Actualités

Granilia à Graulhet : une pépinière et un hôtel pour les entreprises
samedi 20 mars 2021
Accompagnement des entreprises

La pépinière - hôtel d’entreprises Granilia sur Graulhet, portée par Gaillac Graulhet agglomération, comprend trois ateliers d’une surface de 187 m², deux bureaux d’une surface totale de 60 m², un atelier-bureau partagé et des locaux communs (salle de réunion équipée, salle de convivialité, accueil, secrétariat). Au total, le site compte une surface totale de près de 1.000 m².

Lire la suite



Mais au-delà des locaux mis à disposition, c’est surtout l’accompagnement des entreprises qui est le point fort de la structure. "Dans la situation actuelle, les entreprises résidentes se sont adaptées et continuent leurs activités. La principale limitation que nous avons est dans le domaine de l’accueil de formations et de réunions, qui a une jauge diminuée en raison des protocoles sanitaires. L’activité d’accompagnement des porteurs de projets se poursuit", explique Laurence Bousquet, directrice de Granilia, qui comprend deux sites d'implantation situés à Gaillac et à Graulhet.

Accompagnement des porteurs de projets

Les porteurs de projets du territoire accompagnés qui créent leurs entreprises ont ainsi la possibilité d’accéder à des locaux fonctionnels pour une période de 24 à 48 mois avec un statut pépinière, de bénéficier d’un accompagnement personnalisé et de services partagés. "Notre cœur de métier est avant tout l’accompagnement de porteurs de projets, notamment pour éviter leur isolement dans le démarrage de leur entreprise", souligne Laurence Bousquet.

L’hébergement des jeunes entreprises est soumis à la validation du projet par le comité d’agrément de la pépinière et bien entendu au respect du règlement intérieur.

Outre les entreprises résidentes, l’espace peut aussi accueillir des entreprises de façon ponctuelle. "On reste ouvert et disponible dans l’étude des besoins des entreprises locales. Si elles ont besoin d’un lieu de réunion ou d’un bureau occasionnellement pour avoir un rendez-vous, le site est là pour les accueillir", rappelle Laurence Bousquet.

Zoom sur... Acisp Santé : une des "pousses "de la pépinière

Acisp SantéCréée en 2019 par une professionnelle du secteur depuis de nombreuses années, la société Acisp Santé (Accompagnement coordination innovation en soins primaires) est une des deux nouvelles entreprises arrivées dans la pépinière d’entreprises.

"Avant, j’étais salariée d’une entreprise nationale. Lors du licenciement, j’ai décidé de garder cette activité à laquelle je suis attachée en créant mon entreprise", explique Magalie Bessière, gérante de la société, consultante et coordinatrice en soins primaires, c’est-à-dire le premier contact de la population avec les soins.

Elle œuvre au quotidien auprès de groupements de professionnels libéraux qui partagent un projet de santé sur un territoire – dans le cadre d’une maison de santé pluriprofessionnelle ou d’une communauté professionnelle territoriale de santé – pour écrire les projets et leur donner vie.

"Je trouvais intéressant d’avoir un accompagnement par la pépinière, rencontrer d’autres professionnels et de bénéficier d’un accompagnement de qualité", remarque Magalie Bessière.

La société œuvre principalement dans le Tarn et la Haute-Garonne, mais aussi hors Occitanie. Acisp Santé emploie aujourd’hui trois personnes.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire les articles en ligne ici et .

Illustration ci-dessus : Magalie Bessière, créatrice d’Acisp santé.

Illustration ci-dessous : Granilia Graulhet est situé route de Réalmont.

Deux sœurs vont ouvrir une épicerie de vrac au centre-ville de Gaillac
vendredi 19 mars 2021
Du nouveau à Gaillac

Les deux sœurs font pour la deuxième fois cause commune. Les Toulousaines, qui ont passé une partie de leur enfance dans le Sidobre, avaient déjà monté une agence de communication en 2018. Food and Com servait les intérêts des restaurants et des producteurs. Les consultantes travaillaient sur toute l’Occitanie.

Lire la suite



Puis le confinement est arrivé, avec la fermeture de leur principal client, les restaurateurs.

