A Gaillac, Aristide a inventé une machine pour la vinification

Lieu :
Gaillac

Aristide Lacombe a de la suite dans les idées et du caractère. Tout avait mal commencé : un redoublement du CP, une institutrice qui annonce "il ne comprend rien"… Beau pronostic.

Parti apprendre un métier, il passe par l'école de Muret pour devenir thermicien, poursuit ses études, décroche un BTS, travaille huit ans pour Airbus où il goûte au monde industriel.

Mais l'appel de la terre et du domaine familial est le plus fort. Il revient à Sénouillac, au Domaine du Grand Chêne, tout en créant son entreprise artisanale de frigoriste, ACEL Énergies. "J'ai un salarié. On travaille surtout pour le monde vigneron qui a besoin de froid pour traiter la vendange et de chaud pour les jus".

Jusqu'ici, il fallait deux systèmes différents, gros consommateurs d'électricité. Aristide Lacombe tient le pari qu'on peut les jumeler, pour le meilleur de l'efficacité, de la facture EDF et de l'environnement. Il conçoit et réalise une machine thermique pour la vinification, en cours de validation par l'Institut technique du vin (ITV).

Durable et économique

Elle permet déjà de se passer du soufre. Elle produit simultanément du froid pour maîtriser les fermentations (une eau à partir de 5°C) et, au lieu de perdre la chaleur générée par n'importe quel frigo, la récupère pour chauffer les jus (à 50 voire 80°C) selon les besoins.

"Avec notre machine qui a déjà fait deux campagnes de vinification chez nous, on a un rendement de 800%. Quand on consomme 1kw/h, on en produit 8, donc 7 sont gratuits".

Un exemplaire fonctionne à Orange, un autre est en cours d'installation à Narbonne.

Aristide Lacombe a déposé les brevets mais reste vigilant. "Les lobbys sont puissants, les leaders du métier savent contourner un brevet".

Lui aimerait rester indépendant, suivre la trajectoire de son modèle, Infaco, la société de Dany Delmas qui a inventé le sécateur électrique.

La machine a déjà reçu en 2015 une distinction au Sitevi de Montpellier, une citation au palmarès de l'innovation (voir ici : citation 2015 - entreprise Clauger - produit : Skid de thermovinification).

Un argument de plus pour prendre au sérieux le concepteur : "Avec les vinifications actuelles, il faut 1 litre de fuel pour faire 100 litres de vin. Avec cette machine, un dé à coudre suffit".

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : sa machine a déjà fait plusieurs campagnes au domaine. Elle a été distinguée au SITEVI de Montpellier. Aristide Lacombe souhaiterait passer au stade de l'industrialisation.





Typologie d'actualité
Du nouveau à Gaillac
Domaine
Entreprises
Date
lundi, 11 septembre 2017
+ d'actualités Voir agenda