Actualités

Home Staging sur Gaillac : un atout supplémentaire
vendredi 29 nov. 2019
Du nouveau à Gaillac

Réaménager l’espace et créer du volume. Le marché immobilier est très tendu depuis de nombreuses années. Difficile de vendre son bien immobilier tant la concurrence est rude. Afin d’optimiser la vente de sa maison ou de son appartement, une technique a fait son apparition: le Home Staging, qui peut s’apparenter au relooking d’une maison ou d’un appartement, à cheval entre la décoration d’intérieur et la rénovation.

Lire la suite



Le Home Staging

Contrairement à ce que l’on peut lire ici ou là, en Home Staging, il ne faut pas réaménager le bien à valoriser comme si on devait y habiter.

Le but ultime d’un Home Stager est de créer une ambiance et de faire en sorte que l’acheteur ou le loueur se projette immédiatement dans la maison ou l’appartement qu’il visite.

Lancé réellement en France en 2007, le Home Staging devient de plus en plus évident et nécessaire pour vendre ou louer son bien immobilier rapidement. Ce n'est pas par hasard que beaucoup de propriétaires et d’agents immobiliers font appel à un expert du Home Staging.

Le travail de valorisation exécuté par les Home Stagers permet en général une vente plus rapide (3 jours au lieu de 35 jours en général).

Le Home Staging vu par Un Souffle d'Autan

La société Un Souffle d'Autan, implantée à Gaillac, joue beaucoup sur la décoration et les goûts en vogue, et c'est tout naturellement qu'il s'est lancé récemment dans cette activité.

En partenariat avec une décoratrice, l'entreprise travaille afin de privilégier l’espace, d’éliminer tout ce qui peut entraver visuellement la perception du futur acheteur comme un papier peint défraîchi, des pièces encombrées ou encore des meubles imposants.

Le Home Staging peut se traduire concrètement par une nouvelle disposition des meubles, par la pose d’une nouvelle peinture dans certaines pièces ou par une harmonisation des couleurs et des matériaux par exemple. Ce concept a aussi comme principe de base d’embellir un bien à moindre coût pour le revendre.

Un Souffle d'Autan se déplace dans un premier temps pour établir un diagnostic du bien immobilier à vendre au cours duquel, lui et la décoratrice font un bilan du travail à effectuer.

Toutes les pièces vont être étudiées afin de faire ressortir au maximum le potentiel du bien à vendre.

Celui-ci sera ensuite aménagé par leur soin : des meubles de qualité, du linge de maison, une cuisine avec une table dressée, un salon accueillant avec fauteuils et coussins...

Avec Un Souffle d'Autan, vous avez sur plac tout ce qu'il faut pour que le futur acheteur se projète et se sente chez lui !

Contact

Un Souffle d’Autan

Mail : unsouffedautan@sfr.fr

Tél. : 05 63 42 61 92

Soirée de la Coopération des Réseaux au Festival des Lanternes le 02 décembre
jeudi 28 nov. 2019
Evènement

Ce sera lundi 2 décembre 2019 la troisième et dernière "Soirée de la Coopération des Réseaux" sous sa forme régionale, puisque le Club des Dirigeants d’Entreprises (CDE), à l'origine de cette manifestation, se mettra en sommeil pour mieux renaître en version départementale, plus légère mais sur les mêmes valeurs de solidarité et d’efficacité.

Lire la suite



Le Club des Dirigeants d'Entreprises d'Occitanie

Le Club des Dirigeants d’Entreprises (CDE) a la particularité de réunir des artisans, TPE, PME, commerçants, professionnels libéraux et jusqu’aux grands groupes, et de proposer des manifestations visant à créer ds synergies entre acteurs économiques par l'échange et les rencontres. Il existe à l'échelle régionale mais dispose d'entités départementales, dont celle du Tarn, le CDE 81, est animée par Jean-Marc Salvador de Brens.

La soirée du lundi 02 décembre sous le chapiteau du Festival des Lanternes à Gaillac se déroulera donc au parc de Foucaud, avec trois partenaires (qui sont aussi adhérents) majeurs : Groupama, La Poste et Fidal.

"Notre spécificité se justifie", indique Jean-Marc Salvador, vice-président régional des CDE et animateur de l'antenne Tarn de l'association.

"Les petites structures ont besoin de se développer, les grandes ont des besoins pointus que la sous-traitance peut prendre en charge. Elles ont aussi une image à conforter dans les territoires".

