Le cuir s'est dévoilé à Graulhet

Lieu :
Graulhet

Graulhet a le cuir dans la peau, et ce depuis des décennies, toujours entre tradition et modernité. La filière a montré le renouveau de cette activité, par l'entrée du tourisme industriel, en ouvrant grand ses portes au public les 25 et 26 octobre 2017 au cours de l'opération "Le cuir dans la peau".

L'opération "Le cuir dans la peau"

"Graulhet, ce n'est pas que le passé un peu triste d'une industrie qui s'est arrêtée, mais bien une ville à la tête de l'innovation avec un savoir-faire qui intéresse la haute couture". Pour Paul Salvador, le président de la Communauté d'agglomération Gaillac | Graulhet, mais aussi à la tête du Comité départemental du tourisme, ce savoir-faire, il faut le mettre en avant.

Cuir peau 1Et le tourisme industriel peut être une bonne façon d'y parvenir. D'où le partenariat élaboré avec l'association des visites d'entreprises. C'est bien le regard résolument tourné vers l'avenir que la filière cuir a organisé, les 25 et 26 octobre 2017, deux journées portes ouvertes dans le cadre du programme "Le cuir dans la peau". Avec dans l'idée de proposer une image positive de cette industrie du cuir.

Autour de l'association "Cuir de Graulhet", la filière affiche la volonté de jouer collectif. 14 entreprises ont accepté d'ouvrir leurs portes pour proposer des visites guidées sur réservation. Huit d'entre elles possèdent des boutiques où il est possible de découvrir toutes les gammes de produits. Enfin, la Maison des Métiers du Cuir de Graulhet accueille des ateliers pour manipuler la matière.

"La philosophie de ces journées est de montrer au public la filière cuir de Grauhet dans sa globalité", indique Claude Fita, le maire de la ville.

Toutes les étapes du travail du cuir avec les produits chimiques, la mégisserie, la maroquinerie et toutes les techniques existantes. Des techniques qui font la renommée de Graulhet et attire les nouveaux créateurs comme les grandes marques de luxe telles que Chanel, Dior ou encore Givenchy.

Mais c'est aussi l'occasion de découvrir des marques, des créateurs locaux et toutes les activités autour de cette fabrication. Si l'intérêt de la haute couture pour le cuir de Graulhet est une belle vitrine pour la ville à l'extérieur des frontières du département et dans le monde entier, c'est aussi l'image de la ville vis-à-vis des tarnais qu'il faut redorer.

C'est en tout cas le discours de ces nouveaux chefs d'entreprise qui ont repris les rênes d'une entreprise familiale ou qui sont venus récemment s'installer dans la région.

C'est le cas pour les deux associés de la société BFM, spécialiste de l'outil et des machines pour la maroquinerie. Ou de Sophie, nouvelle arrivée, qui est créatrice et dont les produits sont tous fabriqués à partir du cuir de Graulhet. On peut même trouver de nouveaux créateurs jusqu'à Gaillac avec Cuir Forever. Sans oublier les anciens comme Rose Marie (voir ci-dessous), qui est la dernière à présenter dans sa boutique une confection de vêtements de cuir sur la commune. Avec les entreprises Fourès ou Philippe Serres, tout le savoir-faire de la maroquinerie graulhétoise s'exprime.

Retour sur l'opération

 Cuir peau 2L'essai a été transformé pour la première édition de "Le cuir dans la peau", organisé par l'office de tourisme Bastides et Vignoble du Gaillac. Il s'agissait de rappeler et de prouver le dynamisme de la filière à travers une opération de "tourisme industriel". Si la filière du cuir fait partie du patrimoine de la ville, elle est aussi belle et bien vivante.

L'opération qui permettait au grand public de visiter usines et ateliers a affiché complet avec 800 visites au compteur. "On a pu voir la fierté des salariés qui ont vu à cette occasion leur travail et leur savoir-faire reconnu", témoigne Sabine Brosse, directrice de l'office du tourisme Bastides et Vignoble du Gaillac. Les visites guidées ont permis à celles et ceux qui avaient réservé leurs places de visiter quatorze entreprises graulhétoises qui avaient accepté d'ouvrir leurs portes. Huit d'entre elles possèdent des boutiques où il était possible de découvrir toutes les gammes de produits.

