Actualités

Graulhet, le cuir dans la peau !, c'est les 23 et 24 octobre 2019
mercredi 23 oct. 2019
Evènement

Vous pensez que le passé industriel glorieux de Graulhet lié au travail du cuir est révolu ? Détrompez-vous !, l’industrie du cuir à Graulhet en 2019, c’est 80 établissements et 650 salariés ! C’est aussi et surtout le seul territoire en France où la filière cuir est représentée de A à Z : mégisserie, maroquinerie, chimie, machines-outils, accessoires… Avec l'opération "Graulhet, le cuir dans la peau !", venir découvrir ou redécouvrir les richesses, les techniques et les savoir-faire d'une filière locale d'exception !

Lire la suite



Mais au fait, comment travaille-t-on le cuir ? Comme rien ne saurait mieux parler que votre propre expérience, saisissez l’occasion de visiter les entreprises de la filière cuir de Graulhet et profitez des Portes Ouvertes des Ateliers du Cuir les mercredi 23 et jeudi 24 octobre 2019 ! Le monde du cuir n’aura plus aucun secret pour vous !

À l'heure où le made in France est sur toutes les bouches, les journées "Graulhet, le cuir dans la peau !" vous présentent le made in Graulhet ! Exceptionnellement, les entreprises qui travaillent le cuir font visiter leurs ateliers et vous dévoilent leur savoir-faire reconnu dans le monde entier. C'est aussi l'occasion de faire vos emplettes tout en cuir de Graulhet !

L’histoire entre Graulhet et le cuir a débuté dès le XVIIème siècle. Après avoir atteint son apogée à la fin des Trente Glorieuses, le cuir graulhetois a subi de plein fouet la crise économique qui les a suivies… avant de se relever.

Depuis quelques années en effet, l’arrivée de nouveaux acteurs et la mise au point d’innovations ont totalement changé la donne.

Les entreprises graulhetoises recherchent l’excellence et s’appuient sur leur savoir-faire unique. Stratégie payante, puisque nombre d’entre elles fournissent des marques aux noms biens connus, tels que Chanel, Dior ou Givenchy, pour ne pas toutes les citer. D’autres entreprises ont créé leurs propres marques, revendues aux quatre coins du monde mais aussi à deux pas de chez-vous !

Un dynamisme dont certaines se sont déjà vues récompensées par le label EPV (Entreprises du Patrimoine Vivant). Cette démarche leur permet d’avoir une reconnaissance nationale et internationale sur la qualité de leur travail.

Graulhet, le cuir dans la peau !Graulhet le cuir dans la peau

L’Office de Tourisme Bastides et Vignoble du Gaillac vous propose donc de découvrir cette filière et ce savoir-faire exceptionnel, les 23 et 24 octobre 2019.

Le principe est simple, plusieurs entreprises vous ouvrent leurs portes et vous font visiter leurs ateliers. Comment travaille-t-on les peaux en mégisserie ? Quel est le secret des maroquiniers qui travaillent pour les plus grandes marques internationales ? Autant de questions auxquelles vous trouverez réponse tout en ayant l’occasion de faire vos emplettes avec des produits fabriqués à Graulhet !

Après ça, vous n’en douterez plus, Graulhet a bien le cuir dans la peau, et pour longtemps encore !

Lien ici vers une vidéo de présentation de la filière cuir de Graulhet.

Lien là vers Graulhet Le Cuir, l'association d'entreprises de la filière cuir de Graulhet.

Les ateliers qui ouvrent leurs portes

Didier Lieutard - Spécialiste de la reliure de livre et de parchemin, les ateliers Lieutard fabriquent, malgré quelques machines, essentiellement à la main. Forte de ce savoir-faire, l'entreprise exporte dans toute l'Europe à destination des relieurs professionnel et amateurs.

Les Ateliers Fourès - Une équipe d'artisans expérimentés qui fabrique entièrement à la main des sacs de la marque de l'atelier Homme ou Femme, il y en a pour tous les goûts !

Cuir En Stock - La caverne d'Ali Baba du cuir ! Les professionnels et les particuliers y trouvent leur bonheur pour leurs créations ou leurs décorations en cuir.

BFM - Pour faire de la maroquinerie il faut des outils ! À Graulhet, ce sont les ateliers BFM qui fournissent nombre de maroquiniers en emporte-pièces et autres instruments de découpe. Incontournable !