Programme de la soirée

Le timing de la soirée est serré, comme celui des acteurs économiques.

À 18h, accueil des entreprises et réseaux sur l’Espace VIP Tarn Tourisme.

De 18h30 à 19h30, business dating parrainé par La Poste sur inscription obligatoire.

De 19h30 à 20h30, atelier Fidal et Groupama.

De 20h30 à 21h30, visite libre du Festival des Lanternes, une déambulation sous les plafonds d’ombrelles ou de lampions chinois et les 46 tableaux monumentaux inédits sur la thématique des Carnets de Voyage des provinces de Chine (Grande Muraille, Opéra de Pékin, Route de la Soie, le plus grand Bouddha au monde, marché d’artisanat chinois).

Après les prises de paroles des invités, présidents et partenaires durant l’apéritif, commencera à 21h45 le dîner "Business" avec vue sur le parc pour un menu 100% tarnais.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le Club des Dirigeants d’Entreprises se réunira, comme lors de l’édition précédente, sous le chapiteau du Festival des Lanternes.

L'Artfriche à l'honneur des prix territoriaux 2019 remis à Paris lors du Salon des Maires
lundi 25 nov. 2019
Attractivité du territoire

Les 20èmes Prix Territoriaux Gazette – GMF ont été remis mardi 19 novembre 2019 au Salon des maires et des collectivités locales, en présence de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. A cette occasion, l'opération Artfriche, déployée sur Gaillac par l'Agglomération Gaillac | Graulhet au soutien de l'attractivité du centre-ville, a été mise à l'honneur en recevant le prix Coup de cœur du Jury. Une très belle reconnaissance.

Lire la suite



Les prix territoriaux ou la reconnaissance de l'innovation de l'action publique

Les Prix Territoriaux Gazette – GMF récompensent chaque année les projets de collectivités qui améliorent le service public rendu aux usagers. Ils mettent en valeur le travail en équipe des agents, en interne ou avec des partenaires externes, tout en récompensant leur ingéniosité et leur investissement, si souvent nié par ailleurs. C’est d’ailleurs cet engagement et cette innovation des agents qu’est venue saluer Jacqueline Gourault, la ministre des collectivités territoriales, en accompagnant la cérémonie de remise des prix, le 19 novembre 2019 au Salon des maires.

Pour valoriser cette créativité, les Prix Territoriaux La Gazette – GMF récompensent chaque année les 6 meilleures initiatives de collectivités dans tout le champ des politiques publiques : Emploi, formation, éducation, intégration, prévention, développement durable, accès à la culture, inclusion…

En 2019, 134 dossiers ont été soumis au jury, un record, mais aussi la marque d’une innovation toujours plus présente dans les collectivités locales, quelles que soient leurs tailles.

Les six lauréats de la 20ème édition

Le premier lauréat à être récompensé est le Conseil Départemental de la Drôme avec son projet "Communiquer en langage Artfriche GaillacFALC" (facile à lire et à comprendre) qui vise à rendre les informations et les décisions communiquées aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à leurs proches compréhensibles par tous, en "traduisant" l’ensemble des brochures d’information et courriers en FALC.

Le deuxième lauréat est la Mairie de Tarbes avec son "Programme Education au Développement Durable", un projet de longue haleine : depuis septembre 2010, avec l’Education nationale, Tarbes développe un programme "Éducation au Développement Durable" (EDD) qui concerne les enfants des cycles 2 et 3 (CE2, CM1 et CM2) des 15 communes composant l’ancienne Communauté d’Agglomération du Grand Tarbes. Près de 12 000 élèves ont été sensibilisés depuis 2010.

Le lauréat du Prix La Gazette des Communes est le SIVOM du Val Fleuri avec son projet : "M.S.A.P", un véritable "village dans le village" qui propose un pôle de services, notamment pour l’accompagnement des personnes âgées, avec des professionnels de santé, commerces et associations.

Le Prix GMF est attribué au Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Mayenne avec la "Création d’un véhicule para médicalisé pour assurer la couverture d’une zone blanche", qui offre un accès aux soins urgents aux populations situées à plus de 30 minutes d’une structure (urgence SMUR).