Mathilde et Morgane Bouterre ont donc décidé de rebondir, mais sur une activité qu’elles voulaient plus concrète : une épicerie de vrac – sans emballage – avec une base de produits locaux. "80% de la gamme sera fabriquée en Occitanie, dont 50% dans le Tarn. 60% seront consacrés à l’alimentaire, le reste à l’hygiène de la personne et de la maison. 75% des produits seront labellisés bio."

On retrouve dans ce goût des chiffres et des pourcentages leurs études commerciales pas si lointaines : Morgane, l’aînée, n’a pas encore 30 ans. Le choix de Gaillac tient à l’opportunité d’un espace disponible, rue Jean-Jaurès en coeur de ville, où le turn over a été rapide (galeries d’art, magasin de vêtements d’occasion), mais aussi à leur étude de marché. "On recherchait une ville où il n’y avait pas d’épicerie de vrac au centre. On a donc exclu Albi et Lavaur. On a un temps pensé à Castres. La proximité de la famille a joué en faveur Gaillac."

Écologiques et locaux

Elles vont repeindre les murs, monter une cloison (un travail des week-ends), puis installer les étagères, les silos de vrac et les petits meubles.

Le réseau des producteurs est bien en place, d’autres s’y rajouteront sans doute. On trouvera à Semo les bières de la Berlue, les farines et légumineuses des Trois Moineaux, les conserves et sauces des Jardins de la Vère, etc.

Jusqu’au 3 avril 2021, on peut faire un don dans le cadre du financement participatif, qui vaudra une contrepartie en produits de l’épicerie : bières, vins, savons, gâteaux ou encore des accessoires zéro déchet. "Des produits locaux et écologiques", précisent-elles. Deux mots qui seront la marque de fabrique de Semo. Pour participer, rendez-vous sur Miimosa en cliquant ici.

L’ouverture de l'épicerie vrac est prévue en mai 2021.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Morgane et Mathilde Bouterre ont déjà été associées. Elles prolongent leur trajectoire commune dans une épicerie de vrac, rue Jean-Jaurès. Les produits viendront du Tarn et d’Occitanie.

Floryan Varennes ou l’art en entreprise (du Cuir de Graulhet)
jeudi 18 mars 2021
Evènement

Floryan Varennes travaille actuellement avec quatre entreprises graulhétoises du secteur cuir dans le cadre de l’opération "Artiste en entreprise", dispositif inédit attribué par le ministère de la Culture et soutenu par la Drac Occitanie Site de Toulouse, dans le cadre d’un partenariat avec l’AFIAC et la commune de Graulhet.

Lire la suite



C’est la troisième fois que l’artiste Floryan Varennes, d’une renommée désormais européenne, travaille au cœur de plusieurs entreprises innovantes locales du secteur du cuir.

"Au départ, il y avait une résidence en deux volets qui s’est déroulée en 2018, "Straight battlefield", et en 2019 pour "Armor armada". La DRAC a sollicité le ministère et je suis de retour pour une troisième année après un an de césure. Ce sera la troisième et dernière partie de cette aventure", explique Floryan Varennes.

Après une première année de découverte du cuir puis un approfondissement de ces techniques, cette troisième étape témoigne de l’évolution de son travail vers la santé, le "care" et l’univers du soin. "Cette exposition viendra amener de nombreuses nouvelles recherches", confie l’artiste. En s’appuyant sur leur savoir-faire en matière de cuirs, Floryan Varennes agit comme un pivot du territoire, créant une synergie autour de cette matière noble et emblématique, de la tradition séculaire du territoire et des entreprises actuelles, tournées vers l’avenir, l’innovation, le luxe et l’art.

Quatre entreprises partenaires

Pour cette résidence, l’artiste travaille avec le Comptoir mégissier Icart, qui fournit les peaux et les maroquineries La Fabrique et Philippe Serres. Hors du dispositif, l’entreprise FGM fournit les matériaux dans le cadre d’un partenariat.

Lorsque ce sera possible, le fruit de ce travail sera visible à la Maison des métiers du cuir.