Maroquinerie Milhau - Jean-claude Milhau œuvre seul dans son atelier pour confectionner de A à Z ses sacs en cuir. Il propose des produits élégants et pratiques, masculins et féminins.

La Fabrique - L'entreprise, spécialisée dans la petite maroquinerie, réalise des produits 100% fait-main et travaille pour les créateurs de mode français et internationaux.

Cuir dans la peau 2018Maroquinerie Serres - Forte d'un savoir-faire transmis sur quatre générations, l'entreprise qui prend en charge l'ensemble des opérations de production, propose une gamme de produits très colorés et variés !

Eureka - Une entreprise familiale qui met tout son savoir faire dans l'ennoblissement du cuir avec un parc de machines haute technologie permettant de réduire les peaux à 0,1 dixième de millimètre !

Bandit Manchot - La maroquinerie anti-gaspi ! Découvrez le savoir-faire et la philosophie d'une entreprise qui vous propose des articles chics et uniques.

Rose-Marie Cuir - Dernière fabrique de vêtements en cuir à Graulhet. Du coupage au montage en passant par les retouches, Rose-Marie répond à toutes les demandes !

Rial 1957 - Cette mégisserie est spécialiste de la peau agneau lainée et du cuir.

Trumpler - Les spécialistes de la couleur ! L'entreprise fabrique des produits chimiques pour le cuir. Elle confectionne la couleur recherchée par le client, dans le respect de l'environnement.

Infos pratiques

Dates

Mercredi 23 et jeudi 24 octobre 2019.

Tarifs

  • Tarif unique : 3 €.
  • Gratuit pour les moins de 12 ans.

Un porte-clé en cuir de Graulhet offert à partir d'une entrée payante.

Plus d'informations, réservation et billetterie

Office de Tourisme Bastides et Vignoble du Gaillac - 81300 Graulhet

Téléphone : 0 805 400 828.

Mail : info@gaillac-bastides.com.

 

En téléchargement ci-dessous : le programme de l'édition 2019 de "Graulhet, le cuir dans la peau !"

Illustrations ci-dessus : l'affiche de l'édition 2019 de "Graulhet, le cuir dans la peau !" et vue d'une visite d'atelier cuir lors de l'édition 2018.

Illustration ci-dessous : vue d'une visite d'atelier cuir lors de l'édition 2018 de "Graulhet, le cuir dans la peau !"

Lire un article sur le sujet dans la Dépêche du Midi en cliquant ici.

Le nouveau Club d'entreprises Sol'eer rencontre deux jeunes vignerons au Mas-del-Riou à Gaillac
dimanche 20 oct. 2019
Du nouveau sur l'Agglo

Un nouveau Club d'entreprises vient de voir le jour sur le territoire Montauban – Albi – Lavaur, le Club Sol'eer. Les mots clés qui animent ces chefs d'entreprises ? Solidarité, Ensemble, Responsabilité. La première action du Club Sol'eer sur le territoire de l'Agglomération Gaillac Graulhet se déroule vendredi 18 octobre 2019, au domaine du Mas-del-Riou à Gaillac.

Lire la suite



Sol'eer. Le nom de ce club d'entreprises peut surprendre.

"Il est le fruit de réflexions croisées et non du hasard", précise Elise Bru : "Sol car ce club est situé sur la triangulaire Montauban – Albi – Lavaur avec comme pivot, Bessières, donc sur un territoire rural où le sol est la matière mère. Sol car ce club se veut solidaire avec des personnes liées par une responsabilité commune et porteur des SOLutions". Le premier E, pour Ensemble, met en avant la notion de groupe, le second E est celui d'Entrepreneurs, associé à des projets et de la valeur ajoutée. "Le R de responsables, c'est le point de différence avec d'autres clubs, c'est cette volonté de prendre en compte les enjeux environnementaux, sociaux et éthiques dans nos activités".

Ce club, qui compte une trentaine d'adhérents, s'est constitué en juin 2019 avec un éclectisme professionnel : métiers du bâtiment, de l'énergie, couturière, etc.

Vendredi 18 octobre 2019, Sol'eer ira à la rencontre de deux jeunes viticulteurs, Ludovic Plouzeau, qui s'est installé en 2014, et Carole, son épouse, qui l'a rejoint en 2018 au domaine du Mas-del-Riou à Gaillac, à partir de 10 heures.

