Actualités

Vous aussi, osez la création d'entreprises
mardi 16 oct. 2018
Evènement

Vous êtes intéressé par la création d’entreprises ? Vous vous posez des questions et souhaitez démêler le vrai du faux ? Vous souhaitez être conseillé, accompagné ? Participez à la 1/2 journée "Osez la création d’entreprises !" (mardi 16 octobre 2018 à Gaillac à partir de 14h à l’auditorium Dom Vayssette), vous devriez trouver réponses à vos questions, et pourquoi pas vous lancer dans votre projet !

Lire la suite



La Maison Commune Emploi Formation (MCEF) de l’Ouest du Tarn, l’agence de développement économique d’Occitanie Ad’Occ et leurs partenaires organisent une demi-journée d’information, intitulée "Osez la création d’entreprises !".

Cette manifestation se déroule le mardi 16 octobre 2018 à Gaillac à partir de 14h, à l’auditorium Dom Vayssette (1 rue Cavaillé Coll).

Programme et contacts

de 14h à 15h30 : participez à la table ronde "le vrai/faux de la création reprise d’entreprises". Vous trouvez les réponses à vos questions, vous pourrez échanger avec des créateurs d’entreprises qui vous feront partager leurs expériences.

de 15h30 à 16h15 : lors du "Café Rencontres", venez à la rencontre des partenaires qui accompagnent la création d'entreprises afin d’avoir un contact personnalisé.

Entrée gratuite mais inscription obligatoire, par téléphone au 05.63.81.17.97 ou par mail à l'adresse suivante : contact@mcefgaillac.com.

Les principaux partenaires présents le 16 octobre

Ad'Occ - Agence de Développement Economique, de l’Export et de l’Innovation de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée (Ad'Occ) - Orientation et information sur les dispositifs régionaux dédiés à la création, reprise et transmission d’entreprises : conseils, formation, aides au financement.

BGE Tarn - BGE Tarn aide les entrepreneurs à réussir en accompagnant les créateurs / repreneurs d’entreprises pour construire et financer leur projet, se former, tester leur activité en couveuse... Après la création, BGE appuie les dirigeants dans le démarrage et le développement de leur activité.

CCI Tarn - La CCI du Tarn informe, conseille et accompagne les créateurs, les cédants et les repreneurs d’entreprises dans les différentes étapes du processus de création, cession ou de reprise : élaboration d’un plan d’action, aide à la réalisation d’un prévisionnel, réglementation, aide à la réalisation d’une étude de marché, appui au diagnostic de l’entreprise à reprendre ou à transmettre, mise en relation, diffusion d’une annonce, formations, orientation vers les partenaires.

CMA Tarn - De l'idée à la concrétisation du projet, la Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Tarn propose un accompagnement aux porteurs de projet qui repose sur un accompagnement à la création d'entreprise, un accompagnement des futurs repreneurs, une formation des créateurs et des repreneurs. Elle propose en outre un accompagnement complet des cédants dans leur processus de cession.

Granilia Pépinière hôtel d'entreprises de Gaillac Graulhet Agglomération - Granilia accueille les porteurs de projet et les entreprises sur 2 sites : Graulhet et Gaillac. La Pépinière met à leur disposition des locaux (bureaux privatifs, bureaux partagés /espace coworking et ateliers), des services mutualisés et les intègre au sein d'un réseau local d’entreprises. Surtout, Granilia propose gratuitement un accompagnement personnalisé de la jeune entreprise dans son projet de création et son primo développement.

Maison Commune Emploi Formation de l'Ouest du Tarn - La MCEF de l’Ouest du Tarn, c’est la présence en un même lieu des différents partenaires de l’emploi et de la formation : Pôle Emploi, Unité Territoriale de la Région Occitanie, Missions Jeunes, CIBC, Cap Emploi. C’est aussi l’accès à l’information au sein d'un centre de ressources dédié, avec notamment un Pôle Documentaire Création d’Entreprises et des postes informatiques à disposition.