Le Prix des sociétaires GMF est attribué à la Mairie de Plaisance du Touch avec son projet de "Sensibilisation à la culture sourde et formation à la langue des signes française", qui vise les agents de la commune, de la communauté de communes et des associations recevant du public ; les enfants des écoles maternelles et élémentaires, et les élèves de l’école municipale de danse afin d’accueillir et orienter tous les publics vers les services de droit commun, découvrir la culture sourde et acquérir des notions linguistiques de base, connaître et respecter l’autre dans ses différences.

Prix territoriaux 2019Enfin, le Prix Coup de cœur du Jury, remis par Patrice Girot, président du Jury (et vice-président national, président de l’Union Régionale Ile-de-France du SNDGCT), va à la Communauté d’Agglomération Gaillac Graulhet avec la "Valorisation des locaux vacants en centre-ville L’Artfriche", une démarche qui poursuit un objectif économique en interaction avec la Culture et le Patrimoine de la ville de Gaillac. Il redonne vie à des rez-de-chaussées commerciaux vacants depuis plusieurs années, tout d’abord par la réouverture de leur vitrine, puis à terme par l’exploitation de ces dits locaux (activités liées aux métiers d’Art notamment), en accueillant des artistes qui se voient ainsi offrir la possibilité d’exposer, aux yeux de tous, dans une optique de vente des œuvres et de gain de visibilité.

Déjà labellisée "Ville d'art et d'histoire" en 2017, Gaillac, avec le soutien de l'Agglomération Gaillac Graulhet, poursuit sa politique d'attractivité dont l'un des enjeux est d'enrayer la vacance commerciale de centre-ville. L'Artfriche s'inscrit dans cette perspective et combine les trois leviers d'attractivité de Gaillac : le commerce, la culture et le patrimoine.

La commune utilise les vitrines des locaux commerciaux inoccupés comme des lieux d'exposition temporaire d'artistes professionnels. Elle recense d'abord les vitrines à l'abandon, puis contacte le propriétaire pour le convaincre d'adhérer au projet en acceptant une mise à disposition à titre gratuit de son local. Une convention entre l'Agglomération Gaillac Graulhet, l'artiste et le propriétaire est élaborée, et l'artiste peut investir les lieux pour une durée de 3 mois. Afin de contourner les contraintes techniques et juridiques, l'utilisation de chaque local est temporaire et l'entrée du public n'est pas autorisée à l'intérieur du local.

Avec ce projet, le centre-ville retrouve son dynamisme, les citoyens se rassemblent autour de l'art et les artistes bénéficient d'une visibilité.

 

Illustration 1 ci-dessus : une vitrine du centre-ville de Gaillac "Artfrichée".

Illustration 2 ci-dessus : Patrice Girot, président du Jury, Patrice Gausserand, Maire de Gaillac et Vice Président de Gaillac Graulhet Agglomération en charge de l'attractivité, Valérie Jove Poibeau, Manager de centre-ville et de territoire et Francis Ruffel, élu en charge du commerce à Gaillac.

Illustration ci-dessous : les lauréats des 20èmes Prix Territoriaux Gazette – GMF.

En téléchargement ci-dessous : le communiqué de presse de relatif à la remise des prix territoriaux 2019.

Le T d'Oc 2019 du Produire local décerné aux Mirliflores !
lundi 25 nov. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Le T d'Oc 2019 du Produire local a été décerné par le public tarnais à la biscuiterie artisanale historique Les Mirliflores, implantée à Montans sur l'Agglomération Gaillac | Graulhet. Une belle entreprise artisanale récompensée notamment pour son ancrage local et son organisation en lien avec son territoire d'implantation. Bravo !

Lire la suite



Les Mirliflores récompensées

Les fondatrices de la biscuiterie artisanale Les Mirliflores, Elisa Faget et Gwenaëlle Carrère, ont reçu le trophée T d'Oc 2019 du Produire local. 

Il leur a été remis des mains de Carole Delga, présidente du Conseil régional Occitanie, le vendredi 22 novembre en soirée sur la scène du parc des expositions d'Albi, devant plus de 400 personnes invitées par "Le Journal d'Ici", en présence du président du Conseil départemental du Tarn, Christophe Ramond, et du président de l'association des maires du Tarn, Sylvain Fernandez.

Découvrez les 4 initiatives sélectionnées dans cette catégorie en cliquant ici

T d'Oc 2019 - Présentation de la catégorie "Produire local"

Lancée par le média du Tarn et du Lauragais "Le Journal d'Ici", la première édition de l'opération T d'Oc ("Tarn, Territoires de Talents") a pour objectif de distinguer cinq initiatives innovantes et couronnées de succès, en partenariat avec le Conseil régional d'Occitanie, le Conseil départemental du Tarn, l'Association des maires et des élus du Tarn et avec la participation de Vinovalie, La Jardinerie tarnaise, Albi-expos et Saveurs du Tarn.

