Florent et Romain ont repris la dynastie Plageoles

Lieu :
Vignoble gaillacois

Après Robert, le grand-père, qui se consacre à ses recherches ampélographiques, Bernard le père qui reste le superviseur ("le taulier" aux dires de ses enfants) et parcourt les nombreux salons avec son épouse Myriam, voici l'heure de Florent et de son cadet Romain Plageoles, qui reprennent un Domaine emplématique du Vignoble gaillacois.

Programmés dès leur plus jeune âge pour prendre un jour les commandes du Domaine de Tres Cantous.

Programmés, mais consentants, et même enthousiastes. Polyvalents aussi, même si Romain est un peu plus vigne, Florent un peu plus cave.

Mais les deux se déplacent (ensemble ou séparés) et se remplacent. "Car il faut maintenir le réseau, le vin ne se vend pas tout seul" glisse Florent.

Même quand on s'appelle Plageoles. Du grand-père, ils ont hérité du travail sur les cépages (une dizaine en attente dans le petit conservatoire), du père, la montée en gamme et le passage en bio, entamé en 2007, effectif en 2010. "Nous, on continue en apportant notre touche, sans révolutionner". Florent et Romain n'ont pas le menton haut, ils savent ce qu'ils doivent aux générations précédentes.

Mais ils ont déjà fait des essais sur des macérations carboniques, des élevages plus longs (un an) sur les blancs, avec des "malos qu'on ne faisait pas".

Ils réfléchissent à l'étape suivante, la biodynamie, à développer parallèlement des cuvées de soif, sur la fraîcheur. Ils ont à leur actif des étiquettes et des contenus impertinents, comme Terroirist en 2014, genre "confiture tous fruits", un assemblage des 17 cépages du domaine, en grappe entière et macération carbonique.

"C'était difficile de trouver le point médian de maturité". Le réflexe de curiosité a joué à plein : il y a rupture de stock.

2016 est l'année de Contrepied, un duras de négoce - bio toujours - avec les notes de cerise propres aux macérations carboniques. Dans les gènes de Florent et Romain, il y a ce même goût du contact, de la conversation, de l'échange, qui a tant fait pour la réputation du nom.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : les deux frères apportent leurs idées, mais restent fidèles à la touche imprimée par le grand-père, Robert, et leur père, Bernard. Le nom "Plageoles" devrait rester une "tête d'affiche".



Site :


Typologie d'actualité
Du nouveau à Gaillac
Domaine
Entreprises
Date
lundi, 13 novembre 2017
+ d'actualités Voir agenda