Cette résidence ancrée sur le territoire, le savoir-faire et l’innovation locale est axée autour du cuir. Elle offre une belle occasion pour les entreprises engagées dans le projet de promouvoir leur technicité et d’accompagner des projets créatifs inédits et uniques. Pour l’artiste, c’est un des moyens d’apprendre, de parfaire son art et de trouver des solutions techniques et de pointe répondant aux défis de son projet artistique.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Jean-Charles Icart et Floryan Varennes au Comptoir mégissier.

Lisle-sur-Tarn. Jimmy garde espoir pour l’organisation évènementielle
mercredi 17 mars 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

On le dit bien assez, l’espoir revient avec les beaux jours, le soleil. Cette notion d’espoir, de voir plus loin reste, malgré tout, bien ancrée chez Jimmy Vellarino. Il a lancé son entreprise "By Jimmy", spécialisée dans l’évènementiel, à une époque où nous découvrions le confinement. Cette année 2020 a changé la donne dans beaucoup d’agendas et notamment chez ceux qui avaient prévu de se marier ou d’organiser des soirées festives.

Lire la suite



A l’aube de ce printemps 2021, Jimmy Vellarino veut y croire, se tient prêt pour l’organisation d’événements.

Dans la plupart des contacts, des devis qu’il propose, il a choisi l’optimisme avec une pré-organisation de sortie de covid. "Je prévois mes événements sur une base comme avant avec l’intégration des protocoles sanitaires et des contraintes du moment qu’on ne peut malheureusement connaître ce jour. J’ai confiance en cet été 2021 et l’avenir. Les gens ont envie, ont besoin de ce retour à la convivialité, aux soirées animées. Comme pour le rugby, le contact est "essentiel" dans notre société".

Il constate que les demandes d’organisations événementielles reprennent.

"By Jimmy" officie dans l’organisation de mariages (il possède une formation qualifiante de Wedding Planer) et de plus en plus pour des événements professionnels (journée cohésion and co…) et aussi privés.

Il a profité de ces pauses imposées pour se fabriquer tout un panel de décorations chics et natures. Il possède de quoi s’adapter à tout lieu, toutes demandes avec entr’autres des tentes nomades Stretch pouvant couvrir jusqu’à 4.000 m², des infrastructures techniques, sonorisations et lumières de grande qualité. Il possède aussi un joli stock de tables, de chaises avec cet esprit nature, champêtre chic, avec lui pas de tables en plastiques. Il amène la personnalisation pour tous les événements, mariages, journées cohésion d’entreprise, lancements de produits ou meetings.

Il est possible de venir rencontrer Jimmy Vellarino et de découvrir son nouveau showroom au 16 avenue Jean Jaurès à Lisle sur Tarn, ou de le contacter par téléphone au 06 31 19 57 62.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Jimmy vous attend à son Show Room pour préparer vos événements.

Les transports Rizzo continuent d’investir et de renouveler le parc à Gaillac
lundi 15 mars 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Les camions rouges tournent, sur les longues distances (65% du chiffre d’affaires) comme sur le "grand régional" et dans la messagerie de détail. Rizzo est un nom qui a du sens dans le transport, par son ancienneté et sa notoriété. Les trois fils d’Henri – Gérard, Philippe et Stéphane – ont traversé toutes les conjonctures et réussi à développer l’entreprise qui compte aujourd’hui 105 tracteurs et porteurs, et 80 semis.

Lire la suite



Les transports Rizzo n’ont cessé d’investir en renouvelant les véhicules, pour profiter des dernières innovations de motoristes, en termes de consommation, de performances environnementales et d’ergonomie à bord pour le confort du conducteur.

En janvier 2020, deux mois avant le premier confinement, les transports Rizzo achetaient 25 camions neufs. Puis six semis et trois porteurs en septembre 2020. En janvier 2021, six tracteurs. Et trois nouveaux porteurs arriveront en octobre 2021. "Le parc, c’est le nerf de la guerre" indique Gérard Rizzo. "En un an, on aura renouvelé le tiers de notre flotte".