Prises par des associations, des entreprises, des collectivités locales ou des particuliers, ces initiatives ont pour point commun de servir le développement local dans leurs terroirs respectifs.

Les catégories retenues pour 2019 étaient: Animation, Patrimoine, Produire local, Emploi et inclusion et Transition écologique.

Depuis septembre 2019, les lecteurs de l'hebdomadaire "Le Journal d'Ici" et de ses supports numériques ont pu découvrir vingt initiatives (quatre par catégories) et ont été invités à voter sur le site lejournaldici.com, pour désigner un lauréat par catégorie.

Plus de 6.000 votes ont été exprimés (après élimination des votes multiples).

La Nuit des territoires, au cours de laquelle est dévoilé le palmarès des T d'Oc 2019, s'est déroulée vendredi 22 novembre en soirée au parc des expositions d'Albi autour des produits des terroirs Sud de France et Saveurs du Tarn.

 

Source : Le Journal d'Ici - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Elisa Faget et Gwenaëlle Carrère (biscuiterie artisanale Les Mirliflores) ont reçu le T d'Oc du Produire local le 22 novembre 2019 en soirée à Albi.

Franck Morel est le nouveau garagiste de Cahuzac-sur-Vère
lundi 25 nov. 2019
Nouvelle entreprise

La zone d'activités de Roziès, créée en 2012 et gérée par la Communauté d'agglomération Gaillac-Graulhet, vient d'accueillir une nouvelle entreprise, le garage automobile de Franck Morel. Elle s'ajoute à l'entreprise MVM (maintenance viticole Marquès) et à INFACO (sécateur électrique), qui ont déménagé sur la zone pour des locaux plus vastes. Bienvenu !

Lire la suite



La création de l'entreprise est récente, et l'ouverture du garage automobile Morel sur la zone d'activités communautaire Roziès à Cahuzac sur Vère date du 4 novembre 2019.

Franck Morel, originaire de Brest, est arrivé dans le Tarn avec ses parents et ses frères, pour habiter Gaillac ; il avait 10 ans. Après ses études en mécanique à la Chambre de métiers et de l'artisanat à Albi, dans le cadre d'un apprentissage en alternance dans un garage Citroën de la région, il obtient son CAP.

Examen en poche, il est embauché en CDI sur le même lieu où il restera six ans.

Curieux d'apprendre encore, il est embauché dans un centre de contrôle technique durant plusieurs mois. Il a ensuite intégré un garage automobile multimarques sur Gaillac durant 19 ans.

Franck Morel, 42 ans, marié, père de 2 enfants, réside à Castelnau-de-Montmiral, où il est pompier volontaire depuis vingt ans.

Il a aujourd'hui décidé de monter sa propre entreprise sur la zone d'activités de Roziès, dans un bâtiment où il est locataire de la mairie d'Andillac, propriétaire des lieux.

Son garage est ouvert du lundi au vendredi, de 8h30 à 12 heures et de 14 heures à 18h30 ; il est joignable au 07 80 32 87 97.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Franck Morel dans son bureau.

Les Etablissements Vargas usinent et innovent depuis Lisle-sur-Tarn
vendredi 22 nov. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

La société Vargas et fils, créée en 1990 et implantée au sein de la zone d'activités de l'Albarette à Lisle sur Tarn, porte depuis 2007 la dénomination Etablissements Vargas. L‘entreprise est aujourd'hui pilotée par Bruno et Jérôme Vargas, les enfants du créateur Denis.

Lire la suite



L'activité des Etablissements Vargas consiste principalement en la sous-traitance de produits de mécanique générale pour la partie usinage de métaux ferreux, non ferreux et plastiques, de pièces unitaires, de petite et moyenne série.

Située sur la zone d‘activités de l‘Albarette à Lisle sur Tarn, l‘entreprise emploie 16 personnes.

L‘entreprise a toujours investi dans le domaine de l‘innovation pour répondre aux demandes et problématiques actuelles, l‘augmentation de production en tournage, en pouvant réaliser de plus grosses pièces.

Les demandes concernent des pièces de plus en plus techniques, la réalisation manuelle reste difficile car les personnels disposant de ce savoir sont peu nombreux.