Un domaine HVE

Après l'accueil des participants, chacun présentera rapidement son activité professionnelle.

Puis Carole et Ludovic feront découvrir leur domaine, leurs méthodes culturales, leur façon d'appréhender le métier de vigneron ainsi que la certification "Haute Valeur Environnementale" (HVE) qu'ils ont acquise.

A 11h30, le groupe fera une balade agrémentée de dégustation des cuvées du domaine, de fromages et de charcuteries, mais la promenade sera aussi l'occasion de "réseautage", autant dire d'échanges professionnels, voire nouer des relations d'affaires.

Certains professionnels du monde agricole souhaitent participer activement à la transition environnementale. Ludovic et Carole sont de ceux-là. Leur domaine est certifié depuis 2017 HVE de niveau 3, ce qui améliore l'impact de l'activité agricole sur l'environnement.

"Notre club Sol'eer y est évidemment très sensible", poursuit Elise Bru.

Carole et Ludovic raconteront leur parcours aux entrepreneurs, pour qui il a valeur d'exemple.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Ludovic et Carole Plouzeau feront découvrir leur domaine du Mas del Riou aux chefs d'entreprises. Le label environnemental HVE est un atout commercial qui intéresse les adhérents du Club Sol'eer.

Dites le avec des fleurs, celles de Katia !
jeudi 17 oct. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Katia, c'est Catherine Darras. Artisan fleuriste ancienneemtn installée à Gaillac, elle vient d'ouvrir sa nouvelle boutique, qu'elle a appelée Aurélyss Fleurs, à Salvagnac. elle vaut le détour !

Lire la suite



Dites-le avec des fleurs ! Et pour ce faire, une visite s'impose nécessairement à Salvagnac, au 17 Grand-Rue, face à la mairie et à la halle, au niveau de l'ancienne maison et magasin Pierre Favarel.

C'est en effet là que Katia, artisan fleuriste anciennement installée à Gaillac, vous attend avec son grand sourire, dans sa boutique, Aurélyss Fleurs, qu'elle vient d'emménager.

Elle propose des plantes d'intérieur et d'extérieur, ainsi que des compositions florales pour tous les événements de la vie : naissances, baptêmes, anniversaires, mariages, obsèques... ou pour tous les petits plaisirs de la vie. Vous y trouverez aussi des articles de décoration ou de cadeau.

Le magasin est ouvert du mardi au dimanche, de 9 heures à 12h30 ; il est ouvert toute la journée à l'occasion des fêtes.

Vous pouvez également passer commande, demander une livraison ou prendre rendez-vous en composant le 07 81 61 95 18.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Katia avec son sourire parmi ses fleurs.

Retour sur la 5ème édition de la Journée de l’Entreprise Agricole le 04 octobre 2019 à Brens
mercredi 16 oct. 2019
Evènement

Cette année 2019, le Comité de Développement du Gaillacois de la Chambre d’agriculture du Tarn (Codev Agira) a décidé d’organiser la 5ème édition de la Journée de l'Entreprise Agricole (JEA) d’une façon différente. Le rendez-vous était donné à Inéopole Formation à Brens pour échanger autour du thème "Ensemble, construisons l’agriculture de notre territoire : alimentation et productions de proximité".

Lire la suite



Pourquoi une Journée de l’Entreprise Agricole (JEA), différente ?

La JEA est un temps de découverte entre élus du territoire et exploitants agricoles, habituellement organisée sur une exploitation agricole… Cette année 2019, le groupe d’agriculteurs du Codev Agira, organisateur de cette manifestation, a décidé "d’ouvrir" cette soirée à des représentants de la société civile : le Conseil de développement de Gaillac-Graulhet Agglomération, ou bien encore les associations de parents d’élèves.

Plus de 80 personnes ont répondu à l’invitation du Comité de développement de la Chambre d’agriculture Aira. Une participation nombreuse, qui a atteint la capacité maximale d’accueil décidé par les organisateurs pour faciliter le bon déroulement de la soirée.

JEA 2019Une soirée organisée en deux temps

 Pour introduire les débats, le groupe Agira présente le travail conduit en formation avec l’appui de Loïc Stefan (Chercheur en sociologie sur la transition écologique au CERTOP*), Julien Nédellec (Conseiller Bâtiments – Energie à la Chambre d’agriculture du Tarn), et des techniciens de la Communauté d’Agglomération Gaillac Graulhet.

