Actualités

Inauguration de la légumerie Terra Alter Pays d'Oc à Montans
vendredi 28 déc. 2018
Du nouveau sur l'Agglo

Jeudi 20 décembre 2018, en milieu d’après-midi, se tenait l’inauguration de la légumerie bio Terra Alter Pays d'Oc sur la ferme de Vindrac à Montans. En présence de nombreux élus et acteurs économiques et agricoles du territoire ! La légumerie Terra Alter Pays d'Oc ? Un maillon clé dans la chaine de valeur de la filière maraîchage bio et un vrai plus pour le territoire. Longue vie !

Lire la suite



Le projet Terra Alter Pays d'Oc, porté par Guillaume Manero et Franck Tomaszczyk, est abouti et présente l’assurance d’une belle réflexion en matière d’analyse et de philosophie.Il vient de voir officiellement le jour sur la commune de Montans, dans les locaux de la Ferme de Vindrac adaptés aux activités agro-alimentaires (laboratoire).

Pour ce faire, Guillaume et Franck se sont appuyés sur le projet de la loi EGAlim, et notamment sur les aspects d’une relation équitable entre le producteur bio, l’acheteur et le consommateur.

Terra Alter Pays d'OcC’est dans l’esprit de Terra Alter Gascogne, une plateforme de collecte, transformation et commercialisation de fruits et légumes bio et locaux qui se trouve à Marciac (Gers), que la SCOP Terra Alter Pays d'Oc a pour vocation, depuis Montans, de permettre l’approvisionnement de la restauration collective (écoles, collèges, hôpitaux, restaurants, primeurs, etc.), de grandes et moyennes surfaces, de magasins bio ou d'épiceries fines en fruits et légumes bio, locaux et de qualité.

Le choix du statut SCOP fait de cette nouvelle entreprise un exemple d’innovation : sociétariat partagé, transparence économique et équité. Un juste prix pour les maraîchers locaux (regroupés au sein d'une association grâce à l'action de la Chambre d'Agriculture du Tarn), un juste prix pour les clients, un modèle créateur de 6 emplois dès le démarrage, dont les perspectives pour 2019 réserveront des postes à des personnes en difficultés d’insertion. Ainsi, deux postes seront à pourvoir à l’horizon 2019 ! Le projet est en en cours d’élaboration avec la DIRECCTE.

Les légumes produits localement sont épluchés et découpés, pour être vendus.G Manero

Consommer local, c’est des produits plus savoureux, en diminuant la consommation d’énergie et la pollution liées au transport. C’est aussi contribuer au développement de l’agriculture tarnaise et à une plus juste rémunération des exploitants !

Un grand coup de chapeau à Guillaume Manero et Franck Tomaszczyk, qui ont donné corps et vie au projet Terra Alter Pays d'Oc en tout juste un an et demi, ce qui relève déjà d'un petit exploit.

 

Illustrations ci-dessus et ci-dessous : Guillaume Manero et les nombreux élus présents pour l'inauguration de Terra Alter Pays d'Oc à Montans le 20 décembre 2018.

Des outils pour attirer des visiteurs sur le Gaillacois
mercredi 26 déc. 2018
Attractivité du territoire

Paul Salvador préside à la fois le Comité Départemental de Tourisme (CDT) et l'Office de Tourisme Bastides et Vignoble du Gaillac. Son premier constat sur l'évolution des méthodes de travail est net.

Lire la suite



"Il faut s'adapter aux nouvelles exigences sur la façon d'informer. Nous l'avons déjà fait. Aujourd'hui, attendre le visiteur dans les bureaux de l'Office ne suffit plus. Il faut aller à ses devants, utiliser et développer les systèmes numériques, les bornes interactives. Mais c'est aussi l'enjeu du moment de rationaliser notre fonctionnement pour être performant là où est le touriste".

Déjà, les conseillers se déplaçaient sur les points chauds de l'été (campings, marchés de producteurs, apéros concerts…) avec la 2CV verte et le kit d'informations. Ce sytème sera amplifié avec l'arrivée, annoncée pour le mois de mai 2019, d'un deuxième véhicule sur le territoire du Pays.

"Revaloriser l'image du cuir"

Autre annonce du président : la volonté de mettre l'accent sur le secteur graulhétois.

"Bien sûr, nous avons l'oenotourisme dans le Gaillacois, les Lanternes, qui sont des points d'ancrage et deux fers de lance, mais il faut revaloriser l'image du cuir, montrer toute sa noblesse. Le tourisme et le cuir doivent fonctionner ensemble, comme une double entrée sur le territoire".

