nouveau à Espolitaquo
samedi 2 janv. 2021
Du nouveau sur l'Agglo

On peut dire que la boutique Espolitaquo, située au coeur de la bastide de Lisle sur Tarn, a su être complice du bonhomme en rouge à la longue barbe blanche en comblant de nombreuses envies. Les cadeaux de proximité Made in Aqui ont fait fureur pour ce Noël 2020 si particulier, sur la place aux arcades.

Lire la suite



Une personne allant même jusqu’à confier que "cela faisait plusieurs fois que je regardais avec envie une sculpture en fer symbolisant un éléphant. Et le père Noël a exaucé ce doux rêve". Aujourd’hui, en ce début d’année 2021, ce ne sont pas moins de 36 exposants, artisans créateurs qui font partie de l’enseigne lisloise.

Laure, artiste du mois

Les nouveautés sont toujours de mise à la boutique Espolitaquo, avec de nouveaux artistes chaque mois.

Ces jours-ci, c’est au tour de Laure de "Grandeur Nature". Elle réalise de magnifiques créations, des cadres de décorations végétals réalisés par soudure à l’étain avec des vitres recyclées. Les fleurs et autres végétaux séchés sont de plus en plus tendance et sont des compagnons sur plusieurs années comme une évocation poétique qu’accompagne le sentiment d’évasion.

Il y a toujours des idées de cadeaux à faire ou à se faire, des bijoux, des décorations, des sculptures, des créations textiles, des bougies, de l’huile de safran, des luminaires, du mobilier, du fait main local qui met en avant les artisans créateurs de proximité. Sans oublier les objets du quotidien, agendas, ou besaces, coussins colorés et cosmétiques.

La boutique est ouverte du lundi au samedi de 9h30 à 19h et le dimanche de 9h à 13h30.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Laure de "Grandeur Nature" expose ses décorations végétales à Espolitaquo.

Dans la famille Schiavon, l'élève a dépassé le maître
samedi 26 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Créée en 1986, l'entreprise graulhétoise Schiavon, spécialisée dans la conception de machines et soutien de la filière Cuir de Graulhet, est avant tout une affaire de famille.

Lire la suite



L'entreprise Schiavon aime cultiver son image d'entreprise familiale. Installée à Graulhet avenue de Genève, la société créée par Jacques, au début de l'année 1986, a su se faire un nom dans la conception de machines.

"J'ai démarré sans presque rien, avec 1.000 francs et des tréteaux", rappelle le patriarche, à la retraite depuis cinq ans, mais toujours présent physiquement dans les ateliers.

Œuvrant d'abord avec les sociétés de tannerie et de mégisserie, le graulhétois s'est fait un nom en lançant un appareillage révolutionnaire servant à lustrer le cuir, un an après son installation. "Grâce à elle, nous avons ouvert notre activité à l'international et avons pu vendre notre savoir-faire jusqu'au Japon".

Dans les pas de son père

Fort de ce premier succès, l'entrepreneur tarnais ne s'est pas reposé sur ses lauriers et a diversifié ses activités jusqu'en 2015, date à laquelle il s'est officiellement mis en retrait pour faire place à l'un de ses deux fils, Florent.

Une passation de pouvoirs réalisée sans heurt. "Je ne leur ai jamais mis la pression pour qu'ils prennent la suite, confirme Jacques. J'ai toujours estimé que c'était à eux de faire leur choix".

Ce que ne nie pas le nouveau chef d'entreprise qui, après avoir suivi une formation dans l'électrotechnique automatisme, a fait ses premiers pas sous la houlette de son père en 2007. "Pour moi, c'était une suite logique. À force de le voir, j'ai fini par lui emboîter le pas".

"L'élève a même dépassé le maître", sourit Jacques qui n'a plus à s'inquiéter pour l'avenir de l'entreprise familiale.

 

Source : Le Journal d'Ici - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : les Schiavon restent aux commandes de l'entreprise grâce au passage de relais entre Jacques et Florent.

Agropoint, promoteur de l’achat local
vendredi 25 déc. 2020
Attractivité du territoire

Créée en 1994, l’association Agropoint fédère plus d’une centaine d’acteurs tarnais de l’agroalimentaire, petits producteurs, industriels, artisans et enseignes de la grande distribution. Sa marque phare, Saveurs du Tarn, destinée à promouvoir l’achat local, regroupe près de 1.500 produits.

Lire la suite



Qu’ont en commun la brasserie du Castel, les conserves du Garrissou, La Bonne énergie, la Vache occitane, Vinovalie et l’Intermarché de Carmaux ? À l’image d’une centaine d’agriculteurs et d’entreprises du Tarn et de vingt points de vente de la grande distribution, ces structures ont adhéré à l’association Agropoint et apposé sur leurs produits, fabriqués ou transformés dans leur territoire, la marque Saveurs du Tarn.