Cet accompagnement a permis de construire les tendances de l’agriculture du territoire et les enjeux qui en découlent pour les 10 à 30 années à venir.

Quelques  constats : l'agriculture est la première activité impactée par le changement climatique et la transition énergétique. Pour anticiper et accompagner les agriculteurs du territoire, la Chambre d’agriculture du Tarn et l'Agglomération Gaillac | Graulhet ont travaillé sur des diagnostics d’analyse des systèmes de productions pour diminuer les consommations et gagner en performance. Ces diagnostics DIA’terre ont permis de lister certaines marges de progrès et d’adaptation.

L’agriculture a de réels atouts pour accompagner son territoire à faire face à ces changements, car elle est et sera le liant des espaces ruraux. L’agriculture permet d’offrir par ses productions une palette de paysages. Elle est une source d’économie locale et garante d’un approvisionnement de productions de proximité.

Développer des filières de productions territorialisées est un axe de développement de la Chambre d’agriculture et de son comité de développement Agira.

Depuis un an et demi, les acteurs de territoire travaillent ensemble à la structuration d’une filière "légumes" sur le territoire. Le travail est concret : aujourd’hui, une légumerie bio est en place (Terra Alter Pays d’Oc) à Montans, des producteurs de légumes sont regroupés au sein de l'association " O Petits Légumes d’Autan" (OPLA), AGIRA, la Chambre d’agriculture du Tarn, Gaillac | Graulhet agglomération, le Département du Tarn et la Région Occitanie sont impliqués pour appuyer cette action locale.

Partager l’ensemble de ces éléments avec les élus du territoire ainsi que la société civile était une "évidence" pour le comité Agira : l’agriculture est au cœur de l’équilibre de nos espaces ruraux… L’implication des élus locaux et de la société civile dans des engagements pour développer le "consommer local" et la protection des moyens de production en faveur de l’agriculture doit se confirmer !

Les participants, à la suite de ces présentations, ont été invités à travailler en ateliers autour de 3 thèmes.

  1. Les tendances d’évolution de l’agriculture de notre territoire.
  2. Un territoire de comsom’acteurs : comment en être ambassadeur ?
  3. Une filière territorialisée : un exemple local.

Ont participé également à cette cinquième édition de la JEA : M. Bonnecarrère, Sénateur – M. Néel, Vice-Président de Gaillac-Graulhet Agglomération – M. Huc, Président de la Chambre d’agriculture du Tarn – La légumerie Terra Alter Pays d’Oc  – L'associaition O Petits Légumes d’Autan (OPLA) – Produit sur son 31 (PSS31).

* CERTOP : Centre d’Etude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir – Université Jean Jaurès Toulouse.

 

Source : La semaine de Castres et du Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustrations ci-dessus et ci-dessous : vues de la Journée de l'Entreprise Agricole 2019, à Inéopôle Brens.

Préservation du vignoble Gaillacois par le lancement d'un projet alternatif, social et solidaire
mardi 15 oct. 2019
Nouveau

Les vignerons de la Maison Labastide sont fiers de présenter leur nouveau projet innovant : une société participative qui a pour ambition de préserver le vignoble de Gaillac. La SCIC Labastide Vignoble est née ! Découverte.

Lire la suite



Un concept de foncière du vignoble

La SCIC Labastide Vignoble est un projet de financement participatif du vignoble qui permettra à la Maison Labastide, de renforcer son rôle dans la protection du patrimoine viticole de Gaillac en préservant les surfaces de vignes qui participent à la beauté et à la diversité des paysages.

Maison LabastideLa Maison Labastide souhaite, par cette démarche, anticiper les départs à la retraite de nos vignerons et préserver les surfaces consacrées à la vigne qui risquent sans renouvellement  des générations se réduire de façon très sensible, remettant en cause l’équilibre économique de la cave et même écologique de la région.

Le projet Labastide Vignoble est novateur par sa capacité à lier tous les acteurs du territoire ses salariés et ses vignerons.  C’est le point de départ d’un dispositif foncier ambitieux dans lequel la Maison Labastide a à cœur de préserver son patrimoine viticole mais aussi de valoriser les richesses naturelles du territoire. Elle souhaite aujourd’hui fédérer autour de ce projet une communauté citoyenne qui va au-delà des frontières Gaillacoises.