Souplesse et réactivité

L’autre atout de cette entreprise indépendante, loin des "monstres" du marché à 3.000 camions, c’est sa souplesse et sa réactivité. "Chez nous, quand un client appelle à 18h30, on répond. On s’imprègne de ce qu’il veut, car les exigences varient selon que l’on a affaire à l’industrie, à la grande distribution ou au commerce indépendant" ajoute Stéphane, responsable du parc.

Rizzo compte plus de 200 clients, transporte aussi bien l’eau minérale que l’acier, de l’aluminium, des menuiseries, des pâtes… À ceux qui font du camion un pollueur, Stéphane Rizzo indique que tous ses véhicules sont aux normes Euro 6, les plus exigeantes, qu’ils consomment 10 litres de moins aux 100 km qu’il y a vingt ans. Gérard défend le transport routier comme un aménageur du territoire.

"Si on cesse apporter 100 kg d’acier à un artisan de Castelnau-de-Brassac, vous croyez que son atelier va rester au village ?". L’entreprise se porte bien, elle a même connu un pic d’activité à la limite de la surchauffe au cours de l’été 2020. Pour Gérard Rizzo, l’interrogation porte plutôt sur la sortie de covid. "Dans quelle situation seront nos clients ? De la leur, dépendra la nôtre".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Gérard et Stéphane Rizzo (Philippe est absent sur la photo). Les trois frères sont restés compétitifs dans toutes les conjonctures et ont préservé l’indépendance de l’entreprise créée par Henri, leur père.

Freyssinet AeroEquipment s'équipe d'une fonderie de titane
jeudi 11 mars 2021
Du nouveau sur l'Agglo

Le sous-traitant aéronautique tarnais, implanté sur la zone d'activités des Massiès à Couffouleux, se diversifie dans la fonderie de pièces en titane, une activité complexe souvent réalisée aux Etats-Unis aujourd'hui. Il investit 8,5 millions d'euros dans une fonderie 4.0 qui devrait lui permettre de créer 50 emplois d'ici à trois ans, quand la construction d'avions reprendra.

Lire la suite



En pleine crise de l'aéronautique, le sous-traitant Freyssinet AeroEquipment, installé à Couffouleux au sein de la zone d'activités des Massiès de la Communauté d'agglomération Gaillac Graulhet, se diversifie dans la fonderie de pièces en titane. Il va investir 8,5 millions d'euros de 2021 à 2023 dans une fonderie de précision à la cire perdue avec un système de pilotage automatisé des machines 4.0, dans un nouveau bâtiment de 1.000 mètres carrés. Le projet bénéficie d'une subvention de 2,6 millions d'euros du plan de relance de l'Etat.

La fonderie démarrera à la fin de l'année et devrait créer 50 emplois en trois ans. L'entreprise veut réaliser un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros par an dans la fonderie de pièces de taille intermédiaire à la fin 2023, quand la construction d'avions reprendra. "Nous envisagerons ensuite de fabriquer des pièces plus grandes dans une nouvelle usine pour devenir un acteur mondial de la fonderie aéronautique", indique son président, Philippe Parsoire.

Freyssinet AeroEquipment réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires en usinant des pièces de moteurs d'avions (B737 Max, Rafale…), le reste avec les pièces de structure et d'équipements pour Safran, Collins, Daher, Liebherr Aerospace, etc.

Il a investi 12 millions d'euros de 2015 à 2018 dans une usine 4.0 équipée de robots d'usinage qui est compétitive face à la production chinoise. Il a intégré les étapes de fabrication en rachetant une entreprise de traitement de surface en 2010, une société de rectification en 2019, puis la start-up de fabrication additive en métal Fusia AeroAdditive.

Relocalisation

Le sous-traitant va maintenant investir en amont dans la fonderie de pièces de moteur et d'équipements en titane. "Aujourd'hui, nos clients achètent les pièces de fonderie aux Etats-Unis et nous les envoient pour faire l'usinage, explique Philippe Parsoire. En intégrant la fonderie, ils ne géreront qu'un fournisseur. Nous réduirons le transport et relocaliserons l'activité."

Les fonderies de titane sont peu répandues dans l'aéronautique car c'est une métallurgie complexe. Il n'en existerait que trois aux Etats-Unis, une en Chine et une en France, la société Taramm en Ariège qui connaît des difficultés.