Pour y parvenir, Paul Salvador souhaite associer les communes à cette démarche, en particulier sur la protection de l'urbanisme patrimonial et surtout convaincre leurs élus.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : la 2CV verte va depuis deux ans à la rencontre des touristes dans les campings et sur les marchés. Un deuxième véhicule doit être mis à la disposition de l'Office en mai 2019.

Julie Laffont propose une box de fromages fermiers
mercredi 26 déc. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Produit incontournable de nos tables, le fromage a toujours été associé à l'image de la gastronomie française. Une Lisloise l'a bien compris. Ainsi, Julie Laffont a lancé sa société "Au fil du fromage" et propose en ligne des box composées de fromages fermiers vache, chèvre et brebis.

Lire la suite



Originaire de Lyon, Julie Laffont commence des études dans la gestion et la protection de l'environnement et devient écologue. Elle poursuit en effectuant un stage en Suisse dans le même domaine. Pour elle, aimer le monde agricole, c'est aussi se poser cette question environnementale.

Après un dernier stage en fin de Bachelor en Avignon, elle obtient son premier emploi à Toulouse comme chargée d'étude agricole / environnement, avec un mi-temps auprès des collectivités où elle les accompagne vers le zéro phyto.

Aidée par une plateforme de crowdfunding

En 2015, elle monte un projet promotion du terroir.

Julie est une gourmande et elle nous confie : "j'aime les producteurs éleveurs, ils m'ont toujours attiré, je ne voulais pas travailler en boutique mais plutôt sur la vente en ligne. Puis, avec une aide bancaire et le réseau Initiatives Haute-Garonne, j'ai lancé ma société et mon site de vente en ligne, "Au fil du fromage", à partir d'une plate-forme de crowdfunding".

Les fromages vendus en ligne

La vente en ligne fonctionne depuis août 2017, 18 mois à arpenter les routes à la découverte de petits producteurs. Chaque mois, elle se déplace en Occitanie et Nouvelle Aquitaine, un travail fait de recherches, en association aussi avec les réseaux Bienvenue à la ferme, la Chambre d'Agriculture et les drives fermiers.

Avec 3 à 4 rendez-vous quotidiens, elle ne chôme pas. Sa sélection est basée sur un audit avec une approche d'ensemble : qualité, hygiène, transformation, santé du troupeau, modes d'alimentation... Enfin, suit la dégustation et le choix avec une hétérogénéité lactique, tomme, pâte molle autant que possible.

Les box sont de 350 grammes / 3 portions ou 750 grammes / 4 portions. Dans chaque boîte, un dépliant présentant les produits.Les réservations en ligne se font par abonnement (3, 6 ou 12 mois), avec la possibilité de tester sur 1 box seule.

Pour 2019, elle souhaite augmenter sa clientèle crémerie, développer un partenariat avec les caves et pourquoi pas ouvrir une boutique à Lisle sur Tarn.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : de nouveaux fromages tous les mois avec "Au fil du fromage".

Forte participation au "Job Dating 81", organisé à Couffouleux
mardi 25 déc. 2018
Emploi

Lundi 17 décembre 2018, la salle de Guerdavid de Couffouleux accueillait le "Job Dating 81", organisé en partenariat par le Comité de Bassin d'Emploi du Nord Est Toulousain (CBE du NET) et l'Agglomération Gaillac | Graulhet. Une formule originale pour rapprocher demandeurs d'emploi et entreprises. 

Lire la suite



Cette initiative du Comité de Bassin d'Emploi du Nord Est Toulousain (CBE du NET), organisée en partenariat avec Gaillac | Graulhet Agglomération, a tenu toutes ses promesses avec la présence d'une vingtaine de structures professionnelles et institutionnelles regroupant divers secteurs d'activités pour plus de 50 participants à la recherche d'un emploi.

Ces rencontres ont reçu le parrainage d'Olivier Damez et Gilles Turlan, respectivement Maires de Couffouleux et Giroussens, qui ont inauguré solennellement ces rencontres pour l'emploi en présence de Sophie Lopez, directrice du CNE du NET. Cette opération sera reconduite en 2019.

C'est aussi l'occasion de rappeler que le 13 décembre 2018, le CBE avait proposé avec l'Agglomération Gaillac |Graulhet une séance gratuite d'initiation à l'informatique en direction des demandeurs d'emploi, qui ont pu bénéficier d'un apprentissage par petits groupes.