La mécanique est simple : la Maison Labastide propose à tout son environnement économique et plus spécifiquement à ses clients particuliers de prendre une ou plusieurs parts à 1.000 € dans SCIC / SAS Labastide Vignoble. Avec ce capital, la SCIC achète des vignes, et ces vignes sont exploitées ou confiées en fermage aux vignerons de la cave qui souhaitent se développer ou s’installer.

Ce projet alternatif, social et solidaire s’appuie sur le financement participatif pour créer de la réserve foncière Labastide Vignoble, et donne l’opportunité à ses clients et plus généralement à tout son environnement économique de devenir collectivement propriétaire d‘un vignoble à Gaillac.

Ainsi grâce aux souscriptions, des citoyens solidaires et engagés, Labastide Vignoble sera en mesure de racheter progressivement des parcelles des vignerons adhérents qui partent à la retraite sans successeur, pour installer des jeunes ou permettre à des vignerons d’augmenter leurs surfaces de production. 

Quels avantages pour les sociétaires de Labastide Vignoble ?

Labastide Vignoble donne l’opportunité d’acquérir une ou plusieurs parts de vignoble à 1.000 € chacune et de devenir Maison Labastide 1collectivement propriétaire de vignes.

Les investisseurs sociétaires ne sont pas rémunérés, mais reçoivent chaque année une dotation en vin. Aux avantages fiscaux pour les particuliers (18% de l’investissement déduits de l’impôt) s’ajoutent des évènements dédiés aux souscripteurs et des remises à la boutique de vente de la Cave de Labastide.

Entrer dans cette aventure permet donc de défiscaliser, de recevoir du vin et de participer à des événements pour découvrir le métier de vigneron au fil des saisons.Que des avantages en somme !

Objectif 2022 - Le vignoble à horizon 2022

  • Création d’une réserve viticole de 300 hectares de vignes.
  • 3 millions d’€ de capital, réunis et investis dans la vigne.
  • Un collectif de 1.000 à 3.000 sociétaires engagés.

Préserver la spécificité d’un territoire, rassembler et créer du lien, participer et donner du sens, Labastide Vignoble propose une véritable aventure humaine qui met sur un même plan les notions d’investissement, d’engagement, de partage et de solidarité.

Construite autour d’une structure juridique innovante, elle propose une immersion dans le monde du vin, dans la transmission des traditions, au cœur d’une région où chacun pourra participer à la création de nos vins de légende.

Contact

Arnaud Elgoyhen : 07 87 86 89 07 / arnaud.elgoyhen@cave-labastide.com.

 

Source : Occitanie Tribune - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : les porteurs du projet Labastide Vignoble, dont le Président de la Maison Labastide Alain Fonvieille et son Directeur, Michel Darles.

L'air marin plane sur la table des Ganivelles en centre-ville de Gaillac
mardi 15 oct. 2019
Du nouveau à Gaillac

Du nouveau à Gaillac depuis le jeudi 17 octobre 2019 ! C'est en centre-ville que ça se passe, au 62 rue Joseph Rigal précisément, où le restaurant Les Ganivelles vous attend, avec ses spécialités poissons et fruits de mer.

Lire la suite



Pour Sylvie et Jean Leclercq, l'ouverture, jeudi 17 octobre 2019, de leur restaurant Les Ganivelles, au 62, rue Joseph-Rigal en centre ville de Gaillac, sonne d'abord comme un retour au pays. Jean a été longtemps le chef de cuisine de la Table ronde, une adresse connue des Gaillacois.

Puis il a travaillé à Alphacan jusqu'au plan social qui a laissé sur le carreau les employés de l'usine.

Il a alors décidé de reprendre son métier de cuisinier, tenant avec son épouse Sylvie un restaurant pendant trois saisons à Gruissan. Il y a cultivé la passion de la Méditerranée et de ses poissons.

"L'opportunité d'un local s'est présentée. Il y avait un emplacement commercial disponible. On a franchi le pas", indique Sylvie." Notre installation a été facilitée par la mairie et Valérie Poibeau, manager de centre-ville, qui nous a accompagnés sur les dossiers administratifs".

Si la carte garde un coin de terre, elle respire surtout l'air du large. Une carte assez courte, qui est d'abord tributaire des pêches car la fraîcheur est la condition première. Jean Leclercq est un maniaque des cuissons minutées. "On est livré tous les jours depuis le marché-gare de Toulouse. On fait aussi une formule simple pour manger rapidement le midi, à petit prix. Mais sans frites. On n'a pas de friteuse dans le restaurant".