La stratégie de l‘entreprise les a amenés à investir dans un tour à commande numérique disposant d‘un outillage adapté aux grosses pièces, ils ont sollicité l‘aide du Conseil régional d'Occitanie. Les investissements pour ce nouvel équipement seront cofinancés par l‘aide régionale.

Les établissements Vargas sont seuls et premiers en Occitanie à être équipés sur ce type de machine. Avec cet équipement, ils continuent à être à la pointe auprès de clients issus du monde agricole, aéronautique, agroalimentaire ou pétrolier, avec une réactivité qui séduit les besoins des clients.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : une équipe dynamique de 40 ans de moyenne d'âge.

L'emploi retrouve des couleurs dans le Tarn
jeudi 21 nov. 2019
Emploi

En 1 an, le taux de chômage dans le Tarn a reculé de – 0,7%. Des chiffres encourageants aidés par une bonne conjoncture économique et des entreprises qui recrutent. Cette embellie profite particulièrement aux jeunes.

Lire la suite



Dans les locaux de Pôle emploi, chaque jour, chaque semaine, chaque mois, on scrute les chiffres du chômage, en espérant une embellie. En cette année 2019, les courbes sont avantageuses et prouvent que l'emploi retrouve des couleurs dans le Tarn.

"Le nombre d'emplois a augmenté de +1 % en un an dans le Tarn, ce qui a permis à 1.000 personnes de plus que l'an dernier à la même époque, de retrouver un job. La conjoncture est bonne et les chefs d'entreprise embauchent. Ce sont les jeunes qui ont le plus profité de cette évolution" analyse le directeur territorial de Pôle emploi Tarn Aveyron, Thierry Couve.

"On note +150 embauches supplémentaires dans l'industrie, 180 dans la construction, 110 dans le commerce et 380 dans les services."

Comme toujours, l'homme et ses équipes restent prudents sur l'évolution de cette conjoncture. Mais les signes sont là. La machine économique semble repartir dans le département.

"C'est vrai que les chiffres sont bons même dans l'industrie que l'on dit en souffrance." Le directeur appuie aussi sur l'investissement étatique sur la formation avec un plan à hauteur de 15 milliards.

"C'est fondamental d'augmenter l'accompagnement des demandeurs d'emploi pour les former, pour qu'ils soient mieux armés sur le marché du travail. Vous savez, ceux qui sortent avec de beaux diplômes et une belle formation ne passe pas par Pôle emploi pour trouver un job. Nous, nous sommes là aussi pour tous ceux qui se trouvent en marge des filières classiques, qui ont eu un accident de vie. Il faut les accompagner pour qu'ils retrouvent confiance. Aujourd'hui, nous avons les moyens pour cela."

Il ajoute : "Un exemple ? L'accompagnement global professionnel et social des personnes en difficultés, en lien avec le conseil départemental du Tarn, a permis une reprise d'emploi pour cette catégorie de 42%. Ce sont des chiffres qui parlent."

Aider les secteurs en tension

Aujourd'hui, l'un des gros dossiers, c'est de trouver des solutions pour les secteurs en tension qui peinent à recruter.

Lesquels ? "Dans le Tarn, on pense à la restauration rapide ou traditionnelle, le commerce de détail, le transport" résume le directeur délégué Jacques Sentenac. Quelles solutions face à ce phénomène ?

"Le gouvernement a décidé de créer 1.000 postes supplémentaires à Pôle Emploi pour travailler sur ce problème. Dans le Tarn, ce service va passer de 25 à 36 personnes. Nous avons créé le dispositif #vers un métier. Il consiste à concevoir des événements autour d'offres d'emploi. À Castres au mois d'octobre 2019, nous avons organisé des jobs dating pour des chauffeurs poids lourds, le nouveau buffalo grill qui a recruté 16 personnes pour les former. Mais aussi, la société de chaussette Missecle qui grâce à un système de simulation d'habileté a recruté 7 personnes."

Jacques Sentenac rappelle que Pôle emploi organise des journées de découverte comme à Gaillac dans le secteur du transport. "Ce sont deux personnes qui ont décroché une formation dont une femme."

Les entreprises changent

"On s'aperçoit que les entreprises changent même dans les secteurs où le travail est le plus pénible. La société a changé. Les salariés n'acceptent plus n'importent quelles conditions de travail. Et les entrepreneurs l'ont compris. Ils s'investissent dans la formation, dans la volonté de faire connaître leurs entreprises" rappelle Thierry Couve.

