L'Artfriche étend son emprise sur les vitrines vacantes

Lieu :
Gaillac

L'opération Artfriche se poursuit. Est-ce une version actualisée par l'équipe municipale en place de Parenthèses Urbaines, initiée par l'équipe précédente ? Beaucoup de Gaillacois n'y voient pas une grande différence. Qu'il s'agisse de photos ou de peintures-sculptures, la création remplit des espaces commerciaux vacants. Un décor, voire un cataplasme cache-misère ?

Francis Ruffel, adjoint au maire, trouve l'image injuste et infondée.

Il insiste sur les différences et les projets en aval de l'opération, même s'il convient que la reprise d'un commerce est toujours souhaitable et préférable.

"Artfriche met en valeur des créateurs, avec leurs coordonnées. À terme, certains espaces doivent devenir des galeries partagées, comme pour les cinq artistes installés dans la rue Cavaillé-Coll, dans l'ancienne graineterie".

Galeries partagées ?

Francis Ruffel veut prolonger les initiatives dans le secteur du Vieux Gaillac, où les boutiques désertées, certaines depuis des lustres, ont peu de chances de trouver repreneur vu l'état des locaux.

"L'obtention du label Ville d'Art et d'Histoire nous impose d'entretenir le patrimoine et même de l'animer. Artfriche est une opération adaptée à ce besoin".

Il est convaincu des résultats à moyen terme et demande un peu de patience avant d'évaluer le dispositif. L'étape suivante serait de convertir quelques-unes de ces vitrines en ateliers, avec la présence de l'artiste à l'intérieur. Pour l'instant, et peut-être pour un moment, cette idée reste à l'état de projet.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Rue Cavaillé-Coll, Artfriche (à gauche) prolonge Parenthèses Urbaines (à droite).





Typologie d'actualité
Attractivité du territoire
Domaine
ted ou partenaires
Date
lundi, 11 juin 2018
+ d'actualités Voir agenda