Le restaurant Les Ganivelles vous propose ses spécialités de poissons et de fruits de mer, en vous accueillant tous les jours en centre-ville de Gaillac, au 62 de la rRue Joseph Rigal, à partir du jeudi 17 octobre 2019.

Le restaurant propose ses formules du midi du lundi au vendredi (fermeture lundi, mardi soir et samedi midi).

Parmi les entrées : soupe de poissons, moules, ravioles au crabe, gravlax de saumon...

Parmi les plats : parillade de poissons grillés à la plancha, loup, gambas...

Et dans le coin des fruits de mer : assiette d'huîtres ; La Farandole avec 3 huîtres, 1 grosse crevette, 3 bulots, 1pince de tourteau ; Les Ganivelles avec 12 huîtres, 6 crevettes, 6 langoustines, 12 bulots, gravlax, 2 pinces de tourteau.

Envie d'air marin ? Réservations au 09 84 04 57 96.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Jean Leclercq avait gardé le projet de retourner "au pays".

Agri’tour 81 : une journée terrain de découverte des métiers de l’agriculture dans le gaillacois
lundi 14 oct. 2019
Emploi

Dans une logique de découverte et de valorisation des métiers qui recrutent auprès du public en recherche d'emploi ou en reconversion, l'association Initiatives Emploi Formation organise, en partenariat avec les acteurs de l'emploi et de la formation, l'Agri-tour 81, le lundi 14 octobre. Une journée sur le terrain, des visites, des rencontres et des échanges, pour changer de regard sur les métiers agricoles et pourquoi pas se lancer dans une nouvelle voie. Vous êtes intéressés ? Inscrivez vous !

Lire la suite



Quand ?

Le lundi 14 octobre 2019, de 08h30 à 17h.

Pourquoi ?

  • Valoriser les métiers de l’agriculture sur le gaillacois (en particulier les métiers de la viticulture et du maraîchage).
  • Présenter ces métiers et leurs évolutions.
  • Montrer concrètement l’environnement de ces métiers en allant sur le terrain et par le biais de témoignages
  • Attirer le public vers les métiers qui recrutent afin de satisfaire les emplois non pourvus.

Pour qui ?

Public cible : demandeurs d’emplois, salariés en reconversion ou personne en formation professionnelle s’orientant vers le secteur d’activités de l’agriculture et jeunes.

Programme de la journée

Programme Agri tour 81

Organisateur et partenaires

Initiatives Emploi Formation, en partenariat avec la Chambre d’Agriculture du Tarn, l’ANEFA du Tarn, la Maison des vins de Gaillac, la Région Occitanie, Pôle Emploi, la Communauté d’Agglomération Gaillac Graulhet, Cap Emploi, les centres de formation Inéopole et MFR Bel aspect, la MJTN.

Modalités pratiques

Transport gratuit en bus, déjeuner pris en charge.

Inscription obligatoire auprès d’IEF, par téléphone au 05 63 81 17 90, par mail : accueil@iefgaillac.fr, ou en passant au centre de ressources IEF (510 Avenue François Mitterand à Gaillac) et en allant voir les animatrices.

 

Illustration ci-dessous : l'affiche de l'Agri Tour 2019.

En téléchargement ci-dessous : le flyer de l'Agri Tour 2019.

Lire un article sur le sujet dans la Dépêche du Midi en cliquant ici.

La recyclerie de Crins à Graulhet victime de son succès
lundi 14 oct. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

La recyclerie graulhétoise, qui a ouvert ses portes il y a quelques mois passage de Bretagne au sein du quartier de Crins, est victime de son succès. Le démarrage sur les chapeaux de roues de cette activité à la fois éco-responsable et solidaire l'oblige déjà à chercher un nouveau local.

Lire la suite



La recyclerie est située à Crins, dans un quartier de Graulhet en pleine rénovation.

Une recyclerie qui s'adapte et qui tourne

Au fil des travaux, ses horaires et l'ergonomie du site ont évolué et un café a ouvert ses portes juste à côté. "On ne peut pas vivre qu'avec la vente de vêtements et de vaisselle à bas prix. On a développé l'électroménager où nous ne sommes pas en concurrence avec les brocantes. On propose aussi de petits meubles après les avoir remis en état. Pendant l'été on a réparé beaucoup de ventilateurs", explique Marie-Christine, trésorière de l'association.

