Actualités

Nulle part Ailleurs est inscrit sur la Route des Métiers d'Art d'Occitanie
vendredi 12 juill. 2019
Du nouveau à Gaillac

C'est une reconnaissance pour l'association Nulle Part Ailleurs et un plus pour la ville de Gaillac, qui cherche à décliner en mode contemporain son label "Ville d'art et d'histoire". L'association, créée en mai 2017, vient d'être sélectionnée par la Chambre Régionale de Métiers d'Occitanie pour être inscrite sur la Route des Métiers d'Art d'Occitanie.

Lire la suite



Nulle part Ailleurs, qui tient boutique en haut de la rue Portal à Gaillac, a pris place dans le catalogue et sur la carte de cette "Route des Métiers d'Art d'Occitanie".

Nulle part Ailleurs, bien visible avec sa décoration extérieure réalisée par Atmosfleur de Saint-Antonin Noble Val, s'est constituée autour de cinq créateurs, qui en demeurent le noyau dur : Roland, tourneur sur bois, Florence, la présidente, Iza (bjioutière), Virginie (céramiste) et Paki (couturière) se relaient pour tenir la boutique.

Ils ont construit un modèle économique viable, qui permet de partager les charges locatives et qui a le mérite de renouveler les objets proposés, puisque les dix-huit artisans d'art cooptés sont renouvelés par moitié tous les six mois.

Ils viennent de toute l'Occitanie, quelques-uns même de plus loin, comme un céramiste de Saint-Etienne, ou Matteo, de Bordeaux, qui réalise des photophores d'extérieur à partir de calebasses étanches et peintes apportant une note d'insolite sur la terrasse ou au jardin.

Surprenantes, les "méduses" en suspension de Virginie : des porcelaines d'où jaillissent des Tillandasia, ces plantes "filles de l'air" qui se nourrissent de l'humidité des forêts tropicales. "Ici, il suffit de les pulvériser une fois par semaine".

Autres belles surprises de l'été, Tippii, un verrier toulousain qui travaille sur des formes pures et des couleurs très personnelles, maniant à l'occasion l'humour dans ses pièces uniques (un poisson rouge en inclusion dans un sachet), et Les Samarès Ailées, une maroquinerie en bois clair et cuir à grain très fin, associant l'innovation technique, l'ergonomie et l'élégance.

Nulle Part Ailleurs, prudente, s'affichait "galerie-boutique éphémère" lors de sa création. Deux ans plus tard, elle semble inscrite dans un répertoire durable.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Nulle part Ailleurs est inscrit sur la Route des Métiers d'Art d'Occitanie.

Graulhet s'engage pour un Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée
jeudi 11 juill. 2019
Du nouveau à Graulhet

Zéro chômeur de longue durée sur un territoire ? Utopie, fake news, promesse farfelue, répondront les sceptiques… ou les réalistes. À Graulhet pourtant on y croit. Ils sont 809 personnes à être inscrits au Pôle Emploi depuis plus d’un an dont 474 depuis plus de 2 ans.

Lire la suite



Pour faire tomber ce chiffre dramatique pour de nombreuses familles, la municipalité s’est résolument engagée pour déposer sa candidature à l’expérimentation Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée, déjà lancée sur 10 sites en France en novembre 2016.

Lundi 08 juillet 2019, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, accompagnée de Claire Fita conseillère municipale de Graulhet et conseillère régionale, est venue à Graulhet, dans le quartier d’En Gach, soutenir ce projet ambitieux. Elle a notamment annoncé un soutien financier de 10.000 € pour accompagner la candidature de la ville qui est portée et animée par le foyer Léo Lagrange.

"Il n’y a rien de plus beau que de servir le territoire dans lequel vous vivez", a-t-elle déclaré en s’adressant aux 16 salariés en insertion que compte actuellement le foyer. Frédéric Pailler, son directeur, résume l’objectif : "Proposer à tous les chômeurs de longue durée présents un emploi à durée indéterminée (CDI) à temps choisi, adapté aux compétences et aux savoir-faire de chacun".