Autre exemple de changement, la charte signée par 48 sociétés pour l'inclusion dans l'emploi. "C'est un bon début. Là pour les entrepreneurs, c'est un engagement économique et citoyen" admet le directeur.

Sinon, comment cela se passe dans les antennes de Pôle emploi depuis la réforme des allocations-chômage depuis le 1er novembre 2019 ? "Aujourd'hui pour le mieux. On fait beaucoup de pédagogie auprès des bénéficiaires. Et puis, la réforme sera réellement effective le 1er avril 2020."

Allez soyons positifs. Des projets, une évolution sociétale, des recrutements qui reviennent, le chômage qui baisse. Cela fait bien longtemps que l'emploi tarnais n'avait pas retrouvé d'aussi belles couleurs.

En chiffres

8,9%. En pourcentage, c'est le taux de chômage enregistré dans le Tarn au 2ème trimestre 2019. Il est en recul de – 0,7%. En Occitanie, ce taux est de 10% avec une baisse de – 0,6%.

19.900. C'est le nombre de chômeurs dans le Tarn. Ce chiffre est en forte baisse, avec – 3,7% de chômeurs de catégorie A en moins sur 1 an.

-5,7%. C'est le pourcentage de la baisse du chômage chez les jeunes. Elle est significative chez les jeunes, mais elle diminue aussi chez les 26-49 ans (-3,8%). Elle augmente en revanche, mais de façon moindre cette année, chez les seniors (+0,8%).

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : aujourd'hui, Pôle emploi organise de plus en plus de Job dating pour augmenter les rencontres entre chômeurs et entrepreneurs.

Gaillac relance le commerce de centre-ville
mercredi 20 nov. 2019
Attractivité du territoire

Gaillac, en croissance démographique continue depuis plusieurs années, affiche 55 créations de commerces contre 20 fermetures en trois ans (2017 - 2019) dans le centre ville, grâce notamment à des mesures d'accompagnement prises au niveau communal ou communautaire. Le succès du festival des lanternes double par ailleurs l'activité de la restauration et de l'hébergement pendant deux mois.

Lire la suite



Les commerces semblent renaître à Gaillac, petite ville de briques roses entourée de vignoble. "Depuis la fin 2016, il y a eu 55 créations et 9 reprises dans le coeur de ville, contre 20 fermetures, et le taux de vacance commerciale est passé de 15 à 10%", affirme Francis Ruffel, adjoint au maire chargé du commerce.

Ont notamment ouvert deux réparateurs de téléphone, deux barbiers, des caves à vin, une librairie, dix petits restaurants… "ça change totalement la physionomie du centre-ville, car les dents creuses ont diminué", se félicite l'élu.

Plusieurs raisons expliquent la résistance de Gaillac à la déprise commerciale.

La ville bénéficie d'un essor démographique important (2,3% par an entre 2011 et 2016, à 15.254 habitants) grâce à l'installation de familles qui travaillent dans la métropole toulousaine, distante de 50 kilomètres, ou à Albi, située à 20 kilomètres, attirées par l'habitat moins cher et l'autoroute.

Ensuite, la communauté d'agglomération Gaillac-Graulhet a lancé un Plan d'Actions Commerce Territorial (PACTe) à la fin de l'année 2016 pour renforcer l'attractivité commerciale. Elle a recruté deux managers de centre-ville et de territoire, dont Valérie Poibeau, qui accompagne sur Gaillac ceux qui veulent ouvrir un magasin.

Parmi les actions du PACTe, les nouveaux commerçants reçoivent une subvention de 1.500 euros. "L'aide n'est pas le déclencheur de l'installation, souligne Valérie Poibeau. Les nouveaux veulent être accompagnés, car ce sont souvent des personnes en reconversion qui doivent être mises en relation pour trouver un local, connaître les normes et rechercher les financements."

370.000 visiteurs

Une quinzaine de commerces vacants ont été transformés en galeries d'artistes temporaires.

Surtout, l'extraordinaire succès des Fééries de Chine, le festival des lanternes du Sichuan lancé fin 2017 avec la société chinoise Lantern Group, a contribué à l'ouverture de restaurants et de boutiques éphémères. Ces illuminations ont attiré 370.000 visiteurs l'an dernier, et la troisième édition vise les 500.000 personnes.

