Actualités

Une agence illiCO travaux ouvre ses portes à Rabastens, sur le parc d'activités de Fongrave
jeudi 19 sept. 2019
Nouvelle entreprise

Vous pouvez dorénavant compter sur les services d'une nouvelle agence illiCO travaux dans le Tarn, à Rabastens plus précisément. Christophe Dalenc, fraîchement nommé responsable de l’agence locale illiCO travaux, est votre nouvel interlocuteur pour tous vos projets de rénovation.

Lire la suite



Extension en ossature bois, rénovation de maison ou aménagement d’extérieurs dans le Tarn… Confiez dès maintenant votre projet à un professionnel !

Si vous n’avez pas le temps de vous occuper de vos travaux ou si vous ne connaissez tout simplement aucun artisan fiable, bénéficiez de l’expertise et de la force du réseau de la nouvelle agence tarnaise illiCO travaux.

Christophe Dalenc est désormais votre interlocuteur unique pour centraliser toutes vos demandes de travaux !

Nouveau ! illiCO travaux Tarn

Ch DalencVous souhaitez isoler ou aménager vos combles ? Faire une extension bâtie ou ossature bois ? Repenser votre espace habitable ? Ou encore, améliorer votre environnement extérieur avec la création d’une cuisine d’été ou de terrasse ?

Cependant, vous redoutez de vous lancer ou de vous relancer dans les travaux par méconnaissance ou manque de temps ? Pas de panique ! Pour tous types de projets de travaux, votre responsable d’agence illiCO travaux est là pour vous aider.

Fort d’une expérience de plus de 15 ans dans le secteur des matériaux de construction, Christophe Dalenc saura vous accompagner pour améliorer, transformer, agrandir votre logement, bref pour tout travaux de rénovation ou de transformation de votre logement. De Rabastens à Albi, il est votre unique interlocuteur et fait le lien avec ses entreprises du bâtiment pour coordonner vos travaux en respectant les délais prévus.

Les prestations proposées par illiCO travaux 

Christophe Dalenc vous propose différentes prestations de services afin de vous aider durant votre chantier.

  • L’offre Estimo : Christophe Dalenc vous accompagne avant l’achat d’un bien immobilier, ou encore, avant d’effectuer des travaux de rénovation dans votre habitation pour évaluer le prix des travaux de rénovation a effectuer.
  • Courtage en travaux : il centralise toutes vos demandes, pour ensuite sélectionner les artisans locaux qualifiés pour votre projet. Les devis sont par la suite négociés aux prix les plus justes. Enfin, il vous met en relation directe avec tous les artisans.
  • Accompagnement et suivi de chantier (AMO) : cette prestation est un accompagnement personnalisé afin de faciliter vos travaux. Christophe Dalenc, s’occupe de la planification, la coordination, les comptes-rendus de chantier et les démarches administratives (recherche de financement et subvention). Enfin, il vous accompagne du début jusqu’à la réception finale du chantier.
  • Acomptes protégés : jusqu’au démarrage du chantier, vos acomptes sont protégés sur un compte tiers.

Contact

illiCO travaux - Christophe Dalenc (photos ci-dessus et ci-dessous)

Zone Artisanale de Fontgrave - 81800 Rabastens

Tél. : 06 08 70 57 33.

Mail : christophe.dalenc@illico-travaux.com.

Shentéa : Noélie veut créer son site marchand
jeudi 19 sept. 2019
Jeunes entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

En 2016, Noélie Joqueviel lance Shentéa "Le plaisir du thé sur mesures". Cette ingénieur agroalimentaire a voulu créer son entreprise, son concept – une gamme de thés personnalisés, plus de 400 assemblages possibles – et sa marque.Et cela ressemble à une réussite !

Lire la suite



Shentéa, c'est du made in local, puisque Noélie Joqueviel a conçu le boîtage métallique, le logo, la sélection des crus de thés, noirs et verts, venus de Chine, Vietnam, Ceylan ou Japon. Ainsi que le mode de commercialisation, par le biais d'un réseau national d'une trentaine de conseillères.