"Tous concernés"

Imaginée par ATD Quart-Monde et Patrick Valentin, ancien chef d’entreprise et militant du droit à l’emploi, cette initiative repose sur une idée simple : financer les emplois par le travail fourni et la réorientation des coûts de la privation d’emploi.

"L’expérimentation permet la création et le conventionnement d’une ou plusieurs entreprises à but d’emploi qui vont embaucher les chômeurs longue durée et réaliser des travaux utiles à la société n’ayant pas assez de valeurs marchandes", précise Maïwenn Aubry, en charge de promouvoir la candidature graulhétoise.

"Pour faire aboutir cette candidature, c’est aujourd’hui l’ensemble des habitants, des personnes privées d’emploi, des associations et des entreprises du bassin de vie qui doivent se mobiliser. Nous sommes tous concernés", ajoute Claude Fita, le maire.

Pour présenter la candidature graulhétoise, une réunion publique est organisée le 11 juillet à 18h30 à la mairie de Graulhet.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Carole Delga (deuxième en partant de la droite) a été reçu par Claude Fita, le maire de la ville.

Le TIC Tarn Tour fait une pause à La grappe by Granilia mardi 9 juillet 2019 de 9h30 à 13h30
mardi 9 juill. 2019
Du nouveau sur l'Agglo

L'association Action TIC mobilise les indépendants et professionnels tarnais du numérique et de la net-économie. Elle oeuvre notamment à la mise en relation entre donneurs d'ordre et entrepreneurs du "numérique" pour développer l'activité économique locale et garder la valeur sur le territoire. Vous voulez découvrir / intégrer l'association Action TIC ? Rendez-vous le 09 juillet 2019 de 9h30 à 13h30 à l'espace coworking La grappe by Granilia à Gaillac pour l'étape Agglo Gaillac | Graulhet du TIC Tarn Tour.

Lire la suite



Rejoignez une association qui fait le lien entre donneurs d’ordre et prestataires locaux de la net-économie

Vous exercez dans le domaine du numérique, de la communication digitale, de l’e-économie (webmaster, webmarketeur.euse, graphiste, développeur.euse, photographe…) ?

Ensemble, créons dans le Tarn un écosystème fédérateur autour du numérique, de la communication et de la net-économie et donnez de la visibilité et de la reconnaissance à votre métier.

L'association Action TIC est une association d’intérêt collectif qui poursuit les principaux objectifs suivants.

  • La promotion des acteurs, des métiers et des savoir-faire du numérique présents sur le territoire.
  • La mise en relation des entreprises donneuses d’ordres et des prestataires.
  • L’aide aux TPE/PME en attente de solutions pour leur transformation numérique.
  • La valorisation et l’accompagnement des acteurs des filières du numérique et du digital.
  • Le défense d'une économie locale dynamique en œuvrant pour la transition numérique.

Invitation au TIC Tarn Tour, agir pour le digital et la net-économie

Pour découvrir l’association Action TIC, échanger sur ces sujets, venez à leur rencontre lors du TIC Tarn Tour sur un des Tiers Lieux du réseau Cowork’in Tarn.

Les dates du TIC Tarn Tour

  • Le 09 juillet 2019 à l’espace co-working La Grappe by Granilia à Gaillac. Action TIC
  • Le 16 juillet 2019 à l’espace co-working La Cellule à Cuq-Toulza.
  • Le 18 juillet 2019 à l’espace co-working Le 22 à Castres.
  • Le 23 juillet 2019 à l’espace co-working ITmédia2 à Castres.
  • Le 25 juillet 2019 à l’espace co-working de Buro Club à Albi.

Une présentation de l’association (d'une durée de 30 mn) est proposée à deux reprises (à 9h30 et à 13h30) et des membres de l'association sont présents toute la journée pour répondre à vos questions.

Vous ne pouvez pas être présent à l’une des présentations du TIC Tarn Tour ? Qu’à cela ne tienne, rencontrez l'association en appelant Thierry au 05.67.87.86.72.