Réfrigérateurs ou machines à laver sont aussi parfois disponibles grâce à une des bénévoles diplômées en réparation. "Il faut calculer le temps passé et le bénéficie obtenu. On répare d'abord ce qui est très vite réparable pour que le matériel puisse être vendu peu cher", précise Marie-Christine.

Au fil des mois, l'activité s'est modifiée. Il n'y a, par exemple, plus de vêtements pour enfants pour lesquels il n'y avait pas de demande. Malgré cela, l'espace manque toujours dans le local de 160 m². "Du coup, nous cherchons une annexe, même à l'extérieur de la ville, pour pouvoir déposer ce matériel et mettre quelqu'un qui s'occupe des réparations", explique Marie-Christine.

Création d'un emploi

Le dynamisme de la recyclerie tient à celui de la poignée de bénévoles qui assurent le tri, les réparations et les permanences.

Le bilan de l'activité étant positif. "Nous envisageons d'embaucher rapidement quelqu'un. Il nous faudrait gagner un petit peu plus d'argent tout en restant dans notre objectif de rester dans des prix de solidarité, "explique Marie-Christine.

Ce serait aussi une façon d'éviter que les bénévoles qui donnent beaucoup de leur temps pour ce projet ne s'essoufflent après un si beau début d'activité.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Les 160 m² du local de la recyclerie de Graulhet à Crins ne suffisent plus.

Les Mirliflores : une nouvelle recette (du XVII ème siècle) à découvrir... et un trophée à venir ?
dimanche 13 oct. 2019
Du nouveau sur l'Agglo

Macaron, le premier du nom ! Chez les Mirliflores et depuis Montans, on joue à remettre au goût du jour des recettes anciennes de biscuits, à faire de la médiation historique et culturelle à travers la fabrication de biscuits artisanaux, à faire des liens entre tradition et modernité. Les Mirliflores viennent de sortir leur dernière recette : le macaron aux amandes du XVIIe siècle. A déguster de toute urgence !

Lire la suite



La petite dernière des recettes des Mirliflores : les Macarons aux amandes

Croquez dans le véritable macaron aux amandes, tel que les gourmets du Grand Siècle le dégustaient !

Petit gâteau à la croûte craquelée, composé d’amandes, de sucre et de blanc d’œufs, le macaron pouvait être moelleux ou croquant. Quelques monastères fabriquaient déjà ce biscuit durant le Moyen Âge, bien que la recette aurait officiellement été amenée en France par les cuisiniers de Catherine de Médicis en 1533.

En France, la première recette de macarons mentionnée dans un livre de recette date du XVIIe siècle, et c’est celle-ci que proposent les Mirliflores.

Les Mirliflores ? Les aventurières des recettes perdues !

Le macaron aux amandes du XVIIe siècleLes Mirliflores, c’est l’histoire d’une amitié et de passions communes pour l’Histoire et la pâtisserie.

La rencontre des créatrices de cette société originale, Elisa et Gwenaëlle, a eu lieu il y a plusieurs années, durant leurs études d’Histoire en Master Patrimoine culturel.

En 2017, après avoir travaillé dans différentes structures culturelles, elles ont décidé de faire de leurs deux passions leur métier, en créant une biscuiterie artisanale dans une ancienne ferme du Tarn, sur la commune de Montans au sein de Gaillac | Graulhet Agglomération.

Fruit d’un long travail de recherches dans différents documents historiques, culinaires, médicinaux ou iconographiques, les biscuits "Goûtez l’Histoire" des Mirliflores sont le résultat de nombreuses heures passées à tester et redécouvrir la pâtisserie à travers les siècles.

Les Mirliflores en lice pour le trophée "Produire local" de l'opération "T d'Oc: Tarn, Territoire de Talents 2019"

Preuve de la qualité et des savoir-faire de l'entreprise, les Mirliflores sont nominées dans la catégorie "Produire Local" de l'opération "T d'Oc: Tarn, Territoire de Talents 2019".

Organisée par Le Journal d’Ici, l’opération "T d’Oc: Tarn, Territoires de Talents" permet au public, jusqu’au 8 novembre 2019, de décerner un trophée à cinq initiatives locales couronnées de succès, dans les catégories Animation, Patrimoine, Produire local, Emploi et inclusion et Transition écologique.

