"Au Fil des Bouclettes" : pour Adèle Dornier, le fil de la couture est celui de la vie

Lieu :
Gaillac

"Au fil des bouclettes" : l’enseigne, ouverte par Adèle Dornier en 2012 et installée à Gaillac en 2017, donne à penser aux travaux d’aiguilles. Ils sont bien là, mais d’abord au sens métaphorique. Le fil est celui de la vie, qui, comme celui d’Ariane, trace le chemin à ceux qui pourraient se perdre.

Quant aux bouclettes, elles doivent en permettre une traversée joyeuse, débarrassée des obstacles qui l’encombrent.

Adèle Dornier est éducatrice spécialisée de formation. Elle propose "Au fil des bouclettes" d’inscrire symboliquement ses émotions, son histoire, sur une toile de vie, avec ses accidents – deuils, maladies, doutes, etc. – sur un tissu que l’on restaure, ravaude ou raccommode pour en réparer les cicatrices.

"Par la couture, on pose son histoire. Mais avant, on prend le temps d’échanger, de se recentrer sur la priorité du moment, pour ne pas partir dans tous les sens". À partir d’un mot, d’une phrase, d’une idée, on choisit son support – une toile, un cadre à tisser, un vêtement auquel on tient – puis on le remplit selon les couleurs, les matières et les motifs à sa convenance.

Adèle Dornier vise à développer l’autonomie de la personne, pour qu’elle puisse d’elle-même aller plus loin. L’objet peut avoir une fonction utilitaire ou affective. "Par exemple, on peut travailler à partir d’un tissu de famille, qui éveille des souvenirs, heureux ou douloureux, pour les entretenir ou les surmonter".

Massages de relaxation

Adèle Dornier se livre aussi à des massages de relaxation, une réflexologie plantaire ou palmaire. Elle a accompagné des fins de vie et à reçu la proposition d’un éditeur pour faire part de son expérience sur les façons d’aborder la douleur, les peurs, "en verbalisant ce que l’on ressent, ou même d’un regard, d’un simple contact".

Adèle Dornier ne prétend pas se substituer aux approches médicales, mails elle estime pouvoir intervenir en complément, par une présence et une empathie qui facilitent ces transitions difficiles. Convaincue, comme beaucoup d’autres, que le corps et l’esprit sont indissociables.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : dans l’atelier d’Adèle Dornier, la couture permet de "poser son histoire". Un moment de calme, propice à la réflexion. "Au fil des bouclettes" a vocation a se réconcilier avec soi-même, à surmonter ses blessures.



Site :


Typologie d'actualité
Entreprises Agglo Gaillac | Graulhet
Domaine
Entreprises
Date
lundi, 22 février 2021
+ d'actualités Voir agenda