Créé en 1994 à l’initiative du Département du Tarn, de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat et de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn, le réseau a été pensé comme un outil pour fédérer les acteurs de l’agroalimentaire.

Sa première mission est de gérer la marque Saveurs du Tarn, qui regroupe quelque 1.500 produits et sert d’étendard aux filières bien connues du grand public comme l’ail rose de Lautrec, les vins de Gaillac ou les salaisons de Lacaune mais aussi à des structures plus confidentielles.

"Cette marque s’est vraiment développée en 2012, quand des distributeurs ont intégré l’association. Leur arrivée a permis d’améliorer les relations entre les agriculteurs producteurs et les enseignes et d’améliorer la mise en avant des produits locaux. Toutes les entreprises qui apposent cette marque ont une sortie de produit supérieure. Saveurs du Tarn apporte aussi de la sérénité au consommateur qui sait qu’en achetant local, il favorise les circuits courts et agit pour son territoire mais aussi pour l’écologie", explique Bénédicte Olivier-Pacorig, en charge de la communication chez Agropoint.

L’achat local progresse

Saveurs du TarnEn forte progression depuis environ quatre ans, la consommation de produits locaux dans le Tarn augmente chaque année de 20%, estime l’association. Elle fluctue selon les saisons, notamment sur les fruits (pommes, fraises), les produits de fêtes et les chocolats ou encore les bières, davantage consommées en été.

Comme partout ailleurs, l’année 2020, confinement oblige, aura été marquée par un engouement pour les achats directs chez les producteurs ou par drive fermier. Les professionnels, comités d’entreprises ou collectivités, ont aussi suivi cette tendance. "Nous avons vendu cette année quelque 6.000 coffrets cadeaux, composés à 100% de produits tarnais. C’est deux fois plus qu’en 2019", souligne Bénédicte Olivier-Pacorig.

Appui technique

Au-delà de l’animation de la marque et des événements de promotion – des boutiques éphémères seront installées en mars 2021 à Paris – l’association assure aussi des prestations de service pour ses adhérents.

Communication et marketing, formation en droit alimentaire et en hygiène, Agropoint intervient aussi dans l’accompagnement des collectivités pour des études de marché ou de l’appui technique à la rédaction de marchés publics pour la restauration scolaire.

Une diététicienne-nutritionniste du réseau, mandatée par le Département, veille également à l’équilibre alimentaire des repas servis en restauration collective, comme dans les collèges et les Ehpad, et les oriente vers des fournisseurs locaux pour favoriser les circuits courts.

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la marque Saveurs du Tarn regroupe aujourd’hui 1500 produits et une centaine de producteurs, artisans et industriels.

Alphacan fait valoir son savoir-faire sur le plaxage des profilés PVC depuis Gaillac
mercredi 23 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Alphacan vit toujours et travaille, dans le cadre du groupe Alpha Pro, le seul "gamiste" français à proposer une gamme complète de produits PVC, des portes et fenêtre aux serrures, volets, bardages, portails et clôtures, et jusqu'aux profilés à façon.

Lire la suite



Gaillac est le siège du groupe Alphacan qui compte quatre usines en France. Il a été racheté par Bruno Mousset (PDG) et Gilles de Valincourt (directeur administratif et financier) en novembre 2020. "Désormais, il n'est plus dans les mains d'un fonds d'investissement (Open Gate) mais de deux entrepreneurs actionnaires. Des personnes physiques qui sont là pour développer un plan industriel à long terme" indique Philippe Mestres, directeur du site de Gaillac (35 ans de présence à divers postes chez Alphacan).

Le site de Gaillac compte 38 salariés sur les 520 collaborateurs du groupe. Il est spécialisé dans le plaxage, qui consiste à coller un film décor sur les profilés pour leur donner un aspect bois, ou des couleurs design, selon les attentes des clients, qui vont de l'artisan menuisier aux plus gros commanditaires. Le choix est vaste, avec 32 films différents.

Sur les quatre ligne de finition, l'expérience de l'équipe est déterminante. "Le plaxage est un métier savoir-faire, avec beaucoup de réglages manuels, pour que le produit final ne comporte ni pli, ni bulle. On travaille sans cesse sur le changement des références, la coordination, les mises au point".

En novembre 2020, le site de Gaillac a battu un triple record de productivité en km, tonne et en taux de rebus (moins de 2%). "C'est le segment d'Alpha Pro qui progresse le plus, avec des ventes en hausse de 13%".