"Le festival a donné de la visibilité à Gaillac et rayonne sur tout le territoire, dit Francis Ruffel. Il a rapporté 1 million d'euros à la ville en 2018, qui l'a réinvesti dans la voirie."

La fréquentation des restaurants et des hébergements autour de Gaillac et d'Albi double pendant deux mois.

"Mais les visiteurs ne sont pas des consommateurs, hormis dans les restaurants, et les chiffres d'affaires des commerces baissent depuis un an et le mouvement des gilets jaunes", prévient Didier Hautier, président de l'Association gaillacoise des artisans, commerçants, industriels et services (AGACI). Il y a indéniablement des ouvertures de magasins, mais est-ce qu'ils seront pérennes, j'en suis moins convaincu."

 

Source : les Echos - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Gaillac bénéficie d'un essor démographique important grâce à l'installation de familles qui travaillent dans la métropole toulousaine.

Oxygène en pleine croissance sur Graulhet
mardi 19 nov. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Jeudi 07 novembre 2019, l'agence graulhétoise Oxygène intérim organisait une réception pour fêter son déménagement rue Pasteur. Ce déménagement accompagne le développement de l'agence, en pleine croissance et qui vient d'embaucher une nouvelle personne.

Lire la suite



En quatre ans, l'agence graulhétoise Oxygène intérim a doublé ses effectifs, avec une moyenne de 90 intérimaires temps pleins et 250 entreprises clientes situées sur le bassin d'emploi de Graulhet, Lavaur et Réalmont.

"Nos clients sont fidèles. Par exemple, l'entreprise STPR a quitté le territoire mais continue de travailler avec nous. Au fil des années de liens se tissent" se félicite le responsable de l'agence depuis 2015.

Aujourd'hui, la principale difficulté est de trouver des candidats dans tous les secteurs, notamment ceux du bâtiment et des travaux publics. "Les Graulhétois vont souvent travailler ailleurs, ils ne savent pas que l'on recrute ici. On a des candidats qui pensent à s'inscrire à l'agence de Gaillac et pas à celle de Graulhet" souligne le responsable de l'agence qui cherche maçons, poseurs de canalisation, conducteurs de pelle et soudeurs.

Accompagnement et formations

"L'agence regroupe une ETT et une 1 ETTI (entreprise de travail temporaire et d'insertion) qui accompagne les candidats pendant deux ans en montant un projet de réinsertion par le travail qui on l'espère finira par une sortie positive, CDI ou CDD. Environ 20% de nos candidats ont signé une convention et sont accompagnés par notre chargé d'insertion professionnelle" explique le responsable de l'agence. 

Il souligne : "Nous sommes une passerelle. On met en relation les entreprises et des personnes qui n'aurait peut-être pas postulé en leur apportant un soutien grâce à une personne chargée de l'insertion professionnelle.

L'inauguration des locaux rue Pasteur a été l'occasion de présenter aux clients les nouveaux locaux et la nouvelle équipe, le futur ex-responsable de l'agence Oxygène intérim étant amené à en créer une nouvelle à Montauban.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l'équipe d'Oxygène intérim dans ses nouveaux à Graulhet.

Laurent Hérail, un parcours professionnel à l'honneur
samedi 2 nov. 2019
Evènement

Laurent Hérail, le PDG du groupe Surplus environnement implanté sur le parc d'activités du Mas de Rest à Gaillac, spécialiste du recyclage et de la valorisation de tout type de véhicules, a reçu des mains du Premier ministre le 18 octobre 2019 l'insigne de la Légion d'honneur. La reconnaissance d'un travail acharné et d'une vision ambitieuse en phase avec son temps. Un grand bravo !

Lire la suite



Ce 18 octobre 2019, dans son discours, Laurent Hérail a rayé le mot "fierté" pour le remplacer par "honneur".

Le patron du groupe Surplus Environnement connaît la valeur des actes. "Je n'ai sauvé personne, mais j'ai tout misé sur ce que j'ai fait, sur le fruit de mon travail. Si je peux donner l'exemple à d'autres…".

Cet insigne de la Légion d'honneur remis par le Premier Ministre français en personne, Edouard Philippe, il l'apprécie et la partage avec sa famille, son équipe et son univers professionnel. "Le recyclage automobile est entré à Matignon. Il a bénéficié d'une écoute attentive du Premier ministre. J'espère que cela servira à la profession".