Pôle emploi - Pôle emploi accompagne les demandeurs d’emploi de l’idée jusqu’à la création ou reprise d’entreprises, finance des actions d’accompagnement à la création d’entreprise et mobilise des aides financières pour les demandeurs d’emploi.

 

Illustration ci-dessous : l'affiche de la manifestation "Osez la création d'entreprises".

Granilia Fab Cuir : un pôle cuir mutualisé au sein de la Pépinière d'entreprises Granilia à Graulhet
samedi 29 sept. 2018
Evènement

La Pépinière d'entreprises Granilia et l'Agglomération Gaillac - Graulhet lancent le projet "Granilia Fab Cuir" dans les locaux de Granilia Graulhet. S'appuyant sur la filière cuir de Graulhet, au service des entreprises et des porteurs de projet, "Granilia Fab Cuir" propose un concept global : atelier mutualisé équipé pour le travail du cuir, show-room, bureau en open space, accompagnement des projets et services complémentaires. A vous de jouer, avec nous ! 

Lire la suite



Le pôle cuir mutualisé "Granilia Fab Cuir" vous propose d'intégrer, au sein des locaux de Granilia Graulhet, un atelier entièrement dédié à l'activité cuir, doté des matériels et outils nécessaires à un démarrage d'activité ou à la gestion de surplus d'activité pour les entreprises locales.

Cette mutualisation vise notamment à soutenir et accompagner l’implantation d’entreprises en création : indépendants, sous-traitants ou cotraitants.

"Granilia Fab Cuir" vous permet en effet d'évoluer au cœur d’un écosystème complet à la recherche de nouveaux talents, au sein d'une ville de tradition mégissière et maroquinière.

Le concept "Granilia Fab Cuir" vise à :

  • attirer de nouvelles entreprises et de nouveaux talents tout en consolidant la filière cuir locale ;
  • développer la créativité et l’innovation ;
  • étoffer les savoir-faire en permettant l’accès à du matériel performant et une meilleure maitrise de l’innovation technologique ;
  • permettre le développement de process et de partenariats en mutualisant un outil de production.

L'offre "Granilia Fab Cuir", c'est :

  • un atelier mutualisé de plus de 100 m²,
  • du matériel mis à disposition : machines à coudre triple entraînement, machines à coudre et machine à coudre plate, pareuse, refendeuse, presse à bras tournant, machine à griffer, tables de travail...,
  • un showroom de 36 m²,
  • un bureau en open space de 36 m², avec possibilité de privatisation,
  • un accompagnement dans le montage et le développement des projets,
  • une mise en relation avec le tissu industriel local,
  • des services complémentaires : accueil, secrétariat, service courrier, réception livraisons, fax, photocopieur, salle de réunion...

Zoom sur la filière cuir de Graulhet

La filière cuir à Graulhet a la singularité de regrouper au sein d'un même bassin d'emplois et de vie l'ensemble des métiers liés au secteur du cuir.

A fin 2017, la filière cuir de Graulhet compte 78 établissements pour 632 salariés, dont 19 entreprises et 331 salariés dans le secteur de la Mégisserie / Tannerie, 26 entreprises et 171 salariés en Maroquinerie / Vêtements, 33 entreprises et 130 salariés sur les activités directement liées à la filière cuir (négociants, chimie, machines...).

Au-delà, les acteurs économiques de la filière cuir de Graulhet, accompagnés et soutenus par Gaillac - Graulhet Agglomération, se sont réunis fin 2016 au sein d'une association de promotion des savoir-faire et des entreprises de la filière, l'association, "Graulhet le cuir".

Vous ne connaissez pas le cuir de Graulhet ? Visionnez en cliquant ci-après un reportage proposé par France 3 sur l'activité du cuir à Graulhet : Graulhet, ils ont le cuir dans la peau.

 

En téléchargement ci-dessous : la plaquette de présentation du projet Granilia Fab Cuir.

Illustration ci-dessous : "Granilia Fab Cuir".

Marché des cuirs de luxe : Eurêka investit et crée des emplois
mercredi 19 sept. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

Au départ, dans cette rue Arnaud-Bernard largement dédiée aux industries du cuir, il y avait une mégisserie, puis une entreprise de dérayage-service que la famille Valentin a transformée en Eurêka en 1994.