Si vous êtes demandeurs d'emploi ou bénéficiaires du RSA, vous pouvez contactez le CBE du NET au 05 62 89 07 70 pour une initiation gratuite à l'informatique.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : les maires de Giroussens et Couffouleux, Gilles Turlan et Olivier Damez, au "Job Dating 81" organisé à la salle de Guerdavid de Couffouleux.

Une école construite à Graulhet sera livrée à Brassac
mardi 25 déc. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

C'est le chantier de cet hiver 2018 - 2019. Malié Constructions bâtit sur son site du boulevard Georges-Ravari à Graulhet vingt-deux modules qui, une fois transportés et assemblés, constitueront la nouvelle école primaire de Castelnau-de-Brassac.

Lire la suite



Une surface totale de 580 m², avec salles de classe, bureaux, salle à manger, sanitaires et autre cuisine satellite qui devront être livrés en une semaine, en février 2019, soit juste six mois après le début de leur fabrication.

"C'est notre grand avantage ! Celui de pouvoir répondre dans des délais courts aux projets publics. C'est aussi un engagement que nous devons tenir. Mais c'est aussi la simplicité et la tranquillité d'esprit pour le commanditaire", assure Arnaud Escaffre, le président dirigeant de Malié Constructions.

Ce chef d'entreprise dynamique, issu d'une famille déjà dans la construction de maisons individuelles – à ossature bois – a repris la direction de l'enseigne grauhétoise il y a juste trois ans. "Avec un carnet de commandes qui était vide", précise-t-il.

En améliorant légèrement la chaîne de production, en reprenant le cœur d'activité qui reste la construction et la livraison de modules pour maisons individuelles, il a réussi le pari de relancer cette chaîne de production qui emploie aujourd'hui 24 personnes dans tous les corps de métier du bâtiment.

Et pour Arnaud Escaffre, 2019 restera comme une "année à volume". "La meilleure, forcément, depuis la reprise. Avec l'obligation de se diversifier pour pouvoir répondre à un maximum de demandes".

De nombreuses commandes pour 2019

En 2018, Malié Constructions a aussi réalisé et livré un centre d'accueil pour les familles de détenus à Lannemezan. "Avec des obligations et un cahier des charges particuliers". Un salon d'esthéticienne complet a aussi été livré, ainsi que plusieurs extensions d'habitations partout dans la Tarn et en Occitanie.

Pour 2019, trois maisons partagées – salles communes, chambres indépendantes – sont en commande, dont une pour Brens. "L'année débute bien", reconnaît le chef d'une entreprise, qui a gardé le nom historique des créateurs de son concept, Louis et Richard Malié.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Arnaud Escaffre devant l'école qui sera démontée une fois finie et transportée en 22 voyages jusqu'à Castelnau-de-Brassac.

L’international, pièce principale des Ateliers C & S Davoy
lundi 24 déc. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

L’export représente 75% de l’activité de cette entreprise couffoulésienne, implantée sur la zone d'activités des Massiès. Une rareté sur le territoire, car les Ateliers C & S Davoy ne font ni dans l’agro-alimentaire, ni dans l’industrie, mais dans la... décoration.

Lire la suite



"Nous sommes créateurs d’atmosphère", voudrait résumer Caroline Giraud, l’une des quatre associés des Ateliers C & S Davoy, avec Stéphane Davoy, Sandrine Popis et Christine Ros.

Mais ici, on crée aussi, on façonne et on coordonne la fabrication, l’achat et la revente d’accessoires et de meubles. Entre Asie, pour la façon, Europe et Etats-Unis, pour la distribution. Le tout en B to B : architectes, décorateurs et magasins constituant l’essentiel de la clientèle.

Pour un exercice 2017-2018 qui a généré 3,7 millions d’euros de chiffre d'affaires. "Au début, on voulait une petite boîte pour nous quatre", raconte Caroline Giraud, mais c’était sans compter sur l’expérience (ndlr : une première société dans les années 1990), la créativité et le sens des affaires de cette équipe "aux compétences équilibrées et complémentaires".

Autonomie collaborative

Depuis 2007 que les Ateliers ont été fondés, un nouveau collaborateur a été recruté chaque année.

L’entreprise est forte désormais de 16 personnes et travaille avec des artistes et artisans attitrés. Dans un état d’esprit propre aux dirigeants, qu’ils mettent en pratique entre eux avec succès et qu’ils partagent avec leurs salariés : "Nous nous sommes mis au service les uns des autres, nous fonctionnons en totale confiance avec pour philosophie le respect du travail, de l’entreprise et de la collaboration", détaille Caroline Giraud.

