Alimentation : priorité aux circuits courts

Lieu :
Occitanie

Œuvrer à l'émergence de circuits courts en matière d'alimentation, tel est l'objectif du Comité régional de l'alimentation qui s'est réuni début juillet 2017 à l'École Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse (ENSAT). Un objectif qui rejoint complètement celui de Gaillac | Graulhet Agglomération, qui oeuvre en ce sens à travers notamment sa couveuse d'activités en maraîchage bio, l'Essor maraîcher, ou son action en direction de la restauration scolaire.

"La raison d'être du Comité régional de l'alimentation est de débattre autour de notre alimentation qui est la principale finalité de notre agriculture. Le but est de favoriser et d'accompagner l'émergence de projets visant à favoriser les filières courtes" a rappelé, hier, à l'ENSAT (à Auzeville-Tolosane en Haute-Garonne), en préambules de tables rondes, Pascal Mailhos, le préfet de la région Occitanie.

Inscrits dans la loi d'avenir pour l'Agriculture, l'alimentation et la forêt du 13 octobre 2014, ces projets sont intitulés : Projets Alimentaires Territoriaux (PAT) et "sont élaborés de manière concertée à l'initiative des acteurs d'un territoire", souligne le préfet de région.

Ce sont les collectivités, essentiellement territoriales, mais aussi des structures professionnelles et des associations, qui mènent ce genre d'actions qui contribue à mettre en valeur les ressources nourricières d'un terroir, à mettre en avant l'identité d'un territoire, à diminuer la pollution carbone (diminution des distances de transport des marchandises), à offrir de nouveaux débouchés à l'agriculture locale et à conforter l'aménagement du territoire et le maintien d'une population agricole dans des secteurs retirés qui tendent à se désertifier.

Avec la création de la région Occitanie, l'Etat vient de fédérer les acteurs de ces démarches présents dans les 13 départements de ce territoire.

La Région engagée

"Il s'agit d'élargir les dynamiques mises en place à ce nouveau périmètre et de conduire des projets à même de répondre aux besoins de ce nouvel espace dans le cadre d'un pal régional de l'alimentation", défend Pascal Mailhos.

Circuits-courtsConcrètement, les PAT concernent tout ce qui à rapport à l'alimentation et, par conséquent, à l'agriculture et l'industrie agroalimentaire. Sur le terrain, ils se traduisent, par exemple, par l'achat de légumes locaux par une cantine, une maison de retraite. Des denrées qui ne sont pas toujours plus chères et dont le traitement (lavage, épluchage) peut déboucher sur des créations d'emploi.

Pour autant, sur ce point, bon nombre d'agriculteurs locaux ou régionaux ne sont pas (encore) en mesure de fournir des gros volumes et n'ont pas d'infrastructures assez grandes pour honorer convenablement ces marchés. "Mais il ne s'agit pas, non plus, de mettre dehors des produits d'ailleurs. Chacun à sa place et doit la prendre et la conserver", insistent les représentants de l'Etat et de la région Occitanie qui soutient et prend une part active dans ces PAT.

Ces projets peuvent aussi consister, comme le fait le Syded du Lot, en une action de lutte contre le gaspillage qui passe par une sensibilisation du problème auprès des restaurateurs, mais également la distribution de Gourmet bag, le Doggy bag à la lotoise.

Dans le Gers, le GIP Gers Solidaire a mis en place des actions visant à permettre l'accès à l'alimentation des populations fragiles. Cela s'est traduit par la création d'un traitement départemental de la denrée alimentaire qui se charge de la collecte et de la logistique. Quinze sites offrant une ouverture au public ont également vu le jour et un "Croix Rouge" sur roues sillonne les campagnes retirées pour apporter cette aide alimentaire aux habitants les plus retirés.

Les PAT peuvent aussi, comme le défend Judith Carmona, présidente de la commission Agriculture, Agroalimentaire et Viticulture de la région Occitanie, "être un outil efficace pour l'installation d'agriculteurs".

Des filières courtes chez les glaciers et boulangers

Des filières courtes ayant trait à l'alimentation ont aussi été mises sur pied par des professionnels de la bouche. Ainsi, Élie Cazaussus, président de la Confédération national des glaciers de France, a créé une filière avec les producteurs laitiers "pour aider ce secteur, moins subir la pollution du transport et avoir un produit de meilleure qualité", explique ce dernier.

Dans le Lot, le groupement des professionnels de la boulangerie a donné vie au Crousti Lot, un pain régional traditionnel, sans additif et élaboré avec de la farine provenant de blé de la région.

 

Source : la Dépêche du Midi - Lire l'article en ligne ici.

Illustration ci-dessous : l'Occitanie est la région qui compte la plus grande surface agricole et ne compte pas moins de 250 produits alimentaires labellisés.



Site :


Typologie d'actualité
Info région
Domaine
Entreprises
Date
mercredi, 5 juillet 2017
+ d'actualités Voir agenda