Le TIC Tarn Tour à La grappe by Granilia

A l'occasion du TIC Tarn Tour, La grappe by Granilia à Gaillac (pépinière d'entreprises Granilia - ZA Roumagnac - 42, avenue de l'Europe) vous invite aussi à (re)découvrir et utiliser gratuitement ses différents services et espaces de travail en coworking toute la journée.

A Gaillac, le Festival des Lanternes monte en gamme
lundi 8 juill. 2019
Attractivité du territoire

La troisième édition du Festival des Lanternes se tiendra à Gaillac du 1er décembre 2019 au 31 janvier 2020. Avec un parc entièrement renouvelé et étoffé, le festival confirme son statut de plus grand événement chinois en France.

Lire la suite



"On est repartis d’une feuille blanche", lance Patrice Gausserand, maire de Gaillac, "pour proposer un événement encore plus grandiose".

Au programme : quarante-six tableaux thématiques inédits (contre quarante-deux l’année dernière) qui ont vocation à "s’ouvrir vers toute la culture chinoise", via la découverte de ses différentes provinces et de leurs "trésor".

Entre autres créations : une théière de porcelaine monumentale, la grande muraille de Chine, les montagnes du Yunnan ou encore – pièce maîtresse du festival – un bouddha géant de 75 mètres, réplique d’une des merveilles classées du Sichuan.

Un ensemble de tableaux dont le montage nécessitera, dès le 25 septembre 2019, la présence de quatre-vingt-dix ouvriers venus de Chine.

"Le Festival des Lanternes est une coproduction", rappelle le maire. "Nous en sommes les organisateurs, avec un budget de 950.000 euros, tandis que la partie chinoise se charge, avec un budget équivalent, de toute la partie création".

Fluidifier le trafic de visiteurs

Festival LanternesCôté billetterie, les organisateurs misent à la fois sur la prévente, avec une ouverture plus précoce de la billetterie, dès la fin juillet 2019, à la fois sur une offre privilège du 15 août au 15 octobre, proposée au tarif unique de 13 € (*).

Le festival réitère par ailleurs son offre de billets datés (16 € contre 20 € pour les billets non datés) et fixe la jauge à 15.000 visiteurs par soirée.

"L’objectif est de fluidifier le trafic de visiteurs afin de mieux accompagner les publics", explique Patrice Gausserand.

Autrement dit : éviter les crispations liées à une trop grande attente, notamment durant les week-ends.

Car vu l’augmentation de la fréquentation entre la première édition (250.000 visiteurs) et la deuxième (370.000), il y a fort à parier que la troisième édition du festival enregistre encore des records. "Ce n’est pas une compétition", rappelle toutefois le maire de Gaillac. "La question n’est pas forcément de faire plus, mais de faire bien".

Un succès qui représente par ailleurs une manne financière pour l’économie locale ; l’an dernier, les retombées économiques estimées pour le territoire s’établissaient entre 14 et 15 millions d’euros.

(*) Billets datés ou non datés.

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : le festival gaillacois compte aujourd’hui parmi les plus imposants festivals de Lanternes au monde.

Les Chalets de Fiolles, le camping de vos vacances !
lundi 8 juill. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

C'est un trou de verdure où chante une rivière, Accrochant follement aux herbes des haillons D'argent ; où le soleil, de la montagne fière, Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Lire la suite



Ces mots du sonnet d’Arthur Rimbaud décrivent parfaitement Les Chalets de Fiolles. En bordure de la rivière Tarn et de ses eaux calmes déboulant du Massif Central qui apportent sa fraicheur, il fait bon, au camping, de la piscine aux boulodromes toujours prisés, en passant par les barbecues.

Point central du Tarn, vous aurez tout loisir de visiter les merveilles de notre beau département, en commençant par le fleuron cathare de la cathédrale Saint Cécile d’Albi, le cloître Saint Salvy, le palais de la Berbie..., de vaquer dans les rues du vieil Albi, sur les pas de Toulouse Lautrec.