Chacune organise dans son secteur des réunions de proximité en petits groupes de six ou huit personnes qui dégustent, s'informent, choisissent ou composent même leur propre assemblage personnalisé.

Aujourd'hui, Noélie Joqueviel veut donner à sa marque une visibilité supérieure et une impulsion. Les clients pourront s'abonner à Shentéa Box sur Internet et recevront tous les mois, dans leur boîte aux lettres, des thés, accompagnés de petits cadeaux et d'un guide de conseils sur les 85 produits disponibles (thés mais aussi infusions de plantes et de fruits et autres accessoires, tasses, infuseurs).

Objectif 3.000€ sur Ulule

Pour cela, elle a sollicité Ulule, une plate-forme de financement participatif qui a l'avantage de permettre des pré-commandes en attendant de disposer de son site marchand.

La plate-forme a d'ailleurs sélectionné Noélie Joqueviel pour présenter sa démarche à Toulouse lors d'une réunion de porteurs de projets.

L'objectif affiché est d'atteindre le seuil de 3.000 euros d'ici le 5 octobre 2019 (elle en a déjà obtenu le quart).

Cette cagnotte, qui reçoit les contributions de 1 € à 500 €, a bien sûr des contreparties. Les premiers soutiens auront droit à une Shentéa Box spéciale. Quant à la plus haute participation, elle recevra un abonnement de six mois à Shentéa, des entrées au Festival des Lanternes et une nuit en chambres d'hôtes à L'Escampeta (Senouillac).

En trois ans, le concept a fait une percée sur le territoire national : l'ouverture, avec le renfort de cette cagnotte, d'un site marchand devrait corser les thés Shentéa d'un élan supplémentaire (sur Ulule My Shentéa Box).

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : moins de trois ans après sa création, Shentéa dispose d'un réseau d'une trentaine de conseillères en France.

La 1ère formation exclusivement dédiée à la reprise de PME/PMI mise en place par la CCI Occitanie
mercredi 18 sept. 2019
Nouveau

La CCI d’Occitanie crée en 2019 la 1ère formation dédiée à la reprise de PME/PMI. Elle est dispensée sur 5 jours, en petits groupes (12 participants maximum) et permet d’acquérir toutes les compétences nécessaires pour mener à bien ce type de projet. Première session de formation les 12,13,14,15 et 19 novembre à Toulouse.

Lire la suite



Cette formation pluridisciplinaire est assurée uniquement par des experts de la transmission d’entreprise (experts-comptables, avocats d’affaires, conseils en fusion acquisition, spécialistes en ressources humaines, gestionnaires de fonds d’investissement...) ayant tous participés à de nombreuses transactions au cours des dernières années.

Elle est plus particulièrement adaptée à un public de cadres managers / dirigeants ayant la possibilité de mobiliser un apport.

Présentation formation

Cette formation adopte une pédagogie active basée sur des études de cas réels, auxquels s’ajoutent des éléments théoriques intégrés au fil de l’eau.

Au cours de la formation, les sujets suivants sont traités.

* Le marché de la reprise de PME/PMI, les étapes du processus de reprise, le positionnement du repreneur sur ce marché.

* Les critères de ciblage d’une entreprise en cohérence avec les valeurs, les ambitions, les compétences, la capacité financière, les contraintes…

* Les techniques de diagnostic d’une cible et les points clés d’une évaluation d’entreprise.

* Les fondamentaux d’un business plan de reprise finançable (modèle économique, montage juridique, cadre fiscal, social et patrimonial).

* Le déroulé d’une négociation et la formulation d’une offre d’achat.

* La prise en main de l’entreprise.