Lire la suite



"Parce qu'on nous accablait de débrayage, de dérapage, d'embrayage service", plaisante Fatima Valentin, la directrice commerciale d'Eurêka, une entreprise qui réunit toute la famille, les quatre enfants compris, dans le personnel qui se monte aujourd'hui à quatorze.

Et depuis, l'ascension de l'enseigne, dont le cœur d'activité réside dans l'amincissement, le transfert et la reproduction de motifs sur peau, à façon, n'a pas cessé. Au point de retrouver dans son carnet de clients des marques parisiennes prestigieuses : Vuitton ou Gautier entre autres.

Un essor que la famille Valentin a accompagné d'innovations et, forcément, des investissements qui vont avec.

375.000€ pour 2 machines uniques en France

Le dernier s'élève à 375.000€. Et fait la fierté de Fatima.

"Ce sont deux machines conçues en Italie et uniques en France. La première permet de réaliser de l'imprimerie, de la gravure, du transfert et même de l'impression 3D en utilisant les quatre outils dédiés et pilotés par logiciels. La seconde peut réaliser un éventail quasi infini de motifs, de l'écaille à la dentelle en passant par la perforation, la peau de serpent, la sculpture ou l'aiguilletage. Notre savoir-faire associé à nos nouvelles possibilités nous a permis de participer, en présentant ces cuirs tendance et produits spécifiques, au dernier défilé de Jean-Paul Gaultier. Il est vrai qu'une partie de nos donneurs d'ordres sont spécialisés dans le produit de luxe", reconnaît Fatima Valentin qui annonce avoir créé deux emplois pour l'utilisation de ces nouveaux outils.

À la pointe du progrès, Eurêka vient de se voir attribuer la certification Iso 9001 version 2015.

"Elle récompense notre système de management qualité. Les tanneurs, les mégissiers, les maisons de haute couture, l'artisanat d'art, le design, la maroquinerie bénéficient de cette garantie qui englobe la traçabilité comme le suivi de fabrication".

Dans le paysage mégissier, maroquinier et sous-traitants graulhétois, Eurêka vient de faire forte impression.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Fatima Valentin et Boris, un de ses fils, en charge du refendage devant les nouvelles machines.

"Famille" Weishardt : 100 ans d'international
mardi 18 sept. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

A voir les longues accolades de la Directrice générale Pascale Robert-Jolimaitre, la franche poignée de mains du Président directeur général Paul Joho, aux récipiendaires des médailles du travail, et les ovations pour la plupart en montant sur la scène du forum, les invités à la soirée des 100 ans de l'entreprise Weishardt ont eu la confirmation que ce leader de l'industrie de la gélatine avait su garder cet esprit familial et de proximité qu'ont préservé les cinq générations qui l'ont tour à tour dirigé.

Lire la suite



Implantée à Graulhet mais créée à Dijon à la fin du XIXème siècle, la société Weishardt s'est installée à Graulhet il y a un siècle, d'abord au Pont d'Agros en 1918, puis sur le site actuel de la Ventenayé en 1932.

Spécialisée dans la gélatine depuis 1955, elle n'a eu cesse de se développer pour passer en 60 ans de 1.000 tonnes annuelles de production aux 17.000 actuelles. Une politique d'investissement dans la durée saluée par Paul Joho, dans sa présentation, en même temps que cette permanence et cet attachement aux valeurs humaines et de travail qui l'ont accompagnée.

Avec 85% du chiffre d'affaires réalisé à l'international, le quatrième producteur mondial de gélatine d'origine porcine en majorité emploie 450 personnes de par le monde et se tourne vers de nouveaux marchés, en développant la production de collagènes d'origine marine dans son unité est-européenne.

Un parcours d'excellence

Pour Pascale Robert-Jolimaitre, après un hommage appuyé à Jean Luc, son père, décédé en 2014, "ce sont ces caractères d'humanité, d'humilité et de relationnel qui sont nécessaires à l'entreprise pour réussir dans ses évolutions, ses ajustements et ses adaptations".