Freyssinet AeroEquipement a subi lui aussi la crise du secteur : son chiffre d'affaires a chuté de 60% en 2020, à 12 millions d'euros, avec la suspension du Boeing 737 Max et le Covid-19. Mais l'essor de son activité de 25% en 2019 lui a donné des réserves et il a conservé 100 des 120 salariés en recourant à l'activité partielle.

 

Source : Les Echos - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Freyssinet Aero Equipment réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires en usinant des pièces de moteurs d'avions.

Biocoop s’installe en vitrine du bio locale et régionale à Gaillac
mardi 9 mars 2021
Du nouveau à Gaillac

C’est une grande vitrine et un vaste espace commercial de 770 m² laissé libre par la Halle à la Chaussure qui retrouvera une nouvelle vie dès le 5 mars 2021, à l’enseigne Biocoop. Aux commandes, Thomas Nobile.

Lire la suite



Un retour aux sources pour ce chef d’entreprise de 29 ans aux racines maternelles de Mirandol (agriculteurs) et paternelles de Carmaux (mineurs). Après de solides études de commerce et un parcours qui l’a conduit à Londres, Paris, Lyon et Toulouse, il a réfléchi sur son avenir et a saisi une opportunité.

Gaillac, pour ce site disponible, et Biocoop, pour l’enseigne. Cette coopérative créée dans les années 1980 développe des filières bios (alimentaires, cosmétiques, hygiène…). Elle s’appuie sur des valeurs qualitatives fortes et un réseau de producteurs de proximité. "Chaque commerçant est sociétaire, mais il garde son autonomie et ses choix".

Thomas Nobile a opté pour un magasin à taille humaine (en le réduisant à 600 m² de surface de vente, ce qui laisse quand même la place de présenter plus de 5.000 références, dont 300 en vrac "zéro déchet").

Commencés le 15 décembre 2020, les travaux sont allés vite. Thomas Nobile a recruté une équipe de 8 collaborateurs pour ce magasin qui sera ouvert du lundi au samedi non-stop de 9h à 18h (et 19h30 à la fin du couvre-feu). L’entrée, la "scène" selon Thomas Nobile, valorise les légumes de saison.

Un coin snacking après la covid

Le vrac représente un magasin dans le magasin, avec les liquides (huiles, vins, vinaigre, sirops) et l’hygiène (shampoings, gels douche, nettoyants divers) distribués par des systèmes de pression simples et rapides.

En fond de magasin, la cave à vins et le coin snacking, pour l’instant à emporter (puis un espace pour une pause de midi quand la réglementation l’autorisera), avec des menus simples.

Sur la ligne arrière, les services accueillent des paysans boulangers, un rayon traiteur (salades bio, tofu grillé…), les fromages et les viandes.

Le repérage est facile, le mobilier de bois brut et blond incarne l’authenticité. Thomas Nobile a déjà pris contact avec des producteurs tarnais, certains se sont présentés d’eux-mêmes.

Biocoop Gaillac veut s’inscrire comme une vitrine de la bio et de la région. 

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Les travaux de finitions sont en cours, le remplissage des rayons a commencé. Thomas Nobile et son équipe seront prêts le 5 mars 2021 pour l’ouverture de Biocoop Gaillac.

AGACI : des projets et un calendrier adaptés à la crise
mardi 9 mars 2021
Information

L’association gaillacoise des commerçants, artisans et industriels (AGACI), avec un bureau renouvelé et rajeuni, est impatiente de reprendre ses animations, mais la Covid a coupé son élan.

Lire la suite



Les présidentes Stéphanie Franques et Annie Goral ont rencontré la maire jeudi 04 mars, puis la préfète. Leurs conseils ont invité à ne programmer aucune animation d’envergure jusqu’à l’été. "Nous marquerons la fête des Mères, en offrant des fleurs, sans doute une rose, puis la fête des Pères, avec une pochette des graines à planter, ou des chocolats."