De votre hébergement, découvrez aussi Gaillac, cité millénaire, les romains faisaient déjà du vin en ses terres, Cordes sur Ciel la perchée, et retrouvez à simplement un quart d’heure Penne, Puycelci ou Castelnau de Montmiral. Un peu plus loin, visitez le plateau granitique du Sidobre en passant par Lautrec, autant de cités médiévales, de points de vue exceptionnels sur la montagne noire et le Pic de Nore culminant sur le département à 1.250 mètres.

Mais les vacances sont aussi faites pour la sieste, manger et nager, prendre le temps, un vrai luxe, que vous propose notre camping, dans un écrin à taille humaine ; juste les flots de la rivière Tarn et le tic-tac des boules... profitez de vos congés pour vous prélasser en pleine nature en pensant uniquement pétanque, piscine, barbecue, apéro...

Les Chalets de Fiolles, camping à taille humaine, vous permet d’atteindre cet objectif : décompresser dans un cadre vert et splendide, relâcher la pression dans une ambiance familiale, avec des animations organisées tout au long de votre séjour !

Les Chalets de Fiolles vous attendent, bonne vacances !

Localisation et contact

Les Chalets de Fiolles

2634 route de Lavaur

81600 Brens-Gaillac.

Tél : (33) 05.63.57.69.67.

Un nouvel espace bien-être vous attend à Gaillac
dimanche 7 juill. 2019
Du nouveau à Gaillac

Karine Liennel et Adèle Dornier, deux praticiennes qui exercent autour du bien-être, se sont installées récemment, au début du mois de mai 2019, au 8 Place de la Libération (1er étage, Porte 2) à Gaillac. Besoin de relaxation ? Karine et Adèle vous attendent.

Lire la suite



Karine Liennel à travers K-iétude propose des massages traditionnels et des soins énergétiques (massages crânien, kobido, amma-assis, shiatsu familial, pierres chaudes, reïki), ainsi que des conseils en aromathérapie.

Adèle Dornier de son côté propose des séances de réflexologie plantaire et palmaire.

L’écoute du corps, les pressions des points réflexes et le massage, c’est permettre une meilleure circulation sanguine et énergétique.

Stimuler vos auto-défenses naturelles en alliant la relaxation corporelle au lâcher-prise mental.

Une rencontre de soi, un plaisir pour le corps qui réapprend à respirer et à se mouvoir librement.

Horaires du cabinet et contacts

Espace bien être, du lundi au samedi, de 9h30 à 19h, sur RDV.

Karine Liennel"K-iétude" Adèle Dornier

Karine Liennel (à gauche)

Tél : 06 03 47 12 89 

"Au Fil des Bouclettes" 

Adèle Dornier (à droite)

Tél : 06 84 17 84 28

Une députée parisienne pour promouvoir la loi Pacte
dimanche 7 juill. 2019
Evènement

Olivia Grégoire, députée de Paris et porte-parole de La République en Marche à l'Assemblée nationale, était en visite dans le Tarn vendredi 05 juillet 2019. Membre de la commission des finances, responsable du groupe de travail des députés LREM sur les petites et moyennes entreprises et chargée de promouvoir la loi sur la croissance et la transformation des entreprises (loi Pacte), Olivia Grégoire poursuit un cycle d'une trentaine de visites d'entreprises dans des villes petites et moyennes.

Lire la suite



A Gaillac vendredi 05 juillet matin, Olivia Grégoire a visité la pépinière d'entreprises Granilia, portée par la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet, qui héberge aujourd'hui huit entreprises.

C'est plus particulièrement l'une d'elles, Numix, entreprise spécialisée dans la formation digitale, créée en 2014 par l'Albigeoise Amélie Raffenaud et le Belge Jeff Sebrechts, que la députée parisienne a visitée. Une entreprise qui compte aujourd'hui 8 salariés. Une rencontre initiée par Marie-Christine Verdier-Jouclas, députée LREM de la 2e circonscription du Tarn et secrétaire de la commission des finances à l'Assemblée nationale.