Le maire de Graulhet, Claude Fita, a lui trouvé la preuve, dans le parcours de Weishardt, que "les entreprises familiales peuvent en se transmettant relever les défis". Pour Claire Fita, conseillère régionale d'Occitanie, "Weishardt porte l'innovation, l'excellence et Graulhet". Le sous-préfet, François Proisy, a souligné l'ancrage de l'enseigne dans un territoire qui interpelle, "avec une constante dans la technologie, l'innovation, la recherche et l'expérimentation".

Au terme de cette cérémonie, tous se sont retrouvés autour d'une belle table de centenaire.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Pascale Robert-Jolimaitre, cinquième génération à la tête du groupe, et Paul Joho.

Relocalisation pour Occitan Elec
lundi 17 sept. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

La rentrée 2018 pour Occitan Elec s’est faite dans de nouveaux locaux, toujours à Rabastens, à proximité de leur ancien site sur la zone d'activités de Fongrave. Une relocalisation sous le signe du mix vie personnelle / vie professionnelle

Lire la suite



Occitan Elec a opté pour la campagne (!), à quelques centaines de mètres de la zone d'activités communautaire de Fongrave à Rabastens où elle était installée avant.

"Nous avons eu l’opportunité de rassembler nos vies personnelle et professionnelle sur un même site", indique Aurore Vignerac, conjointe collaboratrice de Dominique, fondateur de l’entreprise en 2001.

Un projet porté pendant presque une année, mais qui permet désormais à Occitan Elec de se déployer sur quelque 1.000 m² répartis en bureaux, salle de repos et dépôt. 230.000€ ont été investis pour la partie entreprise sur cet ancien domaine. A point nommé : "L’activité est repartie fortement à la hausse", souligne Aurore Vignerac. A l’instar de tout le secteur de la construction.

Recrutement et hausse du Chiffre d'Affaires

Occitan Elec œuvre tout aussi bien dans l’électricité, son métier de départ, que dans la plomberie. Auprès des particuliers et de plus en plus du parc social dans une vaste zone entre Albi, Toulouse et Lavaur.

Pour répondre à la demande, qui s’est donc intensifiée ces derniers mois, Occitan Elec a recruté un chargé d’affaires dont l’essentiel de la carrière s’est déroulé dans une grande entreprise.

Son effectif a donc été porté à 12 collaborateurs. Ainsi parée, l’entreprise rabastinoise estime pouvoir développer son chiffre d’affaires notamment sur le secteur tertiaire. Au 30 septembre 2018, elle devrait clore son exercice à 1,3 millions d’euros de chiffre d’affaires.

 

Source : l'écho de la locale.

Illustration ci-dessous : Aurore et Dominique Vignerac, dans leur entreprise,... chez eux... (crédit photo : Nathan Raynal).

Ouverture de La Dilettante à Rabastens : la lecture, c’est sa tasse de thé !
dimanche 16 sept. 2018
Du nouveau sur l'Agglo

Grande lectrice, Marie Vauthier va ouvrir dans les jours à venir un salon de thé - librairie d'occasion. Une bonne façon de partager son goût du livre et sa propension à tisser le lien social.

Lire la suite



Marie Vauthier est sur le point d'ouvrir un salon de thé, librairie d’occasion à Rabastens. "J’ai eu un véritable coup de cœur pour cette commune chargée d’histoire et détentrice d’un patrimoine fabuleux ; en plus, j’y ai découvert une dynamique comme celle générée par Rabastinois en transition à laquelle j’adhère", explique cette titulaire d’un DEA d’histoire de l’art.

Goût du livre papier et lien social

Trentenaire, Marie Vauthier fut en son temps assistante du peintre Didier Chamizo (considéré comme l’un des précurseurs du street-art), avant de s’exercer à la fonction de secrétaire commerciale. Elle souhaite aujourd'hui combiner son goût du livre papier et sa propension à tisser le lien social.