A noter que le territoire de l'Agglomération Gaillac | Graulhet est bien représenté dans la catégorie "Produire Local", puisqu'aux côtés des Mirliflores, les pâtes Ba Pla de Técou sont également nominées.

A vos votes pour départager les nominés dans la catégorie "Produire local" en suivant le lien ici !

Contact

Biscuiterie artisanale Les Mirliflores.

Elisa Faget et Gwenaëlle Carrère.

Adresse : 52 rue de la Guillemette - 81600 Montans.

Téléphone : 05 63 53 47 74.

Mail : contact@lesmirliflores.com.

 

Illustration ci-dessus : le macaron aux amandes du XVIIe siècle des Mirliflores.

Illustration ci-dessous : Elisa Faget et Gwenaëlle Carrère...

Suplus Motos va déconstruire 10.000 deux roues par an depuis Gaillac
jeudi 10 oct. 2019
Evènement

Le centre de recyclage 2 roues Surplus Motos va "déconstruire" 10.000 motos par an et remettre dans le circuit des milliers de pièces de réemploi. Une entreprise de dimension nationale, leader sur un secteur d'activités innovant, économiquement, socialement et environnementalement responsables.

Lire la suite



Une entreprise engagée dans le développement durable qui lutte contre le gaspillage tout en alimentant l’économie circulaire, en améliorant le pouvoir d’achat des consommateurs et en créant des emplois non délocalisables…

L'usine de production flambant neuve de Surplus Motos, inaugurée le jeudi 26 septembre 2019 sur la zone d'activités du Mas de Rest à Gaillac, labellisée "Occitanie Zone Economique" par la Région Occitanie, est parée de toutes les vertus par Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire.

C’est même "le modèle de société" que Brune Poirson aimerait voir émerger en France, a-t-elle affirmé dans une vidéo diffusée avant le coupé de ruban qui s’est déroulé en présence du Préfet du Tarn Jean-Michel Mougard, du sénateur Philippe Bonnecarrère, de la députée Marie-Christine Verdier-Jouclas, de la conseillère régionale Claire Fita, du président du conseil départemental Christophe Ramond et du maire de Gaillac Patrice Gausserand et de nombreux invités.

Visionnaire, Laurent Hérail l’a été quand il a d’abord lancé Surplus Autos. Pointant le vide juridique autour de la déconstruction des 2 roues et principalement des motos, le chef d’entreprise tarnais a anticipé.

Laurent Hérail a industrialisé la déconstruction de motos, fournies par les assurances après un accident, un vol, un incendie, un dégât… et engager un travail de fond à base d’intelligence artificielle pour déterminer les besoins en pièces des motards.

Usine de dernière génération

Le résultat tient dans une usine flambant neuve, unique en France et sans doute en Europe, où les motos suivent un circuit de dépollution, démontage, nettoyage…

Les pièces récupérées, qui sont garanties deux ans, sont photographiées dans un véritable studio, expertisées avant d’être stockées dans un immense hall, qui a nécessité plusieurs mois de mise en place, et mises en vente.

5 millions d’euros d’investissements et PRE

L’usine, qui a mobilisé 5 millions d’euros d’investissement, n’est pas loin du concept d’une usine 4.0. On est à des années-lumière de la casse traditionnelle de plein air où les engins attendent de connaître un nouveau destin.

L’utilisation des pièces de réemploi (PRE) n’est pas encore généralisée en France au grand regret de Francis Bartholomé, président national du CNPA qui a fait le déplacement dans le Tarn.

Laurent Hérail espère bien voir la législation et la réglementation évoluer suffisamment pour faciliter l’accès aux pièces de réemploi des réparateurs.

La France reste loin derrière les pays scandinaves ou l’Espagne plus proche.

D’autant que les pièces de réemploi, expertisées, sont garanties deux ans comme les pièces d’origine neuves tout en coûtant un tiers de leur coût.

Moins cher, moins impactant pour l’environnement et créateur d’emplois locaux… Laurent Hérail a tout compris.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Surplus Moto pourra traiter 10.000 motos et référencer et stocker 300.000 pièces.

En téléchargement ci-dessous : l'interview de Laurent Hérail, Président de Surplus Motos, dans le Journal d'Ici.