"Le texte de la loi Pacte existe depuis 1 mois et demi, seulement quelques décrets d'application sont sortis sur les 100 que contient la loi", a expliqué la porte-parole de LREM.

Le droit à l'échec pour rebondir

Parmi les dispositions de cette loi, déjà appliquées, Olivia Grégoire a insisté sur la suppression du forfait social sur les sommes versées au titre de l'intéressement et sur l'ensemble des versements d'épargne salariale. Elle a également insisté sur le droit à l'échec et sur les nouvelles aides de l'état pour permettre aux entrepreneurs de rebondir en cas de difficultés, en particulier face à des problèmes de trésorerie.

Dans l'après-midi, la députée parisienne est allée à la rencontre des artisans, entrepreneurs et commerçants tarnais à la Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Tarn à Cunac pour échanger autour de l'application de la loi Pacte.

Promulguée fin mai 2019 par le chef de l'État, cette loi est présentée par le gouvernement comme sa réforme économique majeure. Une loi dont la mesure la plus controversée concerne le projet de privatisation de Groupe ADP (ex-Aéroports de Paris).

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : de gauche à droite, Jeff Sebrechts, Amélie Raffenaud, Olivia Grégoire et Marie-Christine Verdier-Jouclas, dans les locaux de l'entreprise Numix à Granilia Gaillac.

Echéance municipale et enveloppe du gouvernement : les tiers-lieux ont la côte, plus que jamais
dimanche 7 juill. 2019
Information

C’est à Toulouse, à l’initiative de La Mêlée, qu’a été créé l’un des premiers "tiers-lieux" de France. Aujourd’hui, on compte plus de 100 tiers lieux en Occitanie, mais le rapport au gouvernement de Patrick Lévy-Waitz en dénombre déjà plus de 160 dans la région (et 1.800 au niveau national).

Lire la suite



Début 2020, après l’officialisation du budget débloqué par l’Etat (> 45 M€) et les élections municipales du printemps prochain, la région en comptera à minima 50 de plus.

La question centrale concerne le modèle économique d’un tiers-lieu, car deux logiques se confrontent.

D’un côté, on trouve des acteurs du secteur "privé", qui se concentrent sur les grandes villes afin d’optimiser le nombre de "coworkers" et de leur vendre des services en sus (conciergerie, boîte postale, accueil téléphonique, ouverture 24/24h et 7/7j, accès à des salles de réunion, espaces détente et restauration…). De fait, il n’existe pas véritablement un "prix du marché" pour un tiers-lieu : le prix varie en fonction de l’emplacement (par exemple au sommet de la Tour Montparnasse à Paris ou dans les faubourgs d’une petite ville de province), des services rendus ou du prestige du lieu. En résumé, ces tiers-lieux doivent être au moins "à l’équilibre", sinon rentables.

De l’autre côté, on compte de nombreuses collectivités ou territoires, souvent partenaires d’associations, qui considèrent que les tiers-lieux sont un "service public" et que leur rentabilité n’est pas la priorité (voir cette vidéo sur un tiers-lieu ardéchois).

Dans les deux cas, les investissements ont été concentrés sur les métropoles régionales : sur les 100 tiers lieux labellisés d’Occitanie, Montpellier et Toulouse en réunissent ainsi plus de la moitié ! Qui fréquentent ces endroits ? Principalement des porteurs de projet, des étudiants, des autoentrepreneurs, des startupers, des indépendants, etc.

Dans les faits, la plupart des tiers-lieux qui seront créés en Occitanie durant les mois qui viennent seront implantés dans des villes de taille moyenne (20.000 à 100.000 habitants). Ce sera le cas à Cahors, à Figeac, à Montauban, à Béziers, à Agde, à Nîmes, à Mende, à Albi, à Castres, à Gimont… Pourquoi autant de projejts ?