"C’est la fréquentation de cet endroit magique qu’est le café Plum à Lautrec qui a guidé ma volonté de créer quelque chose à Rabastens, confortée par les résultats d’une rapide enquête confirmant que le projet avait sa place ici", avoue celle qui de par sa formation et par goût se considère comme une grosse lectrice.

Marie Vauthier a ainsi investi 10.000€ dans sa petite librairie d’occasion / salon de thé. Installée dans 30m² au 2 quai du Pré Vert à Rabastens, La Dilettante propose une gamme généraliste et éclectique de livres : thrillers, policiers, romans, littérature étrangère, livres jeunesse, arts, cuisine, roman etc.

Thé et pâtisserie pour savourer la lecture

Marie Vauthier a élaboré son projet à l’été 2017 avant de se lancer dans le parcours de création en septembre de la même année, accompagnée notamment par BGE, la Communauté d’agglomération Gaillac Graulhet, sa famille et ses amis.

Son prévisionnel pour le premier exercice s’établit à 24.000€. A terme, il faudra atteindre 34.000€ pour générer un revenu à sa fondatrice.

"Par contre, poursuit-elle, je ne suis pas une spécialiste du thé, je n’en connais pas toutes les subtilités mais je ne demande qu’à apprendre !". Compte tenu de son investissement associatif, pas étonnant de voir pointer sa volonté de promouvoir des produits bios (thés, infusions et jus de fruits), tout en faisant appel au savoir-faire de proximité.

Un travail de bouquiniste qui pourrait nous valoir en cette année 2018, le plaisir de déguster a cup of tea en déclamant quelques poèmes de Marcel Proust, à l’ombre de jeunes filles en fleurs, du côté de chez Swann, pardon de Marie.

L'ouverture est pour le 20 septembre 2018.

 

Source : l'écho de la locale et le Journal d'Ici.

Illustration ci-dessous : Marie Vauthier en mode partage de son goût pour le thé et la lecture.

Une journée vin et cuir pour Carole Delga : Gaillac Graulhet Agglomération à l'honneur sur ses filières économiques clés
vendredi 14 sept. 2018
Attractivité du territoire

La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, n'était pas venue dans le Tarn depuis un petit moment. Alors, jeudi 13 septembre 2018, elle s'est offert deux visites en une dans le département. Avec pour fil conducteur de ce déplacement tarnais le savoir-faire et l'innovation, autour de deux filières clés de Gaillac Graulhet Agglomération : le vin et le cuir.

Lire la suite



Période des vendanges oblige, la présidente régionale s'est rendue au domaine Gayrard, située à Milhavet. L'Occitanie est le premier vignoble mondial en vins d'origine. En 2017, c'est dans le Languedoc-Roussillon que Carole Delga s'était adonnée aux vendanges. Au tour des vins du sud ouest de bénéficier de sa visite. Dans ce domaine familial de l'appellation Gaillac, elle a pu vérifier les actions de la région pour la viticulture.

Coups de sécateur

Entre deux coups de sécateurs, Pierre Fabre, désormais à la tête d'un domaine qu'il refait vivre depuis quatre ans, a témoigné de son expérience. En 2014, il a replanté plusieurs hectares de vignes. L'occasion pour Carole Delga d'indiquer que la Région a mis en place, en 2017, des aides aux plantations nouvelles et aux cépages résistants.

L'Occitanie, dont 25% des exploitants agricoles sont des viticulteurs, soutient la filière avec des avances de trésorerie. Pierre Fabre en sait quelque chose. Il a bénéficié de ce dispositif l'an passé suite à la période de gel qu'il avait subie sur plusieurs parcelles.

La Région vient également de mobiliser 1 million d'euros en juillet pour aider les agriculteurs et les viticulteurs touchés par les intempéries.

Renouveau de la filière cuir

 À Graulhet, c'est aussi une aventure familiale que Carole Delga a saluée. À la tête de l'entreprise Euréka, Miguel et Fatima Valentin travaillent avec leurs quatre enfants. Spécialiste du cuir, contre collage, transfert de peau, cette société symbolise le désir de renouveau de la filière graulhétoise.