À la fin de cette formation, les participants sont capables de :

  • modéliser un projet de reprise,
  • diagnostiquer une entreprise à reprendre et décider de poursuivre ou non la négociation,
  • construire et défendre une proposition d’achat,
  • anticiper et préparer les premiers pas à la tête de l’entreprise.

La première session de formation se déroulera les 12,13,14,15 et 19 novembre 2019 dans les locaux de la CCI de Toulouse Haute-Garonne (2, rue Alsace Lorraine à Toulouse).

Au programme des 5 jours

Programme formation reprise PME PMI

Renseignements et contact 

Pour tous renseignements, n'hésitez pas à contacter Vincent SEGARD : 05 62 74 20 00 • 06 80 32 31 84 • v.segard@occitanie.cci.fr.

 

En téléchargement ci-dessous : la plaquette de présentation de la formation 5 jours pour reprendre une PME/PMI.

Activer l'économie circulaire : une opportunité pour la compétitivité des entreprises de Gaillac | Graulhet Agglomération
lundi 16 sept. 2019
Accompagnement des entreprises

Êtes-vous prêt à renforcer la compétitivité de votre entreprise en réalisant des économies de ressources ? Gaillac | Graulhet Agglomération donne rendez-vous aux entreprises du territoire le vendredi 4 octobre de 9h à 12h pour une matinée dédiée à "L'économie circulaire comme opportunité pour les entreprises". Animée par un spécialiste du sujet, cette rencontre vise à lancer une démarche territoriale sur la durée, au profit des entreprises et de l'économie locale.

Lire la suite



La Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet s'est associée à une démarche territoriale pro-active autour de l’Économie circulaire et de l’Écologie Industrielle et Territoriale (EIT) au profit des entreprises locales, lancée par Trifyl (syndicat mixte de valorisation des déchets ménagers du Tarn) et DECOSET (syndicat mixte ayant pour vocation la mise en place d’une filière optimale de traitement et de valorisation des déchets ménagers).

Qu'est ce que l’Écologie Industrielle et Territoriale (EIT) ?

L’Écologie Industrielle et Territoriale (EIT) est une démarche territoriale visant à générer des synergies entre entreprises locales, en recherchant entre elles des opportunités de partage, d’échange et de mutualisation de flux de proximité (matière, eau, énergie, services, équipements, approvisionnements…).

L'EIT constitue une composante de l’Économie circulaire.

S'inscrire dans une démarche d’Écologie Industrielle et Territoriale et activer l'économie circulaire pour une entreprise constitue une réelle opportunité pour renforcer sa compétitivité, tout en réalisant des économies de ressources.

Quels intérêts pour une entreprise ?

Pour une enEconomie circulaire Inddigotreprise, l’EIT présente deux principaux intérêts.

  • Économique → améliorer la performance globale de l’activité (économies réalisées, amélioration des performances environnementales) et saisir de nouvelles opportunités d’affaires (à court terme).
  • Environnemental → adapter une stratégie d’entreprise aux nouvelles contraintes liées à la gestion des ressources et au changement climatique (réduction de l’impact des entreprises sur l’environnement).

La démarche lancée par Trifyl et DECOSET vise à:

(1) identifier collectivement les pistes de synergies éco-industrielles ;

(2) repérer les échanges de flux et mutualisations possibles entre entreprises ;

(3) mettre en place des actions concrètes sur le court terme.

Rendez vous le 04 octobre à Técou !

Dans ce contexte, un atelier sur "L'économie circulaire comme opportunité pour les entreprises" est organisé à destination des entreprises le vendredi 4 octobre de 9h à 12h dans les locaux de la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet à Técou (Le Nay).

L'occasion d'identifier puis de concrétiser des pistes de synergies entre votre entreprise et d'autres partenaires, d'optimiser ainsi vos coûts de fonctionnement grâce à la mise en place d'un nouveau modèle économique : l’Écologie Industrielle et Territoriale.

