Pantuna : des tennis en cuir de thon made in Occitanie... et made in Graulhet aussi

Lieu :
Graulhet

Les dirigeants de trois entreprises d’Occitanie se sont associés pour fabriquer des chaussures en cuir de thon. Une innovation éco-responsable qui a séduit le jury du concours Inn’Ovations d’Occitanie, dont la cérémonie a eu lieu le 6 février 2020 à Toulouse.

Il existe parfois des rencontres improbables, qui donnent de belles pépites. Ainsi, si on avait dit à Hervé Barba, un industriel des produits de la mer basé dans l’Hérault, qu’il ferait un jour des baskets à base de cuir de thon, celui-ci ne l’aurait sans doute pas cru. C’est pourtant l’histoire de cette peau de poisson tannée et colorée, baptisée Pantuna.

"En 2016, nous cherchions à valoriser nos déchets dans le cadre de démarches éco-responsables", explique Hervé Barba, directeur général du groupe éponyme. Son entreprise est leader national sur le marché du thon issu de pêches durables, qu’elle vend ensuite aux grandes surfaces ou aux enseignes de restauration de type Sushi Shop. "Or, le thon est un poisson-cuir, comme l’espadon… Je me suis dit qu’avec une appellation comme cela, on devait pouvoir en faire quelque chose".

Partant de ce constat, Hervé Barba sollicite François Roques, le gérant de la mégisserie de La Molière, basée à Graulhet dans le Tarn, qui relève le défi.

"Nous avons commencé par lancer les premiers essais en usine, avec un processus de tannage qui prend deux à trois semaines", explique le tarnais, surtout spécialisé dans le tannage de peaux d’ovins et de bovins. De là intervient un troisième acteur, le designer Tommy Bernal, déjà créateur d’une marque d’espadrilles baptisée Le String. "Hervé m’appelle, je passe chez lui et il me montre des peaux… Cela ressemblait à du python, mais c’était du poisson", raconte-t-il à son tour.

Pantuna 

Une première collection en mai 2020

Les premières baskets confectionnées en cuir de thon sont quasi-prêtes. Elles seront lancées avec une collection inaugurale prévue début mai 2020.

En attendant, la démarche a séduit le jury des Trophées du concours Inn’Ovations, qui leur a décerné le prix coup de cœur le jeudi 6 février en soirée dans le cadre du salon Occitanie Innov. Les tarifs de ces chaussures varient de 170 euros à 300 euros la paire pour un positionnement dit "éco-premium".

Mais la philosophie est ailleurs. "Nous avons travaillé sur une démarche éco-responsable de valorisation de nos sous-produits : cela va de la traçabilité du poisson, mais aussi des ovins et des bovins qui constituent les autres cuirs. Le tannage est sans chrome et les semelles, produites au Portugal, sont en caoutchouc recyclés", énumèrent les trois associés. "La boîte aussi est en carton recyclé et les chaussures ne contiennent aucun plastique".

À noter que le Pantuna servira aussi à développer une gamme de petite maroquinerie et d’accessoires : étuis à lunettes, porte-cartes, portefeuilles, etc. Et bien malin celui qui verra que le cuir est celui d’un poisson.

 

Source : Touléco Tarn - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessus : Tommy Bernal, Hervé Barba et François Roques, les trois associés qui ont lancé les tennis en cuir de thon.

Illustration ci-dessous : une des autres innovations de la coopération entre l'entreprise Barba et la mégisserie de la Molière à Graulhet, aperçue lors du salon international Première Vision, qui se tientchaque automne à Paris.



Site :


Typologie d'actualité
Nouveau
Domaine
Entreprises
Date
samedi, 15 février 2020
+ d'actualités Voir agenda