Ces petites attentions s’adaptent au budget car l’AGACI prendra en charge tous ces cadeaux. La maire a rassuré l’association : sauf aggravation épidémique, les marchés de producteurs du mardi seront maintenus en juillet-août, avec un groupe musical. Place de la Libération ? Au Griffoul, où ils avaient commencé ? Les règles sanitaires risquent de dicter le choix du site. Les apéros-concerts du vendredi, organisés par Coq en fête, devraient se poursuivre dans les jardins de l’abbaye.

A la Guinguette du Lido, en milieu et fin de semaine, l’AGACI pourrait associer – avec les sept chalets restants – une nouvelle animation dans l’amphithéâtre, place de la Libération. Les locations de chalets à la semaine ou la quinzaine permettraient de renouveler les participants.

Appel à adhérer à l’association

Les déballages hebdomadaires du soir, jusqu’à 22 heures, reprendront-ils ? Les commerçants en décideront après consultation. Tous n’étaient pas enthousiastes l’an dernier.

L’AGACI, à la demande de Coco Jazz (du 15 au 19 septembre 2021) devrait s’associer au festival. Une fanfare ferait un circuit dans les rues commerçantes, avec des haltes régulières, le samedi 18 septembre 2021. Le projet de rassemblement festif des adhérents, prévu au château de Tauziès en octobre dernier puis annulé, pourrait ressortir des cartons, comme le village du Père Noël.

Beaucoup de conditionnel donc dans le programme de l’AGACI, la Covid étant le maître des horloges. Une certitude : le bureau va passer chez les commerçants en porte à porte pour les inciter à prendre la carte d’adhérent. "120 €, soit 10 € par mois. Sans ce minimum, aucun projet d’animation n’est possible".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l’AGACI a renouvelé son bureau, mais les restrictions liées à l’épidémie ne lui ont pas permis de mettre en place toutes les animations prévues.

Patrick Maricaille rêve d'une chasse plus propre avec ses cartouches 100% biodégradables produites à Briatexte
lundi 1 mars 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

La success story continue pour la société Shoot Hunting Outdoor, implantée à Briatexte, qui commercialise des cartouches de chasse. Avec la production à grande échelle de ses nouvelles cartouches 100% biodégradables, la société veut conquérir le marché mondial de la cartouche écolo.

Lire la suite



En décembre 2018, Patrick Maricaille, patron de la société Shoot Hunting Outdoor, basée à Briatexte, annonçait en grande pompe avoir mis au point des cartouches 100% biodégradables.

À l’époque, en attente de brevet, le chef d’entreprise préférait encore garder le secret de ses nouvelles cartouches, "une révolution" pour le monde de la chasse promettait-il. À présent, le brevet est déposé, la présentation aux professionnels du secteur est faite, et surtout les machines tournent à plein régime dans la grande bâtisse où est installée la société depuis 2012. 

L’idée avancée était de remplacer  les bourres à jupe en plastique par de nouveaux composants. Ces bourres à jupe qui partent en même temps que le plomb ne sont pas ramassées par les chasseurs, contrairement aux douilles. "C’est tellement simple qu’il fallait y penser", sourit Patrick Maricaille en décrivant ses nouvelles bourres. "Du carton, de la fibre de bois et du liège. Et en plus ça apporte de l’engrais. En moins de 3 semaines dans la nature, tout a disparu. Et les cartouches sont mêmes plus performantes que celles avec des bourres classiques", avance-t-il encore.

Une cartouche qui intrigue

Bien que la production à grande échelle de ces cartouches, baptisées "Bio", avance à grands pas, la route a été plus longue que prévu pour le chef d’entreprise. "On a présenté les cartouches au salon de Nuremberg en avril 2019, le grand raout des professionnels de la chasse. Ça a fait le buzz !".

Deux sons de cloches retentissent à cette occasion. Les "concurrents dubitatifs" et les grandes enseignes qui veulent commercialiser les cartouches. "Mais surtout, ce sont les particuliers, les chasseurs qui nous ont le plus encouragés. Ils ont été tout de suite emballés, surtout les chasseurs de migrateurs qui tirent beaucoup de balles", résume Patrick Maricaille. La presse spécialisée s’est également intéressée à la cartouche "Bio", qui en intrigue plus d’un.