Cet atelier sera animé par Cyril Adoue (cabinet INDDIGO), expert en Écologie Industrielle et Territoriale ; il vous fera découvrir les opportunités qu'offre la démarche d’Écologie Industrielle et Territoriale à votre entreprise à travers des synergies pertinentes et opérationnelles.

L'atelier du 04 octobre sera suivi d'un cocktail déjeunatoire pour poursuivre les échanges.

Voir l'invitation à l'atelier du 04 octobre en ligne en cliquant ici.

Pour vous inscrire à l'atelier du 04 octobre, merci de compléter le formulaire en suivant le lien ci-après.

Entreprises du territoire, rendez vous le 04 octobre !

Pré Vert à Rabastens : inauguration du tiers lieu
dimanche 15 sept. 2019
Evènement

Les Journées européennes du Patrimoine, les 21 et 22 septembre 2019, donnent l'occasion au collectif d'entrepreneurs La Locale, à Rabastens, d'inaugurer et d'ouvrir au public l'ancien hôtel-restaurant du Pré Vert, transformé en tiers lieu.

Lire la suite



Il y a tout juste un an, en septembre 2018, le collectif La Locale entamait le chantier de déblaiement et de rafraîchissement du site du Pré Vert. Avec l'objectif de créer au cœur de Rabastens un pôle entreprenant et créatif qui fixerait sur place une trentaine de professionnels.

Lors des Journées du Patrimoine 2018, le jardin et le rez-de-chaussée de la bâtisse principale avaient été ouverts à la visite. Quelque 300 personnes avaient ainsi été accueillies sur ce week-end-là pour redécouvrir un établissement à l'abandon depuis dix ans.

L'opération est renouvelée les 21 et 22 septembre 2019 sur un site transformé et réorganisé. L'ancien hôtel est devenu un tiers lieu où se côtoient des espaces de travail, partagés ou pas (ateliers, bureaux, salles modulables), et des événements culturels.

Depuis le 1er septembre 2019, 34 professionnels se retrouvent au Pré Vert pour exercer leur activité, de l'ingénierie à la communication, en passant par les arts plastiques ou encore le bien-être. Autant de profils aux compétences variées qui favorisent l'émulation et la créativité. Les uns et les autres ont appris à se connaître et à coopérer lors du chantier de réhabilitation de leurs espaces économiques privatifs, la charte du tiers lieu exigeant qu'ils participant à ces travaux.

Le Pré Vert, c'est également, et ce depuis le printemps 2019, un espace de coworking de 11 postes pour les travailleurs nomades.

Le site accueille par ailleurs chaque dimanche, de 18h à 22h, un concert en plein air, tandis que le rez-de-chaussée de l'hôtel devient régulièrement une galerie d'exposition.

De fait, le Pré Vert est aujourd'hui un tiers lieu mixte, complet, animé, que le collectif La Locale et tous les occupants souhaitent présenter et faire visiter au public.

L'inauguration officielle se tiendra le vendredi 20 septembre à 18h30 en présence des élus, des habitants bénévoles, des contributeurs et des coworkers.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l'ancien hôtel-restaurant sur la Promenade des Lices est transformé en tiers lieu.

La Maison Labastide lance une coopérative pour préserver le foncier
samedi 14 sept. 2019
Information

"C'est un projet unique dans le Sud-Ouest, mais je l'ai expérimenté dans d'autres vignobles et c'est une réussite". Magali Bayle (Capital Citoyen), qui compte parmi les Vingt du Vin, les 20 personnalités marquantes en 2018 dans cet univers professionnel, a accompagné depuis six mois la Maison Labastide dans une démarche sociale et solidaire.

Lire la suite



L'axe de travail est la préservation du foncier, menacé par l'absence de vocations, l'âge élevé des vignerons, le coût de la terre pour un jeune qui s'y installe (10.000 € l'hectare en moyenne à Gaillac).