Le groupe mise sur un atout de poids : il est un acteur français sur un marché sensible aux normes nationales (qualité, sécurité, environnement) et capitalise sur sa marque "Profils de France". Alpha Pro est son propre fournisseur de matière première, propose des finitions à la carte (laquage, printing) ou adaptées aux styles régionaux. Ce "made in France", avec sa sécurité logistique de responsabilité et de livraison, marque des points ici et même ailleurs.

Le leader français exporte en Italie, Espagne, Balkans, Singapour et l'Indonésie.

Philippe Mestres : "Le PVC est un produit recyclable quasiment à l'infini

AlphacanAlphacan s'inscrit dans le groupe Alpha Pro qui regroupe Profialis, crée en 1952, et Alphacan (1962).

Le groupe se définit comme un "spécialiste de l'ouvrant à la française", mais ses produits s'étendent au-delà des portes et fenêtres. 74% de son activité porte sur les menuiseries, 12% sur les fermetures, 6% sur les bardages (de mobil home, habillage des façades, finition des toitures), 1% sur les portails et clôtures et 7% sur les profilés à façon (en sous-traitance pour l'industrie, comme les chauffe-eau, vérandas, piscines, etc.).

Philippe Mestres, directeur du site de Gaillac, où se trouve le centre de recherche, indique que le PVC est recyclable "quasiment à l'infini" et que la fabrication utilise désormais des stabilisants non toxiques.

"Une porte en PVC comporte moins de produits toxiques qu'une porte en bois traitée chimiquement".

Les métaux lourds, comme le plomb ou le cadmium, ont été bannis. Sur le site de Gaillac, la recherche porte également sur le bien-être au travail, la réduction du bruit sur les lignes de plaxage et des tâches manuelles dans le transport des profilés.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessus : le réglage des lignes est déterminant, pour que l’application du film ne comporte ni plis ni bulles.

Illustration ci-dessous : le plaxage, où l’on colle un film décor sur le profilé PVC, est une technique très fine qui exige des mises au point fréquentes et une expérience à chaque poste de travail.

"Nulle Part Ailleurs", à Gaillac, pour découvrir les artisans locaux
mardi 22 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Nulle Part Ailleurs, rue Portal au coeur du centre vilel de Gaillac, est une des bonnes adresses pour les cadeaux de fin d’année : des pièces uniques, œuvres d’artistes ou artisans d’art de la région, des prix accessibles, et une originalité dans la diversité.

Lire la suite



Nulle Part Ailleurs met aussi en exergue un "coin écoresponsable", qui donne ses premiers résultats commerciaux : sacs en jeans recyclables, lingettes et carrés démaquillants lavables, emballages alimentaires réutilisables.

L’association, créée le 1er mai 2017, a été référencée en juillet 2019 par la Chambre Régionale des Métiers pour être inscrite sur la "Route des Métiers d’Art d’Occitanie".

Dix-huit artisans d’art exposés

Elle est toujours gérée et tenue en alternance par les cinq fondateurs, Roland (tourneur sur bois), Florence et Iza (bijoutières), Virginie (céramiste) et Paki (couturière). Dix-huit artisans d’art y sont exposés, la liste changeant tous les six mois.

Le partage des charges locatives a fait de "Nulle Part Ailleurs" un modèle économique viable.

On peut opter pour les éléments floraux de Laure (Grandeur Nature), poésie suspendue avec des pensées, anémones, géraniums inclus sous verre serti à l’étain. Ou bien les bibis gracieux et les mitaines de la chapelière Ada Zor.

Virginie Delepierre (céramiste) présente des bols aux tons bis encrés de bleus diaphanes, et des boîtes rondes, petites citrouilles d’un noir mat où ruisselle un rouge brillant. Le troupeau de moutons de Claudine Raku (céramiste) affiche une bouille débonnaire. Élégantes et relax, ses longues silhouettes féminines où le mat des membres contraste avec la brillance des robes chatoyantes.

"Les pots d’Anne" (céramiste) déclinent une gamme de verts d’eau, légers comme une aquarelle, nervurés, pareils à la peau de la terre. Gaby Sauvage crée dans la terre des "trognes" expressives, boudeuses, grincheuses ou ahuries : une galerie de portraits affectueux et insolents.

On peut trouver à Nulle Part Ailleurs les dessous de verres d’Arty, semblables à des vitraux, la gamme Raconte-moi un savon, de Julie, cosmétiques naturels en petits bocaux, des mini-tableaux à expédier en cartes postales et, pour la première fois, la boutique accueille une peintre, Nataelle Sissoko. 

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la vitrine de Nulle part Ailleurs est déjà une création en soi : l’intérieur recèle le talent de dix-huit artistes et artisans d’art qui proposent des pièces uniques. Une mine d’idées cadeaux pour les fêtes.