Il en était de même à la Maison des métiers du cuir (MMC), où des artisans proposaient des démonstrations et des animations pour les enfants. 250 visites supplémentaires ont été enregistrées à la MMC durant les deux jours, soit 1.050 visites.

Ce succès indéniable donnera-t-il lieu à une suite avec d'autres visites de ce patrimoine vivant ? Cela n'est pas exclu, même souhaité par la plupart des personnes qui ont pris part à l'événement. "Nous allons réaliser un bilan précis la semaine prochaine, à partager avec les entreprises, analyser le public qui est venu, voir ce qui a marché et ce qui a moins bien marché", confie Sabine Brosse, ravie de la fréquentation de cette première édition.

L'office du tourisme a su impulser une dynamique et entreprises et visiteurs ont répondu présents. Le succès rencontré est pour le moins encourageant. L'opération a permis de mettre en lumière tout un patrimoine vivant, une véritable richesse souvent méconnu des Graulhétois eux-mêmes.

Zoom sur Rose-Marie Sampaïo, la dernière créatrice de confection 100% cuir : "Les peaux qui viennent de Graulhet, c'est ce qu'il y a de mieux"

Une cape de mariée en agneau de Béarn blanc à poils bouclés, une veste d'homme en cuir de chèvre, col et parements en cerf, une cape de bure de berger des Pyrénées, un pantalon cuir à stretch, une commande récente… dans l'atelier de Rose-Marie Sampaïo, dernière boutique de confection de vêtements sur mesure en peau et cuir, chaque pièce est unique.

Cuir peau 3Sur la table recouverte de zinc, où rien ne vient accrocher la lame des cutters, Marie-Rose étale une peau d'agneau d'un Sampaiobeau rose fuchsia. Elle promène ses mains, caresse le grain du cuir, repère les petits défauts et la meilleure orientation de son patron avant la découpe. "C'est comme un puzzle. Le cuir est une matière noble, rien ne doit se perdre", confie-t-elle.

Originaire du Portugal, Rose-Marie est arrivée à 4 ans à Graulhet où son père est venu travailler dans une mégisserie. "J'ai toujours vécu dans le monde du cuir. Les odeurs, je ne les sens plus tellement, j'en suis imprégnée".

Sans hésiter, à 17 ans, elle est entrée dans une maroquinerie pour apprendre le métier. "C'était la Maison de M. et Mme Châtaignier. On y faisait des sacs à main Lorenzo, du luxe haut de gamme", se souvient Rose-Marie. Dans la maison Victor, elle a appris la confection du vêtement en cuir, poursuivie chez Pauline d'Arnaud ou chez Bernadette Fabre. Mais entre les années 1980 et 1990, les "Maisons" licencient puis ferment les unes après les autres. C'est finalement la maison Fabre qu'elle va reprendre et transformer en 1998 pour en faire sa propre maison, Rose-Marie Cuir, au cœur de Graulhet.

"Depuis bientôt 20 ans, je n'ai jamais fermé", savoure la créatrice, capable de tout faire à la demande. Elle a bien sûr été sollicitée par la haute couture pour aller travailler ailleurs, à Paris même. "Je n'ai pas voulu, je suis bien là, tranquille. Je préfère travailler avec des peaux qui viennent de Graulhet parce que c'est ce qu'il y a de mieux".

Aujourd'hui, Rose-Marie est la dernière, il n'y a plus qu'elle à Graulhet à avoir sa propre boutique de confection et à travailler et coudre le cuir. "C'est dommage", dit-elle, sans perdre pour autant sa bonne humeur naturelle, prête à partager sa passion avec les visiteurs. "Je me dévoue pour la cause, pour faire connaître la filière et le travail du cuir", explique-t-elle en riant. Avant de se plonger dans une nouvelle commande : un kilt en cuir noir. C'est comme si c'était fait.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire les articles en ligne ici, , et encore .

Illustrations ci-dessus : affiche "Le cuir dans la peau" ; le maire de Graulhet, Claude Fita avec les représentants du cuir graulhétois ; Rose-Marie Sampaïo, dans son atelier de la boutique Rose-Marie Cuir à Graulhet.

Illustration ci-dessous : les entreprises jouent collectif avec l'association "Cuir de Graulhet".





Typologie d'actualité
Evènement
Domaine
ted ou partenaires
Date
mercredi, 15 novembre 2017
+ d'actualités Voir agenda