L'envie de faire du neuf avec du vieux

Légion d'honneur Laurent HérailUne profession souvent dénigrée par le passé, mais qui a profondément évolué.

Laurent Hérail n'est pas étranger à cette évolution des "casses auto" vers des unités de recyclage et de valorisation des pièces détachées, aussi appelées pièces de réemploi.

Il est devenu l'un des fers de lance de la filière avec son usine gaillacoise de recyclage de Véhicules Hors d'Usage (VHU), Surplus Autos, ou celle de recyclage de deux roues, Surplus Motos, les deux prises en exemple à l'échelon national.

Dès son enfance, du côté de Castres, Laurent Hérail s'amusait à fabriquer un vélo avec trois vieilles bicyclettes. "Jeune, j'avais déjà le goût pour le recyclage. C'était pareil pour les jouets ou les mobylettes. Pour moi, tout ce qui se jette peut avoir de la valeur. Quand on n'a pas d'argent, on se dit que cela peut encore servir".

Laurent Hérail vient d'un milieu très modeste. Lui, habituellement bavard, est plutôt resté discret sur son ascension sociale. Mais on sent, à travers ses hésitations lorsqu'il dévoile sa jeunesse, le désir fort de s'en sortir et une volonté d'aller de l'avant. Le jeune homme n'est pas fait pour les études. "Je n'étais pas le premier", dit-il en souriant. Il s'oriente vers un CAP de mécanique à Mazamet. Avant de suivre une formation en carrosserie à Valdurenque.

Leader du recyclage

"La carrosserie, c'est propre. Ma caisse à outils, je la nettoyai toujours. Je le dis toujours à mes salariés. C'est peut-être aussi le facteur de notre réussite".

Dès ses premiers pas dans la profession, il a envie de ranger, d'organiser ; l'idée de faire du neuf avec du vieux.

Mais en 1989, un accident l'amène à prendre un virage dans sa vie professionnelle. Il découvre l'univers de l'agroalimentaire. Le manuel a aussi le goût du commerce et le sens du contact. Il aurait pu faire carrière au sein du groupe Nestlé. "Mais j'avais envie de monter ma boîte". Une démission et c'est le début de l'aventure Surplus Environnement au début des années 2000. Épaulé par son épouse Nadine.

En quelques années, ils achètent plusieurs entreprises et son groupe devient l'un des leaders du recyclage des véhicules. Le site de Gaillac est le point d'orgue de la transformation de la filière.

Le site emploie 120 salariés et va poursuivre son développement. "Le réemploi, la valorisation, le recyclage des matières, voilà quelque chose de vertueux, c'est l'avenir".

Laurent Hérail a su anticiper les nouvelles réglementations. Désormais, comme pour le secteur de la moto, il les fait évoluer en lien avec les services de l'Etat. Et il a bien l'intention de continuer.

Naissance d'un groupe

Inauguration SM

En 2005, Laurent Hérail commence à racheter de petites entreprises et fait naître Surplus autos 81 à Castres. En 2008, c'est au tour de Surplus Autos à Toulouse, puis de Surplus motos en 2010, encore à Castres.

Laurent Hérail se développe également dans l'informatique. "Nous avons créé en interne la société Atemo, dédiée au développement de logiciels spécialisés dans le recyclage et la traçabilité des pièces".

L'unité de Toulouse était alors un site pilote, dans l'attente de ce qui est désormais le grand projet industriel d'envergure nationale du Groupe Surplus Environnement, implanté à Gaillac depuis 2015, et aujourd'hui en développement au sein du parc d'activités du Mas de Rest, avec les unités Surplus Autos, Surplus Motos et Surplus Industries.

Et même si cela ne s'est pas fait sans difficulté - "Ce projet a été un combat, mais j‘ai trouvé en Pascal Néel, le président de l'intercommunalité de l'époque, un précieux allié" - le résultat aujourd'hui est impressionnant et exceptionnel, et à priori, ce n'est pas fini...

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustrations ci-dessus : le Premier Ministre remet à Laurent Hérail l'insigne de Chevalier de l'ordre de la Légion d'Honneur / inauguration en septembre 2019 de Surplus Motos, la dernière unité industrielle déployée par Laurent Hérail sur le site du Mas de Rest à Gaillac.

Illustration ci-dessous : Laurent Hérail fait Chevalier de l'ordre de la Légion d'Honneur par le Premier ministre, le 18 octobre 2019 dans les salons de Matignon, avec son épouse et Edouard Philippe.