Carole Delga a salué le savoir-faire et la capacité d'innovation de l'entreprise. "Quand on parcourt votre book avec des noms comme Chanel ou Vuitton, on voit que le renouveau de votre secteur passe par l'excellence et l'innovation", s'est félicitée Carole Delga. La Région a aidé Euréka à hauteur de 60.000 euros pour l'acquisition de matériels et l'aménagement de locaux. La présidente de l'Occitanie a annoncé qu'une nouvelle aide de 90.000 euros sera proposée au vote des élus régionaux en décembre 2018.

Durant toute sa visite, Carole Delga a mis en avant l'authenticité des terroirs de la région et la recherche de l'excellence. "C'est la marque de fabrique du produit en Occitanie".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Carole Delga a mis la main au sécateur en compagnie de Christophe Ramond, président du Conseil départemental du Tarn.

Le centre de traitement et de dépollution des "deux roues" s'agrandit à Gaillac
dimanche 9 sept. 2018
Du nouveau à Gaillac

Présidé par Laurent Hérail, le Groupe Surplus s'est installé sur la Zone d'Intérêt Régional du Mas de Rest à Gaillac, il y a quatre ans. L'arrivée de ce spécialiste du recyclage des véhicules hors d'usage avait suscité quelques interrogations. S'agissait-il d'une vulgaire casse auto ?

Lire la suite



La structure des bâtiments a vite rassuré les sceptiques sur l'évolution de cette filière qui n'avait pas bonne presse. Bien au contraire, le site de Gaillac est mis en avant lorsqu'il est désormais question d'économie circulaire.

Pour Laurent Hérail, des progrès sont encore à faire sur l'utilisation des pièces d'occasion issues de véhicules accidentés. "En France, la pièce détachée d'occasion (ou pièce de réemploi) représente 3% du marché de la pièce de rechange quand dans les pays du nord de l'Europe, on en est déjà à 20%".

Le marché de l'automobile a fait sa mue avec une réglementation poussant à l'utilisation des pièces d'occasion. Ce n'était pas encore le cas pour la moto. Mais la législation évolue.

Laurent Hérail compte bien être à la tête de cette évolution. Il a déjà sur le site de Gaillac, une société baptisée Surplus Motos, leader sur le marché national de la pièce d'occasion. "On a montré ce que l'on pouvait faire. Le marché est en plein développement. Ce projet de centre agréé répond aux besoins d'expansion de notre société".

Laurent Hérail s'est porté acquéreur d'une parcelle de 16.000 m² face à ses locaux actuels. Avec l'objectif de multiplier par 3 ses capacités de production et de traitement de véhicules 2 roues.

Le site accueille, stocke, démonte et dépollue les motos hors d'usage provenant des professionnels comme des particuliers. Les véhicules dépollués sont envoyés vers un centre de broyage agréé. Surplus Motos procède aussi à la vente de pièces détachées d'occasion, récupérées sur les motos démontées. "Nous sommes les seuls en France et en Europe à pouvoir trouver toutes les pièces de votre moto à partir de votre plaque d'immatriculation", se félicite Laurent Hérail.

Le nouveau bâtiment de 7.000 m² permettra de traiter 10.000 motos ou scooters hors d'usage par an, essentiellement du Tarn et de Midi-Pyrénées. Soit un poids lourd par jour accédant au Mas de Rest. Les véhicules seront stockés dans ce bâtiment. Le projet prévoit l'emploi d'une trentaine de personnes. L'activité se fera en 3X8 pour optimiser la capacité du lieu.

L'ancien bâtiment de Surplus Motos va servir à l'extension de l'activité de Surplus Autos, qui traite les Véhicules 4 roues Hors d'Usage (VHU). "Nous allons doubler notre capacité de production".

Cet investissement est un nouveau pari sur l'avenir. Mais le chiffre d'affaires de l'activité est en phase ascendante.

Les nouveaux locaux de Surplus Motos devraient être opérationnels en mars 2019. Il faut d'abord passer par l'étape des procédures administratives, notamment le dossier ICPE (Installation Classée pour la Protection de l'Environnement). Le dossier, soumis à déclaration, est actuellement en consultation publique.