La Maison Labastide, pour préserver son patrimoine et sa production et ce dès 2011, avait créé une société civile immobilière. Cette fois, elle va plus loin avec la SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif), qui vise à acquérir selon Alain Fonvieille, son président, 300 ha dans les 5 ans.

Le but n'est pas de faire flamber les prix du foncier ni de spéculer, la SCIC n'achètera que les terres disponibles, sans repreneurs. Elles seront exploitées par des adhérents de la cave ou par la SCIC, le temps qu'un jeune se présente avec un projet.

L'appel de fonds, qui cible 2 à 3 millions d'euros, avec une part sociale à 1.000 €, est ouvert aux particuliers, aux institutions, aux banques, mais avec une voix seulement dans les votes du conseil coopératif. Outre cette originalité, le cahier des charges stipule qu'elle n'est pas délocalisable, qu'elle doit bénéficier à un acteur économique local, dans l'économie sociale et solidaire.

Des ateliers sur le métier de vigneron sont prévus avec les sociétaires pour créer du lien. "Ils seront associés à une dynamique et à des réflexions sur le projet", précise Michel Darles, le directeur de la Maison Labastide.

Les sociétaires pourront défiscaliser leur contribution de 18%. S'ils le font, ils devront garder 5 ans la part sociale. Ils peuvent aussi la céder à un autre sociétaire ou à la SCIC.

Le gros fichier clients de la Maison Labastide semble un vivier de souscripteurs possibles, des terres sont disponibles, la motivation des vignerons est affichée.

L'objectif d'atteindre entre 1.000 et 3.000 sociétaires dans une "Communauté d'ambassadeurs" semble réalisable aux concepteurs du projet.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Michel Darles, Magali Bayle et Alain Fonvieille : la SCIC s'ouvre aux particuliers, aux banques et aux institutions avec un cahier des charges précis pour sécuriser le patrimoine viticole et encourager les installations.

La Cave Délice, un degré de plus fin 2019
vendredi 13 sept. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Le premier exercice s’est achevé quasiment à l’équilibre, alors que le prévisionnel n’avait pas été établi en incluant un congé maternité… Nina Grèzes, qui a ouvert la Cave Délice en mars 2018 à Rabastens, s'est ainsi fait remplacer plusieurs semaines pour accueillir un petit garçon. N’empêche, l’enseigne s’est imposée dans le décor rabastinois.

Lire la suite



Et Nina Grèzes est devenue la caviste de Rabastens en proposant des vins naturels et bios.

"Quand nous avons emménagé à Rabastens, on s’est dit qu’il manquait un petit bar à vins", se souvient-elle.  Un an après, la SAS La Cave Délice, à laquelle sont associés Stéphane Carrasco et Marine Leys, était fondée.

Projectionniste de métier, habituée de la restauration aussi, et forte du savoir paternel en matière de vins naturels, Nina Grèzes fait dessiner sa boutique par un architecte et commence à sélectionner ses vignerons sur le grand Sud, Gaillac et Madiran en vedettes.

45.000 euros sont investis dans le projet.

A la fois cave et bar à vins, ici on achète des bouteilles tout comme on consomme sur place, ce que l’on souhaite, ou ce qui est proposé en sélection spéciale.

Désormais, l’objectif pour Nina Grèzes, lors de cette deuxième année d’activité, est de se dégager un revenu. En attendant, le rayon épicerie fine s’agrandit tandis que les références en vin s’étoffent peu à peu. Des dégustations et des animations musicales plus régulières doivent aussi attirer davantage et fidéliser la clientèle.

Et maintenant c’est dès le début d’après-midi qu’on retrouve Nina Grèzes dans sa Cave Délice.

 

Source : L'écho de la Locale - voir le site de La Locale en cliquant ici.

Illustration ci-dessous : Nina Grèzes, gérante de la Cave Délice (crédit photo : Corentine Charier).