Parce que l’on voit poindre une troisième voie : le télétravail. Dans ce cas, le client du tiers-lieu n’est plus la personne qui vient là pour travailler, mais son entreprise. Les principaux employeurs d’Occitanie (dans l’aéronautique, le numérique, l’agroalimentaire, la logistique, l’administration…) savent que le temps passé par leurs salariés pour aller à leur lieu de travail habituel et revenir chez eux ne cesse d’augmenter et qu’ils sont moins productifs.

C’est dans ce contexte que le gouvernement (Ministères de la Ville et du logement – Julien Denormandie – et Ministère de la Cohésion des Territoires – Jacqueline Gourault) a annoncé que l’Etat allait investir dans 300 tiers-lieux (existants ou en projet) durant les 3 ans qui viennent, pour plus de 45 M€. Il a été suivi par Action Logement pour 50 M€ et par le fonds d’investissement Amundi pour 50 M€ de plus : près de 150 M€ sur 3 ans. 100 projets sur 300 vont être sélectionnés dès cette année 2019 (puis les 200 autres les deux années suivantes).

"De deux choses l’une : soit l’on continue à rapprocher les domiciles des lieux de travail, ce qui conduit au développement de mégapoles et de congestions difficilement gérables, soit on rapproche l’emploi des logements, explique Frédéric Carré, Président du Comité régional d’Action Logement pour l’Occitanie. Chez Action Logement, nous pensons que la seconde option est la plus pertinente, à la fois parce ce que cela permet de désencombrer les grandes villes et que cela conduit à revitaliser de nombreuses communes.

Dans cette perspective, il est évident que la couverture numérique des territoires doit être garantie.

La voie serait donc d’inciter les grands employeurs de la région à développer le télétravail. Encore faut-il que le gouvernement sorte des arguments "sonnants et trébuchants" pour les convaincre, ce qui semble être le cas aujourd’hui, et réadapte le code du travail, ce qui est moins simple.

 

Source : MID e-news - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : vue du tiers lieu de Gaillac | Graulhet agglomération "La grappe by Granilia".

L'imprimerie Escourbiac s’agrandit pour soutenir sa croissance
mardi 2 juill. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

L’entreprise familiale créée à Graulhet en 1963 s’apprête à doubler sa surface pour réintégrer l’ensemble de ses ateliers, améliorer ses conditions de travail et assurer son développement. Une voie toute tracée vers la poursuite du succès !

Lire la suite



Spécialisée dans les beaux-livres et l’impression publicitaire (de la carte de visite aux rapports d’activité), l’imprimerie Escourbiac à Graulhet s’est forgée depuis plusieurs années une réputation d’excellence, qui a rendu possible sa diversification.

"Grâce à notre atelier de façonnage d’exception ouvert en 2017, nous fabriquons aujourd’hui des étuis et des coffrets pour Alain et Philippe Escourbiacdes entreprises de luxe comme Vuitton ou Armani…", remarque Philippe Escourbiac, qui codirige l’entreprise avec son frère Alain, lui-même en charge de la partie commerciale (illustration ci-contre : les deux frères Escourbiac).

Face à ce développement, et se sentant "un peu à l’étroit" dans le bâtiment actuel de 1.200 m², la direction a investi 1,1 millions d’euros pour faire construire une extension de 1.000 m².

"L’objectif est justement de réintégrer dans nos locaux cet atelier de façonnage d’exception – il est aujourd’hui situé dans un local de 250 m² distant de quatre kilomètres – mais aussi d’améliorer les conditions de travail du personnel, et de nous donner les capacités d’expansion pour les années à venir".

Prévoir l’avenir

 Car l’horizon est plutôt dégagé pour l’entreprise tarnaise.

Le chiffre d’affaires est en constante progression ces dernières années : il est passé de 6,5 à 6,8 millions d’euros en deux ans et devrait "rapidement franchir la barre des 7 millions d’euros", projette le PDG Philippe Escourbiac.

Quant à l’effectif, il s’établit aujourd’hui à quarante-trois salariés, dont trois rattachés au bureau parisien de la société. "Ce nouveau bâtiment nous donne l’espace nécessaire pour acquérir du matériel, changer notre machine à imprimer d’ici trois ans, et être ainsi prêt à saisir les nouvelles opportunités", précise le chef d’entreprise.