A 10 heures 30, c’est la pause-café,  dirigeants et employés se retrouvent ainsi quotidiennement : "de sorte à ce que tout le monde entende ce qui se passe dans l’entreprise et avoir des gens le plus autonomes possibles".

Etablis sur 3000 m² dans la zone d'activités des Massiès à Couffouleux, les Ateliers C & S Davoy ont pour objectif de développer leur image auprès du public. De quoi investir un nouveau marché si besoin était.

 

Source : l'écho de la locale.

Illustration ci-dessous : une partie de l'équipe de C & S Davoy (photo : CSD).

Guillaume Mermet prépare les cent ans de Raynaud Photo
dimanche 23 déc. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

"Pourquoi changer l'enseigne Raynaud Photo ? Elle va fêter ses cent ans en 2020". Guillaume Mermet ne se met pas en avant. Il vient de réaménager de fond en comble et en devanture le magasin, mais il communique toujours sur le nom de ceux qui l'ont formé professionnellement et humainement, Jean et Annie Raynaud.

Lire la suite



Tout jeune, Guillaume l'Annécien aimait l'image et le dessin ("ça remontait ma moyenne au collège").

En troisième, il a demandé un stage à Raynaud Photo à Gaillac. Et comme l'apprenti finissait son cycle, il a postulé pour prendre la suite. Jean Raynaud l'a pris sous son aile, il a vite repéré le dynamisme du jeune qui a eu le temps de passer un Bac Pro, tout en étant dans le Labo et en tirant des clichés en ville.

"Pendant 7 ans, j'ai appris le métier. Annie et Jean sont des gens droits, stables". Lui est du genre fonceur. Quand il a racheté le magasin en 2007, il a été "chercher le client". On le voyait partout : rugby, écoles, fêtes, milieu associatif, AGACI (où il est toujours et très actif). Aujourd'hui, Guillaume Mermet est toujours là où est l'évènement, mais il délègue parfois, car la société compte 8 salariés sur Gaillac et Rabastens, et vit avec son temps.

L'heure du digital

Celui des saisons : Noël des portraits de famille, le printemps des photos de classe et des galas de danse, l'été des mariages.

Et celui de l'anticipation, du digital. "On vend de plus en plus de photos sur clés USB, même si l'album garde ses fidèles".

Raynaud Photo a fait du drone et maintenant de la vidéo, en recrutant un cameraman-monteur. "On retrouve la première enseigne du magasin Raynaud Photo-Ciné".

Guillaume Mermet se vit comme un artisan, plus qu'un artiste. Il préfère évoquer un savoir-faire que parler de talent. Quand il a fallu cet été 2018, à la rage du soleil, faire la devanture, il s'y est collé, comme pour les sols. Aujourd'hui, Raynaud Photo new-look, spacieux et lumineux, peut tourner à plein régime et dans le confort. Il a investi dans le matériel le plus performant. "Reste à bosser pour payer tout ça".

Et le voilà parti avec le sac en bandoulière et 20 kilos de boîtiers et objectifs. A grandes enjambées, comme d'habitude.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Guillaume Mermet (deuxième à partir de la gauche) et son équipe. L'apprenti a repris avec succès l'entreprise commerciale et la développe en y ajoutant la vidéo.

Nouri Nsir exploite les qualités du bois d'olivier depuis Gaillac
samedi 22 déc. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Il est arrivé en France en 1972, à l'âge de deux ans, mais Nouri Nsir, originaire de Tunisie (El Jem, un des grands sites romains d'Afrique du Nord) garde un lien avec son pays de naissance : l'olivier.

Lire la suite



Le Gaillacois, présent tous les vendredis sur le marché, place de la Libération, rappelle que la Tunisie est la première oliveraie de la Méditerranée. Sa famille vivait au milieu des arbres. "Les anciens, quand ils avaient trois sous, achetaient un arbre. Ils disaient : aujourd'hui, c'est moi qui l'entretiens, demain, c'est lui qui m'entretiendra".

Nouri vante le "bon à tout faire" de l'olivier : l'huile bien sûr, les feuilles pour donner à manger aux animaux. Et le bois, qu'il a transformé en ustensiles et objets de décoration et qu'il vend dans un rayon de 100 km à la ronde. "On est obligé. L'olivier, c'est tellement robuste qu'une fois qu'on s'est équipé, on le garde très longtemps".

Il faut trois cents ans pour faire un bois d'œuvre, trois mois à trois ans selon les diamètres pour le sécher. Mais ensuite, la palette de nuances est infinie : des claires, des sombres, et surtout des nervurées, les plus prisées. "Les nervures donnent vie, personnalisent la pièce. Certains l'achètent en décoration". Ce bois très dense supporte des liquides en gobelets, des plats en sauce en saladiers.