Laurent Hérail espère qu'il suscitera l'adhésion. Le chef d'entreprise qui occupe une grande partie de la zone d'activités du Mas de Rest a encore des projets autour du recyclage.

La société Caréco, spécialisée dans le recyclage des véhicules hors d'usage va étendre son activité au Mas de Rest, à Gaillac. Sa branche moto va tripler sa capacité de traitement.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : vue du futur bâtiment de 7.000 m² de Surplus Motos.

Amatiq change de logiciel (libre) et vous oriente vers l'économie de fonctionnalité
vendredi 7 sept. 2018
Du nouveau sur l'Agglo

En proposant depuis Gaillac des formules de location d'ordinateurs au lieu de les vendre, la jeune société Amatiq fait entrer dans les moeurs locales l'économie de fonctionnalité, qui consiste à remplacer la notion de vente du bien par celle de la vente de l’usage du bien, ce qui entraîne le découplage de la valeur ajoutée et de la consommation d’énergie et de matières premières... le tout avec des ordinateurs configurés logiciels libres.

Lire la suite



En visant à offrir l'usage d'un bien ou d'un service... et non le bien ou le service lui-même, l'économie de fonctionnalité encourage le "fabricant", le "vendeur" à faire durer le produit, ce qui doit favoriser un moindre gaspillage des ressources naturelles, dans une perspective d'économie circulaire.

Philosophie

Amatiq est attaché à l'utilisation des logiciels libres et offre ses services pour leur intégration dans les ordinateurs proposés. Présents dans tous les domaines informatiques, les logiciels libres les avantages suivants :

  • transparence du code,
  • développement communautaire international,
  • utilisation de standards pérennes,
  • évolution basée sur le retour des utilisateurs.

Sans le savoir, beaucoup utilisent déjà certains d'entre eux au succès planétaire : Firefox ou VLC par exemple.

Engagement durable

En privilégiant les logiciels libres et le matériel informatique reconditionné, Amatiq souhaite fournir une informatique moins coûteuse à l'environnement. Cette approche permet :

  • d'allonger la durée de vie d'équipements informatique en parfait état de marche,
  • de maintenir un environnement logiciel sain et minimal,
  • d'accompagner les utilisateurs sur le chemin de l'autonomie,
  • de diffuser des bonnes pratiques pour une utilisation responsable de l'ordinateur

Activités

Informatique - Accompagnement vers plus de logiciels libres

Pour les postes de travail ou l'infrastructure, Amatiq dispose de 15 ans d'expérience.

Les domaines d'application sont les suivants.

  • Maintenance - Quand les problèmes arrivent.
  • Réseau - Configuration des équipements.
  • Poste de travail - Installation et configuration d'ordinateurs.

Web - Trois formules et différentes options

  • Site monopage : le plus simple et le plus économique, tout dans une page.
  • Site standard : adapté pour une communication conséquente qui nécessite une organisation claire.
  • Site vitrine : parfait pour présenter rapidement un projet ou une activité.

Tous les sites sont développés pour s'adapter aux différentes taille d'écran, grâce au responsive design.

Hébergement et maintenance : Amatiq propose d'héberger les sites web de ses clients en s'appuyant sur des infrastructures solides qui ont fait le choix d'une consommation électrique raisonnée.

Développements - Ecriture de programmes sur-mesure

Cette partie est destinée à des mainteneurs de parcs ou des administrateurs systèmes. Amatiq utilise quotidiennement des distributions Linux.

Amatiq peut ici accompagner ses clients sur le chemin de l'autonomie, mais également les seconder dans l'écriture de rôles et de classes.

Coordonnées

  • Amatiq - Sébastien Lamy
  • Adresse : 77 rue de la madeleine - 81600 Gaillac
  • Mail : info@amatiq.fr
  • Tél : 06 38 97 50 80

 

En téléchargement ci-dessous : le flyer d'Amatiq sur la location d'ordinateurs.

Source : Amatiq.

Illustration ci-dessous : quelques logiciels libres.