Chasseur passionné

De nouvelles machines ont pris place dans l’entrepôt, de nouvelles personnes ont rejoint l’équipe de Shoot Hunting Outdoor. Tout est désormais produit sur place. Une boutique a même ouvert ses portes sur la commune de Briatexte, où la société commercialise désormais ses cartouches.

"15 à 20% des cartouches que nous produisons sont des cartouches Bio. Pour le reste il s’agit de cartouches classiques. L’objectif est de produire 50% de Bio dès l’année 2021 et 100% en 2022", espère déjà Patrick Maricaille.

"On a déjà livré la Suède, les Pays-Bas, la Belgique, le Royaume-Uni. Nous avons été contactés par des Américains et des Canadiens aussi, mais nous n’avons pas encore pu donner suite. Les volumes de commande ont fortement augmenté. Mais bientôt, nous pourrons doubler la production, on adaptera les outils de fabrication en fonction des commandes".

Patrick Maricaille est un chasseur passionné. Écotoxicologue en chimie et en mécanique, il a encore des idées pour faire évoluer sa passion. "Je suis chasseur et fier de l’être, et je n’ai pas l’intention d’arrêter. Mais ma vision est celle d’une chasse propre, responsable. En ce sens, il y a encore des choses à faire. La chasse a sa place dans la société, dans nos campagnes".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : depuis l'automne 2020, la production est lancée et les commandes affluent.

Avec son magasin de décoration au coeur de Gaillac, Stéphanie Lejay a créé un nouveau centre d’intérêt
mercredi 24 févr. 2021
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Depuis l’ouverture d’Elaia Concept Store le 5 décembre 2019, Stéphanie Lejay a doublé le chiffre d’affaires de son magasin de décoration. "Les Lanternes m’ont amené beaucoup des visites, mais la dynamique s’est prolongée au-delà".

Lire la suite



La gamme s’est adaptée à la demande. "J’ai développé l’ameublement et les luminaires". Les règles sanitaires interdisant le salon de thé (et les brunchs en terrasse), Stéphanie Lejay a garni l’espace disponible de 30 m² en accélérant le turn nover des objets. "Je procède par petites commandes et j’évite le réassort. Je suis livrée tous les mois, et même, en période de cadeaux, toutes les semaines. Je dois me différencier des grandes chaînes et apporter des pièces insolites".

À l’image des deux authentiques chevaux de manèges, qu’elle avait chinés, puis patinés. Des pièces uniques (déjà vendues) qu’elle présentait dans sa deuxième vitrine, réservée aux objets ou meubles de grande taille. S’adapter est sa règle de vie.

Ouverture le dimanche

Avec le couvre-feu de 18 heures, elle a décidé d’ouvrir le dimanche, toute la journée. "Ce jour-là, les gens ne sont pas pressés, ils repèrent, puis reviennent choisir".

Stéphanie Lejay touche aussi à son autre but : se rendre chez les clients pour un conseil en décoration. "On arrive à créer une pièce entière, en trouvant l’équilibre entre ce que je propose et les goûts ou le tempérament du propriétaire. Cet échange me permet de sortir du magasin, d’aller au-delà de la simple vente". Une habitude a été prise : les clientes lui envoient une photo de l’objet ou du meuble en situation.

Stéphanie Lejay a un autre projet : installer à l’arrière du magasin un atelier de fabrication d’objets et de meubles sur mesure, en bois et fer, dans le style industriel, peut-être en partenariat avec des artisans.

Les premiers clients d’Elaia venaient de Saint-Sulpice et Rabastens, Lisle sur Tarn, puis se sont ajoutés les Albigeois et les habitants des coteaux. "C’est curieux, mais les Gaillacois sont venus en dernier".

Le bouche-à-oreille a fini par fonctionner, ainsi que l’attrait de la vitrine d’Elaia à la nuit tombante, quand les lampes d’ambiance apportent une note de charme dans cette rue plutôt sombre.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Stéphanie Lejay a élargi sa gamme et attend la fin du covid pour retrouver le salon de thé, les brunchs en terrasse et – en projet – créer un atelier de petits meubles sur mesure.