Un arbre a tout faire

"Il ne laisse pas d'odeur, à la différence du thuya, il se nettoie à l'eau, à la rigueur avec un produit vaisselle. De temps en temps, pour le patiner, pas pour le nourrir, on y passe une goutte d'huile d'olive. Elle lui rend son éclat et sa beauté d'origine".

Dans sa gamme, les grands classiques restent les planches à pain et les planches à découper, "surtout les rustiques, avec l'écorce autour". Les petits modèles individuels, qui font planche à tapas, à fromages, à charcuteries, trouvent de plus en plus preneurs. "Attention de ne pas trop les marquer au couteau" prévient Nouri, "il ne faut pas trop appuyer".

Autres objets de cuisine demandés, le mortier-pilon pour l'aïoli ou le sel, l'assiette plate et la corbeille à fruits et crudités. "On peut faire tout un service de cuisine en olivier".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : en objets de cuisine ou de décoration, l'olivier offre de multiples possibilités.

L'Artfriche, 4ème édition à Gaillac !
vendredi 21 déc. 2018
Du nouveau à Gaillac

Sur sa 4ème phase, le projet l'Artfriche à Gaillac réalise sa mue pour offrir aux visiteurs une véritable galerie d'Art trouvant son écrin dans le quartier historique de Gaillac, en face la fontaine du Griffoul.

Lire la suite



L'occasion est ainsi donnée de rencontrer et découvrir les oeuvres de 6 artistes reconnus : Yannick Hervy, Marc Kopil, Isabelle Maureau, Florence Davoult, Claire de Soissons, De Brignac.

Ces artistes, partis prenantes au projet, exposent simultanément du 04 décembre 2018 au 15 février 2019.

Prenez quelques minutes pour visiter cet espace unique et pourquoi pas franchir le cap en vous laissant séduire par l'acquisition d'une de leurs œuvres.

Artfriche 4ème édition : du 04 décembre 2018 au 15 février 2019 - 40 place du Griffoul à Gaillac.

Ouvert les mardis, mercredis et jeudis de 16h à 21h, les vendredis, samedis et dimanches de 10h à 13h et de 16h à 21h.

La CCI visite l'entreprise de mécanique Mecaform à Graulhet
mercredi 19 déc. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Le Mardi de l'industrie de Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn a récemment fait escale au sein de l'entreprise Mecaform. Créés en 2003, ces rendez-vous permettent chaque mois aux ressortissants de la CCI ainsi qu'à différents partenaires de découvrir les entreprises du département.

Lire la suite



Cela faisait longtemps que la Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn souhaitait organiser un de ces rendez-vous dans l'entreprise graulhétoise Mecaform Eurotechnics Industries.

"En fait, cela faisait pas mal d'années, mais nous attendions d'avoir les capacités d'accueil. Avec les nouveaux bureaux, nous avons de quoi accueillir une cinquantaine de personnes", explique Benoît Alquier, directeur du site. Une hausse d'effectifs liée à l'augmentation du chiffre d'affaires de la société depuis trois ans.

Mecaform est un prestataire de services dans la chaudronnerie industrielle qui compte aujourd'hui 45 personnes et dont le chiffre d'affaires s'élève à cinq millions d'euros.

Deux millions d'euros investis

Elle fait partie des entreprises qui comptent sur le territoire. En 2014, elle a commencé un important plan d'investissement.

"On a investi deux millions d'euros avec une découpe laser, une extension du bâtiment et des bureaux, l'achat d'une plieuse il y a un an ainsi que la rénovation de la station de peinture. On arrive maintenant à un processus de production assez étoffé et surtout intégré qui permet de répondre à beaucoup de prestations sur un seul site", confie Benoît Alquier.

L'entreprise se positionne sur des prestations de sous-traitance dans les domaines du travail des métaux, de la fabrication d'ensembles mécaniques complets à la pièce unitaire. Ses réalisations répondent à de nombreux besoins touchant tous les secteurs d'activité, des structures de mécaniques soudées pour l'industrie aux outillages aéronautiques en passant par la serrurerie pour le bâtiment et les pièces agricoles. Ses prestations couvrent une large gamme de produits.

Une diversité, en travaillant pour plusieurs clients dans différents secteurs de l'économie, qui constitue l'une des clés pour que l'entreprise prestataire de services aborde son avenir sereinement.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : une visite de l'usine a été réalisée dans le cadre de cette rencontre sous la houlette de Benoît Alquier, directeur de Mecaform.