La belle réussite de la brasserie Oxit
jeudi 6 sept. 2018
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet

En 12 ans, la brasserie artisanale Oxit est passée d'un petit local à la ferme à un beau bâtiment en bordure de la D999 (Gaillac - Montauban) à Beauvais-sur-Tescou, au sein de la zone d'activités gérée par Gaillac Graulhet Agglomération. Une journée portes ouvertes est organisée samedi 1er septembre 2018.

Lire la suite



Toute une variété de bières blondes ou brunes, des bulles qui pétillent gaiement dans la limonade, un Bapla Cola pour un soda bien tarnais et même un thé à la pêche bien rafraîchissant.

Depuis 2006, la brasserie artisanale Oxit a bien grandi. Cet été 2018, elle a quitté le local exigu de l'exploitation agricole à Beauvais-sur-Tescou pour un bâtiment flambant neuf aux couleurs éclatantes, en bordure de la D999, la route départementale reliant Gaillac à Montauban. "En 12 ans, on a bien évolué", reconnaissent Damien et Emilie Chavent.

Le succès de la bière artisanale

Ils ont su profiter de l'évolution de la consommation de bière en France et plus particulièrement de l'engouement suscité par les bières artisanales. "À nos débuts, on nous regardait avec de grands yeux lorsque l'on proposait nos bières aux cafetiers et restaurateurs, se remémore Emilie. Maintenant, ce sont eux qui veulent de la bière artisanale. Le palais des consommateurs a beaucoup évolué". Ainsi dans le Tarn, ils sont une petite dizaine à brasser.

Pour Oxit, tout a commencé en 2006 lorsque Damien qui brassait sa bière pour lui-même a décidé d'en faire profiter les autres. Dans la ferme familiale, il a commencé à s'équiper. De brasseur amateur dans la cuisine, il est devenu plus professionnel après avoir suivi différentes formations. L'exploitation agricole a aussi adapté sa production céréalière. "Nos bières ont la particularité d'être brassées avec de l'orge de brasserie cultivé chez nous avant d'être malté chez un voisin".

Emilie et Damien apportent leur orge à la malterie du vieux Silo à la Sauzière-Saint-Jean, à quelques kilomètres de là. On ne peut pas faire plus local.

Le couple sort sa première blonde, puis une ambrée. En 2008, c'est une brune et enfin une blanche en 2012. Sans oublier les déclinaisons de printemps et la bière de Noël. Une belle palette pour répondre aux goûts de chacun. La dernière née est une triple blonde (8,5°) à l'attaque puissante pour les amateurs de bière.

"Nous avions aussi le projet de créer notre propre limonade. C'est un produit gazéifié qui demande des investissements plus conséquents". C'est en 2014 que La Pétillette avec sa pin-up souriante sur l'étiquette va voir le jour.

Bières, limonade et cola

La même année que le BApla Cola pour un cola artisanal made in Tarn.

Et Emilie de sourire en se souvenant de la mise au point de cette boisson qui ressemble à l'autre mais n'en a pas le goût. "On n'a pas cherché à s'en rapprocher. On est plus aromatique et sans conservateur".

Le thé Bapla est également à découvrir dans la toute nouvelle brasserie inaugurée en juin 2018 en bordure de l'axe Gaillac  /Montauban. "Ce bâtiment nous donne plus de visibilité pour la clientèle non professionnelle, indique Emilie. On double notre capacité de production comme la capacité de stockage. Cela évitera de se retrouver en rupture".

Avec l'essor des bières artisanales, la brasserie a recentré son marché sur le Sud-Ouest. "On vend aux professionnels de la restauration, café, épicerie fine. On ne court plus les salons dans toute la France comme auparavant".

Néanmoins, le couple ne manque pas de travail. La petite équipe est forte de trois emplois à plein temps.

Ce samedi 1er septembre 2018, la brasserie proposera une journée portes ouvertes. L'occasion de découvrir ces jeunes brasseurs et surtout goûter une bonne bière ou une bonne limonade du terroir.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Damien et Emilie Chavent sont fiers du succès rencontré par la brasserie artisanale OXIt qu'ils ont créé il y a 12 ans.