La Maison Labastide lance une coopérative pour préserver le foncier

Lieu :
Labastide de Lévis

"C'est un projet unique dans le Sud-Ouest, mais je l'ai expérimenté dans d'autres vignobles et c'est une réussite". Magali Bayle (Capital Citoyen), qui compte parmi les Vingt du Vin, les 20 personnalités marquantes en 2018 dans cet univers professionnel, a accompagné depuis six mois la Maison Labastide dans une démarche sociale et solidaire.

L'axe de travail est la préservation du foncier, menacé par l'absence de vocations, l'âge élevé des vignerons, le coût de la terre pour un jeune qui s'y installe (10.000 € l'hectare en moyenne à Gaillac).

La Maison Labastide, pour préserver son patrimoine et sa production et ce dès 2011, avait créé une société civile immobilière. Cette fois, elle va plus loin avec la SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif), qui vise à acquérir selon Alain Fonvieille, son président, 300 ha dans les 5 ans.

Le but n'est pas de faire flamber les prix du foncier ni de spéculer, la SCIC n'achètera que les terres disponibles, sans repreneurs. Elles seront exploitées par des adhérents de la cave ou par la SCIC, le temps qu'un jeune se présente avec un projet.

L'appel de fonds, qui cible 2 à 3 millions d'euros, avec une part sociale à 1.000 €, est ouvert aux particuliers, aux institutions, aux banques, mais avec une voix seulement dans les votes du conseil coopératif. Outre cette originalité, le cahier des charges stipule qu'elle n'est pas délocalisable, qu'elle doit bénéficier à un acteur économique local, dans l'économie sociale et solidaire.

Des ateliers sur le métier de vigneron sont prévus avec les sociétaires pour créer du lien. "Ils seront associés à une dynamique et à des réflexions sur le projet", précise Michel Darles, le directeur de la Maison Labastide.

Les sociétaires pourront défiscaliser leur contribution de 18%. S'ils le font, ils devront garder 5 ans la part sociale. Ils peuvent aussi la céder à un autre sociétaire ou à la SCIC.

Le gros fichier clients de la Maison Labastide semble un vivier de souscripteurs possibles, des terres sont disponibles, la motivation des vignerons est affichée.

L'objectif d'atteindre entre 1.000 et 3.000 sociétaires dans une "Communauté d'ambassadeurs" semble réalisable aux concepteurs du projet.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : Michel Darles, Magali Bayle et Alain Fonvieille : la SCIC s'ouvre aux particuliers, aux banques et aux institutions avec un cahier des charges précis pour sécuriser le patrimoine viticole et encourager les installations.



Site :


Typologie d'actualité
Information
Domaine
Entreprises
Date
samedi, 14 septembre 2019
+ d'actualités Voir agenda