Marion Quenton, éleveuse de chèvres à Cadalen, sous les feux de la rampe
jeudi 12 sept. 2019
Evènement

Marion Quenton, jeune agricultrice de Cadalen sur l'Agglomération Gaillac | Graulhet, produit du lait et de la viande de chèvre. Elle vient de décrocher l’un des trois prix du concours national "Graines d’agriculteurs" et est la seule lauréate d’Occitanie. La reconnaissance d'un travail de qualité et d'un engagement total... et local.

Lire la suite



"C’est sûr que cela fait plaisir. C’est une belle récompense pour notre exploitation Les chèvres de La Tapie de recevoir ce trophée des mains du ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume". 

Marion Quenton est tout sourire. Ce week-end, à Bains, commune proche de Puy-en-Velay, elle a décroché l’un des prix de Graines d’agriculteurs, un concours national créé en 2011 par Terres Innovantes, un fonds de dotation des Jeunes Agriculteurs, visant à récompenser de jeunes exploitations.

Cette année, la thématique était consacrée à la gastronomie.

60 candidats sur la ligne de départ

"On était 60 au départ à s’être inscrits de toute la France. J’ai décroché une place parmi les 10 finalistes. Et ce week-end du 07 et 08 septembre 2019, j’ai eu la chance que l’on me remette le prix du jury".

Notre agricultrice et son mari Lucas ont racheté, il y a quelques années, une exploitation céréalière. "Nous avons tout changé pour élever un troupeau de chèvres (qui compte 250 têtes). Nos champs sont aujourd’hui utilisés pour la consommation de notre cheptel. On espère arriver à l’autosuffisance alimentaire".

Dans un souci écologique, ils ont replanté des haies pour que la biodiversité retrouve ses droits. Et ça marche. "Les oiseaux et les insectes sont de retour sur nos terres".

De la production de lait et de viande de chèvre

Le couple s’est d’abord attelé à produire du lait, expédié vers une entreprise locale, la fromagerie Le Pic.

"C’est super de travailler avec eux. On n’est pas un numéro. On peut discuter et échanger sur notre production", avouait-elle dernièrement.

Avec le temps, ils ont eu une autre idée. Transformer la viande de chèvre en charcuterie et proposer une gamme de plats cuisinés. "Les vertus nutritives de la chèvre sont reconnues. À nous de les faire connaître, car c’est vrai qu’en France, la consommation est assez faible, au contraire des pays du sud de l’Europe et du Maghreb. Mais on y croit".

Que va-t-elle faire de ces 3.000 euros récoltés grâce à Graines d’agriculteurs ? "On va continuer à planter des haies. Nous voulons aussi organiser des journées portes ouvertes, pour que le public découvre notre exploitation et notre production. On espère que ce soit de vraies fêtes".

Le couple a-t-il l’idée de se lancer vers l’export ? "Pas du tout. On veut écouler notre production localement. C’est notre philosophie. Et on est très bien comme cela".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Marion et son mari Lucas avec leur troupeau de 250 chèvres.

Briques Technic Concept relève le défi des chantiers de demain depuis Graulhet
mercredi 11 sept. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Etienne Gay a créé son entreprise à Ronel en 2012, puis l'a transférée sur Graulhet, avenue Jules-Ferry dans les anciens dépôts de Pailhé Maçonnerie, en 2015. Depuis, Etienne Gay innove.

Lire la suite



L'Eurl Briques Technic Concept a lancé sa production en fournissant la matière première du pôle culturel de Cornebarrieu. "C'était un gros marché public. Le déménagement permettait l'accès à des locaux bien plus adaptés pour pouvoir y répondre".

La brique de terre crue compressée dite BTC est une brique participant au développement durable, issue de l'utilisation de terre d'excavation ou de recyclage.

"Sa plus grande force réside dans son faible impact environnemental. Cette brique est innovante et conjugue modernisme et tradition, tout en offrant des caractéristiques thermiques, acoustiques et hydriques inégalées. Utiliser la terre crue est un choix empreint de bon sens, tant constructif qu'humain, et le patrimoine bicentenaire atteste de ses lettres de noblesse", assure le chef d'entreprise qui va passer de deux employés à trois en octobre 2019, puis à cinq avant la fin de l'année.