Gaillac met en vente 1.000 bons d’achat supplémentaires
mercredi 16 déc. 2020
Du nouveau à Gaillac

Devant le succès de l’opération "Bons d’achat gaillacois", la ville a décidé d’abonder son aide directe au commerce : 1.000 bons supplémentaires seront mis en vente, notamment vendredi 18 décembre 2020.

Lire la suite



L’idée était de concilier une aide directe aux commerces locaux avec un coup de pouce au pouvoir d’achat des Gaillacois.

L’opération "Bons d’achat gaillacois" a été lancée par la municipalité dès l’annonce de la réouverture de tous les commerces.

"Il fallait trouver un moyen d’aider concrètement les commerces très impactés par la crise et de diriger les consommateurs vers les commerces de centre-ville pour leurs achats de fin d’année. Avec ces bons d’achat, nous espérons limiter les achats en ligne et établir un nouveau lien entre les Gaillacois et leurs commerçants", souligne la maire Martine Souquet.

Le principe est simple : les Gaillacois achètent un bon d’achat de 10€ et la ville remet un bon de 20€, valable chez les commerçants participants, et prend en charge la différence.

La municipalité a ainsi mis en vente 1.000 bons d’achat (pour un budget de 10.000€.) dès le 5 décembre 2020. "Devant les témoignages reçus de la part des Gaillacois mais aussi des commerçants, nous avons programmé une nouvelle vente ce vendredi 18 décembre."

Vente à l’espace culture

Mille bons supplémentaires sont donc mis en vente à l’espace culture, situé 80, place Hautpoul, ce vendredi 18 décembre 2020 de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30.

80 commerçants sont inscrits à ce jour à l’opération, toutes activités confondues, y compris la Maison des vins.

La participation est réservée aux commerces gaillacois de moins de 10 salariés.

Les bons d’achat, valables jusqu’au 31 mars 2021, sont réservés aux habitants majeurs de Gaillac (sur présentation d’un justificatif de domicile), avec trois bons maximum par foyer. Les foyers ayant déjà acheté trois bons sur la vente précédente ne peuvent profiter de la deuxième offre.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l’objectif de la municipalité : donner un coup de pouce aux petits commerces impactés par les deux confinements et soutenir le pouvoir d’achat des habitants de la commune.

Graulhet : les interdits coupent aussi l’appétit des restaurateurs
mercredi 16 déc. 2020
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Comme leurs semblables de toute la France, les restaurateurs graulhétois souffrent de la situation et des interdits liés à l’épidémie, qui les oblige de s’adapter. C’est ainsi que la plupart a mis en place une alternative de drive ou de livraison à domicile.

Lire la suite



Sébastien Arruffat, du restaurant Côté place à Graulhet, a opté pour la première solution. "Je fais de l’emporter avec un menu du jour, le midi et le soir. Mais ce système n’assure que 30% de mon chiffre d’affaires d’avant la Covid. J’ai pu bénéficier d’aides de l’Etat lors du premier confinement. Elles m’ont permis juste de couvrir les frais."

Une baisse significative que confirme Gisèle Prosodio, du restaurant Chez Gisèle de spécialités portugaises ouvert en juin 2020, place du Jourdain : "Je fais parfois deux repas par jour, des fois zéro !" D’autres ont opté pour le stand de marché, comme Le Flamboyant, lui aussi ouvert récemment.

Trouver la bonne formule

La majorité a déjà, via les réseaux sociaux, établi une carte de repas de Noël et du premier de l’An à emporter.

Quelques-uns, comme le Saint-Pierre ou L’Aviation, en ont profité pour revisiter des classiques de la cuisine française, revus ou adaptés aux circonstances et aux exigences de nouveaux types de clients.

Pour Swan Naudy, de la Coloc, l’heure est à la recherche de la bonne formule : "Nous, nous avons mis du temps à la trouver. En période normale, nous faisions 30 couverts en moyenne tous les midis, en semaine et les soirs, et les week-ends entre 15 et 20 couverts. Lorsque nous avons mis en place les livraisons le soir et le week-end, nous faisions 5 ou 6 couverts les bons services. Nous avons donc décidé d’ouvrir uniquement les midis en semaine. Maintenant, nous assurons 30 couverts en moyenne par service, notamment grâce aux entreprises qui commandent en nombre et souhaitent être livrées sur leur lieu de travail. Nous avons réussi à trouver un rythme quasiment équivalent à une période normale. Mais il a fallu démarcher quelques entreprises par mail et mettre un service de livraison en place." Cependant, le compte n’y est pas : "Il faut retenir que le panier moyen est beaucoup plus bas, 13€ contre 18€ en période normale, et qu’il n’y a aucune boisson qui rentre dans l’addition."

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : des salles de restaurant désespérément vides. Ici, à Côté place.