Il permet également à l’entreprise de s’inscrire dans une démarche écologique, la direction ayant fait le choix d’une toiture recouverte de panneaux photovoltaïques. Le nouveau bâtiment sera livré avant la fin du mois de septembre 2019.

Mais déjà, les Graulhetois se tournent vers de nouveaux projets : le recrutement d’un commercial supplémentaire et, pourquoi pas, une opération de croissance externe via le rachat d’une imprimerie. "C’est un projet qui nous intéresse", reconnaît Philippe Escourbiac. 

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Philippe Escourbiac, dirigeant de l’imprimerie Escourbiac.

La 3e édition du festival des lanternes se veut encore plus grandiose
lundi 1 juill. 2019
Attractivité du territoire

250.000 visiteurs en 2017, 371.000 l'année suivante… Le festival des lanternes de Gaillac est sans conteste un succès. Cette année, à partir du 1er décembre 2019, le parc de Foucaud se farde à nouveau de mille lanternes. La formule reste la même, mais la mairie de Gaillac veut voir les choses encore en plus grand.

Lire la suite



46 tableaux seront ainsi proposés aux visiteurs, "tous plus grandioses les uns que les autres", promet-on du côté de l'organisation. Difficile de se faire une idée encore, les "tableaux" n'en sont qu'au stade d'esquisses.

Si la province du Sichuan a été mise à l'honneur lors des deux premiers festivals – elle sera toujours au centre de cette troisième édition – le festival des Lanternes de Gaillac s'ouvre également au reste du pays. La thématique choisie est "carnet de voyage vers les provinces de la Chine".

"L'idée, c'est de s'ouvrir sur toute la culture chinoise, ses grands lieux, ses grands monuments, explique le maire Patrice Gausserand. Nous voulons faire quelque chose de nouveau, d'innovant".

Objectif affiché : offrir un renouveau au visiteur et le faire partir à la découverte du reste de la Chine. "Nous avons donc essayé de rechercher les richesses culturelles de chaque province présentée, et de les mettre en avant dans les lanternes".

Ainsi, il sera possible de découvrir les merveilles du Zhejiang, du Shanxi, du Yunnan, du Tianfu et de Pékin.

Des nouveautés

Nouveauté cette année, le parc se divisera en trois parties et non plus en deux.

Le 1er palier sera toujours tourné vers la culture chinoise, le second autour de thématiques locales (le vin, le rugby…), et un 3ème palier fera son apparition.

En revanche, les organisateurs sont restés discrets sur ce nouveau lieu : "Nous en dirons plus à la rentrée".

Le traditionnel marché artisanal chinois du Sichuan sera à nouveau présent, ainsi que le marché de Noël. Pour cette édition, une boutique officielle fera son apparition, afin de permettre au public de repartir avec un souvenir. "C'est une demande récurrente des visiteurs, de pouvoir s'offrir un souvenir de Gaillac et du festival".

Des structures grandioses

90 ouvriers chinois viendront dès le mois de septembre 2019 pour l'élaboration des "tableaux". Et dès le mois d'octobre, les structures prendront forme dans le parc de Foucaud.

La porte d'entrée de 10 mètres de haut sur 20 de long représentant les masques du Sichuan mettra les visiteurs directement dans le bain. Les allées du parc se pareront de plafonds décoratifs, La Grande Muraille s'étalera sur 125 mètres de long, le dragon, cette fois entièrement fait en CD, sera à nouveau à l'honneur… Et autres surprises. "Ce festival sera encore plus grandiose, encore plus important, et proposera un voyage à travers toute la Chine", promet le maire Patrice Gausserand.

Le parc sera ouvert tous les jours du 1er décembre 2019 au 31 janvier 2020 de 18 heures à 23 heures.

Billetterie : de 13 € à 20 €, gratuit pour les moins de 11 ans.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l'an passé, le festival avait accueilli près de 371.000 visiteurs.