En cours d'équipement, BTC devrait multiplier rapidement ses capacités et passer de 80.000 à 600.000 briques par an.

"La terre provient du secteur réalmontais. Elle est aussi sableuse qu'argileuse. Après tamisage, dosage, compression, mise en cuve humide et séchage, le matériau présente de multiples qualité, en étant le point de conjonction entre la transition énergétique et le bien-être de tous".

Disposant d'une licence de dessin industriel, Etienne Gay a ainsi créé sa propre presse à brique double compression. "D'ici six mois, je devrais être capable de fournir ce matériel de ma conception à des clients fabricants".

En comptant sur l'intérêt croissant pour ses briques pour la réalisation de chantiers publics, BTS, en plein développement, compte aussi sur le privé. "Je suis positionné sur un marché de niche pour encore deux ou trois ans. Ensuite, ces matériaux à faible bilan carbone devraient entrer dans les habitudes d'utilisation tous chantiers confondus".

Et Etienne Gay espère bien faire profiter de son savoir-faire, de son expérience et de ses nouvelles capacités de fabrication pour pouvoir durablement se positionner en tant que fournisseur.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Etienne Gay devant la première presse de son entière conception.

A Gaillac, l'imprimerie Rhode a le label Imprim'Vert depuis sa création
mardi 10 sept. 2019
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Depuis sa création en 1945 par Marcel Rhode, l'imprimerie éponyme est restée dans la famille. Dany, sa fille a pris la suite avec son époux Jean-Michel Franques, puis ils ont passé la main à leurs enfants Cédric, qui gère la partie technique, et Stéphanie Belaygues, qui supervise l'administration.

Lire la suite



L'entreprise gaillacoise est restée une imprimerie généraliste – son offre va de l'étiquette au livre d'art en passant par tous les intermédiaires – mais elle a su s'adapter aux attentes et tendance du marché.

Elle dispose de son agence de création, a élargi son offre aux objets publicitaires comme les drapeaux, bâches, banderoles, cartes commerciales, et a investi sur les matériels les plus récents.

Elle vient d'acquérir un atelier de façonnage que son propriétaire voulait vendre, après vingt-deux ans d'exercice comme indépendant, à Toulouse. "Aujourd'hui, il a intégré l'équipe des dix collaborateurs" indique Cédric Franques. "Ici, on imprime le livre feuille à feuille. Le façonnage consiste au pliage et à l'agrafage de brochures".

Une machine effectue ce travail de finition sur tous les formats. C'est un complément utile pour l'entreprise, même si l'investissement est conséquent, environ un mois de chiffre d'affaires.

Recyclage tous azimuts

L'autre cheval de bataille, c'est le respect des normes d'environnement.

"L'entreprise a le label Imprim'Vert depuis qu'il a été créé. Même si certains concurrents bien intentionnés prennent le téléphone pour répandre le contraire auprès de certains donneurs d'ordre locaux".

Le certificat du label Imprim'Vert 2019, comme pour les années précédentes, est d'ailleurs en évidence sur le bureau de Cédric Franques. "Tous les produits sont recyclés, via une société qui récupère les papiers et les cartons. Les papiers synthétiques vont dans une benne à part, les solvants dans une autre. On recycle jusqu'aux chiffons usagés, boîtes d'encre, cartouches d'imprimante et toner".

Ce dispositif a un prix : enlever un bac d'un m3 de solvants coûte 1.000 € hors taxes. "Or, nous avons une benne de solvant et une de gomme par mois. Mais c'est un choix et, commercialement, de plus en plus de clients l'exigent".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Cédric Franques et Stéphanie Belaygues représentent la troisième génération de cette entreprise familiale qui a su prendre les virages de la